Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Musique et patrimoine de Carcassonne - Page 5

  • Qu'a voulu cacher la Résistance de Carcassonne ?

    Cela fait plusieurs mois maintenant que je mène un travail d'enquête sur les conditions de dénonciation, d'arrestation et d'exécution de Jean Bringer, chef de la Résistance audoise. Sa veuve a toujours clamé qu'on l'avait vendu pour de l'argent suite à la disparition d'un parachutage d'Alger pour lequel il s'était mis en tête de retrouver les coupables. Après sa disparition Madame Bringer tentera de mener sa propre enquête, jusqu'à ce que M. Pastour, Procureur de la République de Carcassonne, ne lui conseille d'arrêter car selon lui, elle risquait de mettre sa vie en danger : "Vous tombez dans un panier de crabes, lui dit-il".

    Que de cadavres retrouvés assassinés dans des conditions suspectes... Et maintenant que de dossiers importants disparus ! Des auditions du procès de René Bach, l'agent de la Gestapo, on a expurgé les dossiers les plus compromettants. Ceux qui sans doute mettaient en cause des responsables de la Résistance Carcassonnaise et du maquis de Villebazy. Qu'importe ! J'ai retrouvé des copies à 500 km de Carcassonne dans un autre service d'archives. Lors du meurtre du capitaine Charpentier dans la clinique Delteil, la sûreté militaire s'est saisie d'enquêter. On lui a fait obstacle, car des hauts responsables locaux parmi lesquels MM. Morguleff, Sablé et Amiel auraient avoué s'être rendus à Montpellier auprès du colonel Leroy. Les dossiers d'enquêtes furent alors brûlés. Ce que ne voulaient pas ces chefs c'est que l'on salisse l'honneur de la Résistance, même si pour cela il fallait faire entrave à la justice et protéger les crapules. Que de contradictions dans les auditions, d'une année à l'autre !

    136_Drapeau_de_la_2e_compagnie_du_1er_bataillon_des_FFI_du_Finistère.jpg

    Au mois de mai dernier, je fais une demande de dérogation auprès du Ministère de la culture, afin de pouvoir consulter le registre d'écrou de la Maison d'arrêt de Carcassonne entre avril et novembre 1944. Etant indexé et consultable dans la série W (préfecture) des archives de l'Aude, j'espère enfin pouvoir constater les noms et le nombre de prisonniers internés par les Allemands avant la Libération et déterminer ceux qui furent relâchés de ceux qu'on exécuta le 19 août 44 à Baudrigues. On ne peut tout de même pas inscrire ces noms sur la seule foi d'une liste rédigée par le Dr Delteil à sa sortie. D'autant plus qu'il aurait dû logiquement mourir avec Ramond et Bringer...

    L'autorisation m'arriva par courrier à la fin du mois d'août. Lundi, je me rends aux archives de l'Aude avec le précieux sésame. On me présente donc le registre d'écrou suivant la côte que j'avais demandée, mentionnant Maison d'arrêt de Carcassonne.
    Je l'ouvre... Oh ! surprise et déception, il s'agit de celui de Limoux. Evidement point de résistants, mais que des voleurs de poules.
    Je rends compte à l'archiviste de service de cette erreur très inhabituelle pour ne pas dire impossible. L'heure est grave, car je viens de découvrir une énorme lacune. La nouvelle directrice des archives de l'Aude me fait la faveur de descendre me voir. Une personne charmante et dévouée à ma cause, signalons-le. Tout comme d'ailleurs l'ensemble du personnel des archives.
    Pourquoi donc a t-on remplacé sous une fausse côte le registre de la Maison d'arrêt de Carcassonne par celui de Limoux ? Bizarre... Les autres registres classés par ordre chronologique dans la série sont bien de Carcassonne, seul celui pour la période Juillet-Août 44 manque.
    A t-on interverti les registres ? Non, après vérifications.
    Mais où est donc passé ce registre ?
    Je me souviens alors avoir lu dans un document d'archive daté de 1945 (il ne se trouve pas à Carcassonne) sur l'enquête de la mort du Capitaine Charpentier, occis dans la clinique Delteil qu'en 1945, ce registre avait disparu. Puis, on l'aurait retrouvé à Montpellier. Puis, il serait revenu à Carcassonne.
    Sans être formel, je peux dire qu'il y a des gens dans cette ville qui ont eu intérêt à faire disparaître des documents avec la complicité de l'administration, afin de protéger les intérêts de certains à une époque où cela chauffait pour eux.
    Mon enquête se poursuit...

    ____________________________

    © Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2018

  • La Milice de l'Aude attaque le village de Gaja-la-Selve en juillet 1944

     © Un village français / Laurent Denis

    La Milice de l'Aude, formée en février 1943 à Carcassonne et obéissant aux ordres de Joseph Darnand, fut jusqu'à la Libération un supplétif aux opérations meurtrières menées par les nazis. Sans cette organisation d'extrême-droite fidèle à l'idéal de la Révolution Nationale prônée par le maréchal Pétain, les Allemands n'auraient sans doute pas fait le quart de ce qu'ils ont produit contre les maquis. Il est sans doute facilement compréhensible que ces français possédaient une meilleure connaissance des lieux, qu'un étranger venu de Germanie. Si la Milice éprouvait une haine viscérale contre la République, ses adversaires privilégiés et qui le lui rendaient bien, étaient communistes. Contrairement à ce que l'on peut croire, ce groupe à l'insigne gamma, fort mal équipé et entraîné, ne se risquait pas à attaquer les maquisards de front. Il pratiquait plutôt des campagnes d'intimidation, de délation, de renseignement et de pillage. Dans la caserne de Bouttes-Gach à Carcassonne, sous la torture plusieurs patriotes furent interrogés parfois jusqu'à la mort, comme le maquisard Edouard Fabre de Villebazy.

    4241861911_401590533f.jpg

    L'existence d'un maquis à Gaja-la-Selve constitué au printemps 1944 est connue. Il s'agit d'un groupe clandestin Franc-Tireurs et Partisans d'obédience communiste. Au début du mois de juillet, les inspecteurs Leleu et Bouchet viennent dans le village et interrogent les habitants sur la situation exacte du maquis. Ils font courir la rumeur que la Milice va venir exterminer ces "terroristes" et que leurs complices seront arrêtés. Le lendemain, une colonne d'une centaine de miliciens de Carcassonne en armes et placés sous les ordres de Prax investit l'ensemble du secteur. A Cahuzac, ils intiment l'ordre aux habitants de rester chez eux pendant qu'ils perquisitionnent toutes les maisons et les campagnes du coin. Certains sont placés au croisement de la ferme "Las coutines" et empêchent la circulation. Pendant ce temps, à Gaja-la-Selve le chef Renoux (Condamné à mort par la Cour martiale de Carcassonne en septembre 1944) et ses hommes procédent sous la menace à l'interrogatoire de la femme du chef du maquis, le lieutenant F.T.P Raoul Cambours. L'appartement est entièrement pillé par les sbires de Darnand. Quatre otages dont Madame Cambours, sont gardés. Au cas où le maquis interviendrait, ils seraient immédiatement abattus car Prax a donné l'ordre de tirer à vue. Leur forfait achevé et sans qu'aucun coup de feu ne soit tiré, les miliciens se sont retirés vers la caserne de Bouttes-Gach à Carcassonne. 

    Sources

    Procès de la Cour de justice de Carcassonne / ADA 11

    ___________________________

    © Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2018

  • Ce chanteur qui réhabilita tout le village de Fajac-en-Val dans l'Aude

    Né en 1938 à Puteaux, le neveu du comédien et Sociétaire de la Comédie française Jean Davy est né sous une bonne étoile. A seize ans, il quitte le domicile parental et devient l'administrateur d'un cabaret parisien. Il fait alors la connaissance  de tout ce que la capitale compte d'artistes : Patachou, Edith Piaf, Alex Métayer, Barbara, etc. Le 17 août 1951, il avait déjà assisté au mariage du jazzman Sydney Bechet à Juan-le-Pins, où se trouvait Mistinguet. Plus jeune créateur de chansons de la SACEM, Jean-Pierre Tutin signe dans une maison de disques et passe à la télévision en 1957. Au début des années 60, il pose ses valises à Carcassonne avec son épouse Catherine Claire et ses enfants. Cette dernière chantait dans le groupe "Les trois ménestrels". Ils se produisaient dans les cabarets parisiens: La lapin agile à Montmartre, par exemple. Tutin était accompagné à la clarinette par Alex Métayer, qui deviendra humoriste; mais aussi, par Serge Gainsbourg au piano chez "Milord l'Arsouille", le cabaret de Michelle Arnaud. Catherine Claire vit aujourd'hui à Montlaur... Le couple achète l'ancien café du Midi, situé sur le boulevard Barbès. Transformé en caf'conç, l'établissement prend le nom de "Fiacre" et attire la jeunesse yé-yé. Lors de son passage à Carcassonne, Johnny Hallyday y passera la nuit à boire avec le patron. Nous n'avons pas hélas de photographie de ce lieu qui a été détruit depuis pour un immeuble d'habitation.

    2323609778.jpg

    L'emplacement du Fiacre, à gauche

     Outre les occupations dans son cabaret Carcassonnais, J-P Tutin fonde à cette époque le R.A.C (Racing Athlétic Carcassonnais). Ce club de football est l'ancêtre de l'actuel F.A.C. 

    Tutin.jpg

    J-P Tutin au piano avec Marius Laffargue à la contrebasse, à Carcassonne

    Lorsqu'en 1961 la famille Tutin s'installe à Fajac-en-Val, le village est entièrement ruiné et dépourvu d'habitants. L'homme de spectacle achète d'abord une maison qui flambe en une nuit. Il se remet à l'ouvrage et fait l'acquisition des onze maisons du village qu'il réhabilite les unes après les autres, sauf la mairie et l'école. Il devient le maire de la commune et un instituteur est missionné pour faire l'école à ses enfants. Pendant ces années bohèmes, J-P Tutin reçoit Gaston Bonheur et son fils adoptif, Daniel Riva. Il y vient avec Charles Trenet qui pousse la chansonnette. On y voit le violoniste Casadessus et Henri Gougaud. Deux émissions de télévisions de "l'Invité du dimanche" y seront même tournées. C'est en 1978 que la famille Tutin vendra Fajac-en-Val pour de nouvelles aventures.

    2625115961.jpg

    Fajac-en-Val dans l'Aude

    _________________________________

    © Tous droits réservés/ Musique et patrimoine / 2018