Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Musique et patrimoine de Carcassonne - Page 5

  • Jean-Paul Léri (1918-1943), le souvenir d'un jeune martyr de la Résistance

    Ce jeune homme courageux était né le 15 septembre 1918 à Orléans d'un père, André, médecin de son état et de Allegra Aline Aghion. Etudiant titulaire d'une licence de droit, il combat au début de la guerre dans l'armée française avec le grade de sous-lieutenant au sein du 8e Zouave. Sa vaillance lui vaut la Croix de guerre et une belle blessure durant les hostilités. Il est fait prisonnier, mais s'évade et adhère aux Compagnons de France ; organisme fondé par le gouvernement de Vichy pour la jeunesse française. A partir de 1942, Jean-Paul Léri s'écarte de l'idée nationale incarnée par Pétain et rejoint la Résistance au sein du réseau Alliance.

    L'objectif de Léri et de ses camarades était "de favoriser le départ par mer, à partir de Saint-Pierre (commune de Fleury) de personnalités, mais surtout de recueillir le maximum de renseignements sur l'armée allemande et de les transmettre à Londres, soit par radio, soit en les acheminant à Lyon. Leurs lieux de ralliement étaient Rouvenac, près d'Espéraza, village assez isolé à 300 m d'altitude qui comptait 259 habitants en 1936, où vivait Louis Jean, et à Carcassonne dans un immeuble de l'allée d'Iéna, les déplacements entre ces deux points se faisant par le chemin de fer ou à vélo." (Claude Marquié)

    Grâce à nos investigations dans plusieurs archives françaises, nous connaissons maintenant les circonstances de l'arrestation de Jean-Paul Léri. Depuis près d'un mois, Léri se sent suivi et surveillé ; il en avait fait part à ses amis. L'agent de la Gestapo René Bach se trouve sur sa trace, renseigné par un "bon français". Le 21 septembre 1943, une perquisition nocturne a lieu à l'Hôtel des voyageurs, situé sur l'allée d'Iéna. C'est là que réside le jeune résistant, hébergé par Camille Dubousset, co-propriétaire de l'établissement. Dans ses papiers, la Gestapo découvre un plan de l'aérodrome allemand de Lézignan. Jean-Paul Léri est alors appréhendé le lendemain au siège des Compagnons de France, 47 allée d'Iéna. L'enquête et l'interrogatoire menés d'abord par la Police Allemande Carcassonne, passent ensuite entre les mains de l'Abwerstelle (Contre-espionnage) dirigé par le capitaine Georg Reinhard, à la Kommandantur (Grand Hôtel Terminus). Camille Dubousset est également arrêtée et tous les deux sont transférés à Montpellier, puis à Lyon le 27 octobre 1943. Jean-Paul Léri d'abord torturé à la prison de Montluc puis jugé sera condamné à mort pour espionnage avec sa logeuse. Cette dernière bénéficiera d'une grâce après une tentative de suicide ; elle sera déportée à Mathausen.

    "En tout cas, j'ai conscience de n'avoir pas été inutile et d'avoir fourni tout mon effort avec mes compagnons au service de l'unité française. Vous pourrez ainsi, je crois, ne pas avoir à rougir de moi. Je sens un grand besoin de paix et d'amour que je crois être le fond même de la vie." (Lettre d'adieu de J-P Léri)

    Léri est fusillé le 5 novembre 1943 à l'âge de 25 ans

    Madame Dubousset née le 17 mai 1900 sera déportée et mourra après son retour du camp de Mathausen, le 5 mai 1945. Elle était originaire de de St-Eloy-les-mines (63) et est inhumée au cimetière Saint-Michel de Carcassonne.

    3529236846.png

    Depuis le 30 novembre 1954, une rue de Carcassonne porte son nom dans le quartier Pasteur. 

    Sources

    Archives de victimes civiles

    Archives de justice militaire

    __________________________________

    © Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2018

  • Albert Sarraut : Texte inédit sur les raisons de la guerre de 1939

    Il s'agit d'un document dactylographié par Albert Sarraut (1872-1962) que j'ai trouvé dans le Fonds Sarraut, conservé aux archives départementales de l'Aude. L'ancien Ministre  de l'Intérieur (Radical-Socialiste) du gouvernement Daladier intitule son texte : « La guerre évitable et les fauteurs de guerre  / Note dactylographiée d’Albert Sarraut sur son « examen de conscience » après la défaite de 1940."  Ce document est assez long ; il m'a fallu plusieurs heures pour le recopier mais il présente un grand intérêt puisqu'il a été rédigé juste après le mois juin 1940. A l'intention de l'histoire, il explique les carences de la diplomatie française face aux "gangsters" du Reich. 

    Lire la suite

  • Comment les radicaux-socialistes votèrent les Pleins pouvoirs à Pétain...

     Philippe Pétain

    Les paroles récentes du Président de la République sur le Maréchal Pétain qui aurait été un "Grand soldat" (sic) pendant la Grande guerre n'ont pas manqué d'entraîner des réactions. Disons que Philippe Pétain n'a jamais été considéré comme le héros de Verdun par Clémenceau, ni d'ailleurs par les politiques de l'époque critiques à l'égard de son esprit pessimiste. Il faut regarder cette consécration du côté des poilus ; elle a été surtout exacerbée par la propagande du gouvernement de Vichy à partir de 1940. La légion des combattants unificatrice de toutes les associations de vétérans de 14 a joué pleinement ce rôle. Le "Vainqueur de Verdun" était-il un "Grand soldat" ? Certains historiens diront qu'il avait passé plus de temps dans le lit de ses maîtresses que sur le champ de bataille. Lors de la Guerre du Rif au Maroc en 1925, il emploie des armes chimiques (Gaz moutarde) qu'il fait épandre sur la population civile du Maroc par l'aviation. Bachar el Assad n'a rien inventé... D'ailleurs, la Société des Nations, ancêtre de l'O.N.U, fut saisie à ce sujet. A cela s'ajoute la baisse des crédits militaires à une époque où il était Ministre de la guerre, sous le gouvernement Doumergue en 1934. Le retard ainsi accumulé fit grandement défaut à l'armée alors même que l'Allemagne nazie se réarmait. Notons également jusqu'en 1940 sa qualité d'Ambassadeur auprès de Franco, envoyé par le Cabinet de Camille Chautemps depuis la fin de la guerre civile espagnole. Le Radicalisme socialiste a toujours été très proche de ce Maréchal Pétain, c'est d'ailleurs lui qui le réclama. Après son expérience ministérielle, Pétain jouit d’une très grande popularité, à droite mais aussi à gauche. En témoigne en 1935, la célèbre campagne lancée par Gustave Hervé intitulée « C’est Pétain qu’il nous faut ». Le fait de vouloir faire appel en cas de péril au maréchal Pétain n'est pas une spécificité de la droite et le radical-socialiste Pierre Not déclara dès 1934 : « Monsieur le Maréchal, en cas de péril national, la France compte sur vous ». Le décor était déjà planté ! Manquait plus qu'à rédiger le scénario dont, hélas, nous connaissons la finalité. Il a nous a paru intéressant de publier ci-dessous, non l'acte de contrition du radicalisme-socialiste pour avoir donné les Pleins pouvoirs au maréchal cacochyme, mais la tentative de justification après la Libération d'un Groupe d'élus Radicaux-Socialistes.

    Bundesarchiv_Bild_146-1971-083-01,_Frankreich,_französische_Flüchtlinge.jpg

    © Bundesarchiv

    L'exode des réfugiés en 1940

    Peu de Français semblent avoir gardé un souvenir précis des évènements de mai et juin 1940 et de l’effroyable débâcle qui charria, d’un bout de la France à l’autre, les régiments disloqués de nos meilleures armées et des millions de femmes et d’enfants, jetés pêle-mêle sur les routes, sans distinction et sans contrôle, par la panique et par la peur. En ce qui nous concerne, nous ne pouvons pas oublier cette époque.

    Fuyant devant l’avancée des divisions blindées allemandes, le gouvernement Paul Reynaud avait quitté Paris pour Tours quand, le 13 juin, l’armée du Reich faisait son entrée dans la capitale de la France.

    Dès ce moment, la partie était visiblement perdue et nos alliés anglais qui s’en rendaient compte, s’efforçaient de rembarquer leurs troupes au Hâvre et à Saint-Nazaire, et rappelaient en Angleterre les derniers avions de la R.A.F.

    Un appel désespéré lancé de Tours par M. Paul Reynaud au Président Roosevelt ne recevait, en ce qui concernait l’aide militaire immédiate réclamée, qu’une réponse dilatoire, et, devant la marée de l’invasion que rien ne pouvait plus endiguer, le gouvernement Paul Reynaud devait, le 15 juin, quitter précipitamment Tours pour s’installer à Bordeaux.

    Ce fut dans cette dernière ville envahie par la foule pitoyable des réfugiés et les débris de l’armée française, bombardée, en surplus, par l’aviation allemande, que M. Paul Reynaud remit au Président de la République la démission de son cabinet.

    M. Albert Lebrun chargea le Maréchal Pétain de former le nouveau gouvernement et, peu de temps après, le maréchal estimant que la prolongation de la lutte ne pouvait apporter que de nouveaux malheurs, sollicitait de l’ennemi triomphant, un « armistice dans l’honneur. »

    Dans la nuit du 24 au 25 juin, après des journées d’angoisse et d’attente fiévreuse, l’armistice était finalement conclu, mettant fin à la lamentable odyssée des soldats et des civils français.

    Sa conclusion était accueillie avec soulagement par l’immense majorité des Français.

    Que chacun sonde sa propre conscience avec sincérité ; que chacun se replace dans l’atmosphère de la débâcle !

    Nous sommes, dès lors, assurés qu’il ne s’en trouvera pas un seul pour regretter le geste qui arrête les hostilités à un instant où il n’y avait plus rien d’autre à faire, à un instant où le désordre, l’anarchie, la famine, menaçaient les foules errantes de l’exode et où l’armée elle-même avait pratiquement cessé d’exister comme force militaire cohérente et disciplinée.

    L’armistice ne devait, hélas, pas mettre fin à nos malheurs. Sur le plan national et sur le plan international, des évènements graves allaient en produire, bouleversant encore plus les esprits, quand, à la fin du mois de juin, le gouvernement décida de s’installer à Clermont-Ferrand puis à Vichy.

    C’est au milieu du plus grand désarroi de l’opinion publique encore sous le coup de l’humiliation de la défaite, que la T.S.F annonça brusquement la convocation du Parlement en vue de modifier les lois constitutionnelles.

    Pleins.jpg

    L’Assemblée nationale

    Le Parlement se réunit à Vichy au milieu d’une cohue invraisemblable. La plupart des lignes de chemin de fer étaient détruites. Les ponts étaient coupés, la poste ne fonctionnait plus.

    Les députés et les sénateurs avaient dû employer des moyens de fortune pour répondre à la convocation qui leur était adressée.

    Les deux questures les avaient logés, au petit bonheur, dans les hôtels désaffectés qui, la veille ou le jour même, pour certains d’entr’eux, fonctionnaient encore comme hôpitaux militaires.

    A peine arrivés, encore harassés par le voyage, ils demeuraient étourdis sous un flot de nouvelles contradictoires. Ils se heurtaient bien entendu à l’hostilités générale, car l’opinion, abusées par des campagnes tendancieuses, les rendaient responsables de tous les malheurs.

    Dans ces conditions difficiles, ils se trouvaient placés dans les plus redoutables cas de conscience et devaient prendre, très rapidement des décisions graves dont dépendaient l’avenir et peut-être même l’existence de la patrie.

    Les décisions de Vichy

    On sait quelles furent ces décisions.

    Le mardi 9 juillet 1940, par 395 voix contre 3, sur 398 votants, la Chambre des Députés adoptait un projet de résolution tendant à réviser les lois constitutionnelles.

    « Aujourd’hui, avait dit M. Mistler, rapporteur de la Commission du Suffrage Universel - il s’agit d’entreprendre l’effort de reconstruction du pays, dans l’ordre et la légalité républicaine, pour que la France revive ». (Jean Mistler sera nommé maire de Castelnaudary par Pétain et au Conseil National de Vichy, NDLR)

    Le même jour, par 229 voix contre 1, sur 230 votants, le Sénat adoptait la même proposition de résolution.

    Après ces votes décisifs, dont la gravité n’échappe à personne et qui engageaient, sans retour possible, les deux Assemblées dans la voie de la révision constitutionnelle, l’Assemblée Nationale se réunit le 10 juillet.

    Par 569 voix contre 80, elle adoptait l’article unique du projet de loi suivant : « L’Assemblée Nationale donne tous pouvoirs au gouvernement de la République sous l’autorité et la signature du Maréchal Pétain à l’effet de promulguer par un ou plusieurs actes, une nouvelle constitution de l’Etat Français. Cette constitution devra garantir les droits du Travail, de la Famille et de la Patrie. Elle sera ratifiée par la Nation et appliquée par les Assemblée qu’elle aura créées.

    Les votes des socialistes

    Dans le premier vote de la Chambre qui fut, répétons-le, le vote décisif, les votes des 115 députés socialistes ayant pris part au scrutin se répartirent comme suit :

    Pour l’adoption : 113

    Contre : 2 (Les autres s’abstinrent où étaient absents)

    Dans le second vote, celui de l’Assemblée Nationale, la répartition des votes des élus socialistes fut la suivante :

    Pour le projet : 88

    (Dont Jean Mistler, Jean Bousgarbiès, Léon Castel, Jacques Guilhem, Clément Raymaud et Albert Sarraut)

     Contre : 35

    (Dont Henri Gout et Léon Blum)

    Abstention : 6

    Excusés : 7

    (27 élus absents n’avaient pas voté)

    Les raisons des socialistes ayant voté pour.

    La majorité des élus socialistes présents à Vichy, le 10 juillet 1940; votèrent donc les pleins pouvoirs au Maréchal Pétain.

    Leur vote, à notre avis, avait surtout et presque uniquement le sens suivant : Ils approuvaient la demande d’armistice formulée par le gouvernement et se refusaient à remettre en cause, par un vote irréfléchi, les résultats précaires si difficilement obtenus.

    Ils avaient le désir et l’espoir de sauver tout ce qui pouvait être sauvé des libertés essentielles auxquelles, dans les circonstances les plus critiques, notre pays reste foncièrement attaché.

    Leur vote s’explique aussi par le rayonnement incontestable de la personnalité du Maréchal Pétain.

    Au lendemain de la défaite, en effet, le Maréchal Pétain jouissait en France d’un grand prestige : l’opinion populaire lui était reconnaissante d’avoir, en 1917, lors de graves mutineries dans l’armée, préféré la clémence aux pelotons d’exécution et d’avoir ainsi réussi à rétablir l’ordre et la discipline dans les régiments démoralisés par une guerre trop longue.

    On le savait homme de droite, mais on espérait que la défaite lui aurait inspiré comme à beaucoup le désir de réaliser une union véritable de tous les Français pour relever le pays.

    Le 9 juillet 1940, à la séance de la Chambre des Députés où fut voté le principe de la révision constitutionnelle, M. Edouard Herriot, dont nul ne contestera ni le loyalisme républicain, ni les sentiments patriotiques, s’exprimait comme suit sur le compte du Maréchal Pétain :

    « Autour de M. le Maréchal Pétain dans la vénération que son nom inspire à tous, notre nation s’est groupée en sa détresse. Prenons garde à ne pas troubler l’accord qui s’est établi sous son autorité ».

    Le gouvernement du Maréchal Pétain comprenait, en effet, à côté de nombreux militaires, deux ministres socialistes : Février et Rivière.

    Voici, en surplus, la composition du Cabinet, au moment où se réunissait l’Assemblée Nationale.

    Gouvernement.jpg

    Président du Conseil : Philippe Pétain

    Vice-Président : Camille Chautemps (Radical-Socialiste)

    Défense nationale : Général Weygand

    Guerre : Général Colson

    Justice : Frénicourt

    Marine : Amiral Darlan

    Intérieur : Pomaret (Union socialiste)

    Affaires étrangères : Paul Baudouin

    Finances : Bouthillier

    Colonies : Rivière (S.F.I.O)

    Education Nationale : Albert Rivaud

    Travaux publics : Frossard (Union socialiste)

    Agriculture : Chichery (Radical-Socialiste)

    Travail : Février (S.F.I.O)

    Anciens combattants : Ybernegaray (Droite)

    Sous-secrétaire d’état : Alibert et Robert Schuman (Droite) qui sera le fondateur de l’UE

    Nous ne pouvions pas supposer que, très rapidement, cet accord tacite serait rompu sous la pression des milieux royalistes qui allaient accaparer Vichy. C’est d’ailleurs au nom du gouvernement de la République que la Maréchal Pétain avait à promulguer une nouvelle constitution. En outre, le texte primitivement présenté par le gouvernement avait été considérablement modifié, dans un sens plus démocratique.

    D’après le texte primitif, la Constitution nouvelle devait être « ratifiée par les Assemblées qu’elle aurait créées ».

    Sous cette forme, le texte n’aurait pas obtenu une majorité à l’Assemblée Nationale.

    Le gouvernement lui substitua le texte suivant : « Elle sera ratifiée par la Nation et appliquée par les assemblées qu’elle aura créées ».

    Deux points ressortent de ce dernier texte : la Constitution nouvelle prévoyait la création d’Assemblées législatives et, d’entre part, la Constitution, avant d’être appliquée, devait être soumise à la ratification de la Nation, c’est-à-dire à la ratification du suffrage universel.

    Rappel des promesses faites à Vichy

    La Constitution nouvelle, comme l’expérience la montré, n’était pas sur le point d’être rédigée, promulguée et ratifiée.

    Aussi, de nombreux parlementaires, dont nous étions, s’étaient-ils émus à la pensée que, pendant des années, le gouvernement de la France ce serait soumis à aucun contrôle des représentants de la Nation.

    En vue de leur donner satisfaction, M. Pierre Laval avait, dans la séance privée du 9 juillet 1940, pris des engagements solennels. Citons ses paroles textuelles : « Il est un engagement que je prends au nom du Maréchal Pétain : un acte fixera la position nouvelle du Parlement. Les Chambres substitueront jusqu’à ce que soient créées les Assemblées prévues par la Constitution nouvelle. »

    Ce engagement avait été rappelé à la séance de l’Assemblée Nationale, le 10 juillet, par M. Boivin-Champeaux, rapporteur du projet de loi, dans les termes suivants :

    « M. Pierre Laval, vice-président du Conseil, a fait à la Commission spéciale la promesse que dès cette semaine, serait promulgué un acte laissant subsister les deux chambres jusqu’au fonctionnement des institutions nouvelles. Etant donné la délégation de pouvoirs, leur activité sera nécessairement réduite. Je suis persuadé néanmoins que, dans les circonstances tragiques que nous traversons, leur existence sera pour le gouvernement une force et un soutien ».

    Ajoutons que la promesse faite avait reçu un commencement d’exécution. L’acte constitutionnelle n°3 du 11 juillet 1940 stipule en effet : « Nous, Maréchal de France, chef de l’Etat Français, vu la loi constitutionnelle du 10 juillet 1940, décrétons : « Le Sénat et la Chambre des Députés substitueront jusqu’à ce que soient formées les Assemblées prévues par la loi constitutionnelle du 10 juillet 1940 ».

    Peut-on ajouter que nous avions eu aussi, en votant le projet, le souci de préserver les assemblées départementales et communales élues, et que, sur ce point également des promesses très fermes nous avaient été faites par des personnalités qui prétendaient parler au nom du Maréchal Pétain.

    Dans ces conditions, il nous était difficile de voter contre le projet.

    Ne pas le voter, c’est courir le risque d’une aventure dangereuse, ouvrir la porte à une invasion plus complète encore du territoire national, c’était jeter notre pays dans les horreurs de la guerre civile et faire un saut dans l’inconnu.

    M. Pierre-Etienne Flandin fut l’interprète de l’opinion générale dans un très beau discours qu’il prononça à la séance privée du 9 juillet. Il déclara qu’après un long débat de conscience, il apporterait son suffrage au texte du gouvernement parce qu’il redoutait « ce qui pourrait se produire si le projet était repoussé ».

    Mais il adjure le gouvernement de « préparer en France, le respect de la personne humaine ». « Il faut, ajouta t-il, que vous vous présentiez avec cette fierté de la liberté que nous devons conserver au fond de nous-mêmes ».

    Des applaudissements quasi-unanimes avaient souligné ces passages et, à la sortie, de nombreux parlementaires, dont Marx Dormoy, qui allait voter contre le gouvernement, s’étaient précipités au devant de l’ancien Président du Conseil et l’avaient félicité chaleureusement. 

    838_gettyimages-104416670.jpg

    Message de Pétain du 13 novembre 1940 qui n’a pas pu être diffusé sur les ondes

    Français,

    Le 10 juillet 1940, l’Assemblée Nationale m’a donné mission de promulguer par un ou plusieurs actes une nouvelle constitution.

    J’achève la mise au point de cette constitution. Elle concilie le principe de la souveraineté nationale et le droit de libre suffrage des citoyens avec la nécessité d’assurer la stabilité et l’autorité de l’Etat.

    Mais je me préoccupe de ce qu’il adviendrait si je venais à disparaître avant d’avoir accompli jusqu’au bout la tâche que la Nation m’a confiée. C’est le respect de la légitimité qui conditionne la stabilité d’un pays. En dehors de la légitimité, il ne peut y avoir qu’aventures rivalité de factions, anarchie et luttes fratricides.

    J’incarne aujourd’hui la légitimité française. J’entends la conserver comme un dépôt sacré et qu’elle revienne à mon décès à l’Assemblée Nationale de qui, je l’ai reçue si la nouvelle constitution n’est pas ratifiée. Ainsi, en dépit des évènements redoutables que traverse la France, le pouvoir politique sera toujours assuré, conformément à la loi. Je ne veux pas que ma disparition ouvre une série de désordres qui mettrait l’unité de la France en péril.

    Tel est le but de l’acte constitutionnel qui sera promulgué demain au Journal Officiel.

    Français,

    Continuons à travailler d’un même cœur à l’établissement du régime nouveau dont je vous indiquerai prochainement les bases et qui, seul, pourra donner à la France sa grandeur.

    Ce qui s’est passé depuis

    Bien entendu, les propagandistes acrimonieux qui vitupèrent notre prétendue trahison, ont beau jeu quand ils évoquent ce qui s’est passé en France depuis trois ans. Une camarilla sectaire a poussé notre pays dans la voix de la division, de la corruption et de la désagrégation et nous goûtons, chaque jour, les fruits amers des erreurs monstrueuses qui ont été commises. Le Parlement, avons-nous rappelé, devait subsister jusqu’à la création d’assemblées nouvelles, mais les engagements n’ont pas été tenus.

    La propagande officielle s’est attachée quotidiennement à ridiculiser, à discréditer, à déshonorer les élus du suffrage universel, et, un beau jour, les deux chambres ont été par un acte officiel, pratiquement liquidées, pour la plus grande joie des démagogues d’extrême droite à qui, la défaite du pays avait fourni l’occasion inespérée d’une éclatante revanche politique.

    Les conseils municipaux, les conseils généraux ont été, eux aussi exécutés et remplacés par des Assemblées falotes de Béni-Oui-Oui. 

    Des fonctionnaires, des militants connus pour leurs opinions républicaines, socialistes ou pacifistes, furent révoqués et persécutés et, dans la zone Sud, certaines organisations d’essence gouvernementale créèrent rapidement un atmosphère intolérable de la délation et de mouchardage.

    Occupés à danser la danse du scalpe autour de la République et des Républicains, les « nouveaux Messieurs » de la drôle de Révolution Nationale n’ont voulu rien entendre. De maladresse en maladresse, de sottise en sottise, ils ont finalement supprimé tout contact entre le gouvernement du pays et la pays lui-même, détruit pratiquement l’autorité gouvernementale et poussé la Nation dans la voie de l’indiscipline, du désordre et, pour tout dire, de l’anarchie.

    La Révolution Nationale dont certains ont encore la bouche pleine, a été un fiasco total et son échec retentissant a rendu une popularité nouvelle et un sens nouveau à l’idéal républicain.

    Nous nous en réjouirions complètement si elle n’avait, en même temps, plongé notre pays dans un véritable abîme, si elle n’avait dissocié et broyé tous les ordres qui auraient pu protéger la France contre les excès possible des partis d’extrêmes, si elle n’avait détruit jusqu’au sens de l’unité et de la solidarité nationales.

    Pour entraîner le vote des hésitants, on a beaucoup parlé à Vichy du Maréchal Weygand : « Voter pour Pétain, disait-on, c’est voter contre les projets de dictature militaire du général Weygand. Celui-ci se trouve à Clermont-Ferrand, prêt à marcher sur Vichy avec quelques régiments et à dissoudre le Parlement par la force ».

    Il est difficile de savoir ce qu’il y avait de vrai dans ces allégations. Toutefois, connaissant les idées et le tempérament du général Weygand, nous avons estimé que nous n’avions pas le droit de négliger une telle thèse, après tout vraisemblable.

    Ce n’était pourtant pas l’épouvantail Weygand qui nous préoccupait le plus.

    Qu’on se replace dans l’atmosphère de 1940 :

    Le Maréchal Pétain était, aux yeux des Allemands, le garant de l’armistice. Si le gouvernement s’était heurté à l’hostilité de l’Assemblée Nationale, tout le monde sait ce qui se serait passé. Il n’eût plus été question de gouvernement français ni d’armistice : Toute la France ait été envahie en un tour de main et notre pays eût été placé sous l’autorité d’une quelconque Gauleiter.

    Les partisans de la politique du pire disant : « Cela aurait été mieux valu ». On nous excusera de ne pas être de leur avis.

    En juillet 1940, près de 2 millions de prisonniers étaient déjà aux mains des Allemands. La continuation de la guerre n’eût pu être que théorique et les Allemands auraient facilement cueilli, en occupant le Midi de la France, environ deux millions de nouveaux prisonniers qui partageraient aujourd’hui, derrière les barbelés, l’amère désespérance de tous ceux de nos amis et de nos parents qui n’ont pas eu de chance.

    Mais, diront certains contradicteurs, si les Français avaient continué la guerre en Afrique, celle-ci serait terminée depuis longtemps.

    Voyons un peu les choses de près :

    En juillet 1940, la force militaire du Reich était intacte, la force militaire de l’Angleterre, sur terre, était pratiquement nulle. L’Italie était encore aux côtés de l’Allemagne et la Lybuie aurait pu servir de voie d’accès à une puissante armée allemande que la fin rapide de la guerre à l’Ouest rendait immédiatement disponible. Les East-Unis n’avaient pas encore été jetés dans la guerre par l’agression brusquée du Japon. La Russie soviétique, d’autre part, venait d’être, chose que d’aucune semble avoir oubliée, la partenaire de l’Allemagne dans le dépècement de la malheureuse Pologne. Dans ces conditions, il faut être bien présomptueux pour proclamer que, livrées à elles-mêmes, nos maigres divisions africaines auraient pu affronter victorieusement les millions de soldats aguerris et disciplinés du Reich.

    Après coup, il est toujours facile de refaire l’histoire selon son propre tempérament, ses propres préjugés, ses propres passions, ou ses… propres intérêts. C’est ce que nos compatriotes essaient de faire aujourd’hui pour oublier leur grande peur de 1940. Nous les suivrons pas sur ce terrain. 

    Ayant la conscience absolument nette, nous prenons la responsabilité de l’attitude que nous avons prise dans l’intérêt de notre Patrie. Nous avons cité une partie de l’allocution prononcée par Edouard Herriot le 9 juillet 1940. Le Président de la Chambre avait dit encore : « Nous aurons à réformer, à rendre plus austère une République que nous avions faite trop facile, mais dont les principes gardent toute leur vertu. Nous avons à refaire la France. Le destin de cette œuvre dépend de l’exemple de sagesse que nous allons donner ».

    Nous étions prêts à collaborer loyalement à l’œuvre de reconstruction. Ce n’est pas de notre faute si nos adversaires politiques n’ont observé la sagesse que recommandait Edouard Herriot.

    Ce n’est pas de notre faute si la résurrection nationale de la France n’est pas encore commencée.

    Aujourd’hui, en tout cela, le devoir de tous les Français lucides est clair et impératif.

    L’heure est venue pour les hommes de bonne volonté de se grouper et de s’unir au-dessus des clans partisans, s’ils ne veulent pas voir la France devenir, à l’issu de la plus sanglante des guerres civiles, une proie toute désignée pour tous les appétits impérialistes qui se partagent le monde ; s’ils ne veulent pas voir la Patrie, dont ils restent fiers et qu’ils chérissent plus encore depuis qu’elle est malheureuse, n’être plus qu’une vague colonie soumise à l’influence étrangère.

    En ce qui nous concerne, nous restons fidèles à notre idéal. Nous espérons qu’il sera possible de substituer, un jour, aux haineuses divisions actuelles, un grand rassemblement populaire et républicain capable d’orienter notre pays vers les solutions d’un socialisme constructif et pratique en dehors duquel nous n’entrevoyons pas pour la France possibilité de salut.

    Un Groupe d’élus socialistes

    Montoire.jpg

    Le Maréchal Pétain fut-il un Grand soldat ? 

    Il semblerait qu'avec le concours de certains élus, le choix de la défaite ait été acté avant 1940. On avait déjà prévu l'avénement du maréchal Pétain comme sauveur de la Patrie. Les radicaux-socialistes pourront expliquer ce qu'ils veulent, mais ils sont bien co-responsables de la mise en place de Vichy. D'ailleurs, n'ont-ils pas cherché plutôt à sauver les postes de parlementaires ? Plusieurs d'entre-eux, comme les Audois Jean Mistler ou Albert Tomey seront nommés respectivement Président de la délégation spéciale de Castelnaudary et Président du Conseil départemental par Pétain en 1941. Cela n'a pas empêché le premier de devenir Académicien et l'autre, d'avoir une rue à son nom dans Carcassonne. Henri Gout (Radical-Socialiste) fait figure d'exception dans l'Aude en refusant d'accorder sa confiance à Pétain, comme Léon Blum qui était S.F.I.O.

    Sources

    Fonds Sarraut / ADA 11

    _____________________________

    © Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2018