Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Musique et patrimoine de Carcassonne - Page 2

  • Le domaine de Romieu, du XVIIe siècle à aujourd'hui

    La Métairie de Brons, ainsi dénommée sur un plan de 1679, avait été bâtie sur un ancien oppidum romain à la sortie de la ville en direction de Bram, non loin de la voie romaine. En 1852, le procès verbal de la séance de la Société des Arts et des Sciences de Carcassonne nous renseigne sur la découverte d'une mosaïque romaine lors de travaux de défoncement à cet endroit, dans la partie la plus basse de l'Estagnol. D'après nos recherches, la métairie aurait appartenu au sieur Jean Brons, huissier de justice seigneuriale de Conques.

    Capture d’écran 2024-01-30 à 14.53.38.png

    Carte de Cassini de 1740

    À une date que nous ne sommes pas en mesure de préciser, la métairie de Brons devint Romieu. On peut tout même situer le changement de propriétaire entre 1729 et 1740, grâce à deux cartes. Marc-Antoine Romieu (1706-1786), marchand drapier de son état, en devint l'acquéreur. Fils de Pierre Romieu, ancien Consul de Carcassonne,  il avait épousé Catherine Marragon (1728-1775), la fille d'un autre riche fabricant de draps. Comme la majeure partie des riches bourgeois de la ville, les époux Romieu résidaient dans une belle demeure de la Bastide en laissant le travail de leurs propriétés à des métayers. C'est donc ainsi que le domaine prit le nom de Romieu.

    Capture d’écran 2024-01-30 à 18.45.44.png

    Après la Révolution française, le domaine de Romieu passa entre les mains de la famille Maraval qui le conserva une centaine d'années. Juges au tribunal civil et d'une grande fortune, ils n'eurent pas le désir de modifier à nouveau l'appellation du domaine. Ils transformèrent leurs terres en vignes, au milieu du XIXe siècle, comme l'ensemble des propriétaires audois. Sous la houlette de Joseph Maraval (1881-1954), véritablement passionné d'agriculture et d'irrigation, son domaine se rendit célèbre grâce aux expérimentations des nouvelles machines. A la fin du XIXe siècle, la crise du Philloxéra entraîna progressivement la ruine des exploitants.

    Malgré son mariage en 1907 avec Marie Antoinette Fondi de Niort, Joseph Maraval ne parvint pas à maintenir les comptes de son exploitation à flot. Un beau parti pourtant que la fille du Conseiller général réactionnaire du canton de Niort-de-Sault. Un opposant farouche à République laïque, ce Marcien Fondi de Niort ! Anti-Dreyfusard, soutien des ligues monarchistes et contre les aides aux classes laborieuses. Ses prises de positions, très brillantes d'un point de vue intellectuel, nourrissaient tous les combats contre les radicaux-socialistes dans le Courrier de l'Aude. Seul Dieu trouvait de grâce à ses yeux. D'ailleurs le mariage de sa fille avec Joseph Maraval fut assez rocambolesque. Célébré dans l'église de Grèzes par Mgr de Beauséjour, il fut l'objet d'un procès pour lequel l'évêque fut condamné à 50 francs d'amende. La loi interdit tout mariage religieux avant de passer à la mairie.

     Joseph Maraval, trop dispendieux et passionné par ses courses de chevaux, n'eut pas d'autre choix que de vendre son domaine à Germain Gazel, après la Première mondiale. Déjà en 1901 de grandes parcelles avaient été  cédées à la ville de Carcassonne pour la construction d'une terrain militaire, puis en 1936 du Stand de tir. Triste fin pour M. Maraval qui dut finir ses jours dans un appartement à Toulouse. Le domaine de Romieu appartient toujours à la petite-fille de Germain Gazel. 

    Capture d’écran 2024-01-30 à 18.36.07.png

    Autrefois, on accédait au domaine depuis le Canal du Midi directement par un chemin. C'était bien plus simple pour débarquer ou embarquer les futailles directement sur les péniches. La construction de la rocade a bouleversé ce tracé historique.

    ____________________________

    © Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2024

  • Salsigne : Depuis 80 ans ils le savaient...

    C'était exactement le 31 janvier 1944. Ce jour-là, treize mineurs appartenant à un GTE (Groupement de Travailleurs Étrangers) ont été embarqués dans des camions militaires allemands, au vue et au su de tous. Tous, c'est-à-dire les autres. Ceux qui n'étaient pas juifs ou étrangers, et surtout pas des deux. Ceci ne peut être nié ; ils savaient, car dans son récit de témoignages sur Trassanel, l'écrivaine Annie Kochert-Bonnefoy a interrogé des habitants. Je cite, le passage de son livre "Ils voulaient vivre libres". Un ouvrage non à vocation historique, mais à évocation testimoniale : 

    "Le Midi, à l'heure de la pause, il n'était pas rare que nous partagions notre repas, assises sur une banquette du café de Conques. Aujourd'hui, Ginette me racontait avec moult détails sordides, l'arrestation d'une vingtaine de juifs qui avait eu lieu en janvier à Salsigne. Elle tenait l'histoire d'une commerçante, voisine et maie d'un dénommé Léopold Shloss.

    Ce jour-là, les pauvres gens qui avaient été recensés en tant que juifs (et qui représentaient donc l'ennemi suprême pour nos envahisseurs) furent rassemblés dans un hangar à l'extérieur du village pour y être interrogés avant leur déportation pour Auschwitz. L'un des hommes, qui a eu l'incroyable chance de réussir à s'échapper, a raconté l'horreur à tous ceux qui voulaient bien l'entendre. Dans la région, beaucoup savaient que des juifs avaient été arrêtés, mais on ignorait comment s'était passée la rafle, et où ces gens avaient été envoyés. En fait, personne ne savait grand chose sur cette triste affaire. les faits sont ainsi arrivés à l'oreille de la voisine de Léopold Schloss : comme le brave homme refusait de trahir ses coreligionnaires qui n'avaient pas été encore fichés par la préfecture, il fut terrassé de coups de poing au visage et tenu en respect par le canon du révolver que Bach tenait appuyé contre sa tempe. Le gestaltiste lui enfonça les côtes et lui écrasa les parties Gestapiste à grands coups de pieds avant de s'acharner sur le pauvre homme jusqu'à l'interposition de l'officier commandant la troupe. Ce n'est qu'à cet instant, profitants de la panique, que le témoin de ce drame réussit à s'enfuir."

    Capture d’écran 2024-01-27 à 17.20.36.png

    La plaque payée par M. Montané, ancien mineur de Salsigne

    Le travail historique que j'ai effectué grâce à l'ouverture des archives du procès de René Bach, n'apportait pas de témoignage pouvant affirmer que les gens du coin étaient au courant, à part le garde-champêtre de Salsigne.. Il a surtout démontré la véracité de cette histoire tragique, à travers les témoignages des victimes et de l'accusé. Le récit d'Annie Kochert ne laisse pas de doutes, à condition que les gens qui se sont confiés à elle n'affabulent pas. Dès lors, il convient de nous interroger sur les raisons pour lesquelles, les autorités locales ont fait silence sur cette histoire. Pourquoi n'a-ton jamais posé de plaque en hommage à ces malheureux ? Le silence porterait-il des secrets peu avouables ?  L'inaction de camarades pour cacher et préserver la vie de leurs collègues étrangers, ou pire, la dénonciation de quelques traitres ? 

    Capture d’écran 2024-01-27 à 17.24.50.png

    Le Monde (Magazine). 27 janvier 2024

    Un article paru ce matin dans le Magazine du journal Le Monde, titre : "Le village de Salsigne se souvient de ses treize mineurs juifs raflés par les nazis." Pas sûr que cela soit sans réticences car la commémoration, désirée par MM. Montané et Ogé, soulèverait en secret un flot de réprobations du côté des maires du voisinage. Mercredi 31 janvier à 11h, on devrait rendre hommage à ces treize malheureux. Robert Montané a acheté la plaque à ses frais et ira la poser lui-même. On craint qu'elle ne soit vandalisée. Mon travail historique, s'il a permis comme le dit le journal Le Monde de faire resurgir l'histoire de cette rafle, ne plairait pas du tout aux camarades actuels.

    http://musiqueetpatrimoinedecarcassonne.blogspirit.com/archive/2016/09/15/arrestations-et-assassinats-des-juifs-de-la-mine-de-salsigne.html

    Ce communiqué de presse m'a été transmis. Il est publié in-extenso

    "Nous sommes tous des Juifs Allemands" ?

    Célèbre cri de centaines de milliers de manifestants en mai 1968 quand la France,horrifiée, découvrit qu'était ainsi défini Daniel COHN-BENDIT, futur député européen ( liste EELV).

                                                                                                                                                                                                                                                                                  31/01/1944....31/01/2024 :

    Le 18 mai 1945  (en exécution de la réquisition numéro 254 du juge d'instruction de Carcassonne en date du 12 mai 1945 ) des gendarmes recueillent des témoignages à SALSIGNE à propos de la rafle du 31 janvier 1944 de mineurs-ouvriers ,êtres humains de confession israélite . Un des témoins ---résidant de SALSIGNE---parle à 14 h de <<déportés (....)de race juive allemande >>. Oui , vous avez bien lu  :  << de race juive allemande >> ! Nous sommes le 18/05/1945 et la guerre est gagnée depuis le 08/05/1945. René BACH (qui a piloté la rafle du 31/01/1944  ) est en prison, les panzers ne vont pas revenir mais  on parle néanmoins  de << race juive allemande >>......Pour combien de temps ? Qu'est-ce que cela sous-entend ?

    Par exemple ,pour d'autres mineurs-ouvriers, êtres humains de confession musulmane , ayant rejoint le Corps Franc de la Montagne Noire et tués au combat ( entre autres Meziane TAHAR ,Mohamed  BEN BOURENI, Rabia KIMOUN, Ahmed GUERCHOUCHE ) ,oserait-on un jour parler de <<  race maghrébine musulmane  >> ? Quelles rues portent leurs noms ?

    Par exemple ,pour  les êtres humains de confession israélite ,ayant rejoint le Corps Franc de la Montagne Noire et tués au combat ( entre autres  Raymond LEVY-SECKEL,etc...), oserait-on un jour parler de << race juive alsacienne >> ? Quelles rues portent leur nom ?

    Par exemple , pour les êtres humains de confession israélite raflés le 24/08/1942 dont un seul survivra (Simon SALZMAN, Chevalier de la Legion d'Honneur  ultérieurement) ,reviendra  dans l'Aude puis travaillera comme mineur-ouvrier  jusqu'à sa retraite ,oserait-on parler de << race juive  westphalienne >>  ?

    Par exemple , pour un être humain de confession chrétienne comme l'Abbé Albert GAU qui sauva de la déportation et des chambres à gaz des centaines de ses << frères >>(pour le citer) oserait-on parler de << race  catholique  audoise >> ? Les villes de CARCASSONNE et de BRAM  se sont heureusement souvenu ..... 

    31 janvier 1944....31 janvier 2024 : 80 années  pour  12 mineurs-ouvriers tués en déportation.  Et il ne faut pas d'une commémoration ?

    ____________________________________

    © Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2024

  • Retour sur la conférence donnée à Limoux, le 8 décembre 2023

    C'est devant un public d'une cinquantaine de personne que s'est tenue ma conférence sur les évènements du massacre de Baudrigue, le vendredi 8 décembre dernier à Limoux. En présence de M. Pierre Durand, maire de la commune, auquel je dois l'organisation de cette manifestation et de M. Combettes, maire de Roullens.

    Limoux 2.jpeg

    L'assistance, très attentive au récit de cette triste journée du 19 août 1944, s'est ensuite prêtée à l'exercice des questions-réponses. Les échanges ont été riches et instructifs avant la séance de dédicace de mon livre "Baudrigue, 19 août 1944. Le récit de l'horreur". Un vin d'honneur a clôturé cette soirée, si bien organisée toutes les équipes de la municipalité limouxine. Je remercie également Louis Pédrola pour son aide technique.

    Interview réalisée par Giles Matheron

    Plusieurs autres conférence devraient être organisées prochainement à Trèbes, à Carcassonne (Maison Pasteur) et à Alairac.

    ______________________________

    Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2023