Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Peintres et sculpteurs

  • Le bâtiment Art-Déco des Archives départementales de l'Aude

    Autrefois fort mal installé dans les bureaux de la Préfecture, le service des Archives départementales de l’Aude va enfin se doter d’un bâtiment moderne à la hauteur de ses besoins à partir de 1941. Joseph Poux (1876-1938) qui avait passé toute la fin de sa carrière à Carcassonne à dépoussiérer, inventorier et classer le fonds d’archive prit sa retraite en janvier 1937 et ne put profiter des commodités d’un immeuble dont il avait initié la construction. Emporté par la maladie un an plus tard, il n’en verra même pas l’achèvement. C’est son successeur Henri Blaquière qui mènera le projet jusqu’à son terme en accord avec le préfet Voizard.

    Capture d’écran 2021-03-20 à 19.12.29.png

    © ADA 11

    À l'angle de la rue des Tanneurs, la Maison Bousquet avant sa démolition.

    En 1937, la préfecture de l’Aude, en quête d’un site pour la construction des Archives départementales, s’intéresse de près à un immeuble vétuste situé non loin de ses bureaux, à l’angle de la rue des Tanneurs. Il s’agit de l’ancienne demeure de Jean Bousquet, marchand-fabricant de draps, dont sa fille (1844-1930) avait hérité et qu’elle donna en dot à son époux Marie Alfred Rousseau, chef de division de la préfecture du Rhône. Le choix de cet immeuble ne semble pas être le fruit du hasard, puisqu’Alfred Rousseau était connu à Carcassonne pour y avoir résidé avec son frère Théodore. Ce dernier fut un éminent fonctionnaire des Eaux et forêts du département reconnu pour ses nombreux travaux au sein des sociétés savantes de la ville. Les deux frères avaient épousé les deux sœurs Bousquet : Rose et Nelly. 

    Issu du mariage entre Marie Alfred Rousseau et sa mère Rose, Gabriel Rousseau devait ensuite hériter de l’imposant hôtel particulier, à l’angle de la rue des tanneurs. Artiste peintre vivant à Paris, il ne voyait aucun problème à céder son bien pourvu que l’on lui en donnât un prix convenable. Un accord pour 200 000 francs fut trouvé, mais un locataire récalcitrant retarda la signature de l’acte de vente. L’homme ne se disposait pas à quitter les lieux sans avoir lancer quelques procédures judiciaires contre son logeur ; il tirera d’ailleurs bénéfice. Finalement, la préfecture parviendra le 17 juillet 1937 à acquérir la maison Bousquet, destinée à la démolition. 

    Capture d’écran 2021-03-20 à 19.34.35.png

    © ADA 11

    Gabriel Rousseau

    (1876-1951)

    Avant de poursuivre plus en avant, nous avons souhaité nous intéresser à la personnalité de Gabriel Rousseau, le fils de Rose Bousquet. Sa qualité d’artiste peintre a attiré notre curiosité… En cherchant dans de vieux journaux et magazines, nous avons appris que cet homme né à Lyon le 18 novembre 1876, bien qu’oublié de nos jours, avait eu une brillante carrière. C’est même l’un des peintres orientalistes parmi les plus remarqué de sa génération.

    Capture d’écran 2021-03-19 à 20.45.34.png

    Élève de Gustave Moreau à l’École des Beaux-arts de Paris, Gabriel Rousseau que l’on confond à tort avec le verrier Gabriel Argy-Rousseau, a bénéficié d’une bourse de voyage en 1912 pour le Maroc.

    Capture d’écran 2021-03-19 à 20.39.30.png

    Dans cette colonie française où il exerça le métier de professeur de dessin, il réalisa de très nombreuses aquarelles. En 1925, il fut à l’origine du Pavillon Nord-Africain à l’Exposition Internationale des Arts décoratifs de Paris. Il exposa au Salon de la Société Nationale des Beaux-arts, dessina des affiches pour le tourisme marocain et publié plusieurs ouvrages : L’art décoratif marocain (1934), Le costume au Maroc (1938). Le Musée Carnavalet conserve l’une de ses aquarelles.

    Capture d’écran 2021-03-19 à 19.23.27.png

    Chose sans doute bien moins connue, le Musée des Beaux-arts de Carcassonne doit avoir quatre de ses tableaux dans ses réserves. Trois représentent des visions impressionnistes de Paris et le quatrième, un paysage quasi nocturne de clair-obscur en Savoie réalisé en 1902. Gabriel Rousseau décéda à Issy-les-Moulineaux le 8 août 1951.

    Capture d’écran 2021-03-20 à 19.05.40.png

    Ce bâtiment Art-Déco est l'œuvre de Jules Reverdy. À gauche, se trouvait le logement du concierge. À droite, le bureau de l'archiviste.

    La mairie obligea Jules Reverdy, architecte du département, à mettre le futur bâtiment des archives en pan coupé, à l’angle de la rue des Tanneurs. L’adjudication des travaux fut accordée le 2 avril 1938 à l’entreprise de maçonnerie de Noël Cazanave, avenue Achille Mir. Les nouvelles Archives départementales furent livrées le 15 novembre 1941, soit quatre ans après le début de travaux retardés par la guerre. Le service des archives a déménagé au début des années 2000 à côté du Conseil départemental. L'ancien bâtiment entièrement restauré par le cabinet Chevillard-Falandry a été transformé en logements H.L.M

    ___________________________________

    © Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2021

  • Les œuvres d'art et les artistes du lycée Paul Sabatier enfin révélés !

    La semaine dernière nous avons essayé de recenser les œuvres d'art réalisées lors de la construction du lycée Paul Sabatier. Malgré nos efforts, notre article s'est révélé incomplet et même parfois inexact. Grâce à des documents qui nous sont parvenus, conservés au Archives Nationales, nous sommes en mesure de vous présenter la liste complète des sculptures exécutées dans le cadre du 1% artistique en 1960.

    2226973119.png

    © Association Dourgne Patrimoine

    Camille Montagné

    Il aurait été bien dommage de laisser le nom de Camille Montagné dans les oubliettes de l’histoire de cet établissement, car cet homme fut l’un des plus illustres architectes de sa génération. Né à Dourgne dans le Tarn le 29 janvier 1907, Camille Montagné entra à l’Ecole des Beaux-arts de Toulouse à 17 ans, puis à celle de Paris deux ans plus tard. Diplômé de la prestigieuse école en 1932, il obtint la même année le Grand Prix de Rome. Architecte des bâtiments civils et des Palais nationaux entre 1938 et 1943, Camille Montagné réalisa ensuite plusieurs lycées dans le Sud-Ouest en sa qualité d’architecte en chef coordonnateur du plan d’équipement scolaire.On lui doit également les deux barres d’immeubles de l’avenue Daumesnil dans le XIIe arrondissement de Paris.

    3971219852.png

    157 avenue Daumesnil, Paris (XIIe)

    A Carcassonne, il se voit confier la construction du nouveau lycée Paul Sabatier dans le quartier de la Pierre blanche à partir de 1958 pour 1400 élèves et 500 pensionnaires. C’est là sans doute sa dernière œuvre puisqu’il s’éteint le 3 octobre 1961 à Paris et est inhumé dans la cimetière de Dourgne. Les autres bâtiments qui complèteront l’équipement du lycée seront l’œuvre du Carcassonnais Henri Castella. Les travaux du gymnase débuteront le 1er mars 1966 pour un coût total de 682378, 98 francs. Trois ans plus tard, le lycée Paul Sabatier deviendra mixte.

    La loi sur le 1% artistique initiée par le sculpteur audois René Iché après la guerre, fit obligation au maître d’ouvrage de consacrer 1% du budget pour la création d’œuvres d’art. En 1957, une commission choisit les artistes et les œuvres décoratives à réaliser au lycée Sabatier. 

    Marcel Homs (1910-1995), né à Céret dans les Pyrénées-Orientales. Second Grand Prix de Rome en 1939. Il sculpte une ronde bosse en pierre ; figure couchée représentant l'Aude. Montant : 14 000 francs. Il a sculpté également La baigneuse se coiffant, conservée à Cagnes-sur-mer.

    3959024704.jpg

    Elle devra se trouver à l'entrée du lycée.

    Jean Augé (1924-2002), élève de l'école des Beaux-arts de Genève et Premier prix de sculpture en 1953. Deux bas-reliefs en ciment portant les allégories sur l'origine de Carcassonne : Trencavel et Dame Carcas

    2167312750.png

    Raymond-Roger de Trencavel

    3634993229.png

    Dame Carcas

    Pierre Sicre Saint-Paul, surnommé le Claudel des laves, Pierre Saint-Paul (1926-2008) était un peintre, céramiste et créateur de tapisserie proche du mouvement surréaliste. Pur produit de l'école de San Vicens près de Perpignan, il possédait un atelier à Canet plage. En 1960, il rencontra Salvador Dali en 1960 juste au moment où il réalisa un panneau de carreaux de céramique émaillée pour le lycée Paul Sabatier : Les évènements interplanétaires. Montant 5000 francs. (Source : Philippe Henrion)

    Cette œuvre qui se trouvait sur le mur du réfectoire a été détruite en 2006 lors de la restructuration de l'établissement par le Conseil régional Languedoc-Roussillon. Au lycée de Perpignan où Pierre Saint-Paul avait également exécuté le même style de panneau, on ouvrit des portes dans l'œuvre. En 2015, le biographe de l'artiste vint au secours de la destruction totale.

    2291269196.png

    Ce qu'il restait de l'œuvre de Pierre Saint-Paul à Perpignan. Grâce à l'intervention de son biographe, elle ne fut pas détruire mais camouflée derrière un mur de brique...

    Albert Féraud (1921-2008), Grand Prix de Rome en 1951. L'artiste est élu à l'Académie des Beaux-arts en 1989. Féraud réalisa huit thermes en briques sculptées, allégories des origines de l'Occitanie des Grecs aux Maures. Montant : 21 180 francs. Ces bas-reliefs figuraient dans l'Internat.

    1186672089.png

    Par délibération du Conseil municipal en date du 30 avril 1960, la ville de Carcassonne s'engagea à participer financièrement à l'acquisition de ces œuvres pour le lycée. Il était également prévu deux bas-reliefs, allégories des fables de La Fontaine, par Madame Gisclard-Cau. Le projet fut abandonné.

    Nous sommes en droit d'espérer que la direction du lycée Paul Sabatier non seulement veillera désormais sur ces œuvres, mais pourra déposer un cartel afin d'expliquer aux élèves ce qu'elles représentent et qui en sont les auteurs. Le professeur Art plastique pourrait fort bien s'en charger.

    Sources

    Archives Nationales

    Merci à Monsieur Philippe Henrion, biographe de Pierre Sicre Saint-Paul, pour son indispensable et précieuse collaboration.

    _________________________________

    © Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2021

  • L'histoire mouvementée de la fontaine de la Place Carnot

    © A. Pignon

    En 1744, le Conseil de la Communauté de Carcassonne conçut la pensée d’utiliser les eaux de l’Aude pour les besoins de la ville. L’exécution ne se fit pas attendre ; et bientôt après, le bassin de l’Origine et son aqueduc amenaient dans nos murs une grande quantité d’eau. Là, où il ne suffisait que autre à dix litres par jour et par individu, ce progrès en achemina cinquante litres. Il en coûta plus de deux cents mille livres au trésor municipal, somme énorme pour cette époque. Après la réalisation de cette œuvre capitale, les administrateurs de la Communauté voulurent consacrer leur précieuse conquête par une fontaine monumentale, qui, tout en l’utilisant, devint l’un des plus beaux monuments de la ville. Il y eut dès l’abord beaucoup d’hésitation sur les plans et dessins à adopter, sur la nature des matériaux qu’il convenait d’employer. Nous en trouvons la trace dans les nombreuses délibérations municipales.

    Le premier dessin fut envoyé de Paris à l’évêque de Carcassonne, par Monseigneur Lenain, alors Intendant de la province du Languedoc. Ce magistrat en prescrivit l’exécution par son ordonnance du 19 août 1750. La fontaine devait être en pierre de Voisins, ce qui flattait médiocrement le goût des Carcassonnais. Aussi, M. Lenain ayant été remplacé par le vicomte de Saint-Priest, le Conseil de la Communauté fut convoqué, le 22 juillet 1751, par M. François-Antoine Roudil, Ecuyer Conseiller du Roi, Maire perpétuel. Cet homme lui exposa : « Qu’il avait eu l’honneur de parler plusieurs fois à M. Le vicomte de Saint-Priest du projet imposé par son prédécesseur, qu’il avait même fait faire un petit modèle en terre qui avait l’approbation de ce Seigneur ; que le modèle a été trop fragile pour supporter le transport, et qu’il se trouve obligé de ne présenter à l’assemblée qu’un simple dessin, en la priant de délibérer sur les ouvrages à faire à la dite fontaine, ainsi qu’il en a été chargé par ledit Seigneur Intendant. Rien n’est aujourd’hui plus pressant. Il est nécessaire de déterminer, si en exécutant ledit dessin il convient mieux d’employer le marbre que la pierre de Voisins ; qu’il croit devoir observer à l’assemblée, que vu la proximité des carrières de Caunes, la différence du prix de l’un à l’autre ne saurait être considérable ; que tous les sculpteurs trouvent indifférent de travailler l’un ou l’autre et le feront au même prix ; qu’en employant du marbre, on peut en varier les couleurs et les nuances, soit dans le bassin coquille, dauphins, etc. »

    Capture d’écran 2021-01-10 à 17.29.32.png

    Le Conseil accueillit cette proposition, décida que la fontaine serait faite en marbre, conformément au dessin qui lui était présenté, « sauf les quatre lions, qui devaient être placés aux encoignures, qui seraient supprimés, parce qu’étant trop rapprochés du public, on serait dans le risque de les voir bientôt mutilés. »

    Cette délibération est signée par le maire perpétuel, et MM. Jean-François de Besaucèle, conseiller du roi, lieutenant principal de la sénéchaussée, lieutenant de maire perpétuel ; Bernard Galibert, Jean-Jacques Saintagne, Louis Bouichère, Fulcrand Carles, consuls ; Jean Pont, conseiller procureur du roi ; Gabriel Maurel, magistrat présidial ; Olivier Alibert, Bernard Estribaud, Antoine Rolland, Philippe Dalas, bourgeois ; Jean Astoin, médecin, et Jean Cessou, syndic des habitants forains, tous conseiller politiques de la Communauté.

    L’Intendant approuva cette décision, et la construction de la fontaine en marbre avec son bassin, fut adjugée le 25 avril 1752 pour la somme de 11 800 livres, au sieur Isidore Barata, sculpteur italien, de résidence à Montpellier, sous le cautionnement du sieur Farissinet, négociant de la même ville. Il fut convenu que les paiements seraient fractionnés et faits au fur et à mesures des ouvrages.

    110119.jpg

    Le 1er décembre suivant, le Conseil s’étant assemblé de nouveau, M. Saintagne, second consul, lui exposa que le sculpteur Barata avait représenté l’Intendant, que les diverses parties de la fontaine qui devaient pitre exécutées en marbre de Caunes seraient plus belles, plus élégantes, plus nobles et plus solides, s’il l’on employait du marbre d’Italie, offrant de l’établir dans ces nouvelles conditions au moyen d’un augmentation de 1200 livres sur le prix de son bail ; que Mgr l’Intendant n’ayant rien voulu statuer par lui-même, avait ordonné qu’il en fut référé au conseil. Sur quoi, il fut délibéré : « Qu’on s’en remettait à ce qu’il plairait à Mgr l’Intendant de décider, persuadé d’avance qu’il en résulterait le bien et l’avantage de la Communauté, étant néanmoins nécessaire de représenter à mon dit Seigneur Intendant que les marbres de Caunes sont solides, et une sont pas aussi cassants que l’annonce le sieur Barata ; que ceux d’Italie ont à la vérité le grain plus fin et sont plus doux au travail, mais aussi ceux de Caunes ont plus grand état et conviennent infiniment dans les ouvrages publics, surtout quand ils sont employés avec partie de ceux d’Italie, parce que les différents marbres se relèvent les uns les autres, et forment une vérité de couleurs qui flatte beaucoup la vue. Les marbres de Caunes sont estimés en Italie puisqu’on en tire chaque années une quantité considérable, et le sieur Barata ignore sans doute que les carrières de Caunes fournissent des pièces d’une pesanteur et d’une grandeur énormes, puisqu’actuellement on en lève pour la ville de Toulouse du poids de deux cents quintaux et au-dessus, destinées à la façade du Capitole ; et des gens du métier osent avancer que les carrières d’Italie n’en fourniraient pas d’un si grand poids. Enfin, il est constant que les marbres de Caunes, par leurs qualités et la vivacité de leurs couleurs, résistent plus longtemps aux injures de l’air que ceux d’Italie. »

    Ce chaleureux plaidoyer en faveur des marbres de Caunes fit rejeter la proposition de Barata, et la fontaine dut être construite conformément au plan adopté le 25 avril 1752. Un local dépendant des casernes fut mis à la disposition de l’artiste, qui dut commencer immédiatement son œuvre. Malheureusement, il ne put ou ne voulut pas tenir ses engagements, et lorsqu’après une longue attente, après qu’on lui eût compté, sur les assurances qu’il donnait des progrès de son travail une somme de 5297 livres, on voulut vérifier ce qu’il avait fait. L’estimation des ouvrages finis ne se porta qu’à 1590 livres, en sort que la ville se trouva en face d’un découvert de 3707 livres, et de quelques pièces de marbres ébauchées que Barata n’avait pu emporter dans sa fuite. Dans cette situation, le conseil se décida après sept ans de patience le 14 septembre 1759, à diriger des poursuites en folle enchère et en restitution de la somme perçue, contra Barat et Fraissinet, sa caution. 

    Le procès fut interrompu par la mort de tous les deux. Le sculpteur ne laissait pour tout bien que les 35 pièces de marbre abandonnées, évaluées à 1699 livres. Ses enfants avaient renoncé à sa succession. Fraissinet laissait des héritiers vis-à-vis desquels l’instance fut reprise, et l’adjudication à la fille enchère de la fontaine put être enfin ordonnée le 18 octobre 1763, par-devant Maître de Murat, subdélégué de l’Intendant. Or, les plans et les dessins primitifs avaient été égarés, on ne les retrouva qu’en 1766. Mais alors un un seul des enfants de Fraissinet vivait ; il était sans ressources et faisait proposer la résiliation du traité offrant d’abandonner les blocs délaissés par Barata, les cent livres dues par le tracteur de Caunes, et le paiement de la somme qui serait arbitrée pour l’indemnité de la folle enchère, priant la ville d’observer « que son père n’avait rien reçu sur les 5297 livres comptées au sculpteur et que les facultés de la succession étaient bien minces. »

    Le conseil eut égard à sa demande, et comme un Sieur Prémont de Caunes se présentait pour exécuter la fontaine moyennant 9301 livres, on trouva juste de mettre à la charge de Fraissinet fils, une somme de 2798 livres, qui avec les 6503 livres que la ville avait encore en main, formaient le total du prix réclamé par Prémont. Cette délibération prise le 30 juin 1788 resta encore inexécutée. Fraissinet n’ayant pas voulu s’y soumettre, étant d’ailleurs dans l’impuissance de payer l’indemnité stipulée.

    neptune

    © Viinz

    Carrière de marbre incarnat de Caunes-Minervois

    La ville jouait vraiment de malheur ; l’exécution de la fontaine semblait impossible ; les lenteurs déjà subies avaient paru dégoûter le public du projet primitif. Une réaction s’était faite contre le marbre de Caunes, si vanté le premier décembre 1752. 

    Au commencement d’avril 1767, M. Paul Siman, premier consul, représentait au conseil : « que le dessin convenu par Barata père ne plaisait guère au goût, et que selon l’avis de tous les architectes, cette fontaine construite en marbre de Caunes eut été fort vilaine, parce que ce marbre n’est pas propre pour être exposé en plain air, à l’eau, à la pluie et à la gelée. »

    On était dans cet embarras lorsque Jean Barata, fils aîné, désirant finir un ouvrage commencé par son père, bien qu’il eût répudié sa succession, offrit par soumission au greffe, d’entreprendre la construction sur un nouveau dessin qu’il présenta, et de la faire en marbre blanc veiné d’Italie, qui est celui qu’on emploie pour les ouvrages exposés à l’air, sauf le grand bassin qui demeurerait en marbre de Caunes incarnat. Il demandait pour cela :

    1. Qu’on lui payât les 6503 livres qui restaient dues sur le bail consenti à son père
    2. 4200 livres en plus
    3. La cession des 35 pièces de marbre
    4. La renonciation à tous recours contre les héritiers Fraissinet

    Avant d’agréer définitivement cette proposition, le conseil voulut qu’une commission composée des consuls, du procureur du Roi de l’hôtel de ville, de MM. Astruc, avocat, Dominique Ramel, François Galibert, bourgeois ; Germain Pinet aîné, négociant ; Mathieu Dufoure, chevalier, Rollin et Dolbeau, ces trois ingénieurs architectes, se prononcent sur le choix à faire entre les plans du père et du fils, et sur le prix réclamé par le nouvel entrepreneur.

    L’avis de cette commission ayant été favorable, le traité primitif fut annulé le 9 avril 1767 et une nouvelle convention conclue avec Jean Barata, qui s’obligea à exécuter, dans le délai de deux ans, la fontaine en marbre d’Italie, savoir : les figures en marbre statuaire, et le reste en marbre blanc veiné, pour 10 500 livres. Le 5 mai suivant, l’intendant donna son approbation et le sculpteur se mit à l’œuvre. Le délai imparti ne put lui suffire, et sans mentionner les diverses délibérations qui intervinrent sur ces réclamations, disons que le 15 octobre 1770, on s’aperçut qu’il convenait de placer la fontaine sur une terrasse proportionnée à la grandeur de la place ; que la construction en fut adjugée en janvier 1771, au sieur Albarède, pour 3351, et que la fontaine ne fut terminée qu’au mois de mai suivant. 

    Capture d’écran 2021-01-10 à 17.43.16.png

    Neptune, roi des eaux

    Le 13 de ce mois, le conseil nomma le sieur Duffourc, ingénieur ; Parent, sculpteur, pour conjointement avec le sieur Bertrand fils, maître serrurier, choisi par Jean Barata, être procédé à la vérification de la fontaine. Ces experts constatèrent : « que l’artiste avait non seulement exécuté l’ouvrage conformément au plan et autraité, mais encore qu’il les avait outre-passés, pour donner à certaines parties plus d’agrément : que les écussons du roi laissaient seuls quelque chose à désirer. » Sur ce rapport et malgré cette légère imperfection, le conseil délibéra le 3 juin de la même année qu’il y avait lieu de compter à Barata le solde du prix convenu, et de plus une indemnité de 700 livres pour frais imprévus, vu « que les citoyens témoignent beaucoup de satisfaction de cet ouvrage. Le surlendemain Barata fut payé et donna sa quittance définitive. La fontaine coûta donc à la ville une somme totale de 19938 livres, ainsi décomposée : 5297 livres payées à Barata père, 11200 à Barata fils, 3351 à Albarède pour la terrasse.

    Aude pays.jpg

    © Aude Pays Cathare

    La tradition populaire nous apprend que de grandes fêtes eurent lieu non seulement à cette occasion, mais encore à l’arrivée des principales pièces. Toute la population se rendit à l’écluse de Foucaud, et il fallut même démolir la porte de Toulouse pour introduire le bloc d’où est sortie la coquille ; mais ces faits n’ont pas laissé de trace dans les registres officiels.

    Anno Domini MDCCCLXXI

    Antonio Thoron ; Joanne Pont ;

    Arnaldo Mauzot ; Ludovico Bernard ;

    Procuratore Regio

    Joanne Francisco Besaucèle

     

    Grata Tuus, Carcasso, ferte dûm

    Munera Lanæ

    Agnus ; opes variæ, fonts ut unda, fluent.

     

    Quas tulit anmis

    Atax pulcherrina nympha decoræ

    Sedis amans, querulo murmure,

    mæsta fugit.

     

    Marmora temus edens,

    edet hæc insigna Regis.

    Temporis invidiam vincet amore pater.

     

    Ut fugit unda fluens,

    Fugient sic ludicra cæcæ

    Munera fortuna ; nec manet usque favens.

    Ingratitude des hommes ! Le marbre porte à la postérité le nom des consuls de Carcassonne, et pas un ne sait le nom du créateur de la fontaine, et il faut soulever la poussière de nos vieux registres pour apprendre que nous devons ce monument à l’habile ciseau de Jean Barata de Massa-Carrara, dans les états du duc de Modène.

    Sources

    Eugène Birotteau,

    ancien maire de Carcassonne

    15 septembre 1849 

    _____________________________________

    © Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2021