Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Musique et patrimoine de Carcassonne - Page 3

  • Joseph Roques, organiste et professeur de musique Carcassonnais

    Joseph Marie Laurent Roques fait partie de cette phalange de musiciens Carcassonnais formés dans la prestigieuse Ecole Niedermeyer à Paris. Né le 9 août 1864 d'un père voyer-municipal à Carcassonne originaire de Lagrasse, le jeune Roques effectue d'abord ses premières études auprès de Charles Scheurer, avant d'être admis chez Niedermeyer. Il en sortira avec un Premier prix d'harmonie et de composition. En 1887, le Ministère des Beaux-arts lui octroie un 1er prix d'orgue. Comme un bon nombre de ses pairs, Joseph Roques songe à revenir au pays et s'installe comme professeur de musique dans sa ville natale. Il enseigne au Grand séminaire et prodigue des cours particuliers dans sa maison de la rue Victor-Hugo. C'est là qu'il compose également un certain nombre d'œuvres musicales, dont la plus remarquée fut un Final de Toccata pour Grand orgue, édité chez Lemoine en 1901.

    Capture d’écran 2019-11-04 à 09.39.13.png

    Final de Toccata de Joseph Roques

    C'est sur la recommandation du compositeur Toulousain Henri Büsser (1872-1973), élève de Niedermeyer, qu'Henri Lemoine édita la partition de Joseph Roques.

    Capture d’écran 2019-11-04 à 10.44.30.png

    "Cher Monsieur, Je viendrai vous voir demain jeudi à 2h avec un de mes amis Mr Roques organiste à Carcassonne qui a écrit une Toccata très intéressante, qu’il voudrait vous faire entendre. Si vous ne devez pas être au bureau ni l’un ni l’autre veuillez m’en avertir." (24 avril 1901)

    Joseph Roques participa aux nombreuses manifestations culturelles et religieuses, dans lesquelles il accompagna à l'orgue les chanteurs lors des offices dans la cathédrale Saint-Michel. Officier d'académie en 1902, puis Chevalier des Palmes Académiques en 1913, Joseph Roques n'a cessé de consacrer sa vie à la musique même si, aujourd'hui, sa mémoire est tombée dans l'oubli de notre patrimoine artistique local.

    Autres oeuvres de J. Roques

    Ave Maria / 1903

    Offertoire de Noël / 1903

    ____________________________

    © Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2019

  • Une flèche gothique sur la Tour de l'église Saint-Vincent ?

    "Carcassonne qui possède dans ses murs l’antique Cité (monument unique au monde), doit-elle laisser en ruine le seul monument qu’elle possède dans la Ville basse ?"

    Église_Saint-Vincent_de_Carcassonne_2014-09-26_-_i3097.jpg

    C’est en ces termes que l’architecte Léopold Petit alerte la population dans une lettre adressée au Courrier de l’Aude, le 4 janvier 1896. Il fait l’amer constat que toutes les villes d’Europe entretiennent « avec un soin jaloux », leurs édifices civils et religieux sans distinction. Les monuments sont les témoins de notre civilisation : « Dis-moi comment tu bâtis, je te dirai quel peuple tu es. »

    Louant le génie de l’architecte de la Tour Saint-Vincent, Léopold Petit qui s’est rendu tout en haut de l’édifice a constaté que les siècles ont épaufré les pierres. Il convient sans attendre d’engager les restaurations qui s’imposent si l’on veut éviter des drames. Plusieurs pierres sont déjà tombées dans la rue épargnant de très peu les passants et les riverains. Certaines épaufrures atteignent 8 mètres de longueur et 4 mètres de largeur et tiennent par l’opération du Saint-Esprit.

    Travaux 4.jpg

    © Fondation du patrimoine

    Etat des gargouilles avant 2018

    Capture d’écran 2019-11-03 à 12.12.07.png

    Nouvelles gargouilles en 2019

    Léopold Petit rappelle que la question revint à plusieurs reprises à l’ordre du jour du conseil municipal et indique comment la mairie songeait à la restauration. « On suspendrait au sommet de la tour une cage mobile que l’on monterait et descendrait à volonté, et des ouvriers, perchés là-dedans, racleraient la tour, détruiraient toute la partie artistique qui, à mon avis, est superbe, et remplaceraient le tout par du ciment, tout ce qu’il y a de plus bonhomme. Ah ! par exemple, ça serait du propre, et nous serions la risée de tous."

     Il suffirait que la ville, l’Etat, le Conseil général, la fabrique et les particuliers constituent la somme nécessaire estimée à 200 000 francs pour restaurer la Tour Saint-Vincent. L’architecte Léopold Petit à qui l’on doit d’avoir participé à l’érection du Palais du Trocadéro pendant l’Exposition Universelle, dessina un projet ambitieux pour la Tour Saint-Vincent. Les plans dessinés en collaboration avec son élève Adolphe Phillipon, furent exposés dans la vitrine de la galerie Caselli, rue Courtejaire.

    exemple.png

    Exemple : Flèche de la cathédrale de Chartres

    Selon lui, la Tour Saint-Vincent du haut de ses 52 mètres n’a pas pu être achevée. Il se propose donc d’y élever une flèche de style gothique ce qui porterait l’ensemble de la tour à 96 mètres. de hauteur. Soit, 28 mètres de plus que les tours de Notre-Dame de Paris. « Vous verrez nos charpentiers grimper comme des singes pour la construction des échafaudages, nos serruriers pour les armatures, nos tailleurs de pierre, employer les plus beaux matériaux de France, les maçons pour les remplissages, etc. Il faut vouloir faire bien, faire grand. Vous verrez un peu si notre classe ouvrière de Carcassonne a besoin d’aller chercher les voisins pour faire ses grands travaux, j’allais dire aussi les architectes, mais je m’arrête là. A l’œuvre, on connaît l’artisan."

    Travaux 5.jpg

    Ni les lamentations du Courrier de l’Aude, ni les solutions préconisées par Léopold Petit ne firent avancer la restauration. Des pierres de parement continuaient inexorablement à tomber sur la chaussée. L’ancien architecte de la ville proposa au moins de placer un échafaudage à encorbellement autour de la tour, afin d’éviter les drames. Le problème c’est que la ville en charge de l’église ne voulait pas dépenser un centime pour sa restauration. Elle eut alors l’idée de solliciter auprès de l’Etat, le classement de l’édifice au titre des Monuments historiques. Petit confirma que l’urgence était telle que l’on ne pouvait espérer une réponse avant plusieurs décennies. 

    La tour Saint-Vincent se compose de deux parties bien distinctes. La partie carrée et la partie octogonale. La partie carrée - de la base à la toiture - se compose de gros moellons sans ornementation, et en assez bien état, n’offrant aucun danger, ou du moins peu de danger. La partie octogonale - de la toiture au sommet - est ouvragée d’une architecture flamboyante très caractérisée, très hardie, très belle, et c’est dans cette partie principalement que le temps a exercé des ravages indescriptibles. Les parties nord et Est n’ont pas beaucoup souffert.

    Au mois de septembre 1897, la municipalité envoya le dossier pour obtenir le classement de l’église Saint-Vincent. Toujours dans un seul but, celui que l’Etat voudra bien assumer à lui seul la dépense des travaux de restauration. Le conseil municipal réunit le 31 mars 1898 renvoie à la commission des travaux, la question de la restauration de la Tour Saint-Vincent.

    travaux 2.jpg

    © www2.sele.fr

    Tailleur de pierre en 2018 à l'église Saint-Vincent

    La flèche dessinée par Léopold Petit ne vit jamais le jour. Quant au classement de l’église comme Monument historique, il n’intervient que le 19 décembre 1907. Soit dix ans après la demande, mais rien n’indique que l'on ait entrepris des réparations pendant ce laps de temps. Au contraire, la question des restaurations à l’église Saint-Vincent agita les débats des conseils municipaux pendant tout le XXe siècle. Il a fallu attendre la municipalité actuelle pour que l’impérieuse nécessité de préserver l’édifice de la ruine, en dégageant les financements pour sa restauration fut prise en compte. Si l’église Saint-Vincent avait été la propriété de l’Etat comme la cathédrale Saint-Michel, elle aurait alors subi une cure de jouvence au cours des décennies précédentes.

    Travaux 3.jpg

    © www2.sele.fr

    Sources

    Le courrier de l'Aude de 1894 à 1898

    Délibérations Conseil municipal

    _____________________________________

    © Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2019

  • La chapelle de l'Hôtel-Dieu édifiée par Guiraud Cals en 1866

    L’administrateur des Hospices de Carcassonne sollicite par lettre en date du 17 octobre 1862, la municipalité de la ville afin qu’elle lui accorde l’autorisation d’édifier une chapelle à l’Hôtel-Dieu. Ce projet serait financé par quelques personnes pieuses qui désireraient rester anonymes. En fait, il s’agit d’un don généreux de la Mère supérieure et des Sœurs de Saint-Vincent-de-Paul afin que les malades de l’hôpital puissent assister aux offices. L’alignement accordé par la ville le long de la place du pont à bascule (actuel boulevard Camille Pelletan) n’est validé qu’après la présentation des plans dressés par Guiraud Cals, architecte diocésain et inspecteur des Monuments historiques. Ce dernier a également dessiné le mobilier d’autel, les stalles et le confessionnal. Les sculptures de l’édifice sont l’œuvre de Ragot. Après des recherches, il s’agit d’Antoine Ragot dont la famille était originaire de la Haute-Marne. Il décèdera le 30 septembre 1865 dans sa maison de la Cité, après une attaque d’apoplexie dans la chapelle peu avant sa livraison en mars 1866.

    Les travaux de construction du bâtiment, adossé à l’Hôtel-Dieu du XVIIIe siècle, débutent au mois d’août 1863. L’église à l’architecture romane caractéristique du style transitoire du XII et XIIIe siècle présente des ogives sous les voûtes de l’édifice. Les travées au nombre de six, soutenues par des contreforts en pierre blanche et grise, sont éclairés par des vitraux. Le toit en ardoise avec des gargouilles en pierre grise soutenues par des colonnettes, s’étend du nord au sud.

    A l’intérieur, la chapelle se termine par une tribune spacieuse communiquant de plein pied avec les salles du premier étage destinées aux femmes. De cette tribune, les sœurs ou les malades peuvent assister aux offices. La balustrade en pierre blanche qui la ferme du côté de la nef est comme sculpture et ornementation, le morceau principal du mouvement, car l’autel n’est pas à vrai dire une partie intégrante. Le chœur est séparé de la nef par un appui de communion en fer repoussé et doré, d’un beau travail. L’autel qui en occupe le milieu, est une œuvre remarquable. Cet autel est en pierre blanche décoré, dans le soubassement, par des colonnettes trilobées. Au fond de chaque triblobe se trouve une rosace contenant des feuillages et fruits sculptés avec beaucoup d’art. 

    Le retable, le tabernacle et l’expositoire qui le surmonte sont également en pierre blanche. Ce retable est un magnifique bas-relief représentant trois scènes de l’enfance du Sauveur : l’Adoration des Mages, le Massacre des innocents et la Fuite en Egypte. Le tabernacle est orné de feuilles d’érable. L’encadrement du retable est en vigne vierge. ces feuillages sont découpés et sculptés d’une manière remarquable. L’expositoire a 1,50 mètre de hauteur sur 0,70 m de côté, dégagé par des faisceaux de colonnettes à chapiteaux sculptés. La partie supérieure a la forme d’un donjon du XIIIe siècle avec crénelage et trous de hours.

    Capture d’écran 2019-11-02 à 18.40.49.png

    La chapelle avant 1977

    Les côtés de cet ensemble sont flanqués de colonnettes octogonales, à parements sculptés, avec fleurons à feuilles de figuier, qui retiennent des crosses de 1,50 m de hauteur en cuivre repoussé et doré. Ces crosses n’ont d’autres fonctions que de supporter les lampes de la réserve ; elles complètent un ensemble d’architecture pur du XIIIe siècle. Au fond du chœur, et dominant l’autel, apparaît une statue de la Vierge posée sur un culot et surmontée d’un dais en pierre délicatement travaillés, l’un et l’autre dans le style des autres sculptures. Les lustres, les lampes attachées aux crosses, les chandeliers, la croix et les girandoles sont en parfaite harmonie avec le caractère architectonique de l’autel. Ce mobilier est en cuivre repoussé et doré comme les crosses et émaillé par des perles de différentes couleurs.

    La consécration de la chapelle de l’Hôtel-Dieu a lieu au mois de mars 1866, par Mgr de la Bouillerie, évêque de Carcassonne. La messe sera chantée accompagnée à l’harmonium avec des œuvres du R.P Hermann Cohen.

    Démolition Ancien Hopital dit Hôtel Dieu 1.jpg .jpg

    Ce que Guiraud Cals avait mis trois ans à construire, sera rasé en quelques jours par l’entreprise Depaule en 1977 sur ordre des fossoyeurs municipaux du patrimoine de notre ville qui sévirent durant cette période… On voulut faire un hôtel de ville qui ne vit jamais le jour et le trou béant servit en parking sauvage jusqu’en 1983. Sept ans après, la salle du Dôme sortit de terre. On ne sauva que le Dôme de l’ancien hôpital, grâce à l’intervention de l’abbé Jean Cazaux.

    Capture d’écran 2019-11-02 à 18.43.52.png

    Les restes de la chapelle dans un terrain du côté de Berriac depuis 1977

    Sources

    Le courrier de l'Aude / 1866

    Délibération du CM de Carcassonne

    Etat-Civil / ADA 11

    ________________________________

    © Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2019