Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Fêtes et traditions

  • La légende de l'âne de Notre-Dame-de-la-Santé près du Pont vieux.

    Il était une fois, un pauvre âne, abandonné par ses maîtres au pied de la Cité. Exactement en une pauvre maison de la ruelle de la Petite côte, faisant face aux remparts. Pas de foin pour la bête. Pas le moindre picotin d’avoine. pas la moindre poignée de paille pour servir de litière à cette pauvre créature aux longues oreilles. Martin était le nom de cet âne délaissé par ses maîtres, à lui tour, démunis, pauvres à ne pouvoir le dire, envisageaient de quitter Carcasso, soit pour aller vers les rivages de la mer, tendre des filets, ou accomplir de maigres besognes aux alentours de Saint-Nazaire et aussi mendier leur pain dans une ruelle du Plô, où de riches marchands de draps, avaient leurs opulentes résidences.

    L’âne Martin, n’avait plus sa place en son écurie de la Petite côte de la Cité. Il le comprit très vite. Un jour, en cette veille de Noël, Martin, dont la minceur des flancs était éloquente, ne voulut plus être à la charge de ses maîtres. Il rompit sa légère attache de corde usée, traversa le quartier de la Barbacane et franchit le Pont vieux aux arches si jolies. Il arriva ainsi aux alentours de Notre-Dame-de-la Santé. Où allait-il ? Il ne savait. Mais, dans on petit cerveau d’âne, tout lui était préférable à la misérable existence qu’il avait chez ses maîtres, qui l’aimaient bien, cependant, mais qui ne pouvaient plus assurer sa subsistance. 

    Donc, ses vieux sabots usés portèrent ses pas à hauteur du Pont vieux, face à la chapelle.

    Légende

    Notre-Dame de la Santé

    Il faisait presque nuit. Cependant une lumière étrange guida l’âne Martin. La Fée Esclarmonde, qui, comme chacun le sait, est la protectrice de Carcasso, le prit par la bride, cela avec des gestes très doux. Elle pria Martin de pénétrer dans le sanctuaire. Il le fit avec réticence. Un âne pénétrer dans le lieu saint, pensez-vous !

    L’âne après maintes hésitations, entra dans l’oratoire à peine éclairé par des maigres lumignons cireux. Et, ô miracle divin ! L’âne se mit à parler ! Il exprima sa tristesse, sa honte d’être à la charge de ses maîtres, son incapacité; à cause de sa vieillesse, de ne pouvoir travailler la maigre terre dont jadis il s’occupait en trainant le soc. Un âne, à vingt-cinq ans, n’est plus bon à rien. Il valait mieux mourir. Et Martin avait songé à cela, préférant s’étendre au pâle soleil de décembre, au bord de la rivière Atax, en attendant la mort, que de donner d’autres soucis à ses anciens maîtres. Et c’est pour cela qu’il les avait quittés.

    Mais Esclarmonde veillait. 

    Elle enleva  le manteau d’or, de pourpre et d’azur, qui couvrait ses épaules et en couvrit l’âne Martin. Elle déposa un baiser sur ses narines humides et passa ses longues mains douces tout au long de ses flancs.

    La pauvre bête retrouva des forces et ses yeux se remplirent de larmes. Des larmes d’âne, combien cela peut être émouvant !

    Esclarmonde parla avec tout son cœur et Martin l’écoutait avec grande émotion. 

    « Martin, dit-elle, désormais c’et toi qui fera le bonheur des jeunes mariés de Carcasso, en notre Cité. Tu vas avoir l’honneur, pendant les siècles à venir, de porter sur ta croupe, la jeune épousée de l’année, lors de la fête de Saint-Gimer. Le jeune époux, grâce à toi, sera très fier de tes services et les habitants du Carcassés te feront cortège, une fois l’an et seront heureux de te recevoir chez eux avec force picotins d’avoine et nombreux épis de maïs. »

    Ainsi, grâce à Esclarmonde, la fée de Carcasso, fut institué le « Tour de l’âne », vieille tradition, qui, après plus de mille ans, se perpétuait en notre Cité de Carcassonne jusqu’en 2010. Cela à la grande surprise des touristes « gens du nord » qui ignorent nos traditions.

    201210041391.jpg

    © La dépêche

    Le dernier Tour de l'âne à la Cité en 2010

    ______________________________

    © Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2018

  • Souvenirs et anecdotes des foires d'autrefois à Carcassonne

    Il était de tradition à Carcassonne d’avoir chaque année deux foires attirant un très grand nombre de personnes. A la fin de l’hiver, c’était la foire du 6 mars et au début de celui-ci, la foire Sainte-Catherine se déroulait le 25 novembre. Les anciens appelaient cette dernière « La pichairo » en raison de la pluie qui s’abattait souvent ce jour-là. On disait vulgairement que Sainte-Catherine pissait sur les badauds du foirail. On peut également évoquer, la petite foire des comportes au moment de la vendange. A peine quelques vendeurs de « semals, gorps et ferats à vendemia » (comportes, seaux à vendange et hottes), occupaient le boulevard Barbès. Les fabricants d’échelles en bois dressaient « las escalos » contre le mur de l’ancien bastion du Calvaire.

    Barbès vins bis.jpg

    © Martial Andrieu

    Le pavillon des vins

    A l’origine, au mois de novembre 1861 la foire se tenait sur la « Place au charbon » matérialisée de nos jours par le Square Gambetta. Ce n’est qu’à partir de 1901 que les foires se déplacèrent sur le boulevard Barbès. Le marché-foirail aux bestiaux avait lieu entre les deux ponts, précisément sur l’emplacement actuel de la place Gaston Jourdanne. Parfois, plus de mille bêtes se concentraient à cet endroit et l’on sentait leur odeur depuis la chapelle Notre-Dame de la Santé, au bout du Pont-vieux. Sur le marché, les animaux, les propriétaires et les maquignons à longue blouse noire (la blodo) avec leur fouet enjambant l’épaule et le large chapeau de feutre noire fixé sur la tête, s’activaient autour des bêtes. La vente ne se concluait pas par une signature sur un contrat, une poignée de main suffisait.

    Le 25 novembre 1935, ce sont plus de 2000 moutons, 400 chèvres, 600 agneaux, 120 ânes et 450 chevaux, sans compter les cochons qui animaient le foirail. 

    D’autres emplacements étaient réservés au divers marchands de chevaux. Ils occupaient les affenages du boulevard du Canal (Varsovie) et les allées d’Iéna. Tous présentaient de magnifiques poneys, percherons, chevaux de selle. Superbement préparés, certains portaient des colliers de sonnailles, et des harnachements à pompons rouges. La vente d’un mulet en 1930 rapportait à son propriétaire 140 francs soit 2800 sous. Ceci ne nous donne guère d’indications si l’on ne le compare pas avec le niveau de vie de l’époque. Or, le salaire annuel d’un garçon d’écurie se montait à 6000 francs. L’acquisition d’une voiture munie d’un van pour le transport des équidés coûtait 6800 francs. Le prix d’un kilo de pain valait deux francs. 

    Les attractions

    Fonds Alaux.jpg

    © Collection Henri Alaux

    "Au Palace", sur la place d'Armes vers 1930

    Sur la place d’armes (Général de Gaulle), s’installait en face du Café Lapasset, "Au Palace." L’entrée générale de cette attraction fixée à 5 francs, donnait le droit d’accès à tous les stands. La piste à patins à roulettes (à l’époque, on parlait encore le français. On ne disait pas des Rollers), au tonneau, au « pont tremblant » enjambant une petite cascade, à la « salle des miroirs » déformants, au tapis roulant, à la chenille avec un tunnel sous le lequel les amoureux s’embrassaient. Et, une piste de danse animée par un orchestre ! Tout ceci se déplaçait de foire en foire grâce à plusieurs camions Berliet. 

    Le cercle de la mort ou Cercle infernal permettait à des motards entraînés par la force centrifuge, de tourner à des vitesses folles dans une cuve en bois. Deux véritables champions le faisaient en sens inverse et se croisaient dans un bruit assourdissant et au milieu d’un nuage de fumée bleue.

    Plazza de toros.jpg

    © Martial Andrieu

    Le Plazza de toros

    A côté du Portail des Jacobins, le dresseur de puces dans un minuscule chapiteau à la dimension de ses pensionnaires. Les puces savantes étaient logées dans de petites boites vitrées avec le fond tapissée de coton. Les vedettes de cette troupe vêtues de tutus d’un millimètre de toile, sautaient au commandement de cet étrange dresseur. Une fois le numéro terminé, le dresseur exhibait ses bras criblés de piqûres et ajoutait : « Je nourris mes pensionnaires moi-même ».

    Dans une roulotte peinte aux couleurs pastel et enjolivée de moulures dorées, un présentateur exhibait : La femme la plus grosse du monde ! Sur la bascule, elle accusait un poids de 340 kg. On la présentait au public toutes les demi-heures, sur un trône à armature en fer, vêtue d’une jupe saumon et le front ceint d’un énorme nœud. Les mollets étaient énorme et selon le présentateur, ils faisaient 1 mètre 25 centimètres. Chacun pouvait le vérifier grâce à un double mètre ruban : « Touchez mes cuisses, c’est pas du toc ! » Le soir, elle regagnait sa chambre à l’hôtel Terminus et l’on était obligé de demander la porte tournante pour lui faciliter l’entrée dans l’établissement.

    foire.jpg

    © Martial Andrieu

    Le Musée Brelier, Bd des Tilleuls

    Le musée Dupuytren, du nom du célèbre chirurgien français, exposait des mannequins atteints de toutes sortes de maladies. Dans des bocaux remplis de formol, des pièces d’anatomie attiraient la curiosité des visiteurs. Une façon sans doute pédagogique d’alerter sur les dangers liés à la mauvaise hygiène de vie.

    Capture d’écran 2018-10-27 à 14.53.20.png

    Cire du musée Dupuytren. Opération d'un bec de lièvre

    La baraque de lutte et de boxe montrait des hommes soulevant des poids de fonte. Le public était invité à défier et à combattre les vedettes de cette attraction. Le présentateur avec son porte-voix excitait la foule à encourager les concurrents, mais parfois le combat dégénérait à cause d’un trop plein de frustration. 

    img503.jpg

    © Martial Andrieu

    Baraques sur le boulevard des Tilleuls

    Une pancarte géante annonçait sur une baraque : « Le passage dans votre ville de la femme sans corps ». La tête d’une jeune fille souriante reposait sur une plaque de cuivre. Elle reflétait dans des miroirs. Le corps était caché sous le plancher afin de donner l’illusion. 

    Les gourmandises

    Le long du boulevard des Tilleuls (Commandant Roumens) se tenaient les baraques des confiseurs. Des saucisses de cinq mètres enroulées, constituées avec de la farine, de l’eau et du sucre excitaient les papilles des gamins. C’étaient les ancêtres des churros que feront découvrir aux Carcassonnais, les confiseurs d’origine espagnole, Coma et Pérez. Cette vente persistait en dehors des foires en période scolaire ; deux vendeuses de cette famille proposait ces churros aux collégiens entre midi et deux heures, dans la rue de la mairie.

    Coma-Pérez 2.jpg

    © Martial Andrieu

    La famille Coma-Pérez

    Les loteries

    Capture d’écran 2018-10-27 à 15.08.57.png

    La loterie « La chance » proposait avant-guerre aux joueurs, des chocolats de grandes marques : Peter, Cailher, Kolher, Nestlé. Cette loterie était munie d’une immense roue semblable à la roulette des casinos. On y gagnait des ronds de chocolat de la dimension du cul d’une bouteille. On pouvait également les conserver et les échanger contre des lots plus importants, comme des tablettes. Une loterie identique faisait remporter du sucre… Un Carcassonnais en gagna l’équivalent de 75 kg d’un seul coup ! Après la guerre, ce sont les loteries pour gagner des dindes et des oies qui firent leur apparition. Mon père me raconta l’embarras de sa mère, lorsqu’il arriva à la maison avec des canards vivants qu’il venait de remporter à la loterie. 

    Souvenirs d'enfance de Marcel-Yves Toulzet

    _______________________________

    © Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2018

  • Tradition festive disparue : Le tour de l'âne de Carcassonne

    Il était à Carcassonne une tradition festive aujourd'hui disparue, dont l'origine remonterait au Moyen-âge : Le tour de l'âne. Dans un livre de Paul Basiaux-Defrance, l'auteur n'est pas tendre avec cette vieille tradition : "On en a fait une bouffonnerie et la malignité publique y voit plutôt un signe de tromperie et de discorde". Ainsi, le tour de l'âne serait une réminiscence d'un culte mithriaque. Mithra était sous l'empire romain honoré dans notre région. Ont dit également que les corridas en seraient une émanation. L'argument de Basiaux-Defrance prend son sens si l'on considère que le christianisme naissant, voulût interdire les autres religions. Les adorateurs de Mithra auraient créé le tour de l'âne comme subterfuge. A Alzonne, il existe les vestiges d'un temple de Mithra.

    Capture d’écran 2017-11-24 à 10.20.45.png

    En dehors des célébrations religieuses et des processions, le dernier marié de l’année, coiffé d’un gibus et vêtu d’un costume noir, parcourait les rues de la Cité à dos d’âne.Il devait également tenir une paire de cornes au bout desquelles pendaient des légumes, comme autant de symboles phalliques.
    Autour de lui une farandole chantait un vieil air « siás coiol paure  òme … », (tu es cocu, pauvre homme).
    En signe d’allégeance, les femmes devaient embrasser les cornes.

    Capture d’écran 2017-11-24 à 10.20.31.png
    La fête se terminait par un grand repas et grand bal devant la Porte narbonnaise. 
    L'ouverture du bal débutait par la bataille des « gabels » ; des sarments de vigne avec lesquels les hommes mariés tapaient sur les jeunes pour les faire partir. 

    Tour de l'âne à la Cité.jpg

    © Loupia

    Tour de l'âne à la Cité vers 1920

    img399.jpg

    Le tour de l'âne en 1930

    On reconnaît : Laurent Bergé, Cadène, Roger Béteille, Raymond Arino, Jean Roos, Julien Charles, Henri Céreza, Léon Maury, Antoine Sire, Etienne Aribaud, Paul Contié (Marié), Georges Béteille, Eugène Pueyo, Germaine Espanol, Antoine Barrabès...

    img400.jpg

    En 1954 : Eugène Pueyo, François Pujet (fait boire l'âne), Marcel Debez (Le marié), Jules Rainaud (trompette), etc.

    Tour de l'âne à la Cité. 9 juillet 1965.jpg

    © Martial Andrieu

    Tour de l'âne du 9 juillet 1965

    cintres-a_(311).jpg

    Le tour de l'âne se fit également pendant la fête de Saint-Saturnin à la Trivalle et s'exporta dans d'autres quartiers de la ville.

    TOUR DE L'ANE 15 AOUT 1952 MANOU & ANDRE BESTUE.JPEG

    Tour de l'âne à Villalbe pendant les fêtes du 15 août 1952.

    Le tour de l'âne, dont la tradition était exclusivement entretenue par des habitants de la Cité s'éteignit en 1976. A cette époque, la cité médiévale devint un lieu de plus en plus touristique dans lequel les anciens citadins n'avaient plus guère leur place. Les maisons furent vendues et transformées en commerces. Si les citadins regrettent qu'on leur ait pris leur cité, ils ne disent jamais la plus-value immobilière qu'ils ont réalisée en vendant leurs biens. Entre 1976 et 1999, date du renouveau avec la création de l'association "Los ciutadins", le tour de l'âne se déplaça en la ville basse.

    Tour de l'Ane 1983.jpg

    © Droits réservés

    Le tour de l'âne en 1983

    Tour de L'Ane 1986.jpg

    Le tour de l'âne dans la rue Courtejaire en 1986

    La tradition reprit donc en 1999, mais seulement pour sept années. Depuis 2012, les anciens combattants de l'association "Los ciutadins" ont jeté l'éponge. Peut-être le tour de l'âne est-il mort de sa consanguinité. En effet, il fallait être un citadin pour monter sur l'âne. De nos jours, on fait des procès aux maires qui laissent sonner l'angélus, aux voisins dont le coq chante. Même les ânes seraient défendus par une association de défense animale... Alors chacun rentre chez soi, regarde Michel Drucker le dimanche et ne se mêle de plus rien. Ainsi va la vie, derrière désormais les ordinateurs où paraît-il on se fait plein d'amis... virtuels. Pendant ce temps, on nous transporte la fête de Saint-Nicolas à Cité qui n'a vraiment aucun lien historique ni traditionnel avec le Languedoc. "O tempora, o mores !"

    __________________________________

    © Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2017