Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Livres

  • L'Almanach Boher : la belle histoire d'un berger catalan devenu éditeur

    Fondé en 1875 par un berger des Pyrénées-Orientales, cet almanach était l'oracle des semailles, des travaux du jardinet des prévisions météorologiques. Nos anciens ne partaient pas en voyage sans avoir consulté le Boher. On ne plantait pas un légume où semé une graine sans l'avis de l'almanach. C'était en quelque sorte le Nostradamus des viticulteurs et des jardiniers de sept départements. Le père Boher posait avec un air de penseur sur la couverture rose de ce bréviaire du paysan. Il ajoutait à ses prévisions, maintes histoires en patois, maints contes dits à la veillée.

    Almanach Boher 1914.jpg

    Sébastien Boher, berger de son état, gardait ses troupeaux tant dans les pâturages catalans que dans les prairies audoises de haute montagne. Tout au long des gardes de ses troupeaux, ce berger inspiré, qui se doublait d'un sage et d'un philosophe sans le savoir, observait le mouvement et les réactions de ses bêtes face au soleil, au nuits de lune et aux caprice des vents. Il pensait que les astres avaient un influence sur le comportement de son troupeau. Ainsi, devint-il capable de prédire le temps et ses caprices. Si l'on en juge par les témoignages, il ne trompait pas. Une idée vint alors à son esprit : pourquoi donc ne pas faire profiter à ses semblables de ses observations ? Il nota d'abord tout au fil des jours sur des modestes carnets. L'almanach Boher, naquit ainsi.

    Si les débuts de la publication furent modestes, au fil des ans Boher devint une institution. Les premiers numéros de cet almanach furent tirés à Sorède (P-O) puis, à l'imprimerie Pierre Polère rue du Port (Aujourd'hui, rue Armagnac) à Carcassonne. Le chiffre atteint les 150 000 exemplaires sur sept ou huit départements ! L'imprimeur composait ses textes à la main, c'est-à-dire caractère par caractère. Un travail de bénédictin ! Ce n'est qu'au moment où cette imprimerie artisanale fut rachetée par Gabelle, que le travail fut simplifié. Dès 1930, Gabelle s'équipa d'une linotype. 

    Dantoine.jpg

    "Lé bossut" caricaturé par Dantoine

     Le créateur de l'almanach ne pouvait le diffuser via les diffuseurs de presse. Sa publicité ses faisait par le bouche à oreille, grâce à des colporteurs. 

    "Le génial Boher en rencontra deux à Carcassonne. L'un qui était l'une des figures les plus pittoresques de Carcassonne dans les années 30, avait pour nom "Lé Boussut". En effet, homme de petite taille, il était porteur d'une gibbosité importante qui déformait sa silhouette. Pour accentuer le pittoresque de son personnage, il s'affublait d'une étrange blouse grise, plus longue que lui, et d'un chéchia à long gland. Outre le Boher, ce colporteur baratinait le public de la place Carnot en proposant des lacets, des savonnettes et des pastilles de menthe. Ce petit homme, visitait tous les villages de la région et cela jusqu'à Foix. Il accomplissait ses déplacements à pied, par étape de 20 km par jour. Il était connu de tous les fermiers du coin, était reçu à leur table et couchait dans la paille des granges. L'autre colporteur qui diffusait "Le Boher" était Soigné, pittoresque, brave homme qui, précédé de sa boite en bois blanc emplie d'almanachs et de lacets se mettait, en tous les instants, sous la protection de Saint-Antoine de Ligouri." (Marcel-Yves Toulzet)

    La parution de l'almanach Boher s'arrêta en 1958. Vous n'en trouverez plus que quelques rares exemplaires chez les bouquinistes.

    _________________________

    © Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2017

  • La romancière Alix André vivait à Carcassonne

    Au milieu du siècle dernier la collection Harlequin n'existait pas encore, quand Alix André écrivait déjà des romans d'amour pour les éditions Tallandier. Un véritable succès ! Dès 1942, son premier ouvrage "Notre-Dame des neiges" remportait le Prix de l'Académie des Jeux Floraux. Alix née en 1909 à Lavelanet dans l'Ariège s'était mariée à Antoine André, un riche industriel propriétaire du château de Pech-Latt près de Lagrasse (Aude). Comme beaucoup de femmes issue de la bourgeoisie, l'ennui succéda à l'éducation de ses trois enfants : Philippe, Serge et Jacques.

    Capture d’écran 2017-07-10 à 17.02.14.png

    "Quand mes enfants furent élevés, je n'avais plus grand chose à faire."

    Elle prit alors la plume, comme d'autres s'adonnent au jardinage ou la couture. Tous les matins à partir de 6h30, elle réveillait la maison puis se recouchait avec une tasse de café. Là, sur une tablette ingénieusement confectionnée, elle faisait vivre les futurs héros de ses romans. Entre 1942 et 1980, ce sont une cinquantaine de livres qui sortirent de son esprit rêveur ; ils furent traduits en plusieurs langues et les magazines féminins les découpèrent en épisodes pour leurs lectrices. Edité en 1946, Le prince blanc faillit être adapté pour le cinéma. 

    Capture d’écran 2017-07-10 à 17.41.17.png

    Le lac aux ours (1951). Prix de l'Académie française.

    Alix André partageait son temps et ses séances d'écriture entre sa maison de Carcassonne et le château de Pech-Latt. Là-bas, le domaine produisait un fameux vin blanc avec la typique des Corbières. Il appartient aujourd'hui à une société de vins de Bourgogne.

    Capture d’écran 2017-07-06 à 22.28.00.png

    La maison d'Alix André, route de Limoux à Carcassonne

    ____________________________

    © Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2017

  • Magali (1898-1986), l'une des plus grandes romancières françaises est née à Limoux.

    Ne demandez pas aux Limouxins s'il connaissent Magali, car il me semble qu'il n'y a pas dans la Sous-préfecture audoise de bâtiments ou de rues portant son nom. Et pourtant... Jeanne Philbert est née le 6 mars 1898 à Limoux d'un père négociant en vins qui après le décès prématuré de son épouse, confiera sa fille à des tantes tenant un magasin de confections en ville. Au lycée de Carcassonne, il a l'audace d'écrire son admiration au félibre Frédéric Mistral, avec lequel elle entretiendra une correspondance épistolaire jusqu'à sa mort. Il l'encourage à écrire ses premiers essais et lui attribue le pseudonyme de Magali. Elle signera ses ouvrages sous six autres pseudonymes, dont Michel Cerdan en raison de sa fascination pour le boxeur Marcel Cerdan.

    Magali.jpg

    © adbstar

    Magali alias Jeanne Philbert

    En 1915, elle part quatre ans en Algérie comme institutrice. A son retour, elle s'occupe de la gestion d'une ferme appartenant à son père. Après la Grande guerre, elle épouse Marcel Idiers (1886-1950), romancier populaire à succès avec lequel elle collabore avant de s'en séparer. A ses débuts, Magali écrits des articles variés dans les journaux sur différents thèmes : cuisine, critique dramatique, sports, etc. A ce sujet, elle rédige un papier sur l'arrivée triomphale de Charles Lindbergh en 1927. C'est cette année-là que son livre "Le jardin enchanté" lui vaut d'être couronnée du 1er prix Max du Veuzit. Deux ans après, Magali aussi célèbre que Delly, entre chez l'éditeur Jules Tallandier dans la collection blanche.

    Capture d’écran 2017-06-27 à 19.18.49.png

    Magali est née au premier étage de cette maison, place de la République

    Elle se passionne pour l'aéronautique, accompagne Maryse Bastié lors de missions sur le front et rencontre au gré des escales Saint-Exupéry et d'autres as de la voltige. Durant deux ans, elle est engagée volontaire dans les sections féminines automobiles.

    Capture d’écran 2017-06-27 à 19.25.07.png

    Son roman L'enveloppe aux cachets bleus est victime en 1940 de la censure. Magali se réfugie à Toulouse et participe à la Résistance avec la création de la maison d'éditions Chantal. Sous couverture de la publication de romans sentimentaux, elle imprime des faux-papiers, des tracts et des journaux clandestins. A la Libération, Magali est une personnalité nationale. Après s'être remariée en 1947 avec Joseph Corradot, elle donne des conférences en France et à l'étranger. Installée à Rueil-la-Gadelière (Eure-et-Loir), à quelques kilomètres de Verneuil-sur-Avre (Eure) où, en 1953, elle crée la section locale de l’association France-Canada. Ses livres censurés avaient été diffusés au Québec pendant l'Occupation. En 1954, elle reçoit la médaille de la Résistance et est décorée de la légion d'honneur. 

    Magali pic2.jpg

    © adbstar

     La Dame aux cent livres restera de 1976 à 1984 la Vice-présidente de la Société des Gens de Lettres. En 1985, elle reçoit le prix Paul Féval pour l'ensemble de son œuvre. Magali - prénom provençal - née à Limoux où elle vécut pendant vingt ans mourra le 5 février 1986 à Rueil-la-Gadelière (Eure-et-Loir). C'est là, loin de son Aude natale qu'elle repose désormais.

    Sources

    Ouvrières des lettres / Presses universitaires de Limoges

    __________________________

    © Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2017