Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Patrimoine en danger

  • L'agonie de "La nef de pierre" d'Ariel Moscovici dans Carcassonne.

    Au début des années 1990 a eu lieu dans notre ville un symposium de sculpture, piloté par Jean-Marc Tilcke en collaboration avec la ville de Carcassonne représentée par Raymond Chésa, le ministère de la culture représenté par le préfet et le Conseil régional, représenté par Jacques Blanc. La mairie devait, à l'issue de la manifestation, faire l'acquisition des sculptures. Ce qu'elle ne fit pas. Le directeur de la Maison du chevalier a décidé alors d'emprunter pour pouvoir les conserver à Carcassonne, une somme totale de 20 millions d'anciens francs (30.000 €). Finalement, un arrangement fut trouvé avec Raymond Chésa afin que les six oeuvres prissent place dans la ville. Contractuellement, un commodat ou prêt à usage fut signé entre les parties. Il obligea la ville à assurer, entretenir et protéger les sculptures.

    Capture d’écran 2022-06-04 à 13.37.28.png

    Le square Gambetta avant sa démolition en 2003. On aperçoit l'oeuvre de Moscovici sur la pelouse

    Six oeuvres sont encore présentes sur les rond-points de Carcassonne, mais il en est une qui manque à l’appel. Il s’agit de La nef de pierre d’Ariel Moscovici, sculpteur de renommée internationale. Après des recherches, nous avons retrouvé cette oeuvre, délaissée dans un terrain appartenant aux Serres municipales de la ville de Carcassonne. Elle s’y trouve ainsi entreposée depuis vingt ans. C’est-à-dire depuis le début des travaux pour la construction d’un parking souterrain au square Gambetta. Au centre d’un bassin, au milieu des canards et des cygnes, l’œuvre de Moscovici avait trouvé un emplacement de choix.

    Capture d’écran 2022-06-04 à 13.40.05.png

    Alors, nous avons contacté l’artiste afin d’en savoir davantage sur sa sculpture. Ariel Moscovici réside à Montbel dans l’Ariège près de Chalabre ; c’est dans cet endroit retiré qu’il puise son inspiration dans un atelier qu’il partage avec son épouse, elle-même sculpteur. 

    Capture d’écran 2022-06-04 à 13.49.01.png

    — La nef de pierre ? Ce n’est pas le nom que je lui ai donné, se rappelle l’artiste. Elle s’appelle en réalité « Entre deux points ». C’est le passage d’une poésie du célèbre auteur Israélien Yehuda Amichaï. Elle commence par : « Entre deux points passe une seule ligne droite… » C’est une idée autant géométrique que spirituelle. Je l’ai développée à travers une série de sculptures présentes dans mon catalogue. Je me souviens avoir travaillé sur ce granit noir du Zimbabwe pendant trois semaines, après son acquisition à Castres. Le travail préparatoire a nécessité la réalisation de plusieurs maquettes en plâtre, essentiellement.

    Capture d’écran 2022-06-04 à 13.42.02.png

    Vue du projet présenté pour l'Ecole des arts de Carcassonne

    J’ai également réalisé une demi-sphère. Elle se trouve dans l’École des Arts de Carcassonne (Conservatoire). C’était conçu pour aller sur un bassin mais ils l’ont fixé sur deux pieux. Cela ne représente plus l’idée du départ.

    Capture d’écran 2022-06-04 à 13.44.15.png

    La demi-sphère se retrouve dans une alcôve sans cartel

    Nous espérons que La nef de pierre, ainsi dénommée, sortira rapidement des oubliettes. Elle ne mérite certainement pas une telle exposition par respect pour l’artiste. Nous attendons du service culturel de la ville de Carcassonne qu’il veuille bien agir et trouver, enfin, un emplacement plus digne à cette œuvre. Ce ne sont certainement pas les lieux qui manquent dans notre commune.

    Capture d’écran 2022-06-04 à 13.46.53.png

    Ce qu'il reste du cartel en marbre au milieu d'une friche

    http://arielmoscovici.free.fr/index.html

    _____________________________________

    © Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2022

  • La poussière sous le tapis de la Bastide Saint-Louis

    Par suite de l’affaiblissement de l’offre commerciale dans le centre-ville de Carcassonne, nous avons tenté de comprendre les raisons pour lesquelles les enseignes fuient la Bastide. Pourquoi les études de marché ne les inclinent pas à s’y installer. La construction de zones en périphérie ne joueraient pas, elles seules, le rôle de siphon s’il n’y avait pas un problème lié à la paupérisation et au faible nombre de résidants. La Bastide ne compte plus que 2000 habitants. Trois ou quatre fois moins qu’il y a 30 ans. Elle a perdu le conseil général, la chambre d’agriculture, le centre de tri postal, etc.

    Bastide 2.jpeg

    Des réhabilitations de façades

    Aussi, nous nous sommes rendus à la mairie à la Direction des services à la population. Nous en sommes sortis avec un document intitulé « Données urbaines infra communales par quartier ». Cet outil statistique, réalisé précisément à partir des données recueillies et compilées par l’INSEE, nous a permis d’interpréter les graphiques.
    Il n’étonnera personne si nous prétendons que les immeubles de notre Bastide Saint-Louis ont été majoritairement bâtis avant 1949. C’est le cas pour 80 % d’entre-eux et, dans la même proposition, ce sont des locataires qui y résident. Par ailleurs, 25% des logements sont vacants (Le taux le plus important de Carcassonne), car pour la plupart du temps insalubres ou bien rénové mais ne trouvant pas preneur. Seuls 18% de propriétaires vivent à l’intérieur du centre historique. Ceci n’aurait qu’une incidence minime, si ces locataires bénéficiaient majoritairement de revenus au-dessus de la moyenne observée pour l’ensemble de Carcassonne. Or, ce n’est pas le cas. Le revenu annuel moyen d’un habitant de la Bastide s’élève à 12485 € ; les autres 50% sont partagés entre les plus modestes (5000 € annuels) et les plus riches (21196 € annuels). C’est le taux de revenus le plus bas de Carcassonne, avant le quartier du Viguier dont la moyenne s’établit à 14104 € annuels.

    Capture d’écran 2022-05-15 à 16.00.19.png

    Des immeubles en ruine menacent de s'effondrer, rue des Etudes

    Les actifs pour 53% d’entre-eux vivent à l’intérieur des boulevards ; les inactifs restent partagés entre les chômeurs (18%), les personnes au foyer (14,5%), les retraités (5%) et les élèves ou étudiants (8,4%). Le pouvoir d’achat des « Bastidiens » ne peut guère atteindre des sommets. La raison principale réside dans les fait qu’ils sont majoritairement employés ou ouvriers. 45% des habitants ont aucun diplôme ou seulement le CAP-BEP. Les cadres et professions libérales ne sont que 5% à résider autour de la Place Carnot. Cette situation est analogue à celle des quartiers Ozanam, Castors, La Conte et Saint-Jacques. De quoi vivent ces habitants majoritairement composés d’hommes et de femmes seules entre 19 et 58 ans ? Les couples avec enfants sont nettement sous représentés. 35,5% subsistent uniquement avec les prestations sociales ; c’est le même pourcentage qu’au Viguier. 26% bénéficient de la Couverture Mutuelle Universelle, comme à La Conte et Ozanam.

    Capture d’écran 2022-05-15 à 16.04.01.png

    En centre-ville, à défaut de pouvoir louer à la hauteur de l'argent investi dans les travaux, les propriétaires font de l'optimisation immobilière dans la location saisonnière sur AIRBNB. La Bastide n'est plus que le royaume des boites à clés. Des touristes qui montent visiter la Cité, mais qui en Bastide n'ont accès à aucune ouverture des Hôtels particuliers. Ils cheminent avec un simple plan offert par l'Office du tourisme. Observez également en journée le nombre de volets clos dans les rues de la Bastide...

    Le quartier le plus riche de Carcassonne se trouve à côté de l’ancien hôpital Antoine Gayraud. C’est désormais là que résident les plus fortunés. Autrefois, c’était le quartier du Palais à deux minutes de la Bastide…
    En déplaçant la richesse en périphérie, rien d’étonnant pour la Bastide.
    L’ensemble de ces données est consultable librement.
     
    Sources
     
    INSEE 2011-2018
    Données urbaines infra communales par quartiers / Mairie de Carcassonne
     
    ____________________________
     
    © Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2022
  • L'agonie du bassin de la fontaine de Neptune, roi des eaux.

    Il devient plus que nécessaire de s'occuper de la restauration du bassin en marbre de Caunes-Minervois de la fontaine, place Carnot. C'est l'identité de la Bastide Saint-Louis, photographiée sous toutes les coutures à des fins touristiques. Comment les décideurs qui, à grands frais, ont transformé cette place l'an dernier, n'ont-ils pas en même temps engagé la restauration de la fontaine ? Certes, l'argent est toujours le nerf de la guerre. Mais alors, pourquoi ne pas lancer une souscription publique et rechercher des mécènes ? Les clubs sportifs de la ville en bénéficient ; le patrimoine s'en passe. 

    Fontaine 2.jpg

    A travers des ouvertures colmatées par du ciment, le bassin fuit.

    Fontaine 3.jpg

    Des fuites, colmatées par du ciment sur du marbre, c'est comme un pansement sur une fracture de la cheville. Cela ne tient pas !!! La patinoire de la Magie de Noël, c'est bien, mais certainement pas sur une fontaine de 1770, classée Monument historique. Pour mémoire, les services techniques de la ville avaient sablé le marbre blanc du Neptune en décembre 2007 pour le nettoyer. L'architecte des bâtiment de France, mis devant le fait accompli, avait alors poussé une mémorable colère. Le marbre de carrare du Neptune, sculpté par Barata fils, est à jamais fichu.

    Fontaine 4.jpg

    Le service du patrimoine de la ville de Carcassonne a un nouveau chef de service. Il vient du service de l'hygiène et a été chef de service des sports. A quatre ans de la retraite, nous lui souhaitons de bien manager cet office qui ne compte qu'une personne à mi-temps pour s'occuper du patrimoine de la troisième ville la plus visitée de France. En attendant, toujours pas d'animateur de l'architecture et du patrimoine pour le label Ville d'art et d'histoire. Il ne reste plus que trois ans à la mairie pour le nommer. Sans cela, elle perdra définitivement ce label en 2025.

    _______________________________________

    © Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2022