Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Musique et patrimoine de Carcassonne

  • Chim Boum Boum (1881-1944) : "L'aganta-gos"

    C'est le 13 février 1881 que naît Joseph Justo au n°9 de la rue des Rames (quartier des Capucins) dans une famille de pauvres ouvriers espagnols. Son père Joachim natif de Monzón dans la province de Huesca avait émigré en France pour y chercher une vie meilleure ; il était employé comme terrassier. D'un premier mariage, était né François en 1870 de l'autre côté des Pyrénées. Ce dernier était donc le demi-frère de Joseph, que les Carcassonnais affubleront amicalement du sobriquet de "Chim Boum Boum".

    20190118_105107.jpg

    Chim Boum Boum par Dantoine

    A cela, permettez-moi d'avancer plusieurs hypothèses... Le prénom de notre héros a pu être déformé en Jim, qui par l'accent s'est vite transformé en Tchim. C'est ainsi que cela se prononçait, même si à l'écrit cela donne Chim. Autre hypothèse, l'onomatopée qui désigne un tapage musical. On la retrouve quelques fois dans certains récits : "Ils ont fait leur Chim Boum Boum toute la nuit !" Avouez que cela sonne comme un accompagnement de batterie sur une mouvement de valse ou de Java. Accentuez Chim et relâchez Boum Boum, vous voilà dans une mesure à trois temps. Notre Chim Boum Boum alias Joseph Justo, s'était marginalisé avec le temps et vivait de petits boulots. C'était l'Aganta-gos de Carcassonne ! Qu'es aquò ? Le verbe "agantar" en occitan signifie attraper, empoigner. Un "gos" est un chien. C'est donc un attrape-chien, en français. Cette expression propre à notre Midi s'est aujourd'hui perdue, mais elle matérialisait les gens qui se saisissaient des chiens errants en les remettant à la fourrière municipale. Muni d'une sorte de lasso-fouet, il était habile pour mettre la main au collet des quadrupèdes abandonnés. Un agent de police assistait à l'opération tandis qu'un autre tirait la charrette à deux étages où se lamentaient à travers les grilles, les pauvres bêtes égarées. Il arrivait que les enfants ayant déjoué la surveillance des adultes, libèrent les chiens de leur cage. C'était là l'occupation principale de "Chim Boum Boum".

    Capture d’écran 2019-01-18 à 10.58.27.png

    La cabane de Chim Boum Boum

    Joseph Justo avait élu domicile dans une cabane de lavandière située au bord du Canal du Midi, face à l'avenue du maréchal Foch, côté gare SNCF. Elles y rangeaient leurs battoirs, après avoir lavé leur linge. 

    Les exploits 

    Un cheval attelé à une lourde charrette chargée de fûts de vins, stationnait face à la gare. Le propriétaire de l'animal et de la cargaison parlementait avec le patron d'une péniche. L'accident survint. Le frein rudimentaire de l'attelage céda tandis que le cheval, charrette et chargement plongeaient dans le bassin du canal. La pauvre bête était presque totalement immergée dans les eaux. Chim Boum Boum survint alors. A plusieurs reprises, il plongea de longues minutes, détela le percheron, qui après de longs efforts regagna la berge, sain et sauf. Le propriétaire de l'animal congratula notre héros et royalement lui offrit cinq francs. Notre homme prit la pièce en main, la regarda avec un certain mépris teinté d'amertume et la lança dans les eaux du canal. A cette époque, on pouvait acheter un lapin aux halles avec cette somme. Ceci se fit sous les applaudissements des badauds.

    En juillet 1936, tous les sportifs Carcassonnais étaient passionnés par le Tour de France. Un magasin de la place Carnot , le "Paris-Carcassonne" actuellement "Carrefour City", avait réalisé une présentation des cycles Thomas ou Alcyon. Vêtu d'une culotte de cycliste et le torse moulé dans un rutilant maillot jaune, "Chim" figé comme un mannequin, régnait au milieu de l'étalage, la main droite appuyée au guidon de l'une des bicyclettes. Rompant la pause, il buvait de temps en temps à l'un des deux bidons fixés au cadre.

    Joseph Justo était connu et respecté de tout Carcassonne. Le maire Albert Tomey et ses adjoints ne manquaient pas de le saluer. Il était d'un dévouement infini et portait assistance aux sapeurs pompiers dans leurs missions. Nageur émérite, pouvant rester sous l'eau des minutes entières et par tous les temps, Chim Boum Boum sauvait des vies. Que ce soit dans le canal ou au Païchérou, au milieu des "Enfers". Les Carcassonnais prétendaient qu'il avait le cœur à droite pour réaliser ces exploits.

    Capture d’écran 2019-01-18 à 11.06.41.png

    Monument aux victimes du Quai Riquet

    Le 20 août 1944, une horde de fanatiques teutons passa au Quai Riquet. Elle brûla les maisons et massacra la population du quartier, faisant plus de vingt victimes civiles. Ce jour-là, Chim Boum Boum se tenait dans la cabane des lavandières. Lorsqu'il en sortit, les fridolins du Führer tirèrent en direction de notre héros qui périt sous les balles de l'intolérance. Joseph Justo fut élevé au rang de martyr. La ville de Carcassonne l'enterra au cimetière Saint-Michel et lui offrit une concession à perpétuité. A ce jour, Joseph Justo n'a toujours pas obtenu la mention "Mort pour la France". Sa famille étant inconnue, elle seule pouvait en faire la demande.

    justo_IMG_5407.jpg

    ________________________________

    © Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2019

  • Louis de Cadalvène (1756-1847)

    Voici un Carcassonnais dont personne ne s'est semble t-il intéressé dans notre ville ... Louis Cadalven naît à Versailles le 18 décembre 1756. A 17 ans, il occupe la fonction de valet puis de Huissier de la chambre de Monsieur, le frère du roi et Comte de Provence. Au moment de la tourmente révolutionnaire sous le régime de la Terreur, Cadalven réussit à s’échapper des Tuileries grâce au savant Monge, Ministre de la Marine en 1792. Ce dernier le nomme alors Commissaire des guerres du département de l’Aude. A Carcassonne, Cadalven organise et structure les établissements militaires de la capitale audoise et de Narbonne ; il effectue également la levée de masse de l’Aude. Il rencontre sa future épouse Jacquette Pauline Thoron, fille d’un négociant résidant dans l’ancienne paroisse Saint-Michel (Section de l’Égalité). Caldaven habite, lui, dans la Section de la Fraternité.

    Au mois de septembre 1793, le Commissaire des guerres est affecté à l’armée des Pyrénées sous les ordres de Dugommier, afin de reprendre la main sur les Espagnols. Le 18 nivôse An II, Caldaven devient Commissaire ordonnateur en chef de la division de Mont Louis, mais ne résiste pas aux turpitudes hivernales qui font cruellement souffrir sa santé. Il réintègre Carcassonne où tout le monde le réclame, de la municipalité jusqu’au préfet. Sans compter, sa promise dont il est éloigné depuis plusieurs mois. Après un bref séjour à Narbonne, il s’établit dans la capitale audoise et s’y marie le 12 décembre 1797. De cette union naissent quatre enfants à Carcassonne dont :

    Capture d’écran 2019-01-15 à 09.55.47.png

    © Généanet

    Jules Charles Antoine de Cadalvène (1798-1852), Directeur de la poste française.

    Capture d’écran 2019-01-15 à 09.56.29.png

    © Généanet

    Edouard Pierre Marie (1799-1852), historien et égyptologue.

    En juillet 1808, Napoléon qui est en guerre avec l’Espagne a prélevé le personnel militaire de la région afin de constituer un corps d’observation. Cadalven est affecté au 3e corps d’observation des Pyrénées-Orientales, commandé par le général Reille. Le 21 juillet, blessé à la main gauche et le 14 août, demande à rentrer à Carcassonne étant d’en l’impossibilité de poursuivre sa mission. Le 19 août, le Baron Trouvé, Préfet du département de l’Aude, demande au Ministre que M. de Cadalven dont le poste est resté vacant à Carcassonne y revienne : "Il est passé pour mort, il n'est que blessé, sa santé était déjà très faible quand il partit à l'armée, elle a été complètement délabrée par la fatigue de la journée où il a été blessé, il sera longtemps hors d'état de faire du service actif, dans la montagne surtout."

    En demandant l'envoi d'un Commissaire des Guerres à Carcassonne, il demande de préférence M. Cadalven: "Les bonnes intentions qui animent ce militaire, le zèle qu'il apporte dans l'exercice de ses fonctions, l'harmonie qui a toujours régné dans nos relations sont pour moi de puissants motifs de le désirer. Signé: Trouvé. » Satisfaction fut donnée au Préfet de l'Aude et au Commissaire Cadalven qui est de nouveau affecté à Carcassonne.

    Cependant, les nécessités de la guerre d'Espagne vont obliger à envoyer encore une fois le commissaire Cadalven à Narbonne. Aussitôt des démarches sont faites pour le faire rester à Carcassonne: c'est la Municipalité, Dejean frère du Ministre, le Général Guillet, commandant le département de l'Aude, Lacuée, conseiller d'Etat, le Préfet Barante, etc... si bien que, par décision du 12 avril 1810, le Ministre fait rentrer le Commissaire Cadalven de Narbonne à Carcassonne qu'il ne quittera plus avant la fin de sa carrière militaire. Bonaparte 1er Consul, nomme Cadalven par arrêté du 18 vendémiaire An X, à l'une des 204 places de Commissaire des guerres.

    Gérard_-_Louis_XVIII_of_France_in_Coronation_Robes.jpg

    Louis XVIII, frère de feu "Louis Capet".

    Le retour au pouvoir des Bourbons donne à Cadalven la possibilité de tirer partie de sa position passée comme huissier de la chambre du frère du Roi, futur Louis XVIII. Il obtient plusieurs charges pour ses fils, est maintenu comme Commissaire des guerres. Surtout, la médaille de Chevalier de Saint-Louis lui est octroyée. 

    Les Cent jours et le retour de Napoléon sont un désastre pour ce militaire dénoncé le 21 avril 1815 par le général Chartrand auprès du Ministre comme : « Royaliste distingué, qui depuis 20 ans exerce les mêmes fonctions à Carcassonne, ses dépravations ont fait beaucoup de mal à Sa Majesté, il y a lieu de le remplacer. » Jean Hyacinthe Chartrand, né à Carcassonne, commandant du département de l'Aude pendant les Cent jours, sera fusillé en 1816. Inhumé à Lille, une rue porte son nom dans notre ville près de la place Carnot.

    Cadalven fait alors des pieds et des mains pour rester auprès de sa famille à Carcassonne et fait intervenir le Comte Maurice Mathieu. L’exil de Napoléon à Sainte-Hélène fait à nouveau son bonheur et Caldaven réclame la Légion d’honneur et son retour chez lui. Louis Cadalven est anobli par Sa Majesté Louis XVIII le 15 février avec titre d’écuyer.

    Capture d’écran 2019-01-15 à 10.43.52.png

    © Visseaux.org

    Armoiries de Louis de Cadalvène

    D'argent au chevron de gueules, accompagné en chef de deux chênes arrachés de sinople et en pointe d'un lévrier courant de sable collecté d'azur bouclé d'or, au chef abaissé et ondé d'azur chargé de trois mollettes d’or.

    Dans les années qui suivirent, il parviendra à faire modifier son patronyme en Louis de Caldavène, en expliquant que l’orthographe est erronée. Ce militaire qui - comme beaucoup à cette époque - parviendra à survivre à tous les régimes après la Révolution, s’éteindra à l’âge de 90 ans à Paris en janvier 1847. 

    Sources

    Un Commissaire des guerres sous la Révolution et l'Empire / 1934

    Journal militaire / XIIIe année / An X

    Visseaux.org

    ADA 11 / Etat-Civil

    ____________________________________

    © Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2019

  • Le testament d'Aimé Ramond a-t-il été falsifié ?

    Le 19 août 1944 à Baudrigues sur la commune de Roullens, l'officier de paix Aimé Ramond était exécuté avec plusieurs autres résistants. Arrêté chez lui le dimanche 30 juillet 1944, Ramond avait passé vingt jours dans une cellule de la Maison d'arrêt de Carcassonne. Parmi les éminences grises de l'armée des ombres, se trouvaient également Jean Bringer (Myriel), chef des FFI, et le docteur Emile Delteil. Notons, bien entendu, qu'ils furent interrogés par les agents de la Gestapo. Chacun se trouvait seul dans une cellule, mitoyenne l'une des autres. Quelques temps après la Libération de la ville, on trouva sur le mur de la geôle occupée autrefois par Ramond, un testament gravé en occitan. il dit ceci : "Ceci est mon testament. Je laisse ma vie dans cette affaire, je souhaite que mes parents choisissent Albert Ramond de Libourne comme héritier à moins que ma chère Henriette s'y oppose." Nous ne remettons pas en question l'authenticité de ce texte qui paraît avoir été écrit par le résistant. La référence à sa famille est telle qu'il n'y a pas de place pour le doute. Ramond devait se savoir perdu à ce moment-là. L'usage de l'occitan voulait sans doute tromper les gardiens allemands sur la signification de ce message.

    inscri11.jpg

    Sur une autre partie du mur, se trouve une autre inscription. Elle a attiré mes suspicions... Nous voyons que l'inscription en titre ressemble au testament : "Lieutenant Ramond Aimé arrêté le 30-7-44". Elle a été gravée par la main de Ramond ; la saignée est profonde dans le mur. Observons maintenant la partie inférieure ; le calendrier et le texte semblent avoir été écrit en même temps. Si j'étais prisonnier, je ferais d'abord un calendrier avant d'écrire un testament. Or, tout ceci ne peut-être que postérieur à celui-ci puisqu'on parle de la date du 19 août 1944, jour de la mort de Ramond. A quoi voulez-vous en venir, me direz-vous ? Le calendrier et le texte qui l'accompagnent ont été rédigés après la mort de Ramond. Pourquoi ? Pour faire apparaître la date du 19 août et le nom du Dr Delteil. Je vous passe l'étude graphologique qui mettrait en évidence, la différence de formation de certaines lettres avec celles du testament. Par exemple, le T... 

    Maintenant résonnons avec des éléments historiques. Dans ses dépositions, le Dr Delteil indique que Ramond lui a fait passer son testament avant de mourir. Nous ne voyons pas comment puisqu'ils n'étaient pas dans la même cellule. Admettons toutefois qu'ils aient pu se rencontrer sur la passerelle et que Ramond ait glissé ce papier dans la poche de Delteil. On ne sait jamais. Comment alors se fait-il qu'un gars qui écrit qu'il va partir avec ses camarades et le Dr Delteil pour un camp d'internement le 19 août, fasse passer ses dernières volontés à celui qui part avec lui. Un testament se donne à la personne qui va sortir ; ainsi pourra t-elle le transmettre à la famille du condamné. Cette version semble improbable et purement fabriquée... Sans compter que le Dr Delteil ira dire devant les enquêteurs que Ramond avait parlé à un mouchard placé dans sa cellule par la Gestapo. Un officier de paix, rompu aux méthodes d'interrogatoires, aurait-il pu ainsi se faire piéger ? Bien entendu, le Dr Delteil raconte à qui veut l'entendre qu'il n'a dû sa libération qu'à son mutisme. Et s'il avait été libéré plus tôt ?... Le résistant F. Barthez, membre du réseau Cotre à Ferrais-Des-Corbières, note dans ses mémoires que Delteil a été libéré en même temps que sa femme de la prison de Carcassonne. C'était le... 17 août 1944. On peut s'interroger sur la disparition du registre d'écrou, qui existait encore à la police politique mise en place après la Libération. Sans ce registre, il nous est impossible de vérifier les dates d'entrées et de sorties des prisonniers. Par chance, le Dr Delteil, encore lui, avait recensé les noms et les adresses de tous. Avec quoi, l'a t-il fait ? L'histoire a retenu que le Dr Delteil est sorti le 19 août avec l'ensemble des prisonniers non exécutés à Baudrigues parce qu'il n'avait pas parlé. C'est vrai que les Allemands étaient magnanimes avec ceux qui se taisaient, surtout avec la cravache et le nerf de bœuf. Ils sont plusieurs dans l'histoire comme Jean Moulin qui n'ont pas eu cette chance.

    Ma conviction est que le Dr Delteil est sorti avant le 19 août, qu'il a parlé comme l'affirme l'épouse de M. Barthez dans sa déposition. Qu'on a fait disparaître le registre d'écrou. Qu'il a bénéficié de complices résistants emprisonnés comme lui et libérés, pour raconter la même chose que lui. Après quoi, on a inscrit dans le mur de la cellule de Ramond, le texte affirmant que Delteil y était encore le 19 août. Sachez encore que le Dr Delteil a été un des premiers à se rendre à Baudrigues et qu'il a tenu chez lui pendant plusieurs mois les débris de la lettre d'adieu de Bringer et ceux de Ramond. Craignait-il que ces derniers y fassent des révélations le mettant en cause ?

    ____________________________

    © Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2019