Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Musique et patrimoine de Carcassonne

  • Un courrier à la reine Elisabeth II d'Angleterre

    Le 30 août dernier, je me décidais à écrire à la reine Elisabeth II d'Angleterre afin de lui remettre deux photographies ainsi qu'une copie du livre d'or de la ville de Carcassonne. L'objectif était simple. Attirer l'attention de la souveraine sur la Cité de Carcassonne et éventuellement créer un évènement médiatique, si toutefois elle consentait à me répondre. Je lui adressais donc la photographie de la visite privée que fit son oncle le duc de Windsor en 1950 en nos murs, ainsi que celle de la reine mère Elisabeth en 1989 en la basilique Saint-Nazaire. En ma qualité de citoyen d'honneur de Carcassonne, j'accompagnais ces envois par ces mots :

    Lettre à la Reine.jpg

    "Les habitants de cette ville, classée Patrimoine mondial UNESCO, n'ont pas oublié la discrétion et la simplicité de votre oncle, Son Altesse Royale le Duc de Windsor, lors de son séjour à l'Hôtel de la Cité, le 12 août 1950. Nous avons été également honorés d'accueillir à l'intérieur de nos remparts et de notre basilique Saint-Nazaire et Saint-Celse, le 27 mai 1989, Sa Majesté Elisabeth, votre mère. Tous les Carcassonnais présents ce jour-là, en ont gardé un excellent et inoubliable souvenir. Si à l'avenir, Votre Majesté, où l'un des membres de la famille royale d'Angleterre, décidait de nous honorer de sa visite, je suis certain que nous serions nombreux à nous en réjouir".

    Lettre de la reine.jpg

    La surprise n'a été que plus grande lorsque, vendredi dernier, je reçois à mon domicile, un courrier provenant du château de Balmoral où la reine prend ses vacances. La souveraine m'a répondu par l'intermédiaire de sa Dame d'honneur, Annabel Whitehead. Voici la traduction de la lettre 

    Cher M. Andrieu

    La Reine souhaite vous remercier pour votre lettre dans laquelle vous évoquez les visites faites par le Duc de Windsor dans votre belle ville en 1950, et celle de la Reine Elizabeth la Reine Mère en 1989.

    Sa Majesté fut ravie de recevoir votre lettre et apprécie grandement la gentillesse dont vous avez fait preuve en envoyant une copie de la page de votre livre d'or signée par la Reine Elizabeth et les photographies historiques prises durant ces deux visites.

    Je vous remercie une fois encore de nous avoir écrit. Bien à vous
    Annabel Whitehead

    Dame d'honneur

    annabel.jpeg

    Elisabeth II et Annabel Whitehead

    J'ai toujours vu Carcassonne en grand. Est-ce peut-être une vue de l'esprit que de vouloir la considérer ainsi ?  Aujourd'hui, cette initiative est relayée dans la presse et fera sans doute son petit chemin. 

    _______________________________________

    © Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2021

  • La grande messe Vichyste à Carcassonne au mois d'août 1941

    Afin de fêter le premier anniversaire de la Légion des Combattants, le gouvernement de Vichy avait placé cet évènement sous le signe de la flamme sacrée. A Vichy, le maréchal Pétain a allumé trois flambeaux et donné le départ aux porteurs devant sillonner la zone sud et l’Empire jusqu’à Dakar. A Carcassonne, les 30 et 31 août 1941, les porteurs remontent la rue de Verdun jusqu’au Monument aux morts de la place Davilla.

    Capture d’écran 2021-09-27 à 19.27.32.png

    L'arrivée de la flamme par la rue de Verdun

    Après quoi, les légionnaires prêtent serment de fidélité à Pétain, selon un rituel digne des rassemblements hitlériens. La main levée en faisceau : « Je jure de continuer à servir la France avec honneur dans la paix comme je l’ai servie sous les armes. Je jure de consacrer toutes mes forces à la Patrie, à la Famille, au Travail. Je m’engage à pratiquer l’amitié et l’entraide vis-à-vis de mes camarades des deux guerres, à rester fidèle à la mémoire de ceux qui sont tombés au Champ d’Honneur. J’accepte librement la discipline de la Légion pour ce qui me sera commandé en vue de cet idéal ». Cet organe, issu de la dissolution des multiples associations d’anciens combattants, deviendra ensuite politique avec « La légion des volontaires français contre le Bochévisme ». Beaucoup d’anciens légionnaires ayant jusqu’ici suivi le vainqueur de Verdun, démissionneront de la Légion. Seuls les plus politisés resteront ; ils adhèreront à la Milice en 1943.

    Capture d’écran 2021-09-27 à 19.26.47.png

    Le serment des légionnaires de l'Aude

    La première cérémonie a eu pour cadre la cathédrale Saint-Michel décorée aux couleurs nationales. Elle a été présidée par Mgr Pays, évêque de l’Aude. Toutes autorités officielles aux ordres de Vichy y assistaient et occupaient les premiers rangs. On remarquait parmi elles : MM. le préfet de l’Aude, accompagné de son chef de cabinet ; le colonel Garbillet, commandant militaire de l’Aude et son chef d’état-major le colonel Llobit ; Jules Jourdanne, maire de Carcassonne et Combes, premier adjoint ; le commandant de gendarmerie Sellier ; Gélis, président de la Légion ; le général Guizard, président du Comité de la Croix-Rouge et du Secours national ; Marty, délégué départemental à la Jeunesse ; Cazes, ingénieur en chef des Pont et Chaussées ; Blady, conservateur des Eaux et forêts ; Joffre, vice-président du Tribunal départemental ; Bousquet, substitut ; Guerrier, délégué départemental de l’Information ; Bernis, juge de paix de Carcassonne ; Palau, vice-président de la Chambre de Commerce, etc.

    Dans le choeur avaient pris place les porte-drapeaux et leur garde d’honneur. On remarquait à côté du fanion de la section locale celui des sections de Marseillette, Caunes-Minervois, Aigues-vives, Azille, Pennautier, Capendu, Rieux, etc. Au cours de la messe célébrée par le chanoine Sabarthès, membre du Comité de la Légion et professeur au Petit séminaire, l’association des Choeurs de la cathédrale a interprété sous la direction de Georges Cotte, le Kyrie de la troisième messe solennelle de Gounod, l’Ave Verum de Mozart et la Marche héroïque de Saint-Saëns, tandis que les grandes orgues étaient tenues par M. Tournier, le maître de la chapelle de la cathédrale. Celle-ci se trouvait tellement remplie de fidèles que tout le monde n’avaient pu avoir une place pour assister à la cérémonie. A l’Évangile, l’abbé Andrieu, légionnaire et directeur du Grand séminaire, a rappelé les heures douloureuses qui ont présidé à la fondation de la Légion, « cette force nouvelle qui est l’ossature du grand corps dont le Maréchal reste l’âme. » Après avoir  mentionné les services que le Chef de l’Etat attend d’elle, l’orateur a souligné les objectifs qu’elle doit atteindre aussi bien dans le domaine matériel que moral et proclame que la Légion a mission de fournir à la France des cadres solides sous la protection desquels les jeunes Français pourront donner à la patrie la physionomie que les légionnaires lui désirent. L’abbé Andrieu acheva son intervention par cette phrase prononcée par Pétain lors de la célébration de la fête nationale de Jeanne d’Arc : « Soyez fidèles à votre sol, à votre prince, et à votre Dieu. »

    Capture d’écran 2021-09-27 à 19.32.15.png

    M. Gélis, Président local de la Légion, reçoit la flamme

    Après le Credo chanté par toute l’assistance debout, la cérémonie se termina par la Marseillaise jouée au grand orgue. La foule sortit de la cathédrale puis se dirigea vers la place Davilla, devant le Monument aux morts auprès duquel la flamme brûlait, veillée par deux légionnaires au garde à vous. Le journal « Le légionnaire » évoque le nombre de 10 000 personnes dont 5000 légionnaires de l’arrondissement. Cette manifestation n’avait qu’un seul but, celui de glorifier le vainqueur de Verdun et de vénérer son illustre personne. L’histoire nous a appris ce qu’il est advenu ensuite de ce culte de la personnalité, outil de propagande au service de la politique d’extrême droite de Vichy. Après avoir entendu la lecture du discours de F. Valentin par M. Gélis, les légionnaires prêtèrent serment le bras tenu - exactement comme le salut nazi. La foule dans un ordre parfait et avec grand enthousiasme défila sur les boulevards de Varsovie et du Jardin des plantes, les rues de la gare et de Verdun jusqu’au siège de la Légion. Dans la soirée eut lieu l’inauguration officielle des œuvres de la Légion : colonies de vacances de Grazaille et colis du prisonnier. A 19 heures, la cérémonie de l’instinctive de la flamme clôtura cette journée.

    Sources

    Le Légionnaire de l'Aude / Août 1941

    ___________________________________________

    © Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2021

     

  • Quand l'île de Sournies à Limoux accueillait les vedettes de la Comédie Française

    L’île de Sournies, située au coeur de la ville de Limoux, vient d’être récemment remise en état par la municipalité de la cité blanquetière. Nous avons souhaité retracer un épisode oublié de ce que fut ce site au début du XXe siècle.

    Capture d’écran 2021-09-26 à 12.01.33.png

    En ce lieu, autrefois propriété de Baradié, allait être installé un magnifique Théâtre de la Nature. La tragédie revenait à la mode en même temps que l’Art nouveau en architecture, laissait sa place à un Art-Déco, largement inspiré de l’antiquité. A Carcassonne, depuis 1908, on s’était habitué aux représentations dramatiques à l’intérieur du Théâtre de la Cité. Limoux va alors profiter après la Grande guerre du succès de la capitale audoise. Les grands noms de la Comédie Française, aux premiers rangs desquels Romuald Joubé et Madeleine Roch, sont approchés par les membres du Comité des fêtes. Louis Gibert, son président, est soucieux d’organiser des représentations théâtrales de grande qualité sur l’île de Sournies. Au milieu des bosquets d’arbres, une scène aménagée dans ce cadre bucolique, accueille dès le dimanche 9 juillet 1922 « La fille de Roland ». La pièce d’Alexandre Dumas fils compte parmi les comédiens, outre M. Joubé et Jeanne Rémy de la Comédie Française, les artistes de l’Odéon : MM. Menoud, Dherviel, Desmarès, Vidalin, Ortet, Angerau, Gauthier, Issorin et Saintes. La figuration a été choisie parmi les membres de l’Artistic-Club Limouxin. C’est d’emblée un grand succès ! L’organisation doit même vendre des billets aux Nouvelles Galeries, tenues par M. Chabrol.

    Capture d’écran 2021-09-26 à 18.42.59.png

    La même année, on joue Phèdre de Jean Racine avec la grande tragédienne Madeleine Roch (1883-1930). C’est la première fois où elle se produit à Limoux, mais pas la dernière. Elle y a désormais de nombreux amis et vient d’acquérir le château de Belvianes qu’elle a entièrement restauré. Elle y reçoit des poètes, des écrivains et des politiciens. D’une santé fragile, celle qu’on surnomme « La Rachel moderne » prend les eaux à Alet-Les-Bains à la belle saison.

    Capture d’écran 2021-09-26 à 15.38.34.png

    Le château de Belvianes

    Le 8 juillet 1923, le Théâtre de la Nature de l’île de Sournies fait un triomphe au Cid de Pierre Corneille. Les 2000 spectateurs ovationnent une distribution époustouflante. L’interprétation de Chimène par Madeleine Roch et de Rodrigue par Romuald Joubé soulève l’enthousiasme de Comœdia, le journal théâtral national.

    Capture d’écran 2021-09-26 à 12.00.10.png

    Le Cid à Limoux, le 8 juillet 1923

    Le 20 juillet 1924, la représentation d’Andromaque de Racine n’éteint pas la flamme des habitués : « On s’étonne que Madame Madeleine Roch et M. Joubé reviennent ainsi tous les ans à Limoux et préfèrent notre modeste théâtre à des scènes plus célèbres. Nous ne saurions leur en exprimer assez vivement notre gratitude ». Cette aventure avec les grands noms de l’Art dramatique se poursuit jusqu’en 1925. L’année suivante, place à l’Art lyrique avec le Barbier de Séville de Rossini.

    Capture d’écran 2021-09-26 à 18.47.36.png

    © 'L'indépendant 

    Jean-Claude Drouot et Sabine Haudepin au Festival Nava

    La tradition théâtrale demeure à Limoux avec le Festival NAVA qui attire de grands noms du théâtre français comme Jean-Claude Drouot. Nous le devons au talent du régional de l’étape, le dramaturge et comédien Jean-Marie Besset. Gageons que l’île de Sournies face l’an prochain un triomphe à l’ensemble de ses créations. 

    ________________________

    © Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2021