Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Musique et patrimoine de Carcassonne

  • En mémoire de Jean Perreton, assassiné par les nazis à Bagnoles le 24 août 1944

    Après avoir fui la zone occupée, Jean Etienne Louis Perreton s'est réfugié dans l'Aude. Plus exactement dans le village de Bagnoles, chez son copain de régiment Pierre Falcou. Le père de ce dernier, Bertrand, exerce le métier de garde-champêtre. Le jeune homme, né à Lyon le 5 mai 1920, ne tarde pas à se faire des amis et à s'impliquer dans la vie du village. Sa petite amie n'est autre que la sœur de Pierre. Il lui faut trouver un travail et pour beaucoup d'hommes du secteur, la mine de Salsigne c'est le principal employeur. Alors Jean s'y rend, s'y fait embaucher et entre rapidement en résistance contre l'envahisseur et ses collaborateurs français. D'abord sédentaire, il va ensuite participer aux combats de la Libération au sein du maquis du Minervois avec le grade de sergent. Ce 24 août 1944, les colonnes allemandes filent sur les routes départementales du Minervois en direction de la Vallée du Rhône. Leurs unités font les frais des embuscades dressées par les maquisards. Les représailles des fous furieux de ce qui reste de l'armée du Reich se multiplient contre les populations.

     Capture d’écran 2021-11-26 à 15.36.50.png

    Le lieu de l'exécution de Jean Perreton

    À Bagnoles, au cours d'une attaque, les nazis investissent le village. Jean Perreton a été vu. Il rentre dans la première maison et tente de camoufler son arme dans ses bottes. Deux allemands l'ont suivi. Le voilà désormais entre leurs griffes. Il est amené manu-militari au bout du chemin du cimetière. Ici, s'arrête la vie de cet homme de 24 ans. Son corps tombe dans le béal et sera repêché par M. Rouanet. La famille Mialhe-Panis offre à sa dépouille une sépulture dans son caveau.

    Capture d’écran 2021-11-26 à 14.25.36.png

    La stèle érigée en sa mémoire à Bagnoles

    Le 13 décembre 1944, Jean Perreton est déclaré Mort pour la France. 

    Sources

    Archives des Victimes Civiles de Cæn

    Témoignage M. Monnier (Généanet)

    _______________________________________________________

    © Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2021

  • Fernand Fau exécuté par la Résistance à Conques le 18 août 1944

    Jean Fau, s’inquiète. Depuis le 17 août au soir, son fils n’est pas réapparu au domicile familial situé dans la rue Barbacane à Carcassonne. S’il ne connaît à priori rien de ses activités, la durée de son absence pose un certain nombre de questions. La réponse, il va la trouver cinq jours après  au détour d’une conversation. On aurait retrouvé le corps sans vie d’un homme âgé d’une vingtaine d’années, près de Conques-sur-Orbiel. Le signalement que l’on donne semblerait concorder avec la description de son fils cadet. Fernand Fau, natif de Hounoux dans l’Aude, s’est retiré avec ses parents à Carcassonne. Après ses études primaires à l’école de la Cité, il se fait remarquer parmi les espoirs de l’ASC XIII. Grand et taillé comme une armoire à glace, la chevelure frisée, Fernand Fau impressionne. Autant dire qu’il ne passe pas inaperçu en ville. Il n’a que seize ans lorsque la guerre éclate. Il ira travailler à la Société Méridionale de Transport de Force pendant l’Occupation. Seulement voilà… Fernand mène une vie parallèle peu recommandable. Il infiltre les maquis, renseigne les services du S.D (Gestapo) et permet de démanteler les réseaux locaux de résistance. Il est d’ailleurs référencé sous un numéro d’agent par le S.D régional de Montpellier, dirigé par le Dr Tanzman. Bon garçon, capable de se dissimuler sous n’importe qu’elle apparence, Fau peut aisément jouer le double jeu. Une pratique très répandue sous l’Occupation. Inscrit également à la Milice, il possède de multiples relations dans les deux camps.

    A ses tableaux de chasse, on accroche le Corps Franc de la Montagne Noire, le maquis Armagnac et l’arrestation de Jean Bringer, Ramond et Delteil. Nous verrons que ce garçon a très souvent servi les intérêts de résistants peu scrupuleux, payant rubis sur l’ongle. Double rémunération, si l’on compte celle qu’il recevait de la Gestapo. Fau l’a payé de sa vie. On lui a mis ensuite sur le dos l’ensemble des affaires, sans rechercher ceux qui en étaient véritablement à l’origine. Les commanditaires de l’arrestation de Bringer, de l’anéantissement du maquis de Trassanel. Ceux qui, à de nombreuses reprises, ont déclaré un traitre dans chaque mort suspecte. Qui sont-ils ? Une conjuration hétéroclite dont les intérêts convergents, tant politiques que crapuleux, ont décimé un grand nombre de vrais patriotes. Au mois d’août 1944, on sait que la guerre est perdue pour les Allemands. L’ennemi une fois chassé, l’heure des comptes va sonner. On a laissé fuir René Bach, l’interprète de la Gestapo. Le même jour, Fau est tombé avec confiance dans un guet-apens, organisé par ceux qui avaient intérêt à ce qu’il se taise. L’avantage avec les morts c’est qu’ils ne parlent plus, c’est que tout peut être mis sur leur dos.

    Capture d’écran 2021-11-25 à 15.25.59.png

    Lieu de l'exécution de Fernand Fau

    Ce 22 août 1944, Jean Fau se rend donc à bicyclette à la mairie de Conques. Le premier magistrat identifie la victime d’après la photographie que lui tend le père. Son fils avait bien à la base du cou la cicatrice, encore récente, de six agrafes posées pour l’extraction d’un furoncle. Curieusement, l’opération avait été exécutée par le Dr Delteil dans sa clinique, quelques jours avant l’arrestation de Bringer. La clinique du Bastion, nid d’espions ! Jean Fau ne verra pas Fernand, il a été inhumé dans le cimetière de Conques après les constatations du Dr Fabre : « Mort foudroyante par arme à feu tirée à la base de la nuque ».

    Capture d’écran 2021-11-25 à 15.26.41.jpg

    Le corps transporté par le chemin jusqu'à la cabane

    Le vendredi 18 août vers 11h45, des enfants qui jouaient aux abords de Conques, ont vu s’arrêter deux voitures. Deux ou trois hommes en sont sortis. Un paquet volumineux a été transporté près d’une cabane. Aussitôt, ces gosses sont allés prévenir des femmes qui traversaient le champ voisin. Les gendarmes, une fois sur place, trouvèrent une voiture abandonnée sur la route départementale, dans le sens Villegailhenc - Conques. Près de la cabane, gisait le corps sans vie d’un homme sous un tas de fagots. On apprit que le véhicule appartenait à Léon Roger, propriétaire du domaine de Jouclary.

    Capture d’écran 2021-11-25 à 15.27.18.png

    Le domaine de Jouclary

    Des auditions, l’enquête de gendarmerie révèle que le véhicule de M. Roger a été réquisitionné par quatre hommes dont la victime. Vers 10h30, ils se présentent à son domaine a bord d’une Peugeot 302. Le conducteur et le passager demeurent à l’intérieur de la voiture. Il s’agit de Fernandez dit « Bastide et d’Henri Caillet. Les deux autres, Fernand Fau et celui que nous identifieront comme étant le Dr Pierre Roueylou, montrent le bon de réquisition.

    F.F.I    Bon de réquisition  Camp Faïta

    Valable pour une voiture Citroën, 11cv, Légère, T. Bon état

    Réquisition à M. Roger à Jouclary, Commune de Conques

    À Conques, le 18 août 1944

    Le commissaire technique,

    Michel 350006

    Capture d’écran 2021-11-25 à 15.30.38.png

    Citroën 11cv

    Ce bon de réquisition émanant du maquis communiste Faïta leur permet de se saisir d’un véhicule inapte à rouler, car sans batterie. A l’aide d’un câble, la voiture est mise en remorque. Elle va être tractée par la 302 avec laquelle ils sont arrivés. Monsieur Roger déclare aux gendarmes qu’il a entendu Fau appeler son compagnon « Pierrot ». Or, nous verrons, cela ne peut être que Pierre Roueylou. La 302 démarre avec à son bord Fernandez et Caillet. Elle entraîne la Citroën en remorque conduite par Fau ; à l’arrière, se trouve l’assassin donc, nous le supposons, le Dr Roueylou. A un kilomètre environ du point de départ, Fernand Fau va être exécuté.

    Capture d’écran 2021-11-25 à 15.32.28.png

    Peugeot 302

    Le passager de la 302 fait un signe avec le bras en guise de signal. La voiture s’arrête en un endroit dépourvu d’habitations, mais proche de Conques. Exactement, en haut de la côte de la RD 35. Le passager à l’arrière du véhicule remorqué, saisi son arme et tire une balle dans la nuque de Fau qui tient le volant. Le coup est rapide, fatal. La balle a traversé le pare-brise, les coussins sont maculés de sang. Le forfait accompli, les trois hommes saisissent la victime et la cachent derrière une cabane sous un tas de fagot. C’est à quelques détails près ce qui s’est réellement passé. L’enquête de gendarmerie et le constat médical le confirment. Tout le reste n’est que mensonge lors des auditions sur l’assassinat de Fau, réouvert à l’occasion du jugement de Joseph Robert pour trahison.

    Figurez-vous qu’en 1945, la justice républicaine va s’intéresser de près au cas de Jo Robert. Cet agent de la Gestapo, membre du P.P.F, répond de ses crimes devant un tribunal. C’est un ami de longue date du résistant Pierre Roueylou, interne de l’hôpital de Carcassonne et cousin d’Henri Négrail de Limoux. Or, Roueylou prétend que Robert a travaillé pour la Résistance et qu’à sa demande, c’est lui qui a exécuté Fau. Que seul Robert, en qui Fau avait confiance, aurait pu l’entraîner dans ce guet-apens. La diligence de Roueylou à faire de Robert un patriote surprend. La ficelle est beaucoup trop grosse. Il déclare que dans la voiture, Robert a demandé à Fau de lui passer son arme parce qu’il y avait des résistants dans le coin. Qu’au moment du signal, Robert à tiré sur Fau en disant ceci : « Au nom de la Résistance, je te tue ». Quel beau roman ! En vérité, nous croyons que c’est Roueylou « Pierrot » qui a tué un témoin gênant. Celui qui aurait pu donner les noms des commanditaires de l’arrestation de Bringer et du massacre de Trassanel, cachés près de Roullens avec le maquis de Villebazy. Le 7/65 c’est Jo Robert qui le lui a remis.

    L’élimination de Fau a été préparé à l’avance depuis la Boulbonne, domaine appartenant au Capitaine Fourcade. Là, s’est replié ce qu’il reste du Corps Franc Lorraine (Maquis de Villebazy) avec le Lieutenant Jacques. C’est également un très bon coin pour les parachutages… Le 17 août 1944, Leopold Nizet, chef du maquis de Montolieu, affirme que s’y trouvaient Joseph Robert, Fernand Fau, Jacques, Fourcade, Caillet, Fernandez, Roueylou et Négrail. Notons que Caillet a déserté le Corps Franc de la Montagne noire avec le Lieutenant Chesné, intègre le maquis Armagnac, puis déserte à nouveau avant l’attaque de la grotte de Trassanel. Curieusement, on trouve Robert et Fau, agent de la Gestapo, avec ces résistants. Robert obtient un certificat de virginité en échange de l’élimination de Fau.

    Le lendemain, 18 août 1944, rendez-vous est fixé à Fernand Fau au Café du Musée à Carcassonne. Le jeune homme a l’intention de fuir avec les troupes d’occupation vers Lyon. D’après Roueylou, on lui propose de mettre un véhicule à sa disposition. Toutefois, la voiture se trouve dans un domaine près de Conques. Il y a Joseph Robert, Henri Caillet et René Queyroux. Fernandez arrive au volant de la 302 de Jacques ; il est chauffeur du maquis de Villebazy. Toujours d’après Roueylou, Robert indique à Fau pour le rassurer que ces hommes sont des miliciens. C’est un mensonge, car la Milice est partie de Carcassonne depuis le 15 août. Fau les connaît puisqu’il les a vus la veille à Roullens. Quand la 302 quitte Carcassonne vers Conques, il y a Fau, Fernandez, Caillet et Roueylou. Nous avons la conviction.

    Tombe Fau Fernand à Conques.jpg

    La tombe du milicien Fernand Fau à Conques

    Des questions demeurent… Pourquoi donc tout ce scénario pour éliminer un homme ? Nous croyons que l’opération avait pour prétexte de réquisitionner un véhicule, connu pour être défectueux. Qu’il n’y a jamais eu de rencontre au café du musée. Que tous ces hommes sont partis de Roullens. Fernand Fau n’était pas rentré chez ses parents depuis le 17 août au soir. Il ne pouvait donc pas être à Carcassonne au café du musée, le 18 août au matin. Où aurait-il passé la nuit à part à la Boulbonne (Roullens) où Nizet l’a vu ? 

    Le Dr Pierre Roueylou que nous soupçonnons d’être l’auteur de ce crime, est devenu par la suite Conseiller général communiste de Quillan, puis S.F.I.O de Saint-Hilaire. Nous n’avançons pas de preuves formelles, nous pensons qu’il a fait partie de la conjuration qui s'est servie de Fau. Tout ceci repose sur des hypothèses étayées par des documents d’archives inédits.

    ___________________________

    © Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2021

  • Supplique pour ne pas être l'exilé que l'on ne veut pas voir

    Ce blog est aussi ce que vous, lecteurs, vous en faites. Aussi, je vous encourage à y laisser des commentaires. C'est, croyez-le, très agréable de se sentir soutenu et encouragé. Si la lecture de l'un des articles ne vous prendra que quelques minutes, imaginez seulement les heures de préparation à la recherche et à la rédaction de celui-ci. Je vous sollicite également afin que vous m'envoyiez des idées de sujets. Peut-être avez-vous des documents intéressants qui pourraient faire l'objet d'une étude. Je vous prie de bien vouloir relayer d'une manière positive l'ensemble de cette œuvre mémorielle, patrimoniale et historique engagée depuis près de dix ans. Vous aimez ce blog ? Faites-en la promotion. On aime y trouver une source importante d'informations, mais on oublie trop souvent qui la diffuse. Pas de lauriers, mais pas d'indifférence, non plus. La jalousie, l'envie et le mépris ont souhaité me tenir éloigné de Carcassonne. Alors même que je ne demandais qu'à servir ma ville. Non pas par le biais d'une faveur, mais parce que je possède un certain nombre d'idées en faveur de la culture et du patrimoine. Une expertise, aussi sans doute. Trop dangereux, je suis, pour ceux qui vous gouvernent. Je resterai donc exilé dans la capitale limousine. Là-bas, on y cultive les esprits éclairés avec une attention bienveillante. Ce n'est hélas pas le cas de ma ville natale. C'est sans doute mon destin.

    andrieu-martial@wanadoo.fr