Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Musique classique

  • La naissance des Chœurs de la cathédrale Saint-Michel

    Après la Grande guerre, les deux orphéons de la ville en manque d'éléments s'unirent pour former une seule et même association : "L'Union vocale. La jeunesse déjà fragilisée par les années terribles du conflit mondial ne se bousculait pas pour intégrer les chorales, jugées comme désuètes. Chanter sous un kiosque à musique, une casquette ornée d'une lyre sur la tête ne semblait pas les attirer. Les anciens donnaient pourtant l'exemple ; il y avait parmi eux des maçons, des ouvriers agricoles, des forgerons, des employés de commerce. Après une dure journée de travail, ils aimaient à se retrouver autour d'un harmonium pour chanter. La plupart d'entre eux ne connaissait pas une seule note de musique, mais avec beaucoup d'abnégation ils arrivaient à apprendre des pages musicales difficiles.

    Dans les années 1930, tout se désagrégea petit à petit. Les plus compétents désertèrent les pupitres, les Concerts symphoniques cessèrent leurs activités, les Orphéons furent réduits à leur plus simple expression. Les quelques chanteurs orphelins allèrent grossir les rangs clairsemés de la Scola Saint-Vincent dirigée par les frères Pouillès. Il faudra attendre le malheur de la déclaration de guerre de 1939 pour voir renaître le chant choral à Carcassonne. La cathédrale Saint-Michel possédait jusque-là une modeste phalange vocale constituée de MM. Rivière, Scheurer, Coste et dirigée par Mlle Planes.

    Cotte 2.jpg

    Les Chœurs de la Cathédrale

    Quelques semaines avant les fêtes de Noël, le chanoine Subreville souhaitait une animation musicale pour la messe de minuit. Malgré la guerre, un chant d'espérance devait s'élever vers les voûtes de la Cathédrale St-Michel. Il s'adressa à Georges Cotte, connaissant ses facultés musicales, afin que celui-ci accepte de relever le défi. Ce commerçant bandagiste de la rue de Verdun, compositeur éclairé à ses heures, réunit ses amis et les fit répéter. C'est ainsi que le soir de noël, tel le phénix, le chant choral reprit force et vigueur à Carcassonne. L'Association des Chœurs de la Cathédrale venait de naître en même temps que l'enfant Jésus.

    Vint ensuite l'exode de 1940 qui lança sur les routes de France, des familles entières de réfugiés fuyant l'avancée Allemande. Parmi les nombreux réfugiés Lorrains venus trouver refuge dans l'Aude, deux vicaires de paroisses, dont l'un de Lorry-les-Metz. Ces deux prêtres furent surpris qu'une chorale importante n'existait pas à Carcassonne. L'idée de sa création était lancée et les "Loriots" (Lorrains), vinrent renforcer leurs camarades Carcassonnais. A Pâques 1940, les Chœurs de la Cathédrale étaient officiellement constitués. Pour la première fois, la grande messe de 11 heures fit entendre une Messe de Charles Gounod, accompagnée à l'orgue par M. Tournié. La cécité ne gênait absolument pas ce grand musicien, car Georges Cotte lui transcrivait les partitions en Braille.

    Capture d’écran 2018-11-26 à 09.24.28.png

    Requiem de G. Cotte

    L'effectif des chœurs atteignait les soixante personnes en 1945 et des concerts furent donnés à Castres, Mirepoix, Leucate, Revel, Narbonne, etc. En 1954, l'association s'agrandisait avec la création de l'Orchestre des Chœurs de la Cathédrale formés de musiciens locaux, de Narbonne, de l'Ariège et même de Toulouse. Cette année-là fut créé la Messe de Requiem de Georges Cotte, dirigée par lui-même au Théâtre municipal : "L'orchestration de Georges Cotte est tout simplement unique. Elle fait corps avec le piano d'une manière remarquable et, telle, qu'il soit impossible qu'il ait pu en exister une autre." Notons que M. Cotte possédait quelques amis professionnels reconnus comme le compositeur Henry Busser, avec lequel il entretenait des liens épistolaires.

    Georges Cotte. Musicien.jpg

    Georges Cotte et ses chanteurs

    Les Chœurs de la Cathédrale participèrent au Festival de la Cité à l'époque de Jean Deschamps et de Jean Alary. Ils ouvrirent l'édition 1960 avec l'Oratorio de Honneger, où participa la danseuse Ginette Bastien. En première partie, on entendit les œuvres de Paul Lacombe, dirigée par Cotte avec plusieurs solistes du Capitole de Toulouse et de l'Opéra de Paris. Hélas, même les plus belles choses ont une fin... Cette association cessa d'exister en 1961. Le souvenir de Georges Cotte disparaît des mémoires musicales de notre ville, il nous appartient donc de le faire revivre.

    Photo 1

    Autour du petit orgue, on reconnaît : MM. Cotte, Tournié, Chabert, Laffargue Marius, Amiel, Roquefort, Colomiès et Mesdames Ollier, Malacan, Bel, Maillard, Perramarti, Bonnafous, etc.

    ______________________________

    © Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2018

  • Mlle Gabrielle Saulnier, pianiste Carcassonnaise et amie de Gabriel Fauré

    © Archives de la famille Saulnier

    Seconde fille de l'architecte Charles Saulnier à qui nous devons notamment l'immeuble de la Caisse d'Epargne, Gabrielle (1872-1964) fut une pianiste émérite. Ancienne élève du célèbre musicien Francis Planté, Mlle Saulnier côtoyait et aimait jouer les œuvres de Paul Lacombe (1837-1927). Tantôt dans les salons de l'hôtel de Rolland (actuelle mairie) tous les lundis, tantôt à la belle saison sous le kiosque à musique du square Gambetta. La belle société de musicale de l'époque venait également chez elle, rue du marché. On y croisait même de célèbres figures de la musique classique française, comme Gabriel Fauré ou Déodat de Séverac. Nous avons retrouvé une partition de Lacombe dédiée à Gabrielle Saulnier ; il s'agit de la 2e valse en si bémol.

    42374574_10216319672532115_8652408056711217152_n.jpg

    L'ancien salon de musique de l'hôtel de Rolland. Aujourd'hui, bureau d'Isabelle Chésa, premier adjoint au maire. On aperçoit les éléments décoratifs de la musique au-dessus de la cheminée.

    Dans son appartement de l'actuelle rue Tomey, la pianiste donne des cours et partage son local avec une confrère, Madame Combes. Toute la bourgeoisie carcassonnaise, prend des cours chez mademoiselle Saulnier. Ne vous méprenez pas, elle donne aussi des cours à des élèves peu fortunés dont elle ne réclame rien. On tient salon chez Mlle Saulnier et au cours d'après-midi musicales, les élèves interprètent des pièces à deux ou quatre mains. Pendant la guerre de 1940, l'école sera le refuge d'intellectuels de passage qui avaient fuit la zone occupée. Ce sera le cas de son neveu J-C Briville avec son ami Albert Camus. On y dansait également avec les élèves de l'école Topart dirigée par madame Chausson. Mlle Saulnier invitait aussi de grands pianiste comme Henriette Fauré, élève de Maurice Ravel et Simone Saulnier, élève d'Henrique Granados, nièce de Gabrielle. Mlle Simone se trouve sur la photo en tête d'article, en arrière plan. Ce sérail artistique a marqué les esprits de beaucoup d'élèves aujourd'hui disparus. Fort heureusement ma tante Isabelle Alay qui a fréquenté cette école a pu me rapporter ce témoignage. Elle a eu la chance d'y apprendre le piano malgré les petits moyens d'une mère espagnole, veuve à 24 ans avec quatre enfants à nourrir. A son tour, professeur de piano, elle a emprunté les méthodes et l'esprit de Mlle Gabrielle Saulnier, décédée à 92 ans et inhumée avec son père.

    913753194.jpg

    Le caveau de la famille Saulnier au cimetière Saint-Vincent à Carcassonne. Gabrielle Saulnier y repose avec son père, Charles Saulnier.

    ______________________________

    © Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2018

  • Le monument funéraire du compositeur Jacques Charpentier à Carcassonne

    Il y a maintenant un an et presque deux mois, disparaissait le compositeur Jacques Charpentier (1933-2017). Cet homme d'une grande valeur intellectuelle et musicale avait choisi de résider à Carcassonne où il s'était établi au cours des années 1960. Au n°5 de la rue Trencavel, il composa la majeure partie de ses œuvres, dont son opéra en langue occitane : "Beatris de Planissolas". Délaissant l'infernale Cité médiévale et son flot de touristes, il avait pris pour asile un appartement situé à proximité de la place Carnot. C'est là qu'il finit ses jours après avoir consacré toute sa vie à la musique.

    IMG_20180806_093946.jpg

    Jacques Charpentier repose au cimetière "La conte" à Carcassonne (Carré 32B, Emplacement 152). Depuis quelques jours, un monument funéraire digne de ce qu'il fut, rappelle son souvenir. 

    IMG_20180806_094010.jpg

    Ce buste fut taillé par Robert Zilch de Reichenstein alors que le musicien n'avait que dix-huit ans. Pour l'anecdote, le célèbre sculpteur et le père de Jacques Charpentier s'étaient trouvés ensemble dans un camp de prisonniers durant la Seconde guerre mondiale. L'artiste à qui l'on doit trois des quatorze médaillons de la Faculté de médecine de Paris, promit de faire le buste de Jacques, si son père et lui revenaient vivants d'Allemagne. Cette sculpture resta longtemps dans le jardin du n°5 de la rue Trencavel, mais aujourd'hui elle a trouvé sa juste place au-dessus de son modèle.

    Jacques-Charpentier.jpg

    © Christophe Guibbaud / ABACAPRESS

    Jacques Charpentier devant le Palais Royal à Paris

    Dans notre ville où l'on célèbre plus facilement la mémoire des joueurs de rugby que celle des musiciens,  espérons que le choix d'être inhumé à Carcassonne ne sera pas pour cette illustre personne, un enterrement de seconde classe pour sa musique. Le cas de Paul Lacombe est sur ce point assez éloquent...

    ________________________________

    © Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2018