Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Musique classique

  • Mlle Gabrielle Saulnier, pianiste Carcassonnaise et amie de Gabriel Fauré

    © Archives de la famille Saulnier

    Seconde fille de l'architecte Charles Saulnier à qui nous devons notamment l'immeuble de la Caisse d'Epargne, Gabrielle (1872-1964) fut une pianiste émérite. Ancienne élève du célèbre musicien Francis Planté, Mlle Saulnier côtoyait et aimait jouer les œuvres de Paul Lacombe (1837-1927). Tantôt dans les salons de l'hôtel de Rolland (actuelle mairie) tous les lundis, tantôt à la belle saison sous le kiosque à musique du square Gambetta. La belle société de musicale de l'époque venait également chez elle, rue du marché. On y croisait même de célèbres figures de la musique classique française, comme Gabriel Fauré ou Déodat de Séverac. Nous avons retrouvé une partition de Lacombe dédiée à Gabrielle Saulnier ; il s'agit de la 2e valse en si bémol.

    42374574_10216319672532115_8652408056711217152_n.jpg

    L'ancien salon de musique de l'hôtel de Rolland. Aujourd'hui, bureau d'Isabelle Chésa, premier adjoint au maire. On aperçoit les éléments décoratifs de la musique au-dessus de la cheminée.

    Dans son appartement de l'actuelle rue Tomey, la pianiste donne des cours et partage son local avec une confrère, Madame Combes. Toute la bourgeoisie carcassonnaise, prend des cours chez mademoiselle Saulnier. Ne vous méprenez pas, elle donne aussi des cours à des élèves peu fortunés dont elle ne réclame rien. On tient salon chez Mlle Saulnier et au cours d'après-midi musicales, les élèves interprètent des pièces à deux ou quatre mains. Pendant la guerre de 1940, l'école sera le refuge d'intellectuels de passage qui avaient fuit la zone occupée. Ce sera le cas de son neveu J-C Briville avec son ami Albert Camus. On y dansait également avec les élèves de l'école Topart dirigée par madame Chausson. Mlle Saulnier invitait aussi de grands pianiste comme Henriette Fauré, élève de Maurice Ravel et Simone Saulnier, élève d'Henrique Granados, nièce de Gabrielle. Mlle Simone se trouve sur la photo en tête d'article, en arrière plan. Ce sérail artistique a marqué les esprits de beaucoup d'élèves aujourd'hui disparus. Fort heureusement ma tante Isabelle Alay qui a fréquenté cette école a pu me rapporter ce témoignage. Elle a eu la chance d'y apprendre le piano malgré les petits moyens d'une mère espagnole, veuve à 24 ans avec quatre enfants à nourrir. A son tour, professeur de piano, elle a emprunté les méthodes et l'esprit de Mlle Gabrielle Saulnier, décédée à 92 ans et inhumée avec son père.

    913753194.jpg

    Le caveau de la famille Saulnier au cimetière Saint-Vincent à Carcassonne. Gabrielle Saulnier y repose avec son père, Charles Saulnier.

    ______________________________

    © Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2018

  • Le monument funéraire du compositeur Jacques Charpentier à Carcassonne

    Il y a maintenant un an et presque deux mois, disparaissait le compositeur Jacques Charpentier (1933-2017). Cet homme d'une grande valeur intellectuelle et musicale avait choisi de résider à Carcassonne où il s'était établi au cours des années 1960. Au n°5 de la rue Trencavel, il composa la majeure partie de ses œuvres, dont son opéra en langue occitane : "Beatris de Planissolas". Délaissant l'infernale Cité médiévale et son flot de touristes, il avait pris pour asile un appartement situé à proximité de la place Carnot. C'est là qu'il finit ses jours après avoir consacré toute sa vie à la musique.

    IMG_20180806_093946.jpg

    Jacques Charpentier repose au cimetière "La conte" à Carcassonne (Carré 32B, Emplacement 152). Depuis quelques jours, un monument funéraire digne de ce qu'il fut, rappelle son souvenir. 

    IMG_20180806_094010.jpg

    Ce buste fut taillé par Robert Zilch de Reichenstein alors que le musicien n'avait que dix-huit ans. Pour l'anecdote, le célèbre sculpteur et le père de Jacques Charpentier s'étaient trouvés ensemble dans un camp de prisonniers durant la Seconde guerre mondiale. L'artiste à qui l'on doit trois des quatorze médaillons de la Faculté de médecine de Paris, promit de faire le buste de Jacques, si son père et lui revenaient vivants d'Allemagne. Cette sculpture resta longtemps dans le jardin du n°5 de la rue Trencavel, mais aujourd'hui elle a trouvé sa juste place au-dessus de son modèle.

    Jacques-Charpentier.jpg

    © Christophe Guibbaud / ABACAPRESS

    Jacques Charpentier devant le Palais Royal à Paris

    Dans notre ville où l'on célèbre plus facilement la mémoire des joueurs de rugby que celle des musiciens,  espérons que le choix d'être inhumé à Carcassonne ne sera pas pour cette illustre personne, un enterrement de seconde classe pour sa musique. Le cas de Paul Lacombe est sur ce point assez éloquent...

    ________________________________

    © Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2018

  • Ce fils d'ouvrier Carcassonnais qui chanta au Métropolitan Opera de New-York

    Dans la famille Rousselière on ne roulait pas sur l'or, tout au plus manipulait-on la fonte. Père de treize enfants, Antoine Rousselière et son épouse Jacquette Artozoul n'avaient guère les moyens d'offrir des cours de chant à leur fils cadet. D'ailleurs, aucun d'entre eux ne fut en mesure de déceler chez Charles cette voix exceptionnelle qui le fit monter sur les plus grandes scènes d'opéras du monde.

    Charles_Rousseliere_on_cover_of_L'Illustration_cropped.jpg

    Charles Rousselière 

    (1875-1950)

    Charles Rousselière naît le 17 janvier 1875 à Saint-Nazaire d'Aude. Dernier d'une nombreuse fratrie, c'est à Carcassonne où son père occupe le poste d'ouvrier dans l'une des fonderies de la ville, que le jeune Charles va s'émanciper. Dans la capitale audoise, le futur ténor fait entendre quelques fois sa voix, mais personne chez nous ne voulut aider l'éclosion de ce talent. A la faveur d'un voyage en Algérie, département dans lequel les pauvres de la ville allaient dépiquer la vigne, la famille s'installe à Sidi-Bel-Abès. Charles Rousselière va être pris en main par un dénommé Maurin. La municipalité lui octroie une bourse et l'envoie étudier à Paris. Au Conservatoire national de musique, il a pour professeurs Vergnet (chant), Girardot (opéra) et Achard (opéra-comique). En 1899, il obtint un second accessit de chant et un second prix d'opéra. Il fut aussitôt engagé à l’Opéra et débuta dans Samson et Dalila avec un succès qui le plaça d’emblée au nombre des artistes en vue et qui, ensuite, ne s’est pas démenti.

    Rousseliere dans Samson.jpg

    Rousselière dans Samson de Camille Saint-Saëns

    Sa voix exceptionnelle et ses dons de comédie seront les moteurs d'une rapide ascension dans le métier. Mais, Rousselière possède également la rare faculté à cette époque de chanter en Anglais et en Italien. En France, tous les opéras étrangers étaient traduits. C'est cet atout supplémentaire qui permit au ténor Carcassonnais de franchir l'Atlantique. Ainsi, après sept années passées à l'opéra de Paris, le voilà engagé au Metropolitan Opera de New-York. Il était le seul à ne pas être italien dans la troupe.

    Rousseliere - Musica.jpg

    Adulé, Charles Rousselière reçoit des cadeaux par milliers et l'on se sert de son image pour des publicités dont le cacao Poulain. Un lion lui fut même offert qu'il donna au zoo de Vincennes. Interprète divin des œuvres de Richard Wagner, Guillaume II lui décerna une décoration. En 1914, il la lui renvoya avec l'expression de son profond mépris. Au cours de l'une de ses tournées en Europe, le compositeur Gustave Charpentier vint le chercher à Barcelone pour lui demander créer Julien, son nouvel opéra. Le contrat fut signé entre Barcelone et Carcassonne. C'est dans cette dernière qu'il avait pour cousins MM. Falcou et Artozoul. Le premier était imprimeur, le second marchand d'articles de pêche dans la rue de la gare. 

    Feodor_Chaliapin_signed.jpg

    Feodor Chaliapine

    (1873-1938)

    Revevant d'Espagne après y avoir chanté, Rousselière amena la grande basse Russe Féodor Chaliapine à Carcassonne déjeuner chez les Falcou. Que reste t-il de tout cela ici ? Rousselière ne fut jamais convié à chanter dans le Grand théâtre de la Cité. Si le monde entier, connut Rousselière, Carcassonne ne s'y intéressa sûrement pas. C'est aux arènes de Béziers qu'il créa en 1900 Prométhée, l'opéra de Gabriel Fauré.

    Capture d’écran 2018-03-23 à 10.56.44.png

    On pourra lire cette biographie parue chez Edilivre en janvier 2017. On n'y parle pas de Carcassonne, mais le mérite t-elle vraiment ? Vous trouverez également sur Youtube de nombreux enregistrement d'époque de Charles Rousselière : Samson et Dalila, La juive, Lohengrin, Manon, etc.

    ____________________________

    © Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2018