Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Actualités

  • Journées européennes du patrimoine 2019

    Chères lectrices, chers lecteurs

    En ces Journées Européennes du patrimoine, je vous souhaite de bonnes visites quel que soit le lieu où vous vous trouvez. Vous pouvez également parcourir sur ce blog les très nombreux articles rédigés depuis 2013. Il fait ses Journées du patrimoine pendant toute l'année. J'espère que vous prenez toujours autant de plaisir à les lire quotidiennement. Quant à moi, je formule le vœux que vous puissiez davantage participer à la vie de ce blog en y laissant des commentaires. On n'a pas toujours quelque chose à dire, mais un petit mot encourage et fortifie l'envie du rédacteur de vous satisfaire. Pensez que c'est sa seule rétribution. C'est bien souvent quand les amours sont perdues que l'on regrette de les avoir laissées filer...

    Martial Andrieu

  • Le costume de scène de Suzanne Sarroca à l'Opéra de Paris

    Madame Suzanne Sarroca, né dans le quartier de la Trivalle à Carcassonne en 1927, fut une très grande soprano lyrique entendue dans les plus beaux opéras du monde. A 92 ans, elle partage désormais sa vie entre Paris et sa maison familiale de la rue Camille Saint-Saëns à Carcassonne. Profitons de cet article pour regretter que sa ville n'organise pas un hommage à cette grande dame, surtout à l'aube de sa vie. C'est une proposition que nous lançons à qui voudra bien l'entendre... Suzanne Sarroca a interprété tout au long de sa carrière les rôles les plus difficiles : La Tosca (Puccini), La damnation de Faust (Berlioz), Faust (Gounod), etc. Actuellement et jusqu'au 3 novembre, le Centre National du Costume de Scène situé à Moulins dans l'Allier, met en avant dans une exposition les 350 ans de l'Opéra de Paris. Vous aurez la chance de pourvoir admirer notamment celui que portait Suzanne Sarroca en 1963, lorsqu'elle interpréta Elisabeth dans Don Carlo de Guiseppe Verdi. Il avait été créé par le scénographe Jacques Dupont (1909-1978).

    top-left.jpg

    © Florent Giffard

    La distribution autour de notre diva Carcassonnaise en 1963 n'était pas des plus mineure. Excusez du peu ! Rita Gorr, Franco Corelli et Pierre Dervaux pour la direction de l'orchestre. Nous avons retrouvé une video dans laquelle apparaissent Rita Gorr et Suzanne Sarroca. Vous pouvez la lire en cliquant sur le lien ci-dessous :

    https://fresques.ina.fr/en-scenes/fiche-media/Scenes01101/don-carlos-de-verdi-a-l-opera-de-paris-en-1964.html

    Les photographies ont été empruntées au site olyrix.com

    ______________________________________

    © Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2019

  • La mémoire de Martin Weill réhabilitée 75 ans après le massacre de Baudrigues

    Le 75e anniversaire de la Libération de Carcassonne a pris cette fois une dimension toute particulière. Depuis bien longtemps, on n'avait pas rendu hommage à une victime en présence de sa famille. Ceci explique sans doute l'émoi suscité par cette célébration, non seulement dans la presse mais également auprès d'une assistance plus fournie qu'à l'accoutumée. Le nom de Martin Weill, 15e victime recensée du massacre de Baudrigues, se retrouve désormais sur la stèle des martyrs avec d'autres camarades d'infortune. Ce résistant français, originaire d'Alsace et de confession juive, est Mort pour la France ! Sa vie, il l'a donnée par refus de deux idéologies mortifères, inhumaines et belliqueuses. N'ayons pas peur de les nommer : Nazisme et Fascisme. Examinons notre conscience... Si ces hommes et ces femmes fusillées puis déchiquetées par l'explosion volontaire de dépôts de munitions au domaine de Baudrigues l'ont été, c'est parce qu'ils avaient été arrêtés avec le concours de français. Ces collaborateurs avaient choisi l'idéologie de l'Allemagne hitlérienne par convictions, veulerie, vengeance ou intérêt financier.

    8.jpg

    Peu importe finalement qui se trouve à l'origine de cette démarche de réhabilitation par ses recherches historiques. Ce qui compte c'est le résultat. Démontrer qu'à partir d'archives, on a la faculté d'arriver au réel en retrouvant la famille de celui qui n'était jusque-là qu'un inconnu pour elle. Lui présenter une vieille photographie, un document mentionnant sa religion dont ils ignoraient tout.

    4.jpg

    Discours de M. Larrat, maire de Carcassonne

    Tout ceci n'est que le fruit d'une détermination et d'une passion. C'est un élan désintéressé pour faire revivre la mémoire et servir les idéaux de la République, aujourd'hui galvaudés par des intérêts économiques qui sapent les acquis sociaux nés du Conseil National de la Résistance. C'est convaincre le Souvenir Français et la ville de Carcassonne, sans lesquels cette manifestation n'aurait pu avoir lieu. Remercier Gérard Larrat qui n'a pas hésité à me faire confiance.

    1.jpg

    Avec Jean-Pierre et Pascale Weill

    Se tenir aux côtés de ses petits-enfants, dont l'un est un vétéran parachutiste du 3e RPIMA. Et dire qu'il ignorait que son grand-père avait été exécuté à quelques kilomètres de son casernement.

    3.jpg

    Avoir la reconnaissance d'une famille magnifique venue d'Alsace. Une région qui a tant souffert pendant trois conflits mondiaux (1870,1914,1940) où les gens furent expulsés et même enrôlés de force dans l'armée allemande.

    9.jpg

    © J. Blanco

    Vous pouvez entendre le reportage de France 3 ci-dessous

    https://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/aude/carcassonne/carcassonne-nouveau-martyr-identifie-au-domaine-baudrigues-1711971.html?fbclid=IwAR1IrHmldXx_agEn_qJPnGDig5_gc_2DU2bTZHD5THbPtLAyTCkQaSjaqW8

    6.jpg

    A jamais dans nos cœurs ! 

    D'autres héros attendent d'avoir leur nom sur cette stèle, notre tâche se poursuivra.

    Crédits photos

    Ville de Carcassonne

    Patrice Giroux

    ____________________________________

    © Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2019