Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Peintres et sculpteurs - Page 8

  • Le monument à la Résistance audoise, où il ne fallait pas trop voir Jean Bringer

    Le jour de la Libération de Carcassonne se fonde le Comité Jean Bringer avec pour mission d’honorer la mémoire de tous les martyrs de la Résistance audoise, dont Jean Bringer dit Myriel - chef départemental F.F.I - et ses camarades assassinés à Baudrigues le 19 août 1944. La présidence est confiée à Marcel Canaby - 75 allée d’Iéna - Inspecteur principal des eaux et forêts, administration dans laquelle Jean Bringer fut un agent très dévoué. Le général Kœnig lui avait donné à choisir entre un poste près de Draguignan ou dans notre ville. Il opta pour celle-ci en raison de sa proximité avec le lieu de résidence de son épouse situé au Bousquet d’Orb dans l’Hérault. Bringer prit donc cet emploi dans les eaux et forêts qui constituait une couverture pour ses actions de résistance. De son bureau du square Gambetta, le chef des F.F.I partait ainsi avec son vélomoteur en direction des forêts dans lesquelles séjournaient les maquis, sans que cela éveille des soupçons. Retenez bien qu’il n’a été arrêté le 29 juillet 1944 qu’à cause d’une trahison venant de son propre camp. Selon René Bach : « Il nous (La gestapo. NDLR) a été livré sur un plateau ». Quand on prend soin d’observer les noms des membres du Comité Bringer, on se rend compte de l’absence de certains chefs. Notamment Lucien Maury (Picaussel), Henri Négrail (Limoux), Victor Meyer (Maquis FTP Robert et Faïta), Gilbert de Chambrun, etc. Après tout n’est-ce peut-être que le hasard, ou ne les a t-on pas sollicités… Quoi qu’il en soit, la liste de ces membres répondent à certaines interrogations : Francis Vals, Nizet (Montolieu), Raynaud (Villeneuve-Minervois), Daraud (alias Bel), Barrière Paul (Espéraza), Duffaut (Logeur de Bringer), Graille Jean (Sous-préfet de Pamiers), Beauviel, Amiel Louis, Dr Cannac, Nicol Louis, Coumes André, Roubaud Lucien, Ct David (Espéraza), Ct Lajoux (Roquefeuil).

    19981129040.jpg

    Jean Bringer en uniforme

    Dans les mois qui suivirent la Libération de l’Aude, lorsque les enquêtes furent ouvertes pour trouver les coupables de l’arrestation de Bringer, deux camps s’en rejetèrent la responsabilité. Louis Amiel, président du Comité Local de Libération et ancien adjoint de Bringer, en voulant exonérer Chiavacci (proche de Delteil) que les résistants de Limoux accusaient de trahison, les désigna comme étant les auteurs de cette machination. Notons que René Chiavacci fut incarcéré pendant plusieurs mois, fortement soupçonné d’avoir désigné Bringer à la Gestapo après les révélations de René Bach. Delteil et Amiel mettront toute leur énergie à tenter de le faire libérer. S’il nous est impossible pour l’instant de désigner un coupable, la guerre ouverte entre deux clans peut en être à l’origine… Ces maquis que Bringer devait unir depuis qu’il avait été récemment nommé chef des F.F.I, ne l’étaient sûrement pas. Lorsque leur ennemi commun se trouva à terre, les querelles politiques pour le pouvoir prirent force et vigueur. Sur ce point, notons que c’est le communiste Georges Morgulef qui remplaça Jean Bringer (Armée Secrète nommé par Londres) à la tête des FFI du département.

    Durant l’été 1944, les Allemands avaient ordonné la destruction du square Gambetta car ils redoutaient qu’un débarquement sur les côtes méditerranéennes ne fassent entrer les alliés par la route de Narbonne. Ce magnifique jardin ainsi dévasté resta dans cet état avant que la mairie ne décide de le réhabiliter. L’architecte départemental Bourrely fut chargé d’étudier le nouveau visage que pourrait prendre ce square. De son côté, le Comité Bringer voulut faire réaliser un monument à la gloire des martyrs de la Résistance audoise avec Bringer comme icône. C’est le sculpteur et ancien résistant René Iché, né en 1897 à Sallèles d’Aude, que l’on approcha pour exécuter cette œuvre. Le statuaire s’était retiré à Paris où il possédait un atelier dans le Ve arrondissement, 56 rue du Cherche-Midi. Il s’engagea contractuellement le 8 octobre 1946 à « exécuter dans le plus bref délai possible, un monument de pierre dure de son choix, pour être placé sur le Square Gambetta, à Carcassonne. » Le sculpteur devra s’entendre avec M. Bourrely pour l’aménagement du monument au sein du jardin qui devra exprimer la vaillance héroïque. « Une partie de l’œuvre devra comporter une inscription et un portrait en bas-relief de Jean Bringer sans que cela nuise à l’unité de l’ensemble. » Il semble par ailleurs que la ville ait également sollicité Iché pour le square Chénier ; un projet qui ne se fera pas.

    IMG_4505.JPG

    Le square Gambetta en 1948

    En janvier 1947, Iché s’inquiète des lenteurs d’aménagement de Gambetta alors même qu’on lui demande de réaliser son monument dans les plus brefs délais. Il propose qu’à défaut de square, on en pose la première pierre lors de l’inauguration de son œuvre. La principale problématique à laquelle va se heurter le sculpteur est le manque de matières premières et de matériel pour les acheminer. Ces atermoiements conjugués avec le retard pris dans le choix de la pierre vont avoir des conséquences sur les prix. Lé pénurie et la spéculation sur le franc entraînent une hausse des tarifs qui fait grimper en deux ans la note finale, suspendue aux subventions et à la souscription lancée par le Comité. Dans ce monde en reconstruction, le statuaire s’emploie à rechercher la meilleure pierre pour son œuvre tout en demandant des avances financières à un comité qui ne cesse de s’impatienter. Le 1er mai 1947, René Iché écrit au président Canaby qu’il compte utiliser un matériaux synthétique : « J’ai commencé il y a plus de dix ans au laboratoire des Travaux publics et du Bâtiment des essais de béton vibré en moules de plâtre qui m’ont donné d’intéressants résultats. Je suis resté en relations avec les meilleurs techniciens dans ces matières et je poursuis actuellement des recherches sur un agrégat que je continue à appeler béton mais qui n’a rien de commun avec ce matériau sinon qu’il est synthétique et non naturel. » En fait, Iché recherche la pierre la plus dure en s’inspirant du béton Romain. Meilleur que la pouzzolane, le ciment de laitier de haut-fourneau.
    Le 21 juin 1947, Iché renonce à son expérience, envisage une œuvre en granit breton mais la carrière ne peut extraire un bloc de 7 mètres de haut. Il va se rendre dans le Finistère et demande 200 000 francs au Comité pour passer la commande. Si celui-ci loue la conscience professionnelle du sculpteur, il lui oppose sa conception du futur monument : « La multiplicité des symboles : lutteurs, arbre, maquisard, si elle satisfait l’artiste et le penseur, peut à beaucoup paraître obsédante, et être une cause de dispersion d’attention. De plus, on s’est demandé si de nombreux audois ne verraient pas, dans le maquisard comme dans le médaillon le chef Myriel… qu’ils n’ont pas connu et si le caractère du monument à tous les Résistants martyrs ne serait pas un peu estompé. »

    1.jpg

    © ADA 11

    Projet initial dans l'atelier de René Iché

    "Certains collègues n'aiment pas le socle du monument. A leur sens, les lutteurs perchés sur un arbre ne donnent pas la sensation de vaillance héroïque, mais rappellent Tarzan".
    Etrange revirement de ce Comité obligé de composer avec l’ensemble des donateurs. Jean Bringer pour lequel s’est constitué cette souscription, est trop en vue… A juste titre, Iché répond avec surprise : Lorsque vous me dites que vos compatriotes risquent de voir dans mon ouvrage un hommage trop exclusif au chef Myriel, je suis surpris, car, souvenez-vous en, notre thème au départ était bien celui-là. Le titre même de votre Comité en est la preuve et c’est moi qui ai jugé nécessaire et désiré étendre l’hommage à tous les résistants audois. » Concernant la pierre en granit, la carrière de celui de Kersanton est épuisée alors Iché réalisera le monument en roche calcaire du Châtillonnais.
    On avait promis à René Iché le médaillon représentant Jean Bringer que détenait Madame Cannac, afin de le reproduire sur le monument. Il ne le recevra jamais et les époux Cannac iront s’installer à Antibes, avant que le docteur ne soit suicidé dans la clinique Delteil en septembre 1952. On n’a plus envie de faire représenter l’ancien chef des FFI et la recherche d’anonymat dans le portrait laisse penser que tous les résistants audois ne se reconnaissaient pas en lui. René Iché écrit à Canaby le 4 mai 1948 : « J’apprends avec surprise que le docteur et Mme Cannac ont quitté Carcassonne pour Antibes. Mme Cannac ne m’a pas adressé le modèle du médaillon qu’elle a modelé, sans doute parce que j’avais exprimé l’idée qu’il me faudrait donner au maquisard les traits de Jean Bringer. » Le sculpteur indique qu’il fera du maquisard une figure anonyme. Il ajoute qu'il ne gravera pas l’inscription sur cette face principale du monument mais à l’arrière de celui-ci. C'est son ami Max Savy qui servit de modèle.

    2.jpg

    © ADA 11

    La maquette initiale vue de face


    Au mois de janvier 1948, la pierre n’est toujours pas livrée et le comité émet encore des critiques sur une maquette qu’aucun des membres n’ira voir à Paris. Elle ne le sera qu’au mois de mai. ; Iché écrit que son œuvre sera livrée au mois d’août. L’aménagement du square Gambetta avance et la ville a renoncé à faire un jardin d’enfants, le monument à la Résistance - autorisé par décret du 21 avril 1948 - ne sera plus placé au centre mais dans un petit abri entouré d’un voile végétal.

    3.jpg

    © ADA 11

    Le monument peu de temps avant sa livraison

    Le dimanche 22 août 1948, sous la présidence du général Zeller, le monument à la Résistance est inauguré en présence de nombreuses personnalités. Le rassemblement se fait d’abord sur la place de Gaulle à 9h45 avant un départ en voitures pour la clairière de Baudrigues.

    monument à la résistance

    Une stèle en granit reçoit une gerbe de fleurs en hommage aux victimes. Il est remis à la veuve Bringer la légion d’honneur de son mari, à titre posthume. La cérémonie se poursuit au cimetière Saint-Michel, au Quai Riquet, à la cathédrale et au Temple. L’inauguration du monument a lieu dans l’après-midi.

    4.jpg

    Le monument à la Résistance audoise en 2018

    _________________________

    © Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2018

  • Cécile Rives (1880-1956), aquarelliste et professeur de dessin Carcassonnaise

    Le 13 septembre 1880 naît à Carcassonne sur l'avenue du Pont neuf, Cécile Marthe Rives. Elle n'a que six ans lorsque ses parents s'installent dans une belle maison bourgeoise du quartier du Palais, au numéro 43 de la rue d'Alsace. C'est là que son père Antony Rives, qui deviendra par la suite son professeur, organise son atelier de peinture au milieu d'un véritable cabinet de curiosités. On y trouve des moulages de plâtre, des statues et un grand nombre de dessins.

    Cécile Rives.jpg

    Cécile Rives à l'âge de 25 ans

    Contrairement à son père et à sa sœur Marie-Antoinette, Cécile Rives devient aquarelliste. A ce titre, elle fréquente les Salons artistiques de la capitale et entre grâce à son père dans la "Société des Artistes Français". Avant la Grande guerre, elle effectuera de nombreux voyages en train à Paris. Le conflit mondial lui prendra son frère Eugène, tué dès les premiers mois dans l'enfer des tranchées. Toute la famille est affligée par cette disparition ; Cécile s'installe en 1915 à Saissac et croque le château médiéval qui deviendra l'une de ses principales sources d'inspiration.

    img015.jpg

    Cécile Rives dans son atelier en 1897. Dans celui-ci, observons le moulage du bas-relief du tombeau de l'évêque Guillaume Radulphe. Il devrait se trouver encore dans la maison du 43 rue d'Alsace, appartenant désormais à Maître Bénédetti.

    img016.jpg

    Le château de Saissac

    En 1920, Cécile Rives partage son emploi du temps entre les cours privés qu'elle dispense à son domicile, ceux à l'école Jeanne d'Arc et la préparation des expositions à Paris. Outre les représentations des châteaux de Saissac et Lastours, le lac de Saint-Ferréol, le peintre réalise des natures mortes. 

    img017.jpg

    A l'occasion des fêtes jubilaires, Cécile Rives se rend à Rome en 1933. Une véritable aubaine pour l'artiste qui ramènera dans ses cartons, les souvenirs des sites antiques. Plus près de chez nous, la Cité médiévale tient un place toute particulière dans son cœur. 

    img018.jpg

    La tour carrée de l'évêque en 1931

    A l'âge de 72 ans, l'artiste poursuit son travail sur le chevalet et prodigue encore ses conseils à ses élèves au sein de l'école Jeanne d'Arc. Elle donne aussi des cours privés. Récemment, Jacques Miquel, qui fut le directeur du théâtre municipal et de l'école de musique, nous indiqua qu'il fut des élèves de Cécile Rives. Il se souvient de cette personne fort aimable et d'une grande qualité artistique.

    img019.jpg

    Dans son atelier à l'âge de 72 ans

    Cécile Rives mourra le 3 janvier 1956 et repose au cimetière Saint-Vincent. De ses œuvres, il reste bien entendu ses nombreuses toiles dispersées dans des collections privées. Carcassonne se désintéresse de ces artistes, considérés sûrement à tort comme mineurs. Pourquoi ? Un peu de snobisme, sans soute, et surtout un manque de curiosité évident. Pourtant, Cécile Rives est répertoriée dans le dictionnaire des peintres, le "Bénézit". En 2009, grâce à Marthe Plessis-Garric et à Georges Gibert, un ouvrage réalisé à compte d'auteur rend hommage à la famille Rives et à ses œuvres. C'est avec cet ouvrage que nous relayons cet hommage, en espérant vous faire connaître cette artiste oubliée.

    img020.jpg

    Cet ouvrage est disponible à la librairie Breithaupt, rue Courtejaire.

    __________________________

    © Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2018

  • L'histoire chaotique du Musée des beaux-arts de Carcassonne de 1850 à 1971

    En 1850, les salles provisoires du Musée de Carcassonne étaient situées 50 rue Lafayette (actuelle, rue de la République) et renfermaient 140 tableaux.Cros-Mayrevieille dans les « Monuments de Carcassonne » édité en 1850 énumère à la page 201, quelques-unes des toiles du musée, mais ne mentionne pas la nature morte de Chardin. Il cite « Louis-Philippe à Valmy » (Mausaisse), « Portrait de Mme Poulhariez et de sa bonne fille » (Sableyras), « Un bouquet de fleurs » (Van Spændonck), deux tableaux de Rigaud, etc. Dans le même temps, la Société des Arts et des Sciences s’attelait à la constitution d’une galerie de portraits. A ceux déjà cités, elle avait ajouté celui de Bernard de Monfaucon, Andréossy, Dejean, Gamelin, Ramel, Fabre d’églantine, Bosquet, Marie de Pech de Calage, etc.

    Facade Ecole.jpg

    L'entrée du Musée des beaux-arts vers 1960


    En 1861, le musée fut installé ainsi que la bibliothèque, dans les locaux de l’ancien Palais de Justice de la rue de Verdun. La délibération du Conseil municipal du 5 janvier 1861, affecte la bibliothèque et le musée à l’ancien Palais de Justice. Malgré des expositions organisées par la Société des Arts et des Sciences, les collections entre 1864 et 1875 ne s’étaient guère augmentées - seulement quelques envois de l’état et de maigres donations. En 1876, la ville reçut l’importante donation des œuvres d’art de Casimir Courtejaire. Ce dernier compléta son don en 1880 et 1884 par une somme allouée de 120 000 francs qui servit à l’acquisition de tableaux et à l’aménagement de deux salles. Isidore Nelli, grand-père de René Nelli, participa à la commission d’achat des tableaux. À partir de 1887, la Société des Arts et des Sciences cessa d’administrer le musée, passé désormais sous le contrôle de la mairie, malgré les protestations de ses membres. Le premier conservateur municipal fut le peintre Émile Roumens, assisté de M. Mauré pour les collections archéologiques. Un arrêté municipal du 5 avril 1894, assigna le conseiller municipal Charles Chamans comme délégué à la surveillance spéciale du musée. C’est à cette date que fut établi par Émile Roumens et M. Mauré, le premier inventaires des legs de Couretjaire, Chénier et Coste-Reboulh.

    Falguière-Gamelin.jpg

    Jacques Gamelin par Falguière

    A la fin du XIXe siècle les œuvres de Gamelin reviennent à la mode et une grande exposition est présentée en 1898. Emile Astruc remplace Emile Roumens comme conservateur. A partir de 1912, c’est le peintre Léon Cabanier qui lui succède. En 1938, Louis Cazaban assisté de Pierre Embry pour les collections archéologiques, tente de réorganiser le musée avec Mlle Mouton épouse Cahen-Salvador. Dans une note adressée à la Direction des Beaux-arts, Louis Cazaban énuméra les rôles qu’avait dû assumer le vétuste édifice destiné en principe à n’abriter que des livres et des peintures. Il a servi de siège au Syndicat d’initiative, à l’Association des anciens combattants. On y a vu un cantonnement de Sénégalais qui allumaient des feux dans le cour pour y faire leur cuisine, des sections de vote pour les élections, des soupes populaires, des dépôts d’ustensiles, des réfugiés. En 1945, il servit même à l’échange de billets de banque. Malgré cela, on y organisa une exposition des tableaux avec en même temps une présentation des chef d’œuvres de l’art religieux. Alors que le musée prend une nouvelle tournure, la Seconde guerre mondiale éclate…

    Embry.jpg

    © AAVC

    Pierre Embry

    Victime d’un incendie en 1942 et désorganisé par la guerre, le musée ferme ses portes jusqu’en 1948. Les plus belles œuvres avaient été mises à l’abri par Pierre Embry dans le monastère d’En Calcat ; notamment les tableaux de Gamelin.

    « Durant leur retraite ils voisinèrent avec les Goya de Castres, le Snyders (à moins qu’il ne soit un Rubens) de Narbonne et le portrait du duc d’Orléans venu de Perpignan, sans faire de faux plis à son pantalon rouge. La Trinité de Saint-Just, avec les trois personnes divines habillées en papes, présidait, sans doute, cette auguste assemblée. » (Chanoine Sarraute / 1946)

    En 1948, l’état du musée inquiète ses plus ardents défenseurs. Tant et si bien que dans une interview de 1966, M. Bourely, architecte des Bâtiments de France, confia que la ville avait pour ambition de raser le vieux musée afin de construite en lieu et place, un bâtiment offrant toutes les garanties de modernité. Ce projet qui n’aboutira faute de moyens, fut étudié par son père. Au sortir de la guerre, les finances publiques allèrent en priorité à la reconstruction des villes bombardées. Le musée échappa ainsi à la destruction municipale. Je vous laisse imaginer un bâtiment analogue à celui de la Trésorerie générale, édifiée en 1952 à la place du charmant Café du musée…

    collection Bousquet1 copie.jpg

    La collection Joë Bousquet au musée en 1952

    Entre-temps, René Nelli venait d’être nommé comme conservateur. A la mort de Joë Bousquet en 1950, quelques-uns de ses amis - à l’initiative de René Nelli - qui avaient bénéficié de ses legs décidèrent de les mettre en dépôt au musée et d’y constituer une salle pour perpétuer sa mémoire. Voici les noms des donateurs : Alquié, Bernon, Féraud, Girou, Grizou, Nelli, Patau, Roumens et Sire. Les toiles exposées dans la salle d’Art moderne avaient pour auteurs les plus illustres de la peinture contemporaine : Marquet, Fautrier, Braque, Ernst, Picasso, Tanguy, Masson, Dali, Hans Arp, etc. La municipalité avait édité en 1948 un catalogue-guide et l’inventaire déposé au Louvre fut achevé en 1949. En octobre 1952, le buste de Joë Bousquet sculpté en pierre de Clamecy par Salomé Vénard fait son entrée dans les collections. Il s’agit d’un envoi l’état. Ce buste se trouve depuis 50 ans dans les réserves…

    1790870939.png

    Le buste de Bousquet par Salomé Vénard

    Au mois de décembre 1952, le journal « Le patriote » d’obédience communiste brise l’omerta et informe le public, qu’il pleut dans le musée.

    « Salle Armand Raynaud. Sérieuse gouttière, au-dessus de la porte ou l’eau suinte, s’amasse, coule entre la « Cascade de Terni » de Labruzzi, et la « Ferme des bois » de Pelouse. Salle Coste-Reboulh, l’eau tombe de la verrière sur le plancher. L’humidité fait tâche mouvante dans l’encoignure gauche et menace directement une nature morte de Desportes et un portrait de Seilboldt. Dans la loggia Sarraut, la « Dame en rouge » de Dutilleul est partiellement menacée. Salle Sourbieu, est-ce une illusion d’optique ? On dirait que des coulées ont dégradé « Les toréadors » de Dilfre et « La marée basse à Grandcamp » de Pelouse. Dans l’avant-dernière salle, à chaque ondée violente sur le toit correspond un lac sur le plancher. Le plâtre commence à tomber par plaques et vraisemblablement continuera. »

    A cet article, ajoutons qu’en 1948 le musée possède une verrière transparente et non opaque. Les tableaux sont exposés à la chaleur du soleil, à l’humidité et au froid en hiver. Il n’est pas gardé durant les heures d’ouvertures et à la merci des voleurs. Avec un tel musée, Carcassonne rata de bien belles donations qui allèrent enrichir les villes concurrentes. Malgré tout, Nelli reçut en cadeau du Louvre cinq toiles de Nicolas Bertin dont « La tentation ». Ces chefs d’œuvres avaient décoré l’appartement de la Pompadour.

    collection Bousquet3.jpg

    Le journal indique qu’un crédit de 1 119 000 francs avait été voté pour la restauration des bâtiments municipaux. Crédit qui sera désaffecté le 14 novembre en revoyant au calendes grecques, l’impérieuse nécessité de restauration du musée. Deux ans après, la municipalité inaugure de nouvelles salles de peinture grâce au financement des Beaux-arts. Parmi les maîtres d’œuvres citons René Nelli, Jean Vergnet-Ruiz (Inspecteur général), Jean Mesuret (Chargé de mission aux musées nationaux). De son côté, la mairie finança la restauration de tableaux effectuée par M. Linard. Ces salles réaménagées se composent ainsi : Salles Coste-Reboulh, Courtejaire, Gamelin, Art ancien, Art français, Artistes locaux (Jalabert, Ourtal, Grillon, Sibra), sculpture contemporaine (Manault et Yvonne Gisclard) et enfin, peinture moderne avec la collection Joë Bousquet (Dali, Ernst, Braque…). Le musée organisé par René Nelli rassembleait enfin dans un espace cohérent nos richesses picturales. Notons qu’aujourd’hui, la collection Bousquet a été dispersée et vendue ; les artistes locaux comme Ourtal sont dans les réserves.

    Nelli.jpg

    © aecnelli.com

    René Nelli à son bureau

    Accusé anonymement et à tort par Pierre Cabane d’avoir caché l’inventaire de la collection Bousquet en fermant le musée en 1961, Nelli démissionne en 1963 et écrit au maire Jules Fil :

    "Je me renseignais et j'appris que les tableaux prêtés par les héritiers de Joë Bousquet avaient été vendus à Paris par l'intermédiaire d'une galerie (André-François Petit, ndlr) et les soins d'un médecin de la ville assisté d'un peintre étranger installé dans la région (Piet Moget ?, ndlr), lesquels, évidemment, avaient largement trouvé leur compte dans l'opération !
    Comme les musée est très en désordre, je crois qu'il ne serait pas prudent d'annoncer tout de suite qu'il n'y a plus de conservateur. Cela pourrait tenter les voleurs. Et je tiendrais à passer l'inventaire au nouveau conservateur, après recensement des objets fais en sa présence."

    Le musée des beaux-arts fermera pour une durée dix ans. Le chanoine Sarraute - membre éminent de la Société des Arts et des Sciences - s’inquiète et avec le sens de la formule indique qu’à Carcassonne « Pipette est plus connu que Chardin ». Autrement dit que les Carcassonnais qui ans leur très grande majorité n’ont jamais poussé les portes du musée, connaissent davantage les joueurs de rugby à XIII. Ce n’est pas parce qu’ils ne s’y intéresserait pas, mais parce qu’il n’y a pas de politique pour les inciter à s’y rendre.

    Capture d’écran 2017-10-05 à 15.41.52.png

    © Musée des Beaux-arts de Carcassonne

    "Madeleine", odalisque de Jean Jalabert

    M. Vergnet-Ruiz déclara à René Nelli : « J’ai déjà compté dans votre musée 14 toiles dignes du Louvre. » Nous pourrions citer un paysage Van Goyen ou un portrait de Morelsée souvent demandé pour des expositions à l’étranger. Une odalisque (Madeleine) du peintre Carcassonnais Jean Jalabert (1815-1900) inspira Manet pour son Olympia (Musée d’Orsay). On trouvera cette note dans Olympia de François Mathey aux Editions du chêne (1948). La nature morte de Chardin est un véritable chef-d’œuvre dont le Louvre ne possède qu’une copie. Le chanoine Sarraute ajoute à notre descriptif, deux tableaux de Guigou et « un extraordinaire petit tableau « Le guerrier » de Salvador Rosa ».

    P1070905.jpg

    En octobre 1967, la ville entreprend enfin la restauration complète du musée. Pierre et Christiane Tarbouriech, deux jeunes architectes, sont chargés des travaux. La première tranche est estimée à 70 millions de francs et c’est l’entreprise Escourrou qui a la maîtrise du gros œuvre. Dans la cave où sera installée la cuve à mazout, on découvre l’amorce du souterrain qui reliait l’ancien Palais de Justice à la prison sous la rue de Verdun. Les fenêtres qui étaient jusque-là murée seront ouverte.
    L’inauguration et l’ouverture au public eut lieu le 2 juillet 1971 en présence d’Antoine Gayraud (Maire), de M. Descadeillas (Conservateur). On apprend que les collections du musée s’élèvent à 650 objets d’art, dont seulement la moitié est exposée d’une manière permanente. Durant les travaux, 160 toiles furent restaurées ; certaines au Louvre et d’autres sur place.

    portes.jpg

    Ces deux portes provenant de l'ancien hôtel de ville rasé en 1933, furent installées au Musée des beaux-arts en 1972. C'est une Carcassonnaise qui les sauva en les tirant des décombres.

    "C'était une porte à double battant et sans huisserie, autant qu'il m'en souvienne, en bois sombre très ouvragé avec des motifs en gros relief. Avant les travaux faits au musée, elle était fixée à un mur du premier palier de l'escalier. Mais que sont devenues les autres portes de la mairie ?"

    Voilà chers lecteurs tout le travail de recherche et de synthèse que j'ai pu réaliser avec le concours des articles de journaux de l'époque, des guides des collections, du fonds René Nelli conservé aux archives de l'Aude, etc. Ce travail, je vous livre par amour pour Carcassonne et sa culture. 

    ____________________________________

    © Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2017