Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Seconde guerre mondiale - Page 5

  • Ludwig Dischler, le criminel de Baudrigues à la bibliothèque de la C.E.E

    Ludwig Karl Joseph Paul Dischler naît à Bruxelles le 1er août 1895 d’une mère Wallonne et d’un père Allemand. Après avoir obtenu son baccalauréat, le jeune germano-belge poursuit ses études  à la Ludwig-Maximilian’s Universität de Munich et habite 9, Nymphenburgstraße. De cette école cossue dans laquelle on rencontre les enfants des bonnes familles de la société munichoise, Ludwig Dischler sortira diplômé en « Egalité des droits ». Le Dr.Dischler, ainsi qu’il se fait appeler, mène une vie ordinaire qui n’éveille pas le soupçons de son voisinage. En réalité, c’est un espion du contre-espionnage allemand, chef de l’AST Munster chargé de récolter des renseignements en Angleterre et en France. Pisté par le MI5 dès son arrivée sur le sol britannique en 1926, les renseignements « Au service de sa Majesté » conservent les documents mentionnant son activité réelle. L’espion tente d’obtenir des informations sur la Royal Navy et recrute des agents. Il se compromet en essayant de cambrioler le service de sureté français installé à Bonn ; ville occupée par la France suite au traité de Versailles. Le capitaine Dischler, ancien vétéran de 14-18 réformé à cause de invalidité, ne se déplace qu’avec sa jambe artificielle en bois. A la suite de l’affaire de Bonn, il se met au vert à Königsburg puis est repris en main par le renseignement naval avant de s’installer à Hambourg vers 1930. Au numéro 9 de Rehagen à Hambourg, dans l’appartement B situé au rez-de-chaussée, vit le Dr.Dischler avec son épouse. Le couple dépourvu d’enfants se montre très discret et n’invite personne chez lui, malgré l’excellente réputation de juriste dont bénéficie le mari. Il part de chez lui quotidiennement et s’absente régulièrement deux ou trois jours. Sa martingale, c’est son activité de juriste dans une unité de recherche pour le droit public et le droit international. Le thème de son travail étonne : « La différence de conception de l’Etat entre Allemands et Français sur la base de la loi sur l’école primaire en Alsace-Lorraine après 1918 » (Publié à Hambourg en 1931).

    Dischler Ludwig

    Quand Wilhelm Canaris fonde en 1935 l’Abwehrstelle, le Reich a étendu son service de contre-espionnage à toute l’Europe grâce des antennes installées dans ses principales villes. A cette époque, Dischler se voit confier le contre-espionnage interne à Berlin. Après l’armistice de juin 1940, le capitaine Dischler fait partie de l’Abwher I (Marine) à Brest avant d’être envoyé comme chef de l’AST d’Athènes, d’où il collecte les rapports sur la Palestine, Chypre et l’Egypte grâce à ses agents. Au mois de juin 1942, il devient Leiter de l’AST à Salonique jusqu’en avril 1943 et son retour à Hambourg. Le dictateur Franco qui avait été soutenu par l’Abwehr pendant la guerre civile espagnole contre les Républicains, décide de récompenser ses fidèles serviteurs. Ainsi, Ludwig Dischler est-il décoré le 30 septembre 1941 de la médaille de l’Ordre Impérial du Joug et des Flèches.

    Dischler.jpg

    © Eugène Marié

    Le Feldkommandant Dischler dans son bureau à Carcassonne

    En février 1944, au moment où Canaris tombe en disgrâce, Dischler est nommé depuis Hambourg à une Oberfeldkommandantur en France. A Carcassonne, il prend alors la direction de la Feldkommandantur 734 et devient Commandant de la place. Usant de ses multiples expériences en matière de renseignement, il recrute des agents locaux et retourne un certain nombre de résistants tombés dans ses griffes. Dischler va se montrer extrêmement répressif contre la Résistance locale. Grâce à des agents français travaillant pour le compte de l’Abwehr et du S.D, des actions militaires sont menées contre les maquis : Corps Franc de la Montagne Noire (20 juillet), Trassanel (8 août), Villebazy (17 août), Picaussel, etc. Ceci bien entendu avec le concours zélé de la Milice française et des indicateurs du Parti Populaire Français, du Groupe collaboration et tout ce que compte le département comme vichystes. A ce propos, le maire de Villebazy (M. Désarnaud) rapporte dans une déclaration en gendarmerie avoir été convoqué par le préfet Marchais après l’épisode du 17 juillet 1944 : « Vous avez eu de la chance de tomber sur un commandant de la place très chic, avec qui ont peu discuter. » C’était à propos du village que le capitaine Henn voulait incendier ce jour-là. Discuter de quoi, Monsieur le préfet ? Qu’à obtenu Dischler en échange de ses bonnes grâces ?…

    Capture d’écran 2019-09-02 à 14.32.39.png

    © Eugène Marié

    La Feldkommandantur, boulevard Jean Jaurès

    Quand Hitler ordonne à ses troupes de se replier vers l’Est, c’est Dischler qui signe l’ordre d’exécution des malheureuses victimes de Baudrigues. Après avoir été fusillées, elle sauteront sur les dépôts de munitions installés dans ce domaine à Roullens à 12h45 le 19 août 1944. A midi, Dischler était déjà parti avec l’ensemble de la Kommandantur vers la vallée du Rhône pour rejoindre l’Allemagne. Il ne sera arrêté par les alliés qu’à l’été 1945, puis interrogé par celles-ci. Aucun compte ne lui sera demandé sur son passé à Carcassonne, dont le renseignement britannique et américain ignore tout. A-t-il été recherché comme criminel de guerre ? Durant son bref internement - il sortira en décembre 1946 - Dischler a pu monnayer des informations secrètes avec les britanniques. Revenu à la vie civile, l’ancien Feldkommandant de Carcassonne reprend des activités de recherche dans son secteur professionnel.

    Capture d’écran 2019-09-02 à 14.36.15.png

    La République fédérale d’Allemagne est créée le 23 mai 1949 avec pour capitale Bonn et va profiter économiquement du plan Marshall. Maurice Schumann et Jean Monnet vont poursuivre et approfondir les textes fondateurs de l’Europe qui seront scellés par de Gaulle et Adenauer. Dischler s’intéresse à l’indépendance de la Rhénanie et s’interroge sur l’Europe et sur le sentiment patriotique. Il écrit un certain nombre d’ouvrage qui font référence en matière de droit international comme : Das Saarland 1945-1956 ; une histoire d’histoire ancienne (Hambourg 1956) la question sarroise ; Das staatsangehörigkeitsrecht von Belgien und Luxemburg (« La citoyenneté belge et luxembourgeoise ») Francfort 1950 ;Abkommen über die Internationale Organisation zivilluftfahrt (OACI : « convention sur l’Organisation de l’aviation civile internationale ») Nations Unies 1951 ; Der auswärtige Dienst Frankreichs (« Le Service diplomatique de la France »). Hambourg 1952 (2 volumes 170 et185 pages) ; Die Zypernfrage « La question Chypriote » (Francfort 1960).

    Nous avons pu établir que l’ensemble de ces ouvrages ont été acquis en 1964 par le Communauté européenne et figurent à l’intérieur de sa bibliothèque. Die Zypernfrage (La question de Chypre) qu’il connaît bien pour avoir été chef de l’Abwehr à Athènes en 1941, se trouve désormais dans la bibliothèque de « European Centre for Minority Issues ». Certains historiens citent Dischler sans connaître sans doute son passé, comme J-B Duroselle dans « La France et la menace nazie : l’effondrement de la diplomatie française. » Nous vous conseillons de prendre connaissance à la page 204 du document en lien ci-dessous, de la source bibliographique citée par cette brochure éditée par le Parlement européen intitulée : De la déclaration Schuman à la naissance de la CECA, le rôle de Jean Monnet". Il s'agit de Ludwig Dischler, le criminel de guerre de Baudrigues et de Trassanel.

    http://www.europarl.europa.eu/pdf/cardoc/24663-5531_FR-CARDOC_JOURNALS_No6-complet_low_res.pdf

    Ludwig Dischler est coupable de crimes de guerre dans l’Aude parce qu’il était le Feldkommandant et que les opérations contre la Résistance ont été menées par la Gestapo sur ses ordres. Une note secrète du 8 mai 1944 envoyée de Lyon émanant du Commandant de la zone d’Armée France Sud N°1.694/44 informe que « Les entreprises de la police de sureté et du S.D et de la troupe, le commandant de la troupe, nommé par le commandant du District, respectivement par le Feldkommandant, assume la responsabilité de toutes les mesures à prendre pendant l’entreprise, mesures pour lesquelles il a recours, dans les questions de police, aux conseils du « Commandeur » de la Police de sûreté et du S.D, respectivement de son délégué participant à l’entreprise. Il lui incombe aussi la décision sur l’éventuelle exécution immédiate des terroristes capturés l’arme à la main, et sur la destruction de l’incendie de maisons isolées. Il ne peut être procédé à l’incendie de localités entières qu’avec l’autorisation du Commandant militaire en France. Le commandant de la troupe doit décider, sous sa propre responsabilité également des mesures non purement militaires qui doivent être prises immédiatement, tells que l’exécution immédiate des terroristes capturés et la destruction des maisons isolées. Ce faisant il doit avoir recours aux conseils du chef de la police de sûreté et du S.D qui y participe. »

    Capture d’écran 2019-09-01 à 16.20.14.png

    Signature de Dischler en 1926 (Document National Archives)

    Capture d’écran 2019-09-01 à 15.56.02.png

    Signature de Dischler sur le registre de condoléances de Philippe Henriot à Carcassonne en juillet 1944 (Document Archives de l'Aude). C'est bien le même homme que plusieurs témoins décrivent avec une jambe en bois.

    Sources

    The National Archives / KV2/391

    Archives de l'Aude

    Service des archives de justice militaire

    Recherches, synthèse et rédaction / Martial Andrieu

    _____________________________

    © Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2019

  • Le Midi-Libre créé à Limoux en août 1944 a 75 ans !

    Le débarquement en Normandie venait d'avoir lieu quelques jours auparavant. En ce début d'été 1944, cinq personnes entrent dans le café Négrail à Limoux et s'assoient autour d'une table dans l'arrière-salle pour consommer une limonade.   Ce café n'est pas choisi au hasard puisqu'il appartient à la famille d'Henri et Georgette Négrail, membres de la résistance. Ce sont des gens ordinaires en somme, cherchant à étancher leur soif en période estivale. C'est tout à fait ce qu'ils voudraient laisser paraître... Après un premier rendez-vous raté suite à l'arrivée intempestive de soldats Allemands dans le café, le groupe s'est reformé au même endroit quelques heures plus tard. Qui sont-ils ? Quels sont leurs desseins ?

    830356768.png

    L'ancien café Négrail : "Le Tivoli

    Il y a autour de cette table cinq résistants : Jean Graille (futur Sous-préfet), Madeleine Rochette et son frère Georges Morguleff (Chef départemental des F.F.I), Francis Vals (future président du Comité de Libération) et Jacques Bellon. On ne parle pas des opérations militaires, mais de la mise en place d'une nouvelle presse indépendante représentant le Mouvement de Libération Nationale.

    3337243441.jpg

    Jean Graille en 1989

    Il sera par la suite préfet. Pendant le second mandat de Raymond Chésa à la mairie de Carcassonne, il deviendra son premier adjoint. "C'est ce jour-là que j'ai fait la connaissance de Jacques Bellon. Précédemment, j'avais étudié les divers problèmes de presse avec Lucien Roubaud mais c'est chez Négrail que les choses ont pris tournure. Nous avons, à cinq, décidé et mis au point de façon concrète l'avènement - que nous espérions évidemment proche - d'un quotidien émanant à Montpellier du Mouvement de Libération Nationale (...) Nous avons commencé à parler de la nécessité de faire un journal non communiste qui défende les idées propres au MLN. Jacques Bellon, le seul que je ne connaissais pas, animait le débat. Il parlait d'abondance, avec beaucoup d'assurance et un accent indéfinissable. Savision du futur journal était déjà très claire et ambitieuse. A limoux, nous avons mis au point pour la première fois de façon pratique la création d'un quotidien à Montpellier. "Au coeur de la clandestinité, les grandes lignes du journal, qui ne s'appelle pas encore Midi-Libre, son tracées."

    Capture d’écran 2019-08-29 à 09.53.14.png

    Madeleine Rochette, sœur de G. Morguleff

    388847232.jpg

    G. Morguleff, chef départemental des F.F.I

    3370530644.jpg

    Francis Vals qui sera député-maire de Narbonne

    3243130321.png

    L'éclair, journal conservateur du midi fondé en 1881, avait son siège 12, rue d'Alger à Montpellier. Durant l'occupation, il s'était largement compromis par ses positions collaborationnistes favorables à l'Allemagne. Le 21 août 1944, l'éclair sort son dernier tirage mais malgré cela, Albert Marsal qui le tient, refuse toute prise en main du journal non mandatée par le Mouvement de Libération Nationale.

    1959875642.png

    Locaux de l'Eclair à Montpellier

    Le 23 août 1944, Madeleine Rochette, Jacques Bellon et Lucien Roubaud au nom du MLN prennent possession des locaux. Le Midi-Libre est né ; Lucien Roubaud vient d'en trouver le nom. A Carcassonne, en demi-heure, Jean Graille réquisitionne l'agence locale du journal. Le Midi-Libre s'installe donc place de la poste (actuelle place du maréchal de Lettre de Tassigny). Guy Cando est nommé chef d'agence en replacement de Ferdinand Pic qui travaillait pour l'Eclair. Candau a d'autres résistants à ses côtés comme Charles Fourès :

    "A l'échelon régional, Midi-Libre se fait largement l'écho des arrestations, des procès, des exécutions légales ou illégales des collaborateurs locaux. En mars 1945, il dénombre 300 traîtres passé par les armes, dont trois préfets sur six, 5404 arrestations, 808 internements et 385 révocations prononcées dans l'administration. Midi Libre et le MLN adoptent une attitude ferme : "il faut frapper à la tête et ne pas ménager les vrais responsables". Parallèlement, le titre condamne toutes représailles et exécutions sommaires. Et constate douloureusement, l'incapacité de la Résistance à recomposer le champ politique du pays. Des conflits éclatent, les anciens clivages réapparaissent. Midi Libre va en souffrir."

    Capture d’écran 2019-08-29 à 09.49.52.png

    © Carlos Recio

    L'agence Midi-Libre de Carcassonne, place de Lattre de Tassigny

    Fini la censure de Vichy, le 26 août 1944 une ordonnance rend à la presse sa liberté. Le lendemain paraît le premier numéro du Midi-Libre. Il tient seulement en une page recto-verso à cause de la pénurie de papier et d'encre. Qu'importe ! Cinq crieurs de journaux vendent l'organe de la libération du Languedoc dans les rues de Carcassonne. Jean Labazuy se lève à trois heures du matin pour porter le journal au domicile des Carcassonnais avec sa bicyclette. Les plus vaillants le trouvent dans les kiosques du centre-ville. A cette époque, le journal se résume à une chronique nationale et sportive. Jusqu'en 1947-1948, une large partie est consacrée au ravitaillement car la France libérée crève encore de faim.

    266869501.png

    L'ancienne agence Midi-Libre à Carcassonne

    Pendant longtemps on a affiché dans la vitrine, les scores des matchs de rugby du dimanche et des photographies de l'actualité internationale. Midi-Libre était également le correspondant local de France-Soir et possédait ses propres diffuseurs dans tous les villages de l'Aude.

    462492317.png

    Le 25 juin 2015, le groupe "La dépêche" prend le contrôle de ce journal de la Résistance. Pour ne froisser les consciences de personne, nous n'évoquerons pas le passé de "La dépêche du midi" sous le gouvernement de Vichy. Disons que René Bousquet siégea au conseil d'administration en 1959, anima la présidence de celui-ci et finança la campagne présidentielle de François Mitterrand en 1965 contre le général de Gaulle. Il n'avait été ni plus ni moins que le chef de la police de Vichy ; nous connaissons sa responsabilité dans une certaine rafle en 1942 à Paris qui déporta des centaines de familles vers les camps de la mort.

    _________________________________

    © Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2019

  • Pierre Augé, préfet de l'Aude à la Libération

    Quand les maquisards entrèrent le 21 août 1944 dans Carcassonne libérée des troupes d’occupation, Guy David fut chargé de prendre la préfecture de l’Aude et de démettre le préfet Marchais de ses fonctions. Ce fonctionnaire zélé de l’Etat Français sentant la libération arriver s’était montré à son avantage au cours des dernières semaines. On ne sait trop combien de suppôts de Vichy furent recyclés par les gouvernements de la République, à tel point qu’il faudra attendre près de soixante ans pour juger Maurice Papon. Le préfet Marchais s’en sortit sans une égratignure, grâce à l’attitude bienveillante de son successeur qui ne voulut pas le remettre entre les mains d’une justice expéditive. Pendant une semaine, il fut protégé à l’intérieur de la préfecture des maquisards communistes qui réclamaient sa peau, au grand dam de Félix Roquefort. Suffisamment sans doute pour poursuivre l’œuvre de destructions d’archives entreprise par le directeur de cabinet de Marchais, dans la chaudière de la cave de l’ancien évêché. En matière de renseignement, on n’est jamais assez prudent… Marchais est recyclé en 1945 au gouvernement de la Sarre, administré par la France. Il reçoit même la légion d’honneur en 1952 des mains de Louis Fattacini, un résistant de la première heure au sein de la France Libre. Qui a pu lui décerner l’appréciation suivante « Bon fonctionnaire du cadre de réserve » ?

    Capture d’écran 2019-08-26 à 10.27.27.png

    Pierre, Jean, Léonce Augé

    Son successeur, le très républicain Pierre Jean Léonce Augé, était né à Vias dans l’Hérault le 26 février 1895. Titulaire d’un doctorat en droit et diplômé de l’Ecole des Hautes Etudes Commerciales, M. Augé s’était distingué par sa bravoure à Verdun en 1916. Blessé grièvement à un oeil à la Cote du Poivre, il avait été évacué et réformé le 7 avril 1916. Quatre années plus tard, son premier poste est celui d’attaché d’ambassade. Il fait suite à son admission au concours diplomatique le 12 avril 1920. Consul suppléant à Shangaï puis à Swatow, en 1932 Pierre Augé est nommé à Colombo jusqu’en 1935. Après avoir été Consul général à Vancouver (Canada), il rentre en France et sert pour un temps comme attaché de l’Administration centrale le 13 novembre 1942. Les articles de presse de la Libération font état du passé de résistant de Pierre Augé, engagé dès l’Armistice de 1940 et Chef régional du service de renseignement de l’Armée Secrète. Sans remettre en cause cette affirmation, nous n’avons pas pu la vérifier puisqu’aucun titre d’homologation dans les Forces Françaises Combattantes au nom de Pierre Augé ne figure au Service Historique de la Défense.

    Avec l’accord de Gilbert de Chambrun, il est désigné le 21 août 1944 comme préfet de l’Aude par Jacques Bounin, Commissaire de la République. Installé officiellement le 1er septembre 1944, Pierre Augé s’oppose à la poursuite des exécutions, dissout les Cours martiales dans le département et proclame le retour de la justice républicaine. Voici son premier discours devant les Carcassonnais :

    « Citoyens français ! Après quatre années d’équivoques, d’humiliations et de douleurs, l’Aude aujourd’hui est libérée. Dans ce retour aux plus fières traditions nationales, notre pays, j’en suis assuré, saura faire un grand et noble usage de cette liberté reconquise. Nommé par le gouvernement provisoire de la République aux fonctions préfectorales dans votre beau département, je fais dès maintenant appel à votre concours pour entreprendre, avec la collaboration étroite de toutes les forces vives de la Nation et de tous les Citoyens, femmes et hommes, qui ont pendant quatre ans lutté pour l’honneur du drapeau, l’œuvre immense de reconstruction nationale. Nous ne trahirons pas la confiance que la France et la République ont mise en nous. Vive de Gaulle ! Vive la République ! Vive la France ! »

    Capture d’écran 2019-08-26 à 10.32.59.png

    Dans ce texte que nous avons retranscrit d’un journal de Libération ayant servi aux services du Comité départemental d’épuration, la mention « Vive de Gaulle » prononcée par Pierre Augé a été rayée au crayon bleu. Ce comité était dirigé pour l’essentiel par d’anciens F.T.P proches du Parti Communiste. Quant au préfet de l’Aude, il ne resta que jusqu’au mois de décembre, appelé comme Ministre plénipotentiaire à Canberra (Australie) puis comme Ambassadeur à Karachi (Pakistan) en 1950. Pierre Augé mourra le 26 décembre 1967 à Paris (XVe). On doit rendre hommage à ce serviteur de l’état qui évita à notre département de tomber dans le chaos de la guerre civile, en rétablissant partout la légalité et l’ordre républicain.

    Sources

    France Archives

    La République du Sud-Ouest / Sept 1944

    Le Midi-Libre / Sept 1944

    __________________________________

    © Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2019