Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Seconde guerre mondiale

  • Exclusif ! Un ancien adjudant allemand présent à Trassanel en août 44 témoigne

    Les violences commises dans le département de l’Aude par les anciens membres de la 5e compagnie du Landeschützenregiment der luftwaffe Lisieux firent l’objet de recherches comme crimes de guerre dès 1948. Plusieurs de ces responsables furent poursuivis et même interrogés.

    carca sterb 1.jpg

    © D. Mallen

    Photographie d'illustration

    Le procureur de la République de Lübeck lança une enquête contre le Lieutenant Heinz Mathaüs et les autres soldats de la compagnie qui sema la terreur à Trassanel, Lairière, Ribaute, Villebazy, etc. Le parquet de Düsseldorf en fit de même contre le capitaine commandant la 5e compagnie, Josef Nordstern ; la procédure s’acheva avec la mort de ce dernier. Mis à part l’adjudant Blass dont nous donnons le témoignage concernant le massacre de Trassanel, aucun autre sous-officier ou officier ne voulut reconnaître les faits. A les entendre, ils n’ont pas donné d’ordres, n’ont pas tiré ou bien étaient absents au moment des faits. Le seul témoignage de l’adjudant Blass révéla que la tragédie de Trassanel avait été exécutée par Heinz Mathaüs et  Alfred Schmidt sur ordre du capitaine Josef Nordstern. Les conclusions de la procédure affirment le 22 avril 1963 que « Rien n’indique non plus que les exécutions aient été cruelles. Aucune des personnes interrogées n’a parlé d’une procédure particulièrement brutale et impitoyable. Seul celui qui inflige cruellement douleur et agonie à sa victime par une attitude insensible et sans pitié, tue cruellement. Il faut ajouter à cela que le fait d’infliger des douleurs corporelles particulières ou des souffrances psychologiques est dû à un comportement insensible de la part du coupable. Un tel élément ne peut être constaté ici. Etant donné que les caractéristiques des meurtres d’après l’article 211 SrGB ne sont pas réunies, elles pourraient tout au plus être considérés comme un homicide volontaire d’après l’article 212 StGB. Toutefois, il n’est pas possible de procéder à un examen plus approfondi, étant donné que l’homicide volontaire ne pourrait plus être poursuivi en raison de la prescription depuis l’article 67StGB. En vertu de l’article 67 StGB, le délai de prescription pour les homicides est de 15 ans. Il a commencé à courir à la fin du 8 mai 1945, date à laquelle la prescription était suspendue. Il n’y a pas d’acte juridiquement susceptible d’interrompre la prescription et les poursuites sont donc prescrites le 8 mai 1960. »

    Capture d’écran 2019-11-10 à 17.22.54.png

    © David Mallen

    Photographie d'illustration

    Nous avons retrouvé l’ensemble de ces archives en Allemagne et nous les avons traduites. C’est donc aujourd’hui, une version inédite du massacre vécu et rapporté par l’un des membres de la compagnie présent ce jour-là à Trassanel, que nous vous livrons. Le seul a avoir reconnu la responsabilité de ses chefs la manière ignoble avec laquelle les maquisards ont été assassinés.

    "Nous avons d’abord ratissé une zone forestière et capturé un sous-lieutenant français. Si je me souviens bien, Schmidt, l’adjudant principal, a demandé à ce sous-lieutenant où étaient cachés les résistants. Un refus ou une fausse information et il serait exécuté. On lui avait promis la vie sauve, et ce sous-lieutenant nous a conduit à la cachette des résistants. Nous avons rencontré environ 80 à 90 résistants équipés d’armes anglaises les plus modernes. Il y a eu une fusillade qui a fait environ 13 morts et 30 blessés. Le reste des résistants s’est rendu et nous avons arrêté de tirer. J'étais alors simple soldat et le lieutenant Matthäus m'a donné l'ordre de compter les morts et les blessés. Ensuite, l’adjudant-chef Schmidt a ordonné d’exécuter une trentaine de blessés en leur tirant une balle dans la nuque. L’adjudant-chef avec deux autres soldats ont tiré sur les blessés. Le massacre a été commis par l’adjudant-chef et les deux soldats, seulement après que la compagnie et les prisonniers eurent repris leur chemin en direction du village où nos véhicules nous attendaient. On entendait encore ici les coups de feu. Les morts ont été laissés sans être enterrés. Je pense que le donneur d’ordres et le responsable est le capitaine Nordstern. C’était le plus haut gradé de notre compagnie et il était le seul à pouvoir donner l’ordre de tuer. Je ne sais pas aujourd'hui si le capitaine Nordstern a regardé la fusillade. J’étais de ceux qui se dirigeait vers le village voisin et je n’ai pas participé au massacre. Je n'ai pas cherché à comprendre après l’exécution.

    Avez-vous entendu le lieutenant Matthäus donner l’ordre à l’adjudant Schmidt de tirer ?

    Oui, je me suis approché de très près et je m’en souviens encore aujourd’hui.Les prisonniers restants, il y avait environ 40 hommes, ont reçu l'ordre de porter les armes capturées, y compris les munitions, sur le chemin du retour vers le village où se trouvaient nos véhicules.  Après notre arrivée dans ce village mentionné dont je ne me souviens plus le nom, -c’était dans une région viticole - les prisonniers étaient plutôt épuisés. Parmi eux se trouvait le sous-lieutenant français qui nous avait montré la position des partisans. Ils ont demandé à boire de l’eau parce qu’il faisait très chaud ce jour-là. L’adjudant principal Schmidt a interdit au prisonnier de boire de l’eau en déclarant que cela n’était plus nécessaire, car ils allaient mourir. Le capitaine Nordstern a donné l’ordre au lieutenant Matthäus de conduire les prisonniers et de les abattre sur place. Six à huit soldats, dont moi-même, sous les ordres du lieutenant Matthäus, ont conduit les prisonniers en colonne depuis le village. Après 600 mètres, près d’une colline, on s’est arrêté. Ensuite, les prisonniers ont dû se mettre sur le chemin latéral de la vigne où ils étaient arrivés. Ils ont dû faire demi-tour et se sont retrouvés dans trois rangées consécutives face à l’ordre d’exécution. Un soldat, dont je ne me souviens plus aujourd’hui, a été chargé de se tenir en position avec une mitrailleuse légère et de procéder à l’exécution. Les autres, dont moi, étaient équipés de mitrailleuses et avaient pour mission de tirer sur les fugitifs. Avant l’ouverture du feu, le lieutenant Matthäus a dit aux prisonniers français : Messieurs, c’est fini.

    Ensuite, les prisonniers français se sont approchés et ont demandé grâce en français et que ceux-ci voulaient travailler en Allemagne. Malgré cela, Matthäus a donné l’ordre d’exécution. Cette fin fut si cruelle que ces gens ont été tués comme des animaux. Ils ont presque tous reçus de longs tirs et ont été littéralement noyés dans leur propre sang. Par la suite, les prisonniers gravement blessés furent achevés avec un Luger P08. Je ne sais plus qui l’a fait. J’ai été tellement ému que je n’ai pas pu regarder et, pour cette raison, je ne peux pas dire qui, parmi le peloton de l’escorte et de la fusillade, a tiré sur la tête. Je voudrais faire remarquer, qu’avant la fusillade, le soldat à la mitrailleuse ne voulait pas exécuter l’ordre .Il a fallu environ deux minutes et une demande répétée du lieutenant Matthäus pour que ce soldat exécute l’ordre. Le nom de ce soldat, je n’ai plus aujourd’hui. J’étais moi-même à droite du mitrailleur. Après les premiers coups de feu, une partie des prisonniers a essayé de s’évader et de s’enfuir. Ensuite, le peloton d’escorte a ouvert le feu avec ses mitrailleuses. J’ai tiré aussi, pas sur les prisonniers, mais dans les airs. Je pense que j'étais le seul à ne pas avoir tiré sur les prisonniers. Environ 4 à 5 de ces prisonniers se sont échappés dans les vignes. Ces morts non plus, n'ont pas été enterrés et sont restés comme ils étaient tombés. 

    Nous avons ensuite marché jusqu’au village, montés dans nos véhicules et nous sommes partis vers Carcassonne. Le lieutenant Matthäus a informé le capitaine Nordstern que l’exécution avait été effectuée. Le soir même, à la cantine de Carcassonne, le capitaine Nordstern célébrait sa victoire sur les résistants et leur exécution. À cette occasion, j’ai échangé des mots avec le capitaine Nordstern. J’ai dit au capitaine Nordstern : "Vous vous prenez pour un héros, même si c’est la pire boucherie que j’ai jamais vu. » J’ai quitté la fête sans boire. Le capitaine Nordstern, le lieutenant Matthäus et l’adjudant principal Schmidt ont organisé cette nuit-là une vraie soirée de beuverie."

    dscf2335_ret.jpg

    © Le Maitron

    La grotte des maquisards

    Ces interrogatoires jusqu’à aujourd’hui ignorés et jamais publiés permettent d’avoir une version du côté de l’ennemi. Contrairement à ce qu’a écrit Félix Roquefort dans son livre « Ils sont entrés dans la légende », les maquisards n’ont pas été achevés à coup de baïonnettes dans la grotte. Un témoignage qui n’a pu que lui être rapporté, puisque le frère de Pierre et Christophe ne s’y trouvait pas. Vous me direz, à juste titre, que cela n’enlève rien au caractère criminel de cette affaire. Les Allemands ont-il permis aux maquisards de boire à la fontaine de Trassanel, comme certains l’ont dit ? Enfin, dans quelles conditions certains maquisards ont pu s’enfuir par les vignes sans être tués ? Nous avons publié les noms de ces uniques rescapés (Valéro, Amor, Gonzalez, Demercier, Doutre) identifiés par la gendarmerie. Seuls Bouisset et Tahon reçurent le coup de grâce et s’en sortirent ; leurs témoignages ne sauraient être remis en cause.

    Les Allemands ont capturé Pierre Roquefort, Léon Juste, Jean Hiot, Munaretto, Chiocca et Gaby Gérard. Les trois premiers périront à Baudrigues le 19 août 1944 ; les autres seront relâchés le même jour et formuleront des prétextes assez suspects. Munaretto sera acquitté. Chiocca sera  au Comité départemental de Libération et engagé ensuite comme secrétaire du député-maire communiste de Marseille. Gaby Gérard, fera partie de la Cour martiale qui jugera les Miliciens en septembre 44. Encore aujourd’hui, rien n’explique la libération de ces hommes avec Emile Delteil, quand leurs frères d’armes furent lâchement massacrés à Baudrigues. Nous avons bien une idée…

    _____________________________

    © Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2019

  • René Avignon, une nouvelle victime de Baudrigues identifiée

    René Joseph Marius Avignon est né le 11 août 1906 à Montpellier, de Jean et de Louise Rudelle. Après son baccalauréat, il entre à la faculté des sciences de Montpellier et de Toulouse. Il en sort avec une licence es-lettres. Incorporé dans l’artillerie comme seconde classe en 1929, René Avignon devient sous-officier en 1930 puis officier de réserve en 1934. Admis dans l’armée d’active en 1937, il est promu au grade de lieutenant en 1939. Il habite à cette époque dans la rue Paul de Rouville "Villa René" à Montpellier. Après plusieurs affectation, il participe à la campagne de France et suite à la défaite de juin 1940 se retrouve dans l’armée d’armistice qui sera démobilisée le 29 novembre 1942. Lorsque les Allemands envahissent la zone libre, le lieutenant ne l’accepte pas et intègre un groupe de renseignement de la Résistance tout en étant Contrôleur régional des produits forestiers. Il s’agit du célèbre réseau Gallia chargé notamment de missions d’espionnage et d’infiltration. Suite à une dénonciation, René Avignon est arrêté le 6 août 1944 par le S.D (Gestapo) en gare de Perpignan. Il est d’abord transféré dans les locaux de la police allemande où il subit un interrogatoire serré.

    Capture d’écran 2019-09-23 à 11.48.04.png

    © Le Maitron

    Cour de la citadelle de Perpignan

    Malgré les coups et la torture, l’officier français ne révèle rien avant d’être envoyé à la Citadelle de la capitale catalane le même jour. Mis dans la cellule n°26, il est entouré dans les geôles voisines de détenus dont les cas sont plus ou moins graves. Il y a Georges Salvazo, Le Nahour, un nommé Léon, Kerfour, Soyer, un nommé Louis patron d’un bar de la ville, André Torrent, André Biaud, Simon Battle résidant à Céret et Jacques Bronson. Ces quatre derniers sont transférés le 16 août 1944 en autobus avec René Avignon et Maurice Sevajols via la Maison d’arrêt de Carcassonne. Depuis le mois juillet, elle sert de prison centrale pour les Allemands. Après un voyage éprouvant à travers les Corbières, les prisonniers arrivent à Carcassonne en fin d’après-midi. René Avignon a le visage bandé car les Allemands lui ont cassé la mâchoire à Perpignan ; il peine à marcher soutenu par ses camarades d’infortune. Torrent, Avignon, Batlle, Sevajols, Biaud et Bronson sont incarcérés dans le cœur de la prison.

    image.jpg

    © L'Indépendant

    Les cellules des martyrs de Baudrigues à Carcassonne

    Le 18 août 1944, on leur fait signer un registre. A une heure qu’il n'est pas possible de préciser pour le moment, entre la soirée du 18 et la matinée du 19 août avant 10 heures, quinze prisonniers sont envoyés en autobus au château de Baudrigues près de Roullens. Dans ce groupe, il y a Maurice Sevajols, René Avignon, Simon Batlle, André Torrent, Jacques Bronson, Martin Weill, Pierre Roquefort, Jean Hiot, Léon Juste, Jean Bringer, Aimé Ramond, André Gros, Gilbert Bertrand, Suzanne Last et une femme de confession juive encore aujourd’hui inconnue. Le convoi escorté par des hommes de la 5e compagnie du Landesstützenregiment der Luftwaffe « Lisieux » passe par l’entrée Ouest du domaine, puis sous le hall d’entrée. Les condamnés doivent ensuite se ranger en fille indienne et pénétrer dans le parc où sont stockés 16 dépôts de bombes. Ils sont gardés par une unité de la Flakmast. Un par un, ils avancent dans la clairière chacun leur tour et sont fusillés. Les deux femmes passeront en dernier et chacun recevra le coup de grâce. Ensuite, les Allemands déposeront les cadavres sur les dépôts de bombes avant de les dynamiter à 11h45.

    Capture d’écran 2019-09-23 à 11.42.35.png

    Morceau d'étoffe du gilet du lieutenant Avignon à Baudrigues

    Vous comprenez bien qu’il ne restait pas grand chose des corps de ces gens. Au cours des jours qui suivirent, on put identifier certaines victimes à leurs effets personnels. Concernant le lieutenant Avignon qui n’avait pas de famille sur place, on retrouva des lettres. Elles prouvent sa présence à cet endroit. Hélas, elles furent remises par la Croix-rouge au docteur Emile Delteil qui ne voulut pas les rendre de suite malgré l’insistance d’un ami du lieutenant Avignon.

    Capture d’écran 2019-09-23 à 11.39.59.png

    Un article parut dans le Républicain des Pyrénées-Orientales le 5 octobre 1944, mais rien dans les journaux audois. Pourquoi a-t-on voulu oublier qu’un officier du renseignement de la Résistance se trouvait à Baudrigues le 19 août 1944 ? Etait-ce à ce point embêtant pour que l’on ne délivre pas d’acte de décès, ni à Roullens, ni à Carcassonne ? Pire, même ! Que le lieutenant René Avignon soit déclaré « Mort pour la France », le 9 juin 1940 à Carcassonne ? Or, cette homme est enregistré comme agent P2 du réseau Gallia pour la période du 1er mai 1944 au 19 août 1944. Il reçut la Croix de guerre et la Médaille de la Résistance à titre posthume.

    Capture d’écran 2019-09-23 à 11.53.16.png

    Baudrigues après l'explosion

    Afin de reconnaître officiellement la présence de René Avignon à Baudrigues, il conviendrait que les mairies de Montpellier et de Carcassonne reçoivent du Service historique de la défense, les documents leur permettant de corriger ces oublis. A Montpellier, il s’agit de rajouter en marge de l’acte de naissance : « Mort pour la France à Baudrigues (Aude), le 19 août 1944. » Après quoi, nous pourrions envisager d’inscrire son nom sur la stèle des martyrs à Baudrigues.

    avignon rené

    Sans vouloir paraître complotiste, il faudra que l’on nous explique pour quelle raison Jean Bringer dit Myriel, n’a pas de dossier d’homologation de résistant conservé aux archives de la défense à Vincennes. Qu'a t-on fait de ces documents ?C’est de tout de même un peu gros, quand on sait ce qu’il fut et quel poste il occupait au sein de la Résistance. Toutefois, il y a bien un homonyme mais né en 1920 dans le Gard.

    Sources

    Recherches personnelles

    _______________________________________

    © Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2019

  • Bertrand Lamourelle, héros de la Résistance. "Mort pour la France" a 20 ans.

    Bertrand Lamourelle naît le 2 janvier 1924 à Carcassonne dans une famille aisée qui exploite et recycle les chiffons près de la zone de l’Estagnol. C’est son grand-père Alphonse qui avait fondé cette entreprise qui emploie de nombreux ouvriers. Dès l’âge de 8 ans, il est élève des pères jésuites au Caousou à Toulouse. En décembre 1942, il entre au lycée Pierre de Fermat de la même ville ou il obtient son bac série mathématiques. Fin 1943, il est en première année de l’école supérieure de commerce de Toulouse. Petit à petit germe en lui l’envie d’en découdre contre l’Occupant allemand et ses collaborateurs français. Il décide alors de rejoindre le maquis au mois de juin 1944 afin délivrer la patrie du nazisme pour que la France puisse recouvrer sa liberté. Bertrand Lamourelle s’engage alors dans le Corps Franc de la Montagne Noire. Dans ce maquis commandé par des anciens gradés de l’armée française, on retrouve une population cosmopolite venue de l’Europe entière pour se battre. Il y a là des Polonais, des Russes, des Espagnols… de toutes conditions sociales. C’est cela la force de la Résistance ! Au milieu d’eux, le fils bourgeois de Carcassonne, catholique fervent, est un combattant comme les autres qui obéit aux mêmes ordres. Nous tenons à souligner cela, car on a trop laissé penser qu’il n’y avait dans la Résistance armée que des fils d’ouvriers, le plus souvent communistes et anticléricaux. Certes, Bertrand Lamourelle s’était distingué des familles d’industriels ou de grands propriétaires viticoles audois, dont les fils avaient opté pour les unités de la Franc-Garde au sein de la Milice. Il ne fut pas une exception en France, comme d’ailleurs pour ce qui concerne les aristocrates engagés dans l’Armée secrète du général de Gaulle. Il serait trop facile et réducteur de cataloguer les uns et les autres en fonction de leur niveau social et de leur éducation religieuse.

    Capture d’écran 2019-09-18 à 11.31.17.png

    Au cours de l’été 1944, les Allemands savent qu’après le débarquement allié en Normandie la cause est entendue. Ils vont perdre la guerre ; ce n’est qu’une question de temps. Ils vont alors mettre en œuvre tout ce qu’il leur reste de force et de matériel, pour anéantir ces maquis qui n’arrêtent pas de les harceler. Aidé sur le terrain par des indicateurs bien rétribués et par les Miliciens, la Gestapo est à la manœuvre avec le concours des unités de l’armée allemande. C’est au cours de l’une de ces opérations que Bertrand Lamourelle va perdre la vie d’une rafale de mitraillette. Au nord de Saint-Pons dans l’Hérault (Pont de la Mouline), les résistants sont aux prises avec des Allemands supérieurs en nombre.

    « Les combattants de la Montagne noire ne veulent pas se replier. Lamourelle, qui s’est battu comme un lion, roule à terre, son fusil-mitrailleur à la main, en craint : « Vive la France ». Le cavalier Lamourelle sérieusement touché, est étendu à quelques mètres. Bardiès, en rampant, le charge sur son dos et commence de progresser lorsqu’une nouvelle rafale fait sursauter le blessé ; il est mort. L’aumônier lui donne sa bénédiction. » (Journal de marche du CFLM, pp.150).

    lamourelle.jpg

    Six jours avant le drame, Bertrand Lamourelle écrivait ceci :

    « Le patriotisme, c’est une conscience droite, c’est une susceptibilité ultrasensible sur le chapitre de l’honneur et du devoir. C’est le respect de la parole donnée. Pour finir, c’est accepter de se faire casser la pipe pour barrer la force brutale, soutenir le faible, défendre la justice, rendre témoignage à la liberté. Pour que son pays sauve son honneur, Jeanne d’Arc l’avait compris. »

    Notons que Lamourelle fait usage de la référence à la pucelle d’Orléans, mais pas comme le firent les fanatiques de la Milice, entraînés par un gouvernement d’extrême droite à la solde d’une puissance étrangère. C’est un catholique, patriote, qui veut la victoire de son pays. Pas celle de l’Allemagne dans le déshonneur. C’est une nuance qui a du sens encore aujourd’hui…

    20190918_084320.jpg

    Bertrand Lamourelle sera inhumé avec ses compagnons d’armes le 23 août 1944 dans le village de Cambon (Hérault). Le corps de ce jeune héros sera rapatrié ensuite à Carcassonne le 4 novembre 1944. Il repose dans le caveau familial au cimetière Saint-Vincent. La croix de guerre lui fut remise à titre posthume par le général de Lattre de Tassigny, le même jour.

    Capture d’écran 2019-09-18 à 11.34.39.png

    Le 30 novembre 1954, la ville de Carcassonne inaugurait l'avenue Bertrand Lamourelle, à proximité de l’usine de sa famille. 

    Sources

    Le corps franc de Montagne noire / Journal de Marche

    Blog Saissac d'antan (photo en une)

    M. André Cuin

    ___________________________________

    © Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2019