Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Seconde guerre mondiale

  • Lucien Allibau (1908-2004), résistant et libérateur de l'Aude

    Nous allons laisser parler dans cette chronique, la voix d'un témoin qui fut un ami très proche de Lucien Allibau. Tout simplement parce que dans peu d'années, les témoignages sur ces maquisards ne se retrouveront plus que dans des livres. Y trouvera t-on celui de cet homme ? 

    img301.jpg

    Comme tous les communistes, Lucien Allibau disait que "les colons n'avaient rien à faire en Algérie" et qu'il fallait laisser le pays aux Agériens. Je lui dis un jour : "tu parles comme un Fellagha". Il me répondit : "Tu sais  ce que ça veut dire Fellagha ? C'est un homme de la terre. Oui, moi aussi je suis un homme de la terre." Voilà l'origine de son surnom qui lui restera au hameau de Maquens jusque'à la fin de sa vie. 

    L'homme fils de travailleur comme son père qui mourut jeune, vécut avec sa mère et resta un célibataire endurci. Il était occupé à la voirie avant la guerre, mais comme il était communiste, quelqu'un se chargea de le faire renvoyer. Il retourna travailler la terre et remplaça un prisonnier de guerre dans une ferme. Pourchassé par la police de Vichy et la Milice française, il leur échappa et rejoint le maquis FTP (Francs Tireurs et Partisans) dans les forêts de Salvezine et plus tard, à Chalabre, il faisait partie d'une petite unité de sabotages.

    img299.jpg

    Il y avait deux types de maquis : l'un FFI (Forces Françaises de l'Intérieur) qui était sous la direction de Londres avec pour chef le général de Gaulle qui lui, bénéficiait de parachutage d'armes ; l'autre, FTP, qui était communiste. Bien qu'il n'aimait pas trop en parler, il me raconta quelques péripéties que je vous livre.

    Son groupe au début n'était pas structuré. Un jour, pour se ravitailler, il demandaient à un fermier de lui vendre une vache. Le fermier refusa - et pour cause, les maquis payaient avec des bons remboursables à la fin de la guerre. Il tuèrent une vache à la hache et l'emportèrent. A six, ils dormaient sous un rocher. L'hiver, il fallait pour sortir couper les stalactites de glace avec le souci principal d'échapper aux Allemands. Ils étaient ravitaillés par la famille Cathala de Montjardin, un petit bourg à côté de Chalabre. Dénoncé par qui ? Il ne le surent pas avec certitude, mais toute la famille fut torturée et un de leur fils, fusillé.

    201205221281.jpg

    Auguste Cathala n'avait que 16 ans

    Puisque les Anglais et les Américains ne leur parachutaient pas des armes, tout était bon pour s'en procurer. Attaques de gendarmeries et même simulations d'attaques Allemandes contre les FFI, qui eux bénéficiaient de parachutages. Pourtant les Américains avaient parachuté des hommes qui, ils le surent plus tard, étaient des agents de l'OSS qui deviendra plus tard la CIA. Ces sic agents parlaient toute la journée à la radio en américain. Quand Lucien leur demandait de quoi ils parlaient, ils lui répondaient : "On commande des armes". Ils n'en ont jamais reçu et pour cause, les Américains n'allaient pas fournir des armes, au maquis communiste. Ce n'est qu'après la fin de la guerre, qu'ils comprirent leur rôle qui était d'infiltrer les maquis communistes. Malheureusement, au cours d'une opération dans les gorges d'Alet contre une colonne Allemande, le lieutenant Paul Swank fut tué. Un monument rappelle cet épisode. Il y fut enterré.

    2907130523_small_1.jpg

    La tombe de Paul Swank - Officier OSS - à Alet-les-bains

     Au cours d'un engagement à côté de Puivert, ils firent prisonniers trois soldats Allemands. Dans la nuit, l'un d'eux tente de s'évader. Lucien qui s'en était aperçu, lui dit : "La prochaine fois tu sera tué". Il l'aurait fait. Ils furent remis à la Libération aux structures qui se mettaient en place. 

    Une fois, comme un camarade lui proposait de se servir avec l'argent de la caisse qu'ils avaient récupérée, il lui dit : "Si tu la touches. Attention !" Dans sa vie, bien que braconnier dans l'âme, il fut l'honnêteté même en toutes circonstances.

    img300.jpg

    Un jour, je vais au petit village de Pauligne près de Limoux. Je rencontre un vieux monsieur. En parlant, je lui dis que j'étais de Maquens. Il me dit avoir fait des expéditions quand il était au maquis avec un gars de ce village. Il me précisa que c'était lui qui avait tué lie maire qui à cette époque était milicien. Quand je lui ai rappelé ces faits, il me dit de n'en parler à personne. Ils me mettraient en prison encore. C'était ce que l'on appellera plus tard, un règlement de compte du maquis. Ce milicien avait été impliqué lors de la torture et de l'assassinat du fils Cathala.

    img298.jpg

    Lucien Allibau

    (1908-2004)

    Pendant plusieurs années, au cours des cérémonies au Monument aux morts de Maquens, un habitant d'origine italienne faisait partie des personnes chargées de déposer une gerbe. Quand "Le Fellagha" s'en aperçut, il signala aux anciens combattants que cet individu avait servi dans les milices fascistes de Mussolini. On ne le revit plus durant les cérémonies. Aujourd'hui tous ces résistants sont presque tous morts ou trop âgés, désormais n'importe qui peut donc écrire ou faire ce qu'il veut avec l'histoire. "L'habit ne fait pas le moine"...

    __________________________________

    © Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2017

  • Inédit ! Les mémoires de l'abbé Cunnac sur la Libération de Carcassonne

    Cela fait longtemps que nous possédions ce témoignage manuscrit émanant du journal de bord du chanoine Cunnac, directeur du Petit Séminaire (Ecole Saint-Stanislas) et ancien président de la Société des Arts et des Sciences de Carcassonne. Il évoque non seulement sa vision des événements tragiques de la Libération, mais surtout les sentiments partagés par une partie des catholiques carcassonnais fréquentant le Petit séminaire à cette époque. Si nous avons attendu avant de diffuser ce document exceptionnel, c’est avant tout parce que nous sommes aujourd’hui en mesure de l’analyser avec le recul nécessaire. Vous trouverez des renvois de notes que nous avons rédigés afin d’éclairer le lecteur. 

    Abbé Cunnac. Soc des arts er sciences.jpg

    Joseph Cunnac né à Pépieux

    (1870-1956)

    L’année 1944 devait être dramatique et sanglante ; mais dès le début on avait quelque impression d’un raz-de-marée qui se préparait sourdement. Au mois de janvier le comité des anciens élèves (Saint-Stanislas, NDLR), reconnaissant le caractère précaire de la situation supprimait la réunion traditionnelle, et fixait au 8 juin la messe du souvenir, avec la prière pour le Grand Retour1.

    En France, les choses se gâtaient. Depuis quelque temps la réaction anti-allemande, le « Maquis » ,faisait des progrès inquiétants pour l’occupant qui de temps à autre exécutait une répression impitoyable, comme aux grottes de Limousis2. Peu à peu c’était toute la population qui leur devenait suspecte, malgré l’abnégation patriotique des prétendus « collaborateurs » (il y en avait, mais très clairsemés) qui se dévouaient au maintien de l’ordre civil3 ; et les sévices4 pleuvaient : expulsions, amendes, prison. Le 8 juin ne vit qu’une ombre de réunion, où l’on entendit uniquement le secrétaire et le trésorier. L’association (anciens élèves de St-Stanislas, NDLR) perdit quelques membres notables : un ancien vice-président, Joseph Cros, un ex-polytechnicien, Jules de la Soujeole, et le chanoine Sabarthès ; mais la mort qui suscita le plus de regrets fut celle du jeune Sabin Astourié, dont l’admirable conduite dans l’hôpital ennemi où il était de service fut l’objet d’un vrai concert de louanges.

    Les choses allaient si mal que par prudence les vacances furent avancées ; je traçai comme en 40 un plan de travail qui serait contrôle à la rentrée. Vers le 10 août commencèrent les violences. Les maquisards ou résistants, de plus en plus osés, grossis dans le midi de la pègre des révolutionnaires espagnols5, lancèrent une menace de représailles contre les femmes des collaborateurs ou légionnaires. Sur ce, la mairie me pria de recueillir une cinquantaine de ces femmes avec leurs enfants, que les chefs de famille6 ne pouvaient protéger en raison de leur service, mais le 14 août la situation s’aggrava à la suite du décrochage de l’envahisseur que le débarquement de Provence refoulait vers le Rhin ; harcelés par les résistants, ils répliquaient par des massacres. La situation de nos protégées devint intenable, et on résolut de les expédier le 15 au matin par autobus de l’autre côté du Rhône7. Je convoquai ces malheureuses à la chapelle et dans une réunion inoubliable , je les exhortai à se confier en la providence ; nous priâmes ensemble. Le lendemain 15 août, ayant entendu la messe elles partirent, pour revenir, hélas, deux jours après, à la suite d’une course affolée jusqu’à Beaucaire d’où on les refoule jusque’à Perpignan ; là on le abandonne…8

    En rentrant de la réunion du 14 août, je vis arriver dans mon bureau un ancien élève, Louis G9, qui venait se confesser. Il me dit : « Tous les miens insistent pour que je disparaisse, sinon je serai tué, mais disparaître serait s’avouer coupable, et je n’ai rien à me reprocher. Je viens me confesser et Dieu fera le reste. » Pauvre petit !

    Sur ces entrefaites Hélène me pria d’aller baptiser un petit Bernard, second de la nichée, à Fonsorbes près de Toulouse. Le baptême eut lieu le jour même de Saint Bernard. Le lendemain je rentrais à Toulouse avec Paul, le papa, pour regagner Carcassonne. Mais à la descente du tacot nous fûmes accueillis par des coups de fusil : la ville était en état de guerre civile, les allemands étant partis dans la journée. Nous eûmes de la peine à parvenir jusque chez mes amis, en nous glissant d’un abri de porte à l’autre ; une femme blessée tomba devant nous. J’espérais quitter e mauvais lieu dès le lendemain mais les allemands avaient détruit une partie de la voie ferrée, laquelle serait inutilisable pendant une semaine. Je pris pension pour la nuit chez Hélène, et pour mes repas à l’Institut Catholique où le supérieur, l’aimable P. Marty et son économe accueillaient l’intrus à bras ouverts. Tout en savourant ma guigne j’allais chaque soir à la gare, longeant les murailles pour me mettre à l’abri des balles qui pleuvaient des toits. Le samedi, j’apprends qu’un train allait partir l’après-midi pour Castelnaudary. Mes bagages furent vite prêts et mes devoirs d’hôte remplis ; le soir je pus coucher à Saint François-Xavier. Sur mon chemin je rencontrai Mademoiselle Melliès qui me retint à déjeuner pour le lendemain. Ma messe dite, j’allai aux nouvelles ; j’appris que le train continuerait à onze heures sur Carcassonne. J’étais tellement à bout de patience que je ne fis excuser par mon hôtesse qui me comprit mais n’en fut pas moins peinée. A midi, je rentrais à l’Ecole. Il me semblait que je revenais du Kamtchakha. 

    Carcassonne était devenue un repaire de bandits. Tous les résistants prétendus ou occasionnels, acoquinée à l’infâme lie des communistes espagnols, avaient constitué une espèce de Comité de Salut public10. Sous prétexte de châtier les collaborateurs, ils assouvissaient leurs pires instincts et faisaient main-basse sur tous les suspects. De ces derniers, neuf sur dix étaient de très honnêtes gens dont le tort avait été de se prêter au maintien de l’ordre, sans véritable rapport avance l’Allemand11. Sur ces malheureux, la plus sauvage méchanceté, sans trêve, épuisa ses diaboliques sévices : coups brutaux, brûlures à l’essence enflammée, coups de pieds dans le ventre… Mon pauvre G passa pour toutes ces atrocités avec son ami Jacques P ; l’un et l’autre les subirent avec une patience de martyrs. On en fusilla un troisième, René E12, à la grande joie de la tourbe et surtout des femmes, à qui il fallut cacher le lieu et l’heure des exécutions. Dix pages ne suffiraient pas à énumérer tous les attentats de cette période dans notre seule ville ; la plupart en exécution des sentences d’un abominable tribunal dit « de l’épuration ». Le tribunal de 93 et ses sans-culottes étaient dépassés13.

    Enfin, les autorités légales arrivèrent à reprendre les rênes et tout rentra dans l’ordre14. Toute la France avait comme connue les mêmes horreurs, mais nulle part Carcassonne n’arriva second. Pendant ce temps, nos soldats avaient fait, eux, de bonne besogne15. Le double débarquement de Provence et d’Italie développait ses poussées ardentes et refoulait l’Allemand chez lui, en attendant de le réduire à merci. Mais le grand jour de l’armistice était encore loin. Il arriva enfin ; et comme Saint-Martin en 1918, ce fut Saint-Michel, lui aussi un peu nôtre, qui nous l’apporta le 8 mai 1945. Le Christ, une fois de plus, avait aimé les Francs.

    Notes

     

    1. Il s’agit de Notre-Dame du Grand Retour
    2. C’est la grotte de Trassanel dans laquelle périrent de nombreux résistants en août 1944, assassinés par les nazis sur dénonciation d’un habitant de Fournes-Cabardès.
    3. Autrement les Miliciens. Créée en février 1943 pour le maintien de l’ordre avec la bénédiction des Allemands, elle se transforma au printemps 1944 en un groupement répressif et violent au service des nazis. Son chef Darnand avait prêté serment de fidélité à Hitler et revêtu l'uniforme de la Waffen SS.
    4. Les chefs fanatisés de cette milice torturaient ceux qui ravitaillaient les maquis dans leur caserne de l’asile de Boutte-Gach, route de Toulouse. Ainsi mourut entre leurs mains, un habitant de Villebazy dont le nom figure au monument aux morts de la commune.
    5. Les républicains espagnols majoritairement communistes avaient fui la répression de la dictature franquiste et s’étaient réfugiés en France. Là, ils menaient le combat contre les nazis au sein de leurs propres maquis ou des maquis F.T.P
    6. Il s’agit des chefs de la milice 
    7. Les familles de miliciens quittèrent Carcassonne par convoi le 15 août 1944 vers Montpellier après Darnand en eut donné l’ordre. 
    8. Le convoi ne put passer le Rhône. Il fut dérouté vers Perpignan. Là, les chefs donnèrent l’ordre de dispersion. Les subalternes furent livrés à leur sort avec leurs familles et rentrèrent chez eux pensant ne pas être inquiétés. Ceux qui commandaient sauvèrent leurs vies en passant en Espagne. Hébergés par le régime de Franco, il prirent ensuite la direction de l’Argentine et rentrèrent en France en 1951 au moment de l’amnistie.
    9. Louis G, âgé de 20 ans, qui avait été seulement condamné à de la prison par la cour martiale en septembre 1944, fut assassiné de la pire des manières en rentrant à la prison. Il eut droit notamment aux pieds et aux mains dans la presse à papier…
    10. Cour martiale
    11. Les condamnés à mort avaient portés les armes contre la Résistance et aidés les Allemands dans leurs opérations contre les maquis.
    12. Le plupart étaient des jeunes français de 20 ans qui s’étaient engagés soit par conviction familiale, soit pour éviter le S.T.O, dans la Milice. D’autres jeunes français, s’engagèrent dans la Résistance.
    13. L’abbé Cunnac de conviction royaliste comme beaucoup de membres du haut clergé audois n’avait jamais accepté la Révolution française.
    14. Ce n’est qu’au mois d’octobre que le général de Gaulle fit désarmer les Milices patriotiques communistes et que les cours martiales furent remplacées par des cours de justice. Tous les chefs de la résistance locale mirent fin à l’épuration sauvage. 
    15. Il y a ici un paradoxe. L’abbé Cunnac reconnaissait « nos soldats" en 1945 dans les rangs desquels figuraient de nombreux résistants. Parmi eux, des communistes.

    _______________________________

    © Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2020

  • Aux mineurs juifs de la mine de Salsigne déportés le 31 janvier 1944

    Est-il nécessaire de commenter cette photographie ? Tôt ce matin du 4 décembre 2020, un homme seul tient la bannière des mineurs de Salsigne. Autour de lui, le silence... Aucun officiel pour poser devant des journalistes absents, ni porte-drapeaux, ni fanfare... La Marseillaise et la sonnerie aux morts résonnent à l'intérieur de Robert Montane, car cet homme n'aime ni les postures, ni les grandes pompes commémoratives. Aidé dans sa démarche par Frédéric Ogé, il se tient droit malgré son âge face à l'histoire, tout simplement parce que les convictions humanistes de cet ancien mineur le lui ordonnent. Que cela déplaise ou que cela puisse gêner, il n'en a cure ! Se souvenir simplement qu'à cette époque on a rien fait à Salsigne pour prévenir l'arrestation de treize camarades juifs étrangers mineurs, comme eux. "C'est la lutte finale, groupons-nous et demain, l'Internationale sera le genre humain", combien de fois l'avaient-ils pourtant chanté ? Ces paroles devaient avoir du sens...

    Capture d’écran 2020-12-06 à 08.54.07.png

    Robert Montane dépose ce matin-là une liste contenant les noms des mineurs israélites déportés ce 31 janvier 1944. Cette liste, telle que nous l'avions communiquée dans un article de notre blog en 2016. Au pied du monument, il rassemble dans un vase les treize roses jaunes qu'il a payé de sa poche. Elles symbolisent la mémoire de chacune des victimes et la couleur jaune de l'étoile de David qu'elles arboraient sur la poitrine.

    DSC_0438.JPG

    L'homme parait seul dans sa quête, le silence qui l'entoure c'est celui des victimes qui le remercient

    http://musiqueetpatrimoinedecarcassonne.blogspirit.com/archive/2016/09/15/arrestations-et-assassinats-des-juifs-de-la-mine-de-salsigne.html

    ________________________________________

    © Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2020