Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Portraits de carcassonnais - Page 5

  • Pierre Cabot (1918-2019), le dernier collègue d'Aimé Ramond est mort

    C’était le dernier des fonctionnaires du commissariat de police de Carcassonne à avoir côtoyé l’officier de paix Aimé Ramond. Sans aucun doute, le seul survivant qui, à l’âge de 101 ans, pouvait encore évoquer le souvenir de ce martyr de la Résistance exécuté à Baudrigues le 19 août 1944. Pierre Cabot, inspecteur de police judiciaire, s’est éteint chez lui à Villemoustaussou le 17 décembre dernier dans le silence le plus complet. Cet homme discret s’est éclipsé avec le même zèle que celui qu’il appliquait pour traquer les malfaiteurs, lorsqu’il les filait à bicyclette ou avec sa voiture personnelle dans Carcassonne. Pierre Cabot, « au nom prédestiné » comme s’amusait à le décrire Me Pédron lors des audience au tribunal lorsqu’il défendait ses clients en mimant la queue d’un chien, était l’as de la filature et reniflait les truands de loin.

    Cabot.jpg

    © Droits réservés

    Pierre Cabot chez lui en 2012

    Né à Valras dans l’Hérault le 27 septembre 1918 dans une famille de viticulteurs, M. Cabot effectuait d’abord ses études primaires à l’école de Montblanc. Après quatre années d’internat à l’Ecole Pratique Supérieure de Saint-Pons-de-Tomières, il décroche un C.A.P de d’ajusteur mécanicien puis travaille à l’usine Fouga à Béziers. Lorsqu’éclate la Seconde guerre mondiale, au moment où il se trouve sous les drapeaux, Pierre Cabot se retrouve à l’armurerie de son régiment. Démobilisé en 1940, il retourne à la vie civile sans emploi, sans projet, sans argent. Répondant alors à un annonce de concours, il entre à l’école de police avant d’être affecté au commissariat de Montpellier en 1942. Il est ensuite envoyé à Carcassonne en 1943 comme inspecteur stagiaire et rejoint les bureaux de la section judiciaire, au rez-de-chaussée du 11 avenue Arthur Mullot. Pierre Cabot n’a pas beaucoup de chemin à faire pour se rendre à son travail ; il loge 31, square Gambetta.

    Cabot Pierre

    L'officier de paix Ramond, héros de la Résistance

    A l’instar de tous ces collègues, il côtoie l’Officier de Paix Aimé Ramond dans le cadre de ses fonctions. Jamais Pierre Cabot ne se rangea comme beaucoup de policiers du commissariat du côté de la collaboration ; ceci est attesté par les dossiers de l’épuration que j’ai consultés. Il est décrit comme ayant d’assez bonnes aptitudes, dévoué et n’ayant aucune activité connue contre la Résistance. Tout ceci m’a été confirmé par l’intéressé lui-même quand je me suis entretenu avec lui, voilà maintenant un an. Pierre Cabot ne s’est jamais fait valoir auprès de moi comme ayant fait preuve d’un grand courage pendant la tourmente de l’Occupation. Il a rendu des services à Aimé Ramond en dissimulant des papiers, en faisant passer des documents. De son point de vue, le courageux et le héros c’était cet officier de paix qui, au mépris des risques, donnait de sa personne pour libérer le pays du joug des nazis. Dans combien de situation Ramond a-t-il sauvé la vie de résistants en passe d’être arrêtés ? On ne le saura jamais, mais sûrement un grand nombre. Pourtant, toujours selon Pierre Cabot, le service ressemblait à un panier de crabes dans lequel il était difficile de séparer le bon grain de l’ivraie. Si Ramond n’a jamais trahi ses collègues, il en est qui ne vécurent pas avec la conscience tranquille après le 19 août 1944. Là encore, cela reste l’un des secrets les mieux gardés de Carcassonne. Des fonctionnaires de police zélés pour faire respecter à la lettre les directives de l’Etat-Français, on en trouva pour rafler les juifs installés à Rennes-les-bains. Beaucoup parmi eux furent épurés et rayés des cadres de la police en 1945, mais aussi beaucoup de chefs passèrent à côté et trouvèrent l’aubaine d’une mutation dans un autre département. A ce sujet, M. Cabot n’avait guère de bons sentiments et même de la détestation pour un dénommé Bianconi. En revanche, l’inspecteur Germanaud, agent du réseau Gallia, avait toute son admiration.

    Après la Libération, notre policier se marie avec Joséphine Badia dont il aura deux fils, Serge et Hervé. Il est également promu inspecteur sous-chef de la sûreté en 1949. Au service de la République et de l’état de droit retrouvé, il fait preuve de grande qualité dans les résolution des enquêtes dont il a la responsabilité. A cette époque, le commissaire Garnon fait son entrée au commissariat de Carcassonne et va être confronté à l’affaire Cannac. A ce sujet, Pierre Cabot m’a confié avoir considéré Emile Delteil comme un honnête homme ; je respecte son point de vue même si je ne le partage pas.

    Commissaire René Garnon avec ses inspecteurs.jpg

    © Archives de la famille Garnon

    Les inspecteurs Ribeiro, Roby, Cautenet, Fontès, Bargeton, Cabanié et Cabot. Au bureau, le commissaire Garnon. Jean Cautenet avait été membre du Corps Franc Lorraine (Maquis de Villebazy)

    Au cours de sa carrière, Pierre Cabot a réalisé plus de mille arrestations bien souvent dans des situations rocambolesques. Michel Sawas qui l’avait consacré un article pour le Petit journal en 2018 avait obtenu le récit du cambriolage de la bijouterie Millet : « C’est en circulant à vélo, la nuit, qu’il a vu deux types avec un gros sac se diriger vers la gare. Il les a suivis et coffrés avec l’aide d’une paire d’agents. »

    A droite, Inspecteur Pierre Cabot.jpg

    A droite, Pierre Cabot lors d'une arrestation

    Ainsi était Pierre Cabot qui, après une retraite méritée en 1973, alla s’installer dans un pavillon à Villemoustaussou avec son épouse jusqu’à son décès le 17 décembre 2019 à l’âge de 101 ans. Avec lui, c’est une grande page du livre d’or de la police Carcassonnaise qui s’est refermée.

    Sources

    Entretien personnel avec Pierre Cabot

    Le Petit Journal / Michel Sawas

    La dépêche

    ___________________________________

    © Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2020

  • Jean Cau (1925-1993), le seul Audois a avoir eu le Prix Goncourt !

    Pouvait-on prêter à Claude Lanzmann des idées de la droite nationaliste, lorsqu’il déclara à Laure Adler sur France culture le 28 décembre 2005, que Jean Cau était oublié à tort et que son talent était extrême ? Lorsque le réalisateur de Shoah ne tarit pas d’éloges, celui qui fut écarté des cercles dit « vertueux » des intellectuels parisien après avoir pris ses distances avec la gauche marxiste, c’est sans doute pour d’autres raisons. Des raisons pour dénoncer peut-être l’injustice d’un ostracisme politique, visant à cataloguer une excellente plume en pamphlétaire misogyne et nationaliste. Quel autre totalitarisme idéologique que celui qui sévit encore dans bon nombre de partis, où la brebis au bercail devient une bête féroce lorsqu’il le quitte ! On oublie à dessein le talent et l’on fustige en procès d’intention réactionnaires, la réputation de celui qui a repris avec sa liberté, l’inventaire idéologique de son ancienne chapelle. Jean Cau fit le grand saut…

    Jean Cau par Jean Loup Sieff en 1985.png

    © Jean Loup Sieff

    Né le 8 juillet 1925 à Bram d’un père ouvrier agricole (Etienne) et d’une mère (Rose) femme de ménage, le jeune Cau mène néanmoins l’existence heureuse d’un gamin de sa génération. Chez cette famille laborieuse, on écoute religieusement les discours politiques en faveur de la victoire du prolétariat, relayés par la tante Gilberte Rocca-Cau, député communiste du Gard. Etienne amène son fils dans les meetings de soutien à la cause des républicains espagnols, émigrés dans l’Aude à cause de la guerre civile. A l’école primaire, l’instituteur M. Castel décèle chez Jean Cau de grandes facultés intellectuelles ; il pense que son élève doit poursuivre ses études au lycée et décide d’en parler à son père. « Au lycée ? Cela va me coûter des sous. Il pourrait aller jusqu’à être instituteur mais à part ça, je ne pourrai pas faire l’effort, dit-il. » L’instituteur cherchant à le convaincre, lui fait entrevoir la possibilité d’obtenir des bourses et d’apprendre le latin. « Le latin ? C’est pour devenir curé, renchérit-il. » Finalement, Jean Cau ira au lycée de Carcassonne. Il y fait la connaissance de jeunes de son âge qui deviendront ses amis, comme le futur bâtonnier Clément Cartier.

    Cartier et Jean Cau.jpg

    Clément Cartier et Jean Cau, rue de la gare

    Après une licence de philosophie, il monte à Paris et prépare l’Ecole Normale Supérieure au lycée Louis-le-Grand. C’est là que Claude Lanzmann fit la connaissance de Jean Cau qui était, d’après lui, persuadé que pour réussir dans le monde littéraire et intellectuel parisien, il fallait être le secrétaire d’un grand auteur. Alors qu’ils se trouvent tous les deux dans la salle d’étude de Khâgne, Cau écrit devant lui à Camus, Benda, Paulhan, Genet, Cocteau et Sartre. Ce dernier fut le seul à lui répondre ; il lui donna rendez-vous au café de Flore à Saint-Germain-des-près. Sartre sortit un paquet de papiers de sa poche et dit à Cau : « Débrouillez-vous avec ça. » Pendant neuf années (1947-1956), Jean Cau restera au service de Sartre et lui servira bien de souvent de nègre. On pourra lire le portrait délicieux qu’il dresse de l’auteur de Huis clos, dans « Croquis de mémoire » paru en 1985. Au milieu des intellectuels de gauche de ce Saint-Germain-des-près, Jean Cau se trouve un peu décontenancé :

    « Je découvre que tous ces intellectuels étaient tous d’origine bourgeoise, mais qu’ils adoraient le peuple et qu’ils adoraient la gauche. Ils n’ont jamais vu un ouvrier de leur vie, ils ont des domestiques, ils ont des bonnes, mais ils sont de gauche. Ils allaient au peuple parce qu’ils n’en sortaient pas. »

    Jean_Paul_Sartre_1965.jpg

    Jean-Paul Sartre

    Après avoir quitté Sartre, Jean Cau se désolidarisera progressivement de la gauche. Pas parce qu’elle était archaïque, mais car elle avait trahi ses origines. Il entre dans le journalisme à l’Express aux côtés de Servan-Schreiber et François Giroud où il rédige avec talents des articles sur l’actualité. En 1961, il dénonce les violences contre les manifestants algériens ordonnées par le préfet Maurice Papon, dont on sait aujourd’hui quel fut son rôle dans la déportation des juifs Bordelais. L’année suivante, son enquête sur « L’OAS au lycée » choque une partie des lecteurs. En février 1962, il écrit que les manifestants du métro Charonne sont morts pour rien ; quelques mois plus tard, il signe un papier dans lequel il indique que l’Algérie est ruinée. Cela lui vaudra les désaccords venant de la gauche. Ce sens de la vérité et de la franchise, que selon lui les politiques n’ont pas, il va le payer bientôt. Auparavant, il obtient le Prix Goncourt en 1961 pour son roman « La pitié de Dieu » - écrit en Andalousie - au troisième tour de scrutin à six voix contre deux à Jean-Pierre Chabrol.

    Capture d’écran 2020-04-06 à 16.05.04.png

    « La pitié de Dieu ressemblait fort un Huis clos. Jusqu’à l’angoisse qui y prenait la forme toute sartrienne d’une araignée dans le plexus. Le soir, je me souviens, Cau était gai comme rarement. La revanche était belle. Il n’était pas que farouche, évidemment. Ni aussi misogyne que l’ont cru les féministes, qu’il s’ingéniait à irriter. Il poussait le plaisir de déplaire jusqu’à la joie de se faire détester. Ce fut particulièrement vrai avec les intellectuels de gauche, empressés de classer à l’extrême droite fascinante ce traitre qui ne trahissait rien que les mensonges et les ridicules du moment. […] On ne nait pas impunément à quelques kilomètres de la frontière espagnole. Cau est un des grands écrivains andalous de langue française, à la suite de Mérimée, Gautier, Barrès, Montherlant. Il l’a prouvé avec Sévillanes, ses nombreux écrits sur la tauromachie et un de ses derniers livres publiés, Le roman de Carmen. » (Le Monde / 20 juin 1993)

    Capture d’écran 2020-04-06 à 16.06.33.png

    Nous l’avons dit, Jean Cau prend ses distances avec la gauche au début des années 1960. Toutefois, le divorce semble vraiment prononcé lors de l’élection présidentielle de 1965 au cours de laquelle il soutient ouvertement le général de Gaulle contre Mitterrand. L’homme du 18 juin le fascinait ; il dressera un portrait de lui dans Croquis de mémoire : « Il m’a plu parce qu’il disait : quand vous avez des problèmes, montez vers les sommets. » On s’aperçoit quand même qu’il ne s’agit pas du refus des idées de la gauche, mais de ceux qui les incarnent car, si Mendès-France avait été candidat de la gauche, il avoue qu’il aurait voté pour lui :

    « Car j’aurais su que je donnais ma voix à un homme qui, avant d’être le candidat de cette gauche, aurait exigé de celle-ci non point des embrassades démagogiques, mais des engagements catégoriques. Je vois l’ombre de Guy Mollet se profiler derrière Mitterrand comme celle d’une vieille sorcière de Goya derrière la mantille de la jeune fiancée. (Le Monde / 4 décembre 1965)

    Jean Cau ne donne absolument pas sa confiance à François Mitterrand « le candidat de la onzième heure rapetassé avec du sparadrap » ou encore dans Lettres ouvertes aux têtes de chiens : « De Gaulle n’aurait pas fait le coup de l’Observatoire »

    Capture d’écran 2020-04-06 à 16.07.55.png

    En cette année 1965 sort « Le meurtre d’un enfant ». Cau y évoque un souvenir de l’Occupation ; il y décrit un jeune tankiste SS beurrant sa tartine avec un poignard. La critique aussitôt lui reproche une fascination suspecte. C’est précisément l’époque où le romancier s’est complément affranchi de son passé idéologique : « Il y a des gens qui me demandent si je suis de gauche ou de droite. Je leur réponds que je suis en liberté. Je ne suis pas un militant, mais un aventurier, un voltigeur, un flanc-garde. » En quittant la gauche, Cau était sensé avoir perdu son talent… Peut-être le renvoyait-on à ses origines modestes issu de la province, quand ce Paris parfois se fait plus intelligent qu’il ne l’est au fond de ses bistrots : « Mes ancêtres sont paysans depuis la nuit des temps, et c’est la noblesse de ma lignée et de ma race que nous n’ayons jamais rien acheté et rien vendu. » Il persiste à en vouloir à ses anciens amis de n’avoir pas voulu ouvrir les yeux sur ce qui se passait en Union soviétique : « Je crois que, vraiment, le socialisme et le communisme, de même que le renard la rage, véhiculent le totalitarisme et véhiculent la terreur. » Le divorce allait-il tourner à l’affrontement sur fond de droit d’inventaire ?

    Capture d’écran 2020-04-06 à 16.11.13.png

    Marie Bell et Alain Delon dans "Les yeux crevés"

    A la fin de 1967, les représentations de sa pièce de théâtre « Les yeux crevés » qui devait être jouée au théâtre du gymnase doivent être annulée. La comédienne Marie Bell venait de se fracturer le fémur. Elles seront finalement données au mois d’avril 1968 avant que les évènements de mai n’y mettent définitivement fin. Outre Marie Bell et Jacques Dacqmine, son ami Alain Delon faisait aussi partie de la distribution. Dans cette pièce, un ancien pilote de course allemand tue son petit ami italien parce qu’il n’ose pas supprimer avec une drogue, la vieille milliardaire à qui ils servent pour vivre de mari platonique et d’amant œdipien. « Dans les yeux crevés, je dégorge une de mes obsessions de fond et que je suis à la trace dans tout ce que j’ai écrit, que ce soit Les oreilles et la queue, le Meurtre d’un enfant ou le Spectre de l’amour : c’est l’exaltation du rapport entre hommes, face à cette merveille et à ce démon qu’est la femme. C’est l’amitié face à l’amour. L’amitié entre hommes avec tout ce que cela implique de liberté, de richesse de cœur, d’adolescence perdue, de tendresse virile et de cruauté, de fidélité qui, lorsqu’elle est trahie, fait s’écrouler le monde. » Dans Le monde, les critiques de Bertrand Poirot-Delpech se font de plus en plus acerbes à chaque production littéraire de Jean Cau, qui à partir de 1970 se lance des écrits pamphlétaires.

    https://www.youtube.com/watch?v=H44YLQTwcaE

    C’est aussi le moment où il commence à collaborer avec Paris-Match et à s’approcher du G.R.E.C.E ; un mouvement jugé nationaliste dans le style du club de l’horloge mais où l’on rencontre des personnes venues d’univers politiques différents. A partir de cette époque, la pensée de Jean Cau combat l’égalitarisme, qui est responsable, selon lui, du nivellement vers le bas et contraire aux lois de la nature. Pour avoir étudié les archives de la Seconde guerre mondiale, on retrouve exactement cette pensée dans les documents de propagande insufflés aux Franc-gardes de la Milice. Les idées de la Révolution française sont responsables des maux du monde contemporain et de sa décadence. Le Discours de la décadence de Jean Cau sort en librairie en 1978 ; une contradiction à une année près… Une passion pour Che Guevara sort l’année suivante. Cau avait rompu depuis longtemps avec les idées de Sartre et proclamait son admiration à Ernesto Guevara, révolutionnaire marxiste. Son livre se fit immédiatement découper par la critique.

    Capture d’écran 2020-04-06 à 16.13.04.png

    « Voir le chantre des bien-pensants s’éprendre du Che Guevara, c’est un peu imaginer Maurras internationaliste ou le pape phonographique. (Le Matin / Christian Deschamps)

    «  Jean Cau aime Che Guevara à sa manière : celle d’un violeur de tombeaux, profanateur de sépultures. (Benoît Rayski / France soir)

    « Jean Cau a voulu rendre le sacrifice du Che acceptable pour un anti-révolutionnaire en le dépouillant de ses intentions et de sa signification politiques, au profit de ses seuls aspects humains. (Poirot-Delpech / Le monde) »

    Poussé par ses amis, Jean Cau entrepris en 1989 de briguer le fauteuil d’Edgar Faure à l’Académie française. A contre emploi, son aventure est racontée dans Le candidat, un ouvrage posthume préfacé par Alain Delon. C’est Michel Serres qui fut élu le 29 mars 1990 ; Jean Cau s’était certainement fait suffisamment d’ennemis pour ne pas être autorisé à entrer sous la coupole. A commencer sans doute dans les alcôves par le président Mitterrand et plus certainement par Bertrand Poirot-Delpech, le journaliste du Monde devenu académicien en 1986.

    Capture d’écran 2020-04-05 à 16.41.17.png

    La tombe de Jean Cau à Carcassonne

    Le vendredi 18 juin 1993, Jean Cau s’éteignit à Paris des suites d’un cancer. A ses obsèques à la cathédrale Saint-Michel de Carcassonne, on comptait une cinquantaine de personnes dont le maire Raymond Chésa. Il fut ensuite inhumé au cimetière de La conte, où il repose depuis maintenant vingt-sept ans. Le 30 juin 1994, le conseil municipal donnait son nom à l’emplacement de l’ancien abattoir, où Raymond Chésa comptait bien construire des arènes. Aujourd’hui, l’espace Jean Cau accueille notamment les spectacles taurins auxquels le romancier vouait une grande passion.

    Capture d’écran 2020-04-06 à 16.19.54.png

    Dernièrement Fabrice Lucchini reprenait des textes de Jean Cau dans son spectacle Des écrivains parlent d'argent. Un monologue arrêté par la crise sanitaire actuelle. Dans l'Aude, Jean Cau reste une bête immonde qu'il faut tenir absolument à l'abri des lectures. Ce fils de paysan audois ramena pourtant le seul prix Goncourt du département, mais de cela on n'en a cure ici.

    On pourra entendre ci-dessous Jean-Pierre Daroussin

    https://www.lairedu.fr/media/video/conference/extrait-dun-portrait-de-de-gaulle-par-jean-cau-lu-par-jean-pierre-darroussin/

    Distinctions

    Prix Goncourt 1961 / La pitié de Dieu

    Prix de l'Académie 1980 / Nouvelles du paradis

    Prix Gustave Le Métais-Larivière 1985 / Croquis de mémoire

    Sources

    A voix nue / France culture / 28 décembre 2005

    Alain de Benoist / Ce que penser veut dire / Ed. du Rocher

    Archives du journal Le Monde

    Ina / Radioscopie / Jacques Chancel

    _____________________________________

    © Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2020

  • Bertrand Lamourelle, héros de la Résistance. "Mort pour la France" a 20 ans.

    Bertrand Lamourelle naît le 2 janvier 1924 à Carcassonne dans une famille aisée qui exploite et recycle les chiffons près de la zone de l’Estagnol. C’est son grand-père Alphonse qui avait fondé cette entreprise qui emploie de nombreux ouvriers. Dès l’âge de 8 ans, il est élève des pères jésuites au Caousou à Toulouse. En décembre 1942, il entre au lycée Pierre de Fermat de la même ville ou il obtient son bac série mathématiques. Fin 1943, il est en première année de l’école supérieure de commerce de Toulouse. Petit à petit germe en lui l’envie d’en découdre contre l’Occupant allemand et ses collaborateurs français. Il décide alors de rejoindre le maquis au mois de juin 1944 afin délivrer la patrie du nazisme pour que la France puisse recouvrer sa liberté. Bertrand Lamourelle s’engage alors dans le Corps Franc de la Montagne Noire. Dans ce maquis commandé par des anciens gradés de l’armée française, on retrouve une population cosmopolite venue de l’Europe entière pour se battre. Il y a là des Polonais, des Russes, des Espagnols… de toutes conditions sociales. C’est cela la force de la Résistance ! Au milieu d’eux, le fils bourgeois de Carcassonne, catholique fervent, est un combattant comme les autres qui obéit aux mêmes ordres. Nous tenons à souligner cela, car on a trop laissé penser qu’il n’y avait dans la Résistance armée que des fils d’ouvriers, le plus souvent communistes et anticléricaux. Certes, Bertrand Lamourelle s’était distingué des familles d’industriels ou de grands propriétaires viticoles audois, dont les fils avaient opté pour les unités de la Franc-Garde au sein de la Milice. Il ne fut pas une exception en France, comme d’ailleurs pour ce qui concerne les aristocrates engagés dans l’Armée secrète du général de Gaulle. Il serait trop facile et réducteur de cataloguer les uns et les autres en fonction de leur niveau social et de leur éducation religieuse.

    Capture d’écran 2019-09-18 à 11.31.17.png

    Au cours de l’été 1944, les Allemands savent qu’après le débarquement allié en Normandie la cause est entendue. Ils vont perdre la guerre ; ce n’est qu’une question de temps. Ils vont alors mettre en œuvre tout ce qu’il leur reste de force et de matériel, pour anéantir ces maquis qui n’arrêtent pas de les harceler. Aidé sur le terrain par des indicateurs bien rétribués et par les Miliciens, la Gestapo est à la manœuvre avec le concours des unités de l’armée allemande. C’est au cours de l’une de ces opérations que Bertrand Lamourelle va perdre la vie d’une rafale de mitraillette. Au nord de Saint-Pons dans l’Hérault (Pont de la Mouline), les résistants sont aux prises avec des Allemands supérieurs en nombre.

    « Les combattants de la Montagne noire ne veulent pas se replier. Lamourelle, qui s’est battu comme un lion, roule à terre, son fusil-mitrailleur à la main, en craint : « Vive la France ». Le cavalier Lamourelle sérieusement touché, est étendu à quelques mètres. Bardiès, en rampant, le charge sur son dos et commence de progresser lorsqu’une nouvelle rafale fait sursauter le blessé ; il est mort. L’aumônier lui donne sa bénédiction. » (Journal de marche du CFLM, pp.150).

    lamourelle.jpg

    Six jours avant le drame, Bertrand Lamourelle écrivait ceci :

    « Le patriotisme, c’est une conscience droite, c’est une susceptibilité ultrasensible sur le chapitre de l’honneur et du devoir. C’est le respect de la parole donnée. Pour finir, c’est accepter de se faire casser la pipe pour barrer la force brutale, soutenir le faible, défendre la justice, rendre témoignage à la liberté. Pour que son pays sauve son honneur, Jeanne d’Arc l’avait compris. »

    Notons que Lamourelle fait usage de la référence à la pucelle d’Orléans, mais pas comme le firent les fanatiques de la Milice, entraînés par un gouvernement d’extrême droite à la solde d’une puissance étrangère. C’est un catholique, patriote, qui veut la victoire de son pays. Pas celle de l’Allemagne dans le déshonneur. C’est une nuance qui a du sens encore aujourd’hui…

    20190918_084320.jpg

    Bertrand Lamourelle sera inhumé avec ses compagnons d’armes le 23 août 1944 dans le village de Cambon (Hérault). Le corps de ce jeune héros sera rapatrié ensuite à Carcassonne le 4 novembre 1944. Il repose dans le caveau familial au cimetière Saint-Vincent. La croix de guerre lui fut remise à titre posthume par le général de Lattre de Tassigny, le même jour.

    Capture d’écran 2019-09-18 à 11.34.39.png

    Le 30 novembre 1954, la ville de Carcassonne inaugurait l'avenue Bertrand Lamourelle, à proximité de l’usine de sa famille. 

    Sources

    Le corps franc de Montagne noire / Journal de Marche

    Blog Saissac d'antan (photo en une)

    M. André Cuin

    ___________________________________

    © Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2019