Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Portraits de carcassonnais - Page 2

  • Hector Monréal alias Joseph Rieunier (1839-1910)

    Joseph Marie Ylpise Rieunier naît le 17 juillet 1839 à Carcassonne, au numéro 115 de la rue Barbacane dans la maison de ses grands parents maternels. Son père, Aubin Rieunier, occupe depuis le 12 février 1838 les fonctions de directeur de l’École mutuelle de la Cité et de ses faubourgs. Il s’était marié sept moi plus tard avec Marie, la fille de François Paraire, pareur de draps de son état. Avant d’aborder la vie leur fils, il convient de s’arrêter sur la carrière toute particulière d’Aubin Rieunier. Originaire du Tarn, le jeune homme avait été choisi par la municipalité de Carcassonne après concours, comme instituteur communal en replacement d’Eugène Pelletier. Depuis 1835, le maire avait institué une école primaire gratuite à la Barbacane. Celle-ci prit le nom d’École mutuelle de la Cité et de ses faubourgs, mais ne dura pas plus de dix ans. Aubin Rieunier démissionna de son poste et l’école ferma définitivement le 1er octobre 1838. Elle sera remplacée par une salle d’asile dont le local, loué à Catherine Cumin veuve Gaillard, servira ensuite à l’actuelle école maternelle. Aubin Rieunier, fervent républicain, quitta l’école faute d’élèves en nombre suffisant ; les familles préférant les envoyer vers l’enseignement catholique. L’instituteur obtint 800 francs de pension de la ville le temps de trouver un nouvel emploi. 

    joseph rieunier

    La maison natale de Joseph Rieunier, actuellement 101 rue Barbacane

    Le jeune Joseph Rieunier demeura un temps avec sa mère aux côtés de ses grands parents Paraire, pendant que son père enseigna à Paris dès le mois de mai 1940. Il le rejoignit vers l’âge de dix ans, après qu’Aubin a obtenu le concours du Ministère de la guerre. Joseph fait d'abord une courte carrière de dessinateur au ministère de la guerre qu'il quitte en 1862 pour le théâtre Montmartre ; il y joue la comédie pendant deux ans. Il réalise ensuite des pancartes-sommaires que le directeur du Petit journal affiche chaque jour à la porte et qui attire la foule par leur originalité. Son esprit des plus drôles, n'allait pas le laisser trop longtemps dans l'anonymat.

    joseph rieunier

    © BNF

    Il devient acteur et abandonne la scène pour l'écriture. Il se lance comme auteur de revues, opérettes et autres pièces de théâtre avec son ami Henri Blondeau et prend le nom d’Hector Monréal. Pendant 40 ans, ces deux là ne cesseront pas d'être liés comme des frères et enchaîneront succès sur succès dans tous les théâtres parisiens: les variétés, le château d'eau, l'Eldorado, Folies dramatiques... Il associe son nom avec les compositeurs Edmond Audran et Louis Varney, pour lesquels il signe de nombreux livrets d’opérettes et textes de chanson. Le succès d’Hector Monréal reste le texte de la chanson Frou-frou, rendue célèbre par Berthe Silva.

    joseph rieunier

    Monréal est également chansonnier et fait des dessins humoristiques dans divers journaux. Pendant la durée de la Commune de Paris, il avait tenu avec Blondeau, « Le fils du père Duchêne illustré » ; un journal satyrique contre Napoléon III. Hector Monréal meurt en 1910, après une longue maladie, dans sa maison 17 rue de Nanterre à Asmières-sur-Seine, aux côtés de son épouse et dans les bras de Blondeau. Ce dernier lui survivra treize ans ; il sera inhumé à ses côtés dans le cimetière de cette ville.

    1868 : Le rempart de Carcassonne
    1871 : Qui veut voir la lune
    1876 : L'ami Fritz-Poulet
    1875: Pif-Paf
    1885: Au clair de la lune
    1891: Paris port de mer
    1892 : Les variétés de l'année
    1896 : Une semaine à Paris
    1898 : Frou-Frou
    1901 : Le cirque Ponger's
     
    Quelques oeuvres d'Hector Montréal seul
     
    11 avril 1868 : Mlle Clochette
    1er janvier 1871 :Une garde aux remparts
    30 septembre 1873 : Voilà le programme

    joseph rieunier

    Inconnu à Carcassonne, espérons que justice lui soit rendue dans notre ville.

    _______________________________

    © Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2023

  • Aimé Tournier, ancien titulaire de l'orgue de la cathédrale Saint-Michel

    Aimé Tournier fut pendant presqu'un demi siècle, le titulaire incontesté et respecté du Grand orgue de la cathédrale Saint-Michel. Né à Teyssode dans le Tarn, le jeune garçon avait été atteint vers l'âge de huit ans par une maladie des yeux. Elle lui fit perdre définitivement la vue. Son seul secours fut d'être admis à l'Institut des jeunes aveugles à Paris. Son unique salut fut d'y apprendre la musique et, plus particulièrement, l'orgue avec un grand maître qui y professait. André Marchal (1894-1980), élève de Gigout au Conservatoire de Paris, lui enseigna toutes les virtuosités de cet instrument. Épargnés par les révolutionnaires de 1789, parce qu'ils permettaient de jouer la Marseillaise, les orgues de France imposent par leurs majestueuses factures. Après un passage par Castelnaudary, Aimé Tournier trouva à Saint-Michel un Cavaillé-Coll tout à fait à sa mesure. Hélas, l'orgue de 1687, fabriqué par Jean de Joyeuse, avait été remplacé depuis belle lurette. Confié pour réparation à Cavaillé-Coll à Paris, le facteur avait répondu le 3 mai 1852 : "Cet orgue, en l'état de dégradation et de vétusté des parties essentielles, exigerait une restauration équivalente à une complète reconstruction. Dans ces conditions, nous avons pensé qu'il serait préférable d'établir un nouvel orgue dans les proportions voulues pour l'église." Quelque temps après, le ministre de l'instruction publique et des Cultes écrivit à l'évêque : "Monseigneur, le buffet d'orgue destiné par l'Empereur à votre cathédrale sera prochainement envoyé à Carcassonne. Aussitôt que l'architecte, qui en a dirigé les travaux, sera de retour à Paris, il se concertera avec M. Ohnet, pour le transport de ce petit monument." Dommage que l'on ait pas divisé le buffet en deux parties pour laisser voir la rosace. 

    Capture d’écran 2023-05-01 à 20.39.06.png

    Après 102 ans de bons et loyaux services, on envisagea de restaurer le Cavaillé-Coll. Le travail d'Edmond Costa consista en une remise à neuf des soufflets et de toute la mécanique, ainsi qu'en un nettoyage de la forêt de tuyaux de toutes tailles qui se cachaient derrière le buffet. Les claviers qui ne montaient qu'au fa, montent maintenant au sol. Le pédalier n'était que de 27 notes ; il en a 30 désormais. Cinq jeux supplémentaires, soit 47. On mit des jeux nouveaux pour augmenter à la fois la puissance et la clarté de l'instrument. C'est ainsi que deux cymbales sont venues apporter, avec une tonalité aigue, beaucoup plus de mordant. Un quintaton de 16 pieds, donne la tonique à la quinte. 

    Capture d’écran 2023-05-01 à 20.40.45.png

    L'inauguration de l'instrument entièrement révisé, se concrétisa par un concert du Maître André Marchal. Son ancien élève, comme le veut la coutume, débuta par un morceau d'introduction. Après quoi, le vieux musicien prit possession des claviers en interprétant Purcell, Frescobaldi, Buxtehude, Marchand, Clérambault, Bach, Vierné et César Franck. Savez-vous que ce dernier avait déjà joué sur cet instrument avant sa livraison en 1852 ? 

    Capture d’écran 2023-05-01 à 20.41.36.png

    Les choeurs de la cathédrale Saint-Michel

    L'abbé Escoupérié se souvient avec émotion d'Aimé Tournier : "Fidèle à son métier. Toujours présent à toutes les cérémonies, il habitait 68 rue Voltaire avec son épouse et son fils Christian. On l'accompagnait jusqu'au début de l'escalier, puis il montait seul à la tribune malgré sa cécité. Il lisait la partition en braille de la main gauche et jouait de la main droite, tout en servant du pédalier." Aimé Tournier accompagnait également les choeurs de la cathédrale, dirigés par Georges Cotte. Il enseignait la musique chez lui et accordait les pianos. Une vie toute entière vouée à l'art qui s'acheva par une terrible maladie à la fin des années 1970. Son fils, Christian, le suivit de peu à l'âge de 35 ans. Il avait épousé Carmen, la fille Soler, épicier à la Barbacane, et travaillait comme facteur d'orgue à Lodève chez Edmond Costa. Aimé Tournier est inhumé dans le cimetière de Diamatte (Tarn).

    _______________________________

    © Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2023

  • Emile Laffon (1907-1957), unique "Compagnon de la Libération" Carcassonnais.

    Ils étaient exactement 1038 ! Depuis 2021, il n’en reste plus aucun. La ville de Carcassonne pourrait s’énorgueillir d’avoir eu parmi ses enfants l’un de ceux-là. Compagnon de la Libération, quel beau titre ! La famille Laffon était originaire de Sallèles d’Aude. Avant de migrer vers Carcassonne, le grand-père s’était établi à Mazamet comme banquier. Jules, son fils, après des études droit, prit son premier poste à Limoux comme Juge d’instruction. Il y épousa Yvonne Garretta le 18 juillet 1904. De cette union naîtront Marcelle, Émile et Marthe. 

    emile laffon

    La maison dans laquelle est né Émile Laffon

    Émile Laffon voit le jour à Carcassonne le 20 juin 1907. Ses parents vivent dans un bel appartement. Situé au numéro 16 de la rue du 4 septembre, il appartient à Léonce Embry, rentier de son état. En sa qualité de juge d’instruction au tribunal civil de la ville, Jules Laffon entretient d’excellentes relations parmi la bourgeoisie locale. Il est épris d’art et de littérature. Une lettre du poète François-Paul Albert invite André Gide à lui envoyer une revue, le présentant comme un l’un de ses meilleurs amis. Membre de la Société des Arts et des Sciences de Carcassonne, Jules Laffon inculque à ses enfants les nobles sentiments des devoirs de tout français envers son pays. Émile Laffon fait ses études à Carcassonne jusqu’en septembre 1914. Il n’est âgé que de sept ans quand ses parents quittent la ville pour s’installer à Béziers. Son père vient d’être nommé Premier président de la Cour d’appel de Nîmes. De nomination en nominations, la famille finit par se retrouver à Paris. Emile entre en classe préparatoire scientifique au lycée Louis le Grand. Admis à l’École des Mines, il en sort ingénieur.

    emile laffon

    « Rappelé comme lieutenant de réserve en août 1939, il est affecté à la 38e Escadre de bombardement de nuit puis au Groupe de bombardement n° 10 en avril 1940. Observateur en avion, il reçoit une citation pendant la campagne de France avant d'être démobilisé en juillet. Refusant d'exercer dans la capitale occupée, il décide de quitter le Barreau et de s'installer en zone sud, à Nice.

    Il entre bientôt en contact avec Jean Nocher, du mouvement "Franc-Tireur", et participe avec lui à la rédaction de tracts clandestins. Emile Laffon est à partir d'octobre 1942 en relation suivie avec Pierre Juliette, officier du Bureau central de renseignements et d'action (BCRA) en mission en France, à qui il communique des renseignements sur la production aéronautique allemande.  Appelé à Londres, il franchit, avec Jacques Maillet et Roland Pré, la frontière espagnole le 20 janvier 1943 et atteint, via Gibraltar, la Grande-Bretagne le 15 mars. Engagé dans les Forces aériennes françaises libres, il est promu capitaine en juin 1943 et finalement affecté au Commissariat à l'Intérieur, à Alger.

    Après l'arrestation de Jean Moulin à Caluire, Emile Laffon est envoyé en mission pour aider à la remise en place des organismes de la résistance. Sous le nom de Lachaud, il est déposé en France par une opération Lysander le 16 juillet 1943 et remplit une première mission au cours de laquelle il envisage la création des Comités Départementaux de Libération et la nomination de Commissaires de la République chargés de faire maintenir la loi et l'ordre républicains à la Libération. De retour en Grande-Bretagne par une nouvelle opération aérienne le 13 septembre 1943, il rapporte les premières propositions de nomination de commissaires de la République et de préfets.

    Déposé sur le terrain d'aviation Orion près de Lons-le-Saulnier, le 15 septembre 1943, il repart pour une seconde mission clandestine en France visant à mettre en place les propositions qu'il a faites et qui ont été retenues ; il prépare donc la mise en place de la nouvelle administration française de la libération, en liaison étroite avec le Conseil national de la Résistance (CNR) et les responsables de la Délégation générale en France. Son calme, sa force de caractère et de persuasion lui confèrent une autorité largement reconnue dans les cercles résistants. Il tente à plusieurs reprises de regagner Londres et, le 2 février 1944, le bateau qui doit l'y emmener, le Jouet des flots, sur lequel ont embarqué également Jacques Maillet, Emile Bollaert et Pierre Brossolette, fait naufrage dans la baie d'Audierne. Mais, contrairement à ses deux compagnons, Emile Laffon à la chance de ne pas être arrêté le lendemain. Rentré à Paris, il change d'identité (devient Martet) et reste finalement en France jusqu'à la libération.

    En avril 1944 il est nommé Délégué chargé des Affaires civiles par Alexandre Parodi, délégué général. Le 25 août 1944, le jour de la libération de Paris. Emile Laffon est nommé Secrétaire général du Ministère de l'Intérieur et prend immédiatement ses fonctions. Démobilisé en septembre 1945, il démissionne du Barreau et est immédiatement nommé, en raison de ses grandes compétences administratives, Gouverneur civil de la zone française d'occupation en Allemagne à Baden Baden.

    Il devient ensuite, en 1947, le premier président des Houillères du Nord et du Pas-de-Calais. En novembre 1952 Emile Laffon devient PDG de la Société Le Nickel. Administrateur de plusieurs sociétés, il participe à la création de la Compagnie française des Minerais d'Uranium en 1955. En mai 1957, il prend la présidence de la Société des Mines de Fer de Mauritanie. » (Musée de la Résistance)

    Émile Laffon décède subitement le 20 août 1957 à son domicile, 18 avenue La Bourbonnais. Son corps repose dans le cimetière de Cuxac-Cabardès dans l’Aude.

    "Ses états de service n’indiquent pas à ceux qui n’ont pas eu le bonheur de le connaître, ce sont les qualités de cœur, la charmante ironie, l’élégance moral de cet homme extraordinaire qui, quelque grands que fussent les événements auxquels il participa, les domina toujours de son intelligence et de son courage."

    (Jacques Maillet / Revue La France libre, 1958)

    Décorations

    • Officier de la Légion d'Honneur
    • Compagnon de la Libération - décret du 26 septembre 1945
    • Croix de Guerre 39/40
    • King's Medal for Courage (GB)

    _________________________________________

    © Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2023