Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La statue "Y penser toujours" dont on ne parle jamais...

Présentée au Salon des artistes français en 1906, la statue « Y penser toujours » est l’œuvre du sculpteur héraultais Jacques Villeneuve (1865-1933), lauréat de l’École des Beaux-arts et candidat au Prix de Rome la même année. Bien qu’elle ne soit connue à Carcassonne que sous le nom de « La France blessée », cette sculpture en marbre blanc reprend en fait une phrase prononcée par Léon Gambetta lors d’un discours sur l’Alsace-Lorraine en 1871 : « Y penser toujours, n’en parler jamais. Alors vous serez sur le véritable chemin de la libération, parce que vous serez parvenus à vous gouverner et vous contenir vous-mêmes. Travaillons tous les jours à acquérir cette qualité qui nous manque : la patience, que rien ne décourage, la ténacité qui use jusque’au temps lui-même. […] Oui, je pense, j’espère que je verrai ce jour où, par la majesté du droit, de la vérité et de la justice, nous retrouverons, nous rassemblerons les frères séparés ! »

Capture d’écran 2021-06-05 à 19.35.25.png

Dans cette allégorie, la France a la tête baissée, avec ses deux ailes cassées symbolisant l’Alsace et la Lorraine ; deux régions perdues lors du conflit de 1870 avec l’Allemagne. Son glaive, qu’elle tient fermement des deux mains, semble promettre un jour la reconquête. Le sujet traité ici s’inscrit parfaitement dans l’état d’esprit du début du XXe siècle, où notre pays sait qu’il va devoir à nouveau en découdre avec son voisin germanique pour récupérer son territoire. 

Capture d’écran 2021-06-06 à 16.13.42.png

L’État fit don de cette statue à la Ville de Carcassonne en 1907 sur la proposition de M. Dujardin-Beaumetz, secrétaire d’état aux Beaux-arts. Par délibération municipale du 26 février 1907, la commune accepta de payer 1200 francs afin de participer aux frais de port et d’emballage, mais ne sembla pas manifester un grand enthousiasme. Elle servit de monument aux morts et la ville lui trouva un emplacement inadapté sur un socle, à l’angle de la route minervoise et boulevard Omer Sarraut. Deux ans plus tard, le 3 février 1909, Jacques Villeneuve ayant offert au Musée des Beaux-arts de Carcassonne la maquette de sa sculpture en hommage au romancier Ferdinand Fabre, on eut l’idée de transporter « Y penser toujours » dans le square Gambetta. Faut dire que l’artiste n’avait que peu goûté de voir son œuvre ainsi exposée. Il fallait y penser, n’est-ce pas ? Nous ignorons si la maquette de Villeneuve se trouve toujours dans les réserves du musée, mais l’original orne depuis 1906 les jardins de la ville de Bédarieux.

Capture d’écran 2021-06-06 à 16.10.30.png

La sculpture fut ainsi déposée au bord du bassin au centre duquel sortait un immense jet d’eau ; les cygnes lui faisaient révérence à chacun de leur passage. Le lendemain du jour de l’an 1922, le gardien du square s’aperçut de la disparition du glaive. Un vandale, aux ardeurs antimilitaristes, s’empara de ce phallus belliqueux que jamais l’on ne revit. Il fut, bien des décennies plus tard, remplacé avec un goût artistique comparable à un plombage sur un dent émaillée. Quand la horde de barbares nazie ordonna de raser le square Gambetta au printemps 1944, toutes les œuvres du jardin furent déposées.

Statues du Square Gambetta remisées au serres Municipales en 1975.jpg

La statue dans les serres municipales en 1975

La statue de Villeneuve suscita tellement d’intérêt qu’elle sommeilla pendant quarante ans dans l’entrepôt des serres municipales. Ce n’est qu’à la fin des années 1970 qu’un passionné d’histoire locale, M. Antoine Labarre, retrouva sa trace et obtint sa réhabilitation. 

Capture d’écran 2021-06-06 à 16.14.32.png

Sous l’égide du Souvenir français, « Y penser toujours » - au nom prédestiné - se trouva placée dans le carré militaire du cimetière Saint-Michel. Nous ne désespérons pas qu’un jour nous puissions faire apposer une plaque à côté avec cette inscription :

« Y penser toujours »

Jacques Villeneuve / 1906

Don de l’État à la Ville de Carcassonne

Sources

Délibérations du Conseil muncipal  / 1907 et 1909

Le courrier de l'Aude / 1907

Le messager du Midi / 1922

Discours de L. Gambetta à Cherbourg en 1871

_____________________________

Tous droits réservés / Muique et patrimoine / 2021

Commentaires

  • Merci pour cet hommage à cette oeuvre. Elle est triste mais belle.

  • ce n'est pas la première fois que de belles statues sont reléguées dans les serres de la ville -quel dommage -- -je ne savais pas qu'elle était au cimetière st michel-j'e lui rendrai une petite visite car elle est vraiment belle

  • J'ignorais totalement l'existence de cette statue. Merci.

  • J'ignorais totalement l'existence de cette statue. Merci.

Écrire un commentaire

Optionnel