Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Carton rouge

  • Nous sommes la risée de la France entière !

    Ils nous avaient presque tout fait... Enfin ! Nous étions en droit de le penser avec Jacques Offenback, La rue des Pyrénnées, Paul Vaillant (couturier), Hyacinthe Chartran ou encore Pierre Germain (Orfèvre). Ils avaient laissé, malgré nos signalements, les erreurs à la rue du Marquis de Lafayette ; certainement un noble des Galeries parisiennes. Jusqu'ici nous avions tellement pris l'habitude que nous avions ri entre Carcassonnais. On ne s'attendait pas à ce qu'ils deviennent champion de France de la spécialité, même s'ils s'étaient beaucoup entraînés.

    Capture d’écran 2024-02-25 à 18.40.01.png

    Or, hier... Un carcassonnais a eu la vista, comme on dit. La ville venait de placer des panneaux tous neufs dans sa rue pour changer les anciens : Le célèbre physicien Pierre Curry, ainsi orthographié. Dépêchés sur place, les journalistes de France 3 Occitanie ne manquèrent pas de relever l'erreur. A 16h, le cabinet du maire indiquait qu'il allait vérifier. Mais vérifier, quoi ? En fin de journée les quatre panneaux étaient enlevés.

    Capture d’écran 2024-02-25 à 18.36.35.png

    Le Figaro, 25 février 2024

    Depuis ce matin, la nouvelle se répand comme une traînée de poudre. Le Figaro, BFM TV, France Info, La dépêche, Le Parisien, Sud Ouest. Tous ces journaux font une belle publicité à notre Carcassonne, patrimoine mondial UNESCO. Ville d'Art et d'Histoire !

    Qui vérifie la pose des plaques dans cette ville ?

    _____________________________________________

    © Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2024

  • Commerces en Bastide St-Louis : La réalité dépasse l'affliction.

    Lors d’une interview accordée à une équipe de Tf1, Monsieur le maire de Carcassonne avait eu l’air embarrassé. C’était quelques jours avant les élections municipales 2020. Dans son bureau, il avait répondu au journaliste sur la question de savoir si l’ouverture de Rocadest n’allait pas mette à mal les commerces du centre-ville : « En contrepartie, le promoteur s’est engagé à implanter des enseignes en centre-ville. » Surenchérissant sur sa question, l’interviewer demanda s’il s’y était engagé par écrit. Monsieur le maire sembla acculé par cette riposte à laquelle il ne s’attendait visiblement pas : « Non, mais nous lui faisons confiance. » Qui pouvait raisonnablement croire à cela ? C’est bien connu ; les promoteurs commerciaux sont de grands philanthropes qui n’ont qu’une parole. 

    Il faut toutefois rendre grâce à M. Ferrandis, la situation de désertification commerciale de la Bastide Saint-Louis ne saurait lui être entièrement imputée. Le malade agonisait déjà avant que son projet de centre commercial ne sorte de terre. D’autres, comme le Carrefour de la zone du Pont Rouge et Géant Salvaza à la Ferraudière avaient déjà siphonné les enseignes du centre-ville. Citons pour l’exemple : Célio, Maison du monde, Jeff de Bruges, Blue Box, Jennyfer, Yves Rocher, Jules, Beauty Success. Les locaux des cinq premiers cités n’ont toujours pas été remplacés dans la rue Georges Clémenceau. Cela fait déjà quelques lunes que leur rideau ne s’est plus levé.

    Capture d’écran 2023-03-12 à 10.49.25.png

    Nos chers disparus

    Là encore, le promoteur de la zone du Pont rouge s’était engagé oralement à envoyer des enseignes en centre-ville. Il a tenu en partie parole, mais d’une manière si minime que le bénéfice est impalpable. Après avoir acquis l’ancien hôtel particulier Rech de Pennautier aux enchères à bon marché, on dit dans la presse qu’il allait y faire de grands travaux. Dony a fermé. Un grand magasin de décoration l’a remplacé. Entre temps, le promoteur a rapidement et fort bien revendu, dit-on, son bien. Le nouveau propriétaire ne s’empresse guère de réaliser les travaux promis à la ville par son vendeur. La façade conserve encore visible sous la couche de peinture, comme un cache misère, le nom de Dony.

    Capture d’écran 2023-03-12 à 10.49.11.png

    Nos chers disparus

    Si nous considérons la fermeture de ces commerces en Bastide, il faut aussi noter l’ouverture de nouvelles enseignes à la Ferraudière et au Pont rouge qui auraient pu s’y installer. Quarante-cinq exactement pour cette dernière zone : Colombus Café, Burger King, Action, etc. Sans compter que pour l’enseigne « H et M » qui attire une jeunesse conséquente vers ce magasin, on aurait pu vendre les halles à la volaille en Bastide. La ville a préféré la conserver dans son giron. C’est vrai qu’une fois l’année, il y a le salon du Playmobil, de Stars Wars, des animaux de compagnie. . Si l’on se tourne vers la Ferraudière, nous ferons parfaitement le même constat.

    Capture d’écran 2023-03-12 à 10.48.58.png

    Nos chers disparus

    Fallait-il une autre grande surface à la sortie Est de Carcassonne, quand les précédentes avaient déjà bien ponctionné le centre-ville ? La réponse tombe sous le sens. Surtout, lorsque le promoteur dans son intérêt fait la tournée des commerçants pour les inciter à déménager chez lui. Adieu donc Mango, Orange, SFR et bien d’autres, s’il en reste, dans quelques temps. A force de se faire tondre, la Bastide n’aura même plus un seul coiffeur.

    Capture d’écran 2023-03-12 à 11.00.14.png

    Nos chers disparus

    La ville riposte : Reconquête Bastide, cela s’appelle. Vous allez voir ce que vous allez voir… En 2014, il y a eu Madame Maurette, dont a oublié le passage au conseil municipal, tant son efficacité fut discrète. Elle nous avait promis la fin des grandes enseignes en ville, mais leur remplacement par de l’artisanat de qualité. La première prophétie, nous aurions pu l’imaginer. Quant à la seconde, elle ne fut qu’un feu de paille de communication. Quelques enseignes se sont tout de même installées : Comptoir de Mathilde, Courir, Jott. Trop peu. Le solde demeure négatif car d'autres ont fermé entre temps. Riche idée d'avoir laissé l'ancien café Continental à la Banque de France. Un emplacement de choix a une administration sans attrait commercial sur un axe de traffic touristique.

    façade.jpeg

    Isabelle Chésa a bien essayé d’égayer la Bastide avec l’opération des façades rénovées ; on lui concède le succès de son idée. Sauf dans la rue Clemenceau, la plus commerçante. Dommage ! Toutefois, force est de constater que cela n’a pas endigué les départs, ni favorisé les arrivées de nouvelles enseignes. On a mis du sparadrap sur la gangrène. La mairie finance l’installation d’indépendants qui ne tiennent que trois ans, au mieux, avant de fermer boutique. Et la taxe sur les locaux commerciaux vacants ? Le prestidigitateur fait illusion pendant un temps. Le temps d’une annonce ronflante émise par le service communication de la ville sur papier glacé. Qui trompe t-elle ? Certainement pas les Carcassonnais devant les sandwichs orientaux, les vapoteurs, les CBD, les jeux de hache. Tout un univers prompt à faire revenir le chaland en Bastide.

    Capture d’écran 2023-03-12 à 11.01.54.png

    Fallait-il refaire la place Carnot en propriété en 2020 ?

    Question à un million d’euros. Depuis combien de temps, le pavage de la principale rue commerçante de la ville n’a t-elle pas été refait en totalité ? Nous allons vous le dire : 1992. Pour ce prix, on a refait la place Carnot qui pouvait attendre et déplacé son marché sur le boulevard Roumens. Encore une idée qui pousse le client à l’extérieur de la Bastide, le seul jour où elle l’attire loin des zones commerciales. Là-bas, on peut s’y garer gratuitement sans prendre le risque d’un papier vert sur le pare-brise pour dépassement d’horaire. Doit-on évoquer le sentiment d’insécurité en Bastide, récemment gangrené par les trafics de drogue dans les rues adjacentes ? Le commissariat vient d'être déplacé à trois kilomètres du centre-ville.

    Franchement, nous aimerions écrire autre chose. Que je l’aime cette ville pour détester ce qu’elle est devenue. Espérons une prise de conscience, mais n’est-il pas déjà trop trop tard ?

    ____________________________

    © Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2023

  • Le Pont vieux menace t-il la sécurité des usagers ?

    Nous ne sommes évidemment pas expert des bâtiments historiques. Chacun son métier et, sur ce point comme sur d'autres, nos compétences restent limitées à l'observation. Cela nous autorise tout de même à poser un nombre conséquent de questions sur l'état de délabrement du Pont vieux. Dans notre souvenir le plus récent, seule la partie exposée au début de la rue Trivalle fut restaurée en 1994 par la municipalité Chésa. De nouveaux arches furent mis au jour en changeant les pierres de taille à proximité de l'ancienne manufacture royale. Le chantier s'arrêta donc ici.

    Capture d’écran 2023-02-15 à 12.42.20.png

    Aussi loin que l'on remonte dans le temps, nous n'avons pas trouvé mention de travaux de restauration des arches. Or, c'est précisément sous deux de celles-ci que passent piétons et véhicules. A cet endroit, le constat de délabrement est édifiant pour ne pas dire très préoccupant. Nos photographies parlent d'elles-mêmes.

    Capture d’écran 2023-02-15 à 12.45.51.png

    Les arceaux en fer chargés de retenir la structure apparaissent à nu, très altérés par la rouille. Visiblement, leur rôle de maintien du scellement n'opère plus en raison de l'érosion et des infiltrations d'eau dans les pierres. Rappelons qu'il s'agit du plus mauvais grès qu'il soit, provenant des carrières qui se trouvaient non loin de là au Moyen-âge. Ce grès plus que tout autre matériaux s'effrite au fil des âges. Nous avons donc un édifice malade. On peut donc à dessein spéculer sur les dangers encourus par les passants.

    Capture d’écran 2023-02-15 à 12.50.43.png

    Toujours en y regardant de plus près. Les service techniques et les élus en font-ils de même ? Le dessus du pont ne se porte guère mieux. A l'évidence, on laisse la végétation s'installer sur les parois ce qui a pour effet de déchausser les pierres. Les joints ont disparu depuis belle lurette. 

    Capture d’écran 2023-02-15 à 12.53.39.png

    En d'autres endroits, on remarque les stigmates d'une restauration au ciment dont l'origine est ancienne. Ne devrait-on pas dire plutôt qu'il s'agit d'un rafistolage honteux ? Cela démontre l'intérêt de toutes les municipalités qui se sont succédé pour la sauvegarde de cet ouvrage. Remarquez, chose pareille a été exécutée sur le marbre de la fontaine de Neptune, place Carnot. 

    Capture d’écran 2023-02-15 à 13.20.48.png

    Nous pouvons toujours espérer qu'après les travaux de la rue du Pont vieux, la ville veuille bien se pencher sur le cas de son agonisant. Nous entendons d'ici la parole des plus exaltés de la mairie : "Va faren, patienço !" Vieux refrain servi depuis toujours dont la musique se détaille comme une rengaine sur disque de cire. En vérité, tout n'est qu'un question de priorité. Le patrimoine de Carcassonne n'intéresse que par ce qu'il rapporte. C'est le cas de la cité médiévale ; espèce de supermarché à touristes dans lequel on a détruit la singularité de village fortifié. Voyons plutôt le patrimoine comme la variable d'ajustement budgétaire, non comme la ligne comptable d'une ambition. Tout tombe en ruine. ce ne sont pas, aussi louables soient-ils, les travaux sur l'église Saint-Vincent qui matérialisent l'envie des élus. Ce serait peut-être même un alibi pour tenter d'affaiblir les critiques de ceux qui pestent contre l'incurie. L'arbre cache la forêt. Allons voir le Calvaire, la fontaine de Neptune, le pont vieux, l'aqueduc, le bastion... Où passe l'argent ? Sinon, j'ai vu en février de belles affiches faisant la promotion du Festival de juillet 2023...

    Capture d’écran 2023-02-15 à 12.57.10.png

    J'en veux pour preuve que le directeur du Comité des fêtes a été promu directeur du service patrimoine de la ville. Sans présumé de ses compétences, le résultat est efficient. Quant à l'animateur du patrimoine nécessaire aux projets du label Ville d'art et d'histoire, il n'est toujours pas nommé depuis trois ans. Dans ce cas, comme dans bien d'autres, comment voulez-vous que l'on traite l'immensité des problèmes laissés en héritage depuis toujours ? Des solutions existent, à commencer par rechercher des mécènes en créant une fondation.

    _______________________________________

    © Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2023