Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Sport - Page 6

  • Le 13 août 1906, le Tour de France automobile à Carcassonne

    Quatre années avant la création du Tour de France cycliste, le journal "Le Matin" lançait du 16 au 24 juillet 1899 le Tour de France automobile. Sur 19 voitures au départ, seules 9 franchiront la ligne d'arrivée après un périple de sept étapes dans l'hexagone. 

    Maillot.jpg

    © BNF

    M. Grillet sur la voiturette Fouillaron

    La seconde édition de cette course, initiée par l'Auto-Cycle-Club de France et organisée par le journal "Les sports", se déroulera entre le 22 mai et le 3 juin 1906. Ce sont cette fois 11 étapes réservées aux légers instruments de locomotion - motocyclettes, tri-cars et voiturettes - qui devront être réalisées sur un parcours de total de 2000 km. Le seul classement des concurrents est calculé par la régularité de la marche avec 30km/h imposés.

    Maillot 2.jpg

    © BNF

    Départ de la course

    Une panne entraîne un plus lourd handicap... Le départ de la trentaine partants a lieu le 22 mai 1906 depuis la Porte Maillot à Paris ; d'autres engagés ne pourront pas concourir en raison de la grève. Les vedettes du sport comme Guippone, Paul Pons (champion du monde de lutte) et Marius Barriaux.

    Barraiux.jpg

    © BNF

    Marius Barreaux sur sa Vulpe

    Dans la catégorie motocyclettes, on aperçoit des Peugeot, Alcyon, Bruneau, Clément, Georgia Knap. Côté voiturettes : De Dion-Bouton, Vulpe et Fouillaron. Cette dernière utilise une courroie de transmission et pas de changement de vitesse à engrenage. Une révolution pour l'époque ! Cette course passera à Carcassonne sans s'y arrêter lors de l'étape Toulouse - Montpellier, le 25 mai 1906.

    Tour de France

    "Le Matin"

    Matin.jpg

    Voiture Cottereau pilotée par Pâquerette

    La même année, un autre Tour de France, d'une longueur de 6000 km, est organisé du 2 au 28 août par le journal "Le Matin". Le pesage des 65 véhicules engagés à lieu la veille au jardin des Tuileries à Paris de 8 heures du matin à 6 heures du soir. Une foule considérable de curieux et de passionnés accompagne cette journée. Le règlement de la course stipule qu'il s'agit d'un concours de résistance, de régularité et d'endurance. Toutes les précautions de pointage, de contrôle et de poinçonnage seront prises afin d'éviter les fraudes. 

    TRicar.jpg

    Le tricars auto-fauteuil

    Les journalistes du Matin vantent les mérites de Maringue, Baron et Denimal qui pilotent respectivement des Lacoste et Battman de 4 chevaux et demi, 6 et 9 chevaux. Les sept catégories s'élanceront à des horaires différents à partir de 9 heures du matin, avant de conclure cette première étape entre Paris et Deauville, longue de 218,6 km. A 30 km/h de moyenne, l'arrivée est prévue vers 5h49 du soir ; à 45km/h, ce sera avant 4h42. Dans le meilleur des cas, on mettra sept heures pour faire la distance.

    Bruneau.jpg

    Motocyclette Bruneau, tiers de litre 

     

    Les étapes

    Paris - Deauville : 281,6 Km

    Deauville - Granville : 171,4 Km

    Granville - Dinard : 148,7 Km

    Sur 41 voitures, 37 sont arrivées. Le véhicule n°47 de M. Rey s'est renversé dans un tournant à Lanloup. Sérieusement contusionné, le conducteur crachait du sang. Ses blessures ne sont pas graves.

    Dinard - Brest 225,5 KM

    Quarante voitures sont parties. Trois objets d'art ont été offerts par la ville et les habitants aux coureurs. Les premières voitures arrivent à trois heures dans le parc de la caserne Fautras.

    Brest - Nantes : 326,5 KM

    38 concurrents se sont présentés au contrôle. Les voitures sont arrivées avant l'horaire réglementaire. Le N° 51 a abandonné.

     Nantes - Les Sables d'Olonne : 157 km

    Les Sables d'Olonne - Royan : 256 Km

    35 concurrents au départ. Le N° 68 qui était resté en panne, a pu réparer et est reparti.

    Royan - Bordeaux : 136,3 Km

    Bordeaux - Biarritz : 271,8 Km

    36 concurrents au départ sont partis ce matin entre 6 et 10 heures. Ils arriveront entre 6 et 7 heures du soir à Biarritz. Les voitures passent par Mont-de-Marsan avant d'arriver sans accident dans la capitale Basque. On remarqua le comte Vinaza avec le prince de Bourbon, M. Rabier le vice-président de la Chambre des députés et d'autres notabilités du monde automobile.

    Biarritz - Pau : 170,6 Km

    Pau - Bagnères-de-Luchon : 135,2 Km

    Bannières-de-Luchon - Carcassonne : 250 Km

    35 voitures au départ qui sont passées dans Toulouse sans s'arrêter. Peu de monde sur le parcours, seuls quelques délégués du Club Automobile Toulousain. Les concurrents ont commencé à arriver à Carcassonne vers 2 heures. Les voitures s'arrêtèrent d'abord sur la place d'armes (actuelle place du général de Gaulle) où elles reçurent des soins, puis pénétrèrent dans le parc établi sur la carrière du 17e dragons, où personne n'a plus le droit d'y toucher jusqu'à la prochaine étape. 6 voitures arrivèrent après les délais.

    Carcassonne - Avignon : 270,3 Km

    Les voitures sont parties ce matin entre 6h29 et 10h5 pour Avignon. Grand animation à Coursan, où les concurrents sont passés entre 8h et 11h45. Arrêt à Béziers. A Sète, les automobilistes prennent une heure de repos. Un vin d'honneur et un petit déjeuner leur est offert au Kursaal. A une heure de l'après-midi, les véhicules passent devant une foule en liesse sur la place de la Comédie à Montpellier, puis à Nîmes à 2 heures.

    Avignon - Brioude : 276,7 Km

    Brioude - Clermont-Ferrand : 159,9 Km

    Clermont-Ferrand - Vichy : 131,1 Km

    Départ pour Vichy en passant par Riom, Loubeyrat, Menat, Saint-Pardoux et Gannat. La première voiture arrive 4h49 ; elle avait quitté Clermont-Ferrand à 1h53.

    Vichy - Lyon : 202,2 Km

    Lyon - Aix-les-Bains : 200,2 Km

    Aix-les-Bains - Evian-les-Bains : 185,1 Km

    30 voitures au départ et autant à l'arrivée. Le N° 59 a fait une embardée dans un fossé à cause d'un excès de freinage.

    Evian-les-Bains - Besançon : 245,3 Km

    Besançon - Gérardmer : 317,4 Km

    Mézières - Amiens : 256,3 Km

    Amiens - Boulogne-sur-mer : 219,5 Km

    Le numéro 37 est arrivé hier soir après la fermeture du contrôle. Il repartit vers Boulogne ce matin avec les 30 autres concurrents.

    Boulogne-sur-mer - Le Havre : 281,6 Km

    Départ vers Le Havre en passant par Abeville, Le Tréport, Fécamp, Etretat.

    Le Havre - Paris : 211,6 Km

    Ils sont repartis de Frascati ce matin vers Paris, via Rouen. L'arrivée s'est faite au pont de Neuilly devant un public nombreux. Sur toute la durée de la course, huit voitures n'ont jamais connu de panne et sont toujours arrivées avant l'heure.

    "Donc, sept concurrents sont classés ex aequo. Certains ont insinué que ce n'était pas la peine de faire 1500 lieues pour obtenir pareil résultat... Le prix qui devait être attribué au gagnant a été divisé en sept parties et ma foi, ce n'est pas du tout la même chose de toucher 25.000 francs ou d'en toucher 3572,40 !  Mais ce sont là des propos de mauvaises langues qui ne peuvent en rien troubler la belle sérénité des vainqueurs. Que pèse un billet bleu en regard de la gloire acquise !" (Le sport universel illustré)

     

    Le classement

    1. De Dion-Boutton 1...............Pellegrin

    1. Darracq II.................................Sire

     1. De Dion-Boutton......................Bardin

     1. Cottereau IV.........................Paquette 

    1. De Dion-Boutton VI..................Didier

    1. Bayard I..............................Dumond

    1. Mercédès..............................Renaux

     

     8. Hérald..................................J.Dubois

    9. De Dion-Boutton V..................Pelisson

    10. Darracq III...............................Siaud

    11. Mototri Comtal II....................P. Pons 

    12. Bayard II...........................Dompnier

    13. Darracq IV...........................Nieuport

     

    Véhicules ayant manqué 1 étape

    14. Darracq V............................Aublanc

    2 étapes

    15. Siddeley.................................Garell

    3 étapes

    16. Mercedes................................Théry

    4 étapes

    17. Siddeley I...............................Stead

    18. Lacoste et Battman...............Deminal

    7 étapes

    19. C.I.A..................................Bardinet

    8 étapes

    20. Alcyon..............................Thiercelin

    9 étapes

    21. Berliet...............................E.V Louis

    22. Lacoste et Battman..................Baron

    13 étapes

    23. De Dion-Boutton et Cie..........Cormier

    24. C.V.R II...........................Couverchel

    17 étapes

    25. C.V.R III................................Robert

    22 étapes

    26. Cottereau I.....................De Verneuil

    23 étapes

    27. Panhard et Levassor............Michenon

    28. Darracq et Cie....................Souchard

     

    Sources

    Le sport, Le matin, la presse, l'express du midi

    Crédit photos

    Collection Jules Beau (BNF)

    _____________________________

    © Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2016 

  • "Le Point d'interrogation" atterrit à l'aérodrome de Salvaza, le 20 février 1930.

    C'est en vainqueurs du record du monde de distance en circuit fermé le 17 décembre 1929 avec plus de 8000 kilomètres en 52 heures et 40 minutes, que les aviateurs Dieudonné Costes et Paul Codos se posent à bord de leur appareil sur la piste de l'aérodrome de Salvaza, le 20 février 1930.

    Capture d’écran 2016-01-28 à 19.35.13.png

    Le Point d'interrogation - avion Bréguet de la firme Hispano-Suiza d'une puissance de 600 chevaux - fait un virage sur l'aile, il rase le sol puis s'élève à nouveau dans un sillage de fumée. Il redescend par un passage à la verticale puis se pose admirablement sur ses roues et sa béquille.

    Capture d’écran 2016-01-30 à 09.33.04.png

    À leur descente de l'appareil, ils sont immédiatement félicités par le préfet de l'Aude, le maire de Carcassonne, le colonel commandant le 54e régiment Indochinois et les journalistes. Questionnés sur leur voyage, ils indiquent avoir énormément souffert du froid.

    Capture d’écran 2016-01-30 à 09.19.33.png

    Costes, Bellonte et Codos

    Ils se rendent à la Cité où une réception officielle les attend en présence des autorités locales. À cette occasion, ils signeront le livre d'or de la ville de Carcassonne.

    costes.jpg

    "En témoignage de gratitude à la municipalité de Carcassonne qui fait beaucoup pour les questions aéronautiques et pour les aviateurs."

    Le départ de la capitale audoise le lendemain sera retardé à cause d'une réparation sur le radiateur. Ce n'est qu'à 16H18 que le Point d'interrogation s'envole en direction de l'aérodrome toulousain de Francazal . Il s'y pose moins de trente minutes plus tard et ne repart pour Paris que le lendemain. Durant le banquet, Costes indique qu'il n'a pas renoncé à réaliser le raid Paris-New-York, qu'il envisage de tenter à nouveau dès l'été prochain.

    Capture d’écran 2016-01-30 à 09.26.39.png

    Costes à l'arrivée du Paris-New-York

    Le 1er septembre 1930, chargé de 5 200 litres de carburant qui lui confèrent une autonomie de 9 000 km, le Breguet 19 Super Bidon Point d'interrogation, piloté par Costes et Bellonte, décolle du Bourget pour rallier New York, via l'Atlantique Nord. Il y parviendra effectivement le 2 septembre au terme d'un voyage de 37 heures et 18 minutes. C'est la première fois que l'Atlantique Nord est « vaincu » sans escale, dans le sens est-ouest, face aux vents dominants... (Wikipédia)

    Sources

    L'express du midi

    __________________________

    © Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2015

  • Le Moto-cross de la Cavayère

    Avant d'être transformé en complexe de loisirs dédiée à la baignade en 1988, le site de la Cavayère accueillait dans les années 70 des compétitions motorisées. La grande mode des Moto-cross d'après-guerre attirait de nombreux spectateurs ; le plus prisé d'entre eux se tenait chaque année à Alairac.

    4217688175.jpg

    La ville de Carcassonne aménage le 6 juin 1971 un motodrome sur le site de la Cavayère. L'année suivante - 22 mai 1972- le championnat de France y est organisé.

    Capture d’écran 2015-11-28 à 08.42.09.png

    L'Union des motoristes audois avait à sa tête

    René Carrier (Commissaire général et directeur de course), Henri Nouvel (Délégué de la ligue du Languedoc), Norbert Thibault (Délégué officiel de la FFM), Michel Mazel (Chronométreur), MM. Raynaud, Sanchez, Dejean (Commissaires de piste), MM. Hebraut, Soucaret, Jung, Peyre, Garcia, Bonnafous (Commissaire de route), MM. Olive et Cathala (Délégués aux finances).

    Capture d’écran 2015-11-28 à 08.42.31.png

    Cette compétition comptait

    20 équipages de Side-car-cross nationaux

    30 engagés Moto-cross 125 cm3

    3751969943.jpg

    © J-M Rieu

    Jean-Claude Wolf de Perpignan en 125 cm3 à la Cavayère en 1972

    Au guidon de sa Bultaco, il se classe second de la 1ère manche derrière Georges Cote de Villepinte (93). Dans la seconde manche, Wolf passera devant et remportera l'épreuve devant Cote et Charles Coutard de Lyon (69)

    2895611194.jpg

    © J-M. Rieu

    L'équipage de Side-car Adnet-Blaise à la Cavayère en 1972

    L'équipage mixte Adnet (54 ans) et Claire Blaise (45 ans) de Vertou en Loire-Atlantique finit 6e au général en ouverture du championnat. Leroux-Lannes de Paris (75) gagnit 2 manches sur trois mais une crevaison eut raison de leurs espoirs. C'est l'équipage Servillat-Grefferat de Bourg-en-bresse (01) qui remporta l'épreuve.

    À lire,

    le formidable blog de C. Camberoque

    http://charlescamberoque.unblog.fr

    et

    son

    ouvrage

    moto-cross

    __________________________________

    © Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2015