Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Sport - Page 7

  • La flamme olympique est passée à Carcassonne en 1992

    Il est bon de se souvenir que la dernière fois où furent organisés des Jeux olympiques en France, Carcassonne eut le privilège d'accueillir la flamme olympique. Après les JO d'hiver de Grenoble en 1968, la petite ville savoyarde d'Albertville décrochait le graal après 24 années d'attente. 

    1992-jo-albertville.jpg

    Durant l'année précédent les jeux et jusqu'en février 1992, ce sont 57 villes françaises qui accueillirent le passage de la flamme olympique. En provenance d'Albi et descendant la montagne noire en passant par Les Martys et Cuxac-Carbardès, elle arrive à Carcassonne le 14 janvier 1992.

    flamme olympique 02 1992.jpg

    Ce jour-là, la ville est bloquée sous un épais manteau neigeux de 52 cm, qui immobilisera une centaine de camions aux portes de la ville.

    flamme ollympique copie.jpg

    © Patrice Cartier

    La flamme olympique devant la porte Narbonnaise

    pins copie.jpg

    Une épinglette sera commercialisée à cette occasion

    971675758.jpg

    La Poste, en tant que partenaire officiel du parcours de la flamme olympique, fit éditer un timbre et une enveloppe premier jour.

    poste.jpg

    _____________________________

    © Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2015 

  • Le complexe de loisirs Raymond Chésa (Lac de la Cavayère)

    Aucun Carcassonnais n'aurait pu imaginer qu'un jour le site de la Cavayère, connu pour sa décharge et ses rodéos de moto-cross, serait transformé en une aire de fraîcheur et de détente. Il faudra pour cela le concours d'un malheureux destin et la volonté d'un homme. Ce coup du sort c'est un incendie qui dévore en 1985 plus de 350 hectares de ce territoire boisé. Cet homme c'est le maire Raymond Chésa, qui dès l'année suivante entreprend le pari risqué de réaliser un lac de 18 hectares sur le lieu du sinistre.

    Cavayère-3.jpg

    © Patrice Cartier

    Cette idée lumineuse combine à merveille deux projets ; l'un écologique et l'autre, économique. Là, où il n'y avait que désolation et finalement pour avenir qu'une garrigue, on va creuser et créer un lac artificiel. L'architecte est Mlle Ceeli de Montpellier. Dès 1990, le reboisement de conifères (pin parasols et cyprès d'Arizona) et de feuillus (frênes, aulnes, chênes pubescents, arbre de Judée) va s'intégrer parfaitement autour du site. D'un point de vue économique, Raymond Chésa veut absolument donner une raison aux touristes visitant la Cité médiévale, de rester une nuit supplémentaire à Carcassonne. L'accès au lac étant libre et gratuit, il pense également à tous les enfants de la ville n'ayant pas la chance de passer des vacances à la mer.

    Un lac sans eau

    En fin stratège politique, le maire envisage d'inaugurer sa réalisation pendant la campagne électorale des municipales de mars 1989. Malheureusement, malgré les nombreuses études pour acheminer l'eau par les ruisseaux de Bazalac, de Montirat et du Loup, la vaste étendue d'eau de 1,5 millions de m3 ne se remplit toujours pas durant l'automne 1988. Manque de chance, Carcassonne enregistre cette année-là un déficit pluviométrique sans précédent.

    L'opposition municipale de gauche battue en 1983 dans cette ville acquise à sa cause depuis un siècle, s'engouffre dans la brèche pour dénoncer ce fiasco. Une campagne de calomnie et de mensonges comme on sait très bien la faire à Carcassonne, va abaisser les débats d'idées au niveau du caniveau. Le maire, lui, droit dans ses bottes, continue à croire et espère que ce lac va se remplir avant le premier tour des élections. Avec un sens aigu de la formule, je l'ai entendu dire cette phrase en plein Conseil municipal :

    " Le lac se remplira avec les larmes de mes détracteurs"

    L'inauguration

    La prophétie selon Chésa va se réaliser. En seulement quelques semaines, à cheval sur février et mars, de grosses précipitations vont commencer à remplir ce lac et faire fondre tous les espoirs de reconquête de la gauche locale. Au meilleur moment pour les uns ; au pire moment, pour les autres...

    Inauguration Lac de la Cavayère. 1989.jpg

    © Alain Machelidon

    Le lac est inauguré en février 1989 depuis le barrage de 150 mètres de long et de 23 mètres de hauteur, situé au nord de la retenue d'eau. Oh ! certes, ce n'est pas encore suffisant pour s'y baigner mais à l'été 1989, les deux plages seront ouvertes aux plaisanciers. Les cinq kilomètres de sentier pédestre accueilleront également les amoureux de VTT ; les "pescofis" jetteront leurs gaules à l'eau sous la bienveillance de la Fédération de pêche dont Chésa est un des adhérents ; les tables de pique-nique feront la joie des sorties dominicales. 

    5915-5915.jpg

    La première activité privée s'installe au lac. Il s'agit de la location de pédalos et de la vente de boissons à emporter gérée par "Les flotteurs de la Cavayère" de Didier Loubeyre. Le gardien M. Nicolas Daniel aidé par des saisonniers assure la tranquillité de ce site dont la baignade est surveillée et réglementée. L'usage des véhicules à moteur sur les sentiers est interdit, hormis les véhicules de secours. Ces activités de plein-air connaissent dès leurs débuts un énorme succès, faisant de cette réalisation contestée un environnement très prisé des Carcassonnais et des touristes.

    Le complexe de loisirs Raymond Chésa

    Après le décès du maire de la ville en janvier 2005, la municipalité décidera de donner le nom du lac à Raymond Chésa. Comme il s'est largement développé avec la construction du Centre de loisirs, il prend cette dénomination un peu administrative à mon goût. Ce nom a le mérite de rendre à Chésa, ce qui lui appartient d'un point de vue historique.

    IMG_0757.jpg

    © isabellechesa.com

    Le 18 juin 2008, le maire Gérard Larrat et son Conseil municipal inaugurait le Complexe de loisirs Raymond Chésa, entouré de la famille de l'ancien maire. M. Larrat soulignait avec justesse dans son discours : 

    "Cette date du 18 Juin, anniversaire de l’appel du général de Gaulle, est symboliquement le meilleur choix pour le gaulliste convaincu et rigoureux qu’a été Raymond CHESA."

    lac.jpg

    © Jean-Luc Bibal

    Mis à jour le 9 juillet 2020

    Où est donc passé le panneau avec le nom Complexe de loisirs Raymond Chésa ?

    _______________________

    © Tous droits réservés/ Musique et patrimoine / 2015

  • Les Jeux méditerranéens à Carcassonne en juin 1993

    Les Jeux méditerranéens

    réunissent depuis 1951 les sportifs des vingt-quatre pays du bassin méditerranéen. Ils se déroulent tous les quatre ans, l'année qui suit les Jeux olympiques d'été. Les trois anneaux bleus entrelacés représentent les trois continents côtiers de la méditerranée :

    Europe, Afrique, Asie. 

    jeux-mediterrannees.jpg

    Ces jeux comptent 31 disciplines dont la pratique handisport et le karaté ; ce dernier ne figure pas dans les Jeux Olympiques d'été. Au tableau des médailles, la France se classe pour le moment en seconde position derrière l'Italie et loin devant l'Espagne, classée troisième.

    Capture d’écran 2015-05-28 à 08.55.31.png

    La France organise ces jeux en Languedoc-Roussillon du 16 au 27 juin 1993. La cérémonie d'ouverture mise-en-scène par Jérôme Savary a lieu à Agde (ville antique), en présence de François Mitterrand et de Jacques Blanc (Président de la région Languedoc-Roussillon) . Dix-huit communes sont choisies pour accueillir des épreuves sportives, dont Carcassonne qui sera dotée d'un village temporaire chargé de recevoir une partie des 2598 athlètes.

    francs-jeux-mediterraneens-1993-z120294.jpg

    La pièce de 20 francs frappée à l'occasion des Jeux

     

    Jeux-93-B copie.jpg

    Pierre Fabre est chargé d'organiser les épreuves de Lutte à Carcassonne.  Elles se dérouleront dans la Salle du Dôme, transformée pour l'occasion en gymnase. C'est grâce à lui si Carcassonne possède désormais un complexe omnisports de 4000 m2 : Carcassonne Olympique. Une structure créée à l'occasion de ces Jeux Olympiques de Barcelone (1992) et des Jeux méditerranéens (1993).

    Jeux-93-A copie.jpg

    Les résultats

    Lutte libre

    48kg

    1. Fevzi Kaynak (TUR),

    2. Filippo Fiumefreddo (ITA),

    3. Nidal Sik (SYR),

    4. Francisco Sanchez (ESP),

    5. Hassen Ben Lamine Mastouri (TUN),

    52kg

    1. Mevlana Kulac (TUR),

    2. Michele Liuzzi (ITA),

    3. Ivan-Ioannis Tabounchtchik-Tabounidis (GRE),

    4. David Legrand (FRA),

    5. Alaa El-Sayed (EGY),

    57kg

    1. Ismail Zurnaci (TUR),

    2. Georgios Petrov-Petridis (GRE),

    3. Magdi Ahmed (EGY),

    4. Laureano Atanes (ESP),

    5. Jesmond Giordemaina (MLT),

    6. Thierry Bourdin (FRA),

    7. Umberto Pirrone (ITA),

    8. Badii Alrihawi (SYR),

    62kg

    1. Ismail Faikoglu (TUR),

    2. Aroutioun Barseguian (CYP),

    3. Georgios Moustopoulos (GRE),

    4. Vicente Caceres (ESP),

    5. Philippe Lamothe (FRA),

    6. Giovanni Schillaci (ITA)

    7. Fouad Ibrahim El-Maoula (LIB),

    8. Ahmed Ibrahim (EGY),

    68kg

    1. Georgios Athanasiadis (GRE),

    2. Ahmad Alousta (SYR),

    3. Fatih Ozbas (TUR),

    4. Nour-Eddine S. Elhabech (LIB),

    5. Maxime Mischler (FRA),

    74kg

    1. Selahattin Yigit (TUR),

    2. Issam Mohamed (EGY),

    3. Ioannis Athanasiadis (GRE),

    4. Lotfi Ben Mohamed Tebissi (TUN),

    5. Mohammad Alkhanati (SYR),

    6. Jean Philippe Chazeix (FRA),

    82kg

    1. Sebahattin Ozturk (TUR),

    2. Alcide Legrand (FRA),

    3. Mohamad Zayar (SYR),

    4. Francisco Iglesias (ESP),

    5. Ioannis Batmanis (GRE),

    6. Andreas Hristofi (CYP),

    7. Mohy-Eldin Hussein (EGY),

    90kg

    1. William Rombouts (FRA),

    2. Hikmet Gunaydin (TUR),

    3. Dimitrios Theodoridis (GRE),

    4. Moustafa Hussein (EGY),

    5. Naser Salame Bchara (LIB),

    100kg

    1. Omer Arslantas (TUR),

    2. Aly Elders (EGY),

    3. Dionisios Saridis (GRE),

    4. Ahmad Al Chami (SYR), 

     

    Gréco-romaine

    48kg

    1. Ramiz Celik (TUR),

    2. Fabio Costantino (ITA),

    3. Hassen Ben Mastouri (TUN),

    4. Mohamed Jerrari (MAR),

    52kg

    1. Khaled Al Faraj (SYR),

    2. Remzi Ozturk (TUR),

    3. Salah Belguidoum (FRA),

    4. Nabil Ben Habib Salhi (TUN),

    5. Zeljko Popovic (CRO),

    6. Dimitrios Zavridis (GRE),

    7. Alaa El-Sayed (EGY),

    8. Said Amimar (MAR),

    57kg

    1. Mohammad Nader Al Sibai (SYR),

    2. Magdi Ahmed (EGY),

    3. Seref Eroglu (TUR),

    4. Ioannis Sofianof-Sofianidis (GRE),

    5. Rachid Ghilmanov (FRA)

    6. Abderrahim Naanaa (MAR),

    62kg

    1. M. Akif Pirim (TUR),

    2. Konstantinos Arkoudeas (GRE),

    3. Thierry Bastien (FRA),

    4. Denni Urbinati (ITA),

    5. Badii Alrihawi (SYR),

    6. Ahmed Ibrahim (EGY),

    7. Rachid Khdar (MAR),

    8. Luis Bernardo Martinez (ESP),

    68kg

    1. Ghani Yalouz (FRA),

    2. Anagnostis Lykidis (GRE),

    3. Hesham Moustafa (EGY),

    4. Davor Jakubek (CRO)

    5. Hasan Cakiroglu (TUR),

    7. David Velazquez (ESP),

    8. Ahmad Alousta (SYR),

    74kg

    1. Martial Mischler (FRA),

    2. Yalcin Karapinar (TUR),

    3. Petros Triantafilidis (GRE),

    4. Mohamed El Haddad (MAR),

    5. Issam Mohamed (EGY),

    6. Vlado Lisjak (CRO),

    7. Jose A. Recuero (ESP),

    8. Zouheir Albalah (SYR),

    82kg

    1. Nikolaos Zamanis (GRE),

    2. Philippe Florent Nagy (FRA),

    3. Hamza Yerlikaya (TUR),

    4. Mohy-Eldin Hussein (EGY),

    5. Francisco Iglesias (ESP),

    6. Davor Lukic (CRO),

    90kg

    1. Hakki Basar (TUR),

    2. Moustafa Hussein (EGY),

    3. Henri Meiss (FRA),

    4. Mohammad Alhayaek (SYR),

    5. Salvatore Campanella (ITA),

    6. Iordanis Konstantinidis (GRE),

    100kg

    1. Olivier Welzer (FRA),

    2. Tahir Yilmaz (TUR),

    3. Giuseppe Giunta (ITA),

    4. Josip Pavisic (CRO),

    5. Haralambos Kaltsidis (GRE),

    6. Kamal Ibrahim (EGY),

    130kg

    1. Aly Elders (EGY),  

    2. Saban Donat (TUR),

    3. Panagiotis Koniarakis (GRE),

    4. Mario Miketek (CRO)

    5. Midhad Fejzic (BSH)

    Capture d’écran 2015-05-28 à 09.26.36.png

    Le tableau des médailles

    des

    12° Jeux Méditerranéens 

    Capture d’écran 2015-05-28 à 09.23.54.png

    _________________________

    © Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2015