Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Sport - Page 4

  • 4 janvier 1987 : Jean-François Daré de l'ASC tué par un joueur du XIII Catalan

    Ce dimanche 4 janvier 1987, je n'étais âgé que de 16 ans quand je me rendis avec mon père au stade Albert Domec. Le temps quoique un peu froid, laissait resplendir le soleil de l'hiver sur la pelouse. Toutes les conditions étaient réunies afin que nous assistions à une belle affiche de rugby à XIII, entre deux clubs mythiques du championnat. Le XIII Catalan auréolé de plusieurs titres, avait fait parler de lui ces dernières saisons par la brutalité de ses joueurs sur le terrain. Depuis 1981, on se souvenait de la bagarre générale pendant la finale entre les Perpignanais et Villeneuve ; le match avait duré cinq minutes. Hélas, pour ce sport régulièrement diffusé sur les chaînes nationales, les exploits belliqueux du XIII Catalan allaient mettre fin aux retransmissions. Il fallait croire qu'en ce mois de janvier 1987, le rugby à XIII n'avait pas encore touché le fond avec ces sportifs qu'on serait tenter de traîter de voyous, voire d'assassins.

    JF Daré.jpg

    L'ASC XIII

    Dans la tribune d'honneur de Domec, dès la sortie des joueurs vers la pelouse, les invectives venant du groupe de "supporters" Perpignanais, commençaient à donner le ton. Toute la première mi-temps ne fut qu'intimidations et bagarres sur le terrain. Déjà, les frères Naudo de l'équipe visiteuse, s'étaient distingués en allumant la mèche contre Albérola. A la 51e minute, l'arbitre M. Carrière excluait Hébert du XIII Catalan. Les deux équipes rivales entraient au vestiaire sur un score de parité : 6 à 6. En seconde mi-temps, des canettes de bière commençaient à nous pleuvoir sur la tête. Juste au moment où Jean-François Daré venait par un superbe mouvement à l'aile, de marquer le second essai de l'ASC. 

    Daré.jpg

    Jean-François Daré, 3/4 centre de l'ASC

     A la 76e minute, alors que Daré allait sans doute plier le match par un autre essai en coin, le n°7 du XIII Catalan le stoppait brutalement dans sa course vers l'en-but. Ces images sont demeurées immortelles dans ma mémoire et je ne les avais pas revues depuis 30 ans. Hier, j'ai visionné sur le site de l'INA l'ensemble des journaux télévisés relatant cette tragédie, avec toutes les interviews et résumés de l'époque. 

    Capture d’écran 2017-06-15 à 20.02.54.png

    On y voit clairement le joueur catalan en blanc (cercle rouge) le bras tendu, aller chercher le porteur du ballon (flèche bleue). Il s'agit de Thierry Naudo, le numéro 3 du club Perpignanais. A cet égard, les conclusions des journalistes ne laissent pas de doute sur ce fait de jeu : il s'agit d'une agression caractérisée.

    "A la 76e minute, l'attaquant Carcassonnais, Jean-François Daré a été victime d'une manchette donnée par le joueur Catalan Thierry Naudo. Jean-François Daré, 32 ans, employé municipal à Carcassonne, avait été admis hier soir à l'hôpital de Rangueil de Toulouse, dans un coma dépassé de stade 4, provoqué par un œdème au cerveau." (FR3 Montpellier)

    Nous avons trouvé un article publié dans le journal de Singapour "The straits times", publié trois jours après le drame. En voici un passage...

    "The Carcassonne club secretary Louis Fernandez said there was no suggestion of foul play. Club president Dr Philippe Ourliac said : "Daré was running at full speed when he was stopped in his tracks by a tackle. The effect on the brain would be similar to someone hitting the windscreen of a car in a collision."

    Daré 2.jpg

    Etendu sur le sol et ne bougeant plus, l'arbitre a mis une minute avant d'arrêter le match. Une minute pendant laquelle, Jean-François Daré a avalé sa langue. Pendant vingt minutes, les secours ont tenté de le ranimer mais déjà le joueur ne donnait plus de signe de vie. L'ambulance a fait son entrée sur la pelouse, emporta la victime et le match reprit. Pour l'anecdote, l'ASC gagna 10 à 7 ; staff et joueurs se rendirent ensuite à une réception avec les partenaires du club à la discothèque Le privé. Le lendemain matin on apprenait que Daré n'avait pas survécu. Naudo lui avait fracturé les cervicales ; une autopsie a été ordonnée par la justice, ainsi qu'une enquête.

    Grill.jpg

    L'ASC déclara qu'elle refuserait de jouer contre le XIII Catalan, tant que des décisions exemplaires n'étaient pas prises. Cette affaire mit en émoi le monde du sport local et national. Plusieurs équipiers de JF Daré s'exprimèrent. Philippe Gril déclara : "Nous avons peur quand nous rentrons sur un stade. De ça, nous n'en voulons plus." Hervé Guiraud : "Il faut éliminer les brebis galeuses. Ils récidivent tous les dimanches, on ne les punit pas assez." De son côté, Palanques (International de l'équipe du Pontet) affirme qu'il "refusera de jouer en Equipe de France tant qu'un Perpignanais en fera partie."

    Les joueurs du XIII Catalan répondirent à Palanques par la voix de Guy Lafforgue : "Avec les paroles de Palanques, on va vers des incidents" et d'Yvan Grésèque " Il ne faut pas oublier que le XIII Catalan est très jalousé à cause du palmarès qu'il obtient depuis de nombreuses années."

    SOPPELSAJACQ.jpg

    Jacques Soppelsa

    Le président de la Fédération de rugby à XIII indiqua qu'en cas de délit reconnu par la justice, il n'hésiterait pas à demander l'exclusion du XIII Catalan. Le Dr Francis Mourgue (Président de la commission des clubs) fit cette déclaration à la presse : "Les présidents des clubs plaident coupables d'avoir laissé se développer des errements sanctionnables, mais nous n'avons rien dit et laissé faire."

    La déclaration de Justin Salgado, le président du XIII Catalan, cherche à disculper Thierry Naudo de toute faute intentionnelle. Elle s'aligne finalement sur celle de ses joueurs. Quelques jours avant l'entraîneur des juniors du XIII Catalan, avait cassé la gueule sur le terrain à l'arbitre de touche...

    "Il n'y a pas d'agression. J'enlève le mot d'agression. C'était une phase normale, disons que peut-être les deux joueurs se sont rencontrés, certainement lancés à grande vitesse. Pour moi, Thierry Naudo n'avait aucun sens d'agressivité. Pour moi, il n'est pas coupable. C'est peut-être le sort qui a voulu ça. Un sort qui a été méchant envers nous, envers tous. Thierry Naudo est dévasté, il pense à arrêter le rugby."

    Finalement, Naudo ne prendra que quelques matchs alors qu'il aurait dû être suspendu à vie. Le club remportera le championnat de France 1987 et ne sera pas sanctionné.

    Capture d’écran 2017-06-15 à 21.53.24.png

    Construit en 1990, le stade du hameau de Grèzes-Herminis près de Carcassonne porte le nom de Jean-François Daré. Qu'évoque t-il aux visiteurs ? Nous sommes là pour rappeler ce triste 4 janvier 1987, au cours duquel un joueur de 32 ans, a perdu la vie sur un terrain de rugby à cause de la violence. 

    Sources

    JT de FR3 Montpellier / 5 janvier 1987

    Stade 2 / Antenne 2 

    JT Tf1 / 5 janvier 1987

    ___________________________________

    © Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2017

  • Joseph Choy (1905-1990), international de rugby à XV et joueur à l'AS Carcassonne

    Il n'y a pas d'erreur dans le titre de cet article, car l'AS Carcassonne jouait à XV jusqu'en 1938. Elle échoua même en finale de ce championnat en 1924 contre US Perpignan. Le changement s'effectua lors d'une assemblée générale du club le 6 mai 1938 au Café des deux gares à Carcassonne - aujourd'hui, café Bristol. Par un vote de 80 voix contre 3 (Dr Delteil, Vitalis et Bastouil), l'ASC présenta sa démission de la F.F.R XV et demanda son affiliation à la ligue de football-rugby à XIII.

    5201577515_057919ab18_o.jpg

    Joseph Choy né le 19 août 1905 à Homps (Aude) effectua presque toute sa carrière comme joueur de rugby à XV. Ses 1,80 m pour 92 kg lui permirent d'évoluer à deux postes distinctifs, selon qu'il jouait comme pilier au sein de l'Equipe de France ou comme Seconde ligne au RC Narbonne.

    Capture d’écran 2016-12-22 à 08.40.11.png

    J. Choy avec l'Equipe de France en 1930

    Sa carrière d'international débute contre l'Ecosse le 1er janvier 1930 et s'achève le 1er novembre 1938 contre l'Allemagne. Au total, il effectuera 10 matchs en sélection dont le plus célèbre sans doute étant la victoire en terre Irlandaise lors du tournoi des cinq nations. Il marquera un essai. En club au RC Narbonne, il sera le capitaine de l'équipe vice-championne de France en 1932 et 1933.

    Choy ASC.jpg

    L'AS Carcassonne en 1938

     Haut :Duhaut, Choy, Roumagnac, Gabanou, Bordenave, Poch, Fabre, Carrasco, Raynaud (Béret),

    Bas : Altemaire, Fau

    026_001.jpg

    Les dirigeants de l'ASC croqués par Dantoine

    Capture d’écran 2016-12-22 à 09.24.18.png

    Le Café des deux gares, siège de l'ASC en 1938. On voit l'inscription ASC sur le fronton et si vous y passez devant maintenant, levez les yeux. Certes, on a repeint dessus mais on aperçoit encore les lettres.

    Choy.jpg

    Au même moment, Joseph Choy prenait en gérance une station service à Carcassonne. Celle-ci se trouvait sur l'emplacement actuel de la pharmacie Cartou, à côté du square Gambetta. L'ancien international de rugby est décédé en 1990. Gageons qu'ici personne désormais ne l'oubliera.

    ______________________________

    © Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2016

  • L'histoire de la boxe carcassonnaise depuis 1922

    Au commencement de tout, en 1922, les boxeurs carcassonnais étaient regroupés au sein du club pugilistique de Carcassonne. En ce temps là, les locomotives du ring se nommaient Sarda et Elie Boyer, le frère d'Emilien qui fut secrétaire de la Carcassonnaise boxe. Toutes les rencontres se déroulaient à l'Eden...

    eden.jpg

    L'ancien Eden, boulevard du Commandant Roumens

    Entre 1929 et 1933, ce fut l'éclipse. A la reprise, les présidents Louis Haener et Louis Amiel se succédèrent.

    boxe

    En 1934, Marcel Thil (1904-1968) - Champion du monde des poids moyens - boxait à Carcassonne. Le combat eut lieu au bois de Serres avec son Paul Rebel, son sparring-partner - champion de France des poids moyens. Ci-dessus, Marcel Thil (second à droite) dans le jardin de l'Hôtel de la Cité.

    En 1935, Pons et Emilien Boyer furent sélectionnés dans l'équipe de France Catalane qui rencontra son homologue espagnole. Ensuite, le club fournit plusieurs champions du Languedoc et du Midi et, en 1936, il parvint à la troisième place sur le podium du championnat de France par équipes. Après la Seconde guerre mondiale, sous l'impulsion de François Porcel et d'Emilien Escloupié, le club fut rebaptisé : "La Carcassonnaise boxe".

    img219.jpg

    La Carcassonnaise boxe au début des années 80

    La relance du Noble art à Carcassonne se fit à la fin des années 1970 avec M. Bès (Président), MM. Henri Pons, Louis Bonhoure, Jean-Pierre Monteil (Vice-présidents), M. Emilien Boyer (secrétaire), Francisco Rofas (Prévôt). Parmi les champions du club, on peut citer Faham et Sanchez - champions du Languedoc en boxe éducative respectivement dans la catégorie Cop et Plume. Le club pouvait également compter sur Muzas, Hamid, Bonnet, Rabi, Hamzaoui et Siourd.

    Francisco Rofas

    (1929-2011)

     Qu'aurait été le noble art à Carcassonne sans lui, pour former toute une génération de jeunes boxeurs ? Tentons de rendre à César, ou plutôt à Paco, ce qui lui appartient. Francisco est le fils d'une famille de réfugiés espagnol qui arrive en France en 1939. Il a alors 11 ans et déjà l'oeil vif et le déplacement précis. Tout ce qu'il faut à ce jeune fougueux pour se retrouver en 1944 sur les rings de la Carcassonnaise boxe. Son style de boxe est fin, fait d'esquives, d'un bon jeu de jambes et surtout d'une garde imperméable aux coups de ses adversaires qui pesaient 6 kg de plus que lui. Son secret : donner sans recevoir. Sa courte carrière de 16 à 27 ans est faite de 90 combats amateurs dont 67 victoires : Champion du Languedoc et finaliste des championnats de France 1954. Après sa naturalisation en 1954, un an plus tard il devient éducateur fédéral et entraîne la Carcassonnaise boxe jusqu'à devenir prévôt en 1972. La présidence de la Carcassonnaise était assurée par Albert Ramon. Avec Rofas les jeunes apprenaient le respect de l'adversaire et avant comme après les combats, il fallait se saluer. Une vraie école de la vie... Voici quelques noms qui sont sortis des gants de Rofas: Rodilla (1/2 finaliste du championnat de France juniors), Calatayud, Cargollès, Pascual, Rabhi...

    299604923.jpg

    En janvier 1985, Francisco Rofas reçut la médaille de bronze de la jeunesse et sports des mains du maire Raymond Chésa. De nombreux combats furent organisés par la Carcassonnaise boxe au Viguier ou au Dôme pendant les années 1980. Elle comptait une vingtaine de licenciés qui s'entraînaient à la "Carcassonnaise", une salle détruite depuis, dans la rue Fabre d'églantine. C'est dans ce quartier que Francisco a vécu jusqu'à son décès en 2011. Il doit sûrement faire danser Marcel Cerdan là-haut... un chronomètre en main.

    ______________________________

    © Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2016