Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Sport - Page 5

  • L'histoire de la gymnastique Carcassonnaise depuis 1888

    La vieille dame fêtera en 2018 ses 130 ans... En remontant le temps, on s'aperçoit que la première association de gymnastique fut fondée à Carcassonne le 2 janvier 1888. Son nom ? L'Atacienne ! Nous sommes tous des Ataciens et des Ataciennes, puisque l'Atax est le nom primitif de l'Aude. Il était ainsi dénommé sous l'Antiquité. 

    Atacienne.jpg

    Réunion des anciens de l'Atacienne au café Lapasset

    Le 1er janvier 1934, les trois sociétés de gymnastique de Carcassonne fusionnèrent : L'Atacienne, l'Avenir et l'Indépendante. Ainsi naquit La Carcassonnaise dont les locaux se trouvèrent d'abord dans la rue des trois couronnés (face à l'actuelle salle du Dôme), puis dans la rue Fabre d'églantine. Aujourd'hui, ces deux bâtiments n'existent plus : ce sont des immeubles d'habitation.

    24 mai 1941.jpg

    Le 24 mai 1941 au stade de la pépinière (A. Domec)

    On reconnaîtra Maurice Ancely, André Saura et tant d'autres...

    Pierre_Ramadier.jpg

    Pierre Ramadier

    (1902-1983)

    Malgré des conditions d'entraînement assez rudimentaires dues à un manque de moyens, le palmarès de la gymnastique Carcassonnaise d'étoffera au fil des ans. Prenons pour exemple Pierre Ramadier, qui fut champion de France au concours d'Agen en 1924 avec l'Atacienne, avant de devenir champion et recordman de France de gymnastique, de lutte et de saut à la perche.

    Capture d’écran 2016-11-08 à 10.17.30.png

    L'équipe Carcassonnaise à Casablanca en 1949

    MM. Bès, Albert Almerge, Bergé, Michel Almerge, Brahouet, Reverdy, Mironi, Grigge et Ruiz.

    Quant à la société, elle finira troisième de sa catégorie au championnats de France de Casablanca (1949). Plus près de nous, en 1986 les minimes filles décrochèrent le titre de championnes de France.

    Capture d’écran 2016-11-08 à 10.20.58.png

    La Carcassonnaise (debout) et l'équipe de Barcelone (accroupie) en 1951

    Le Comité directeur depuis 1934

    MM. Paul Bès (Directeur de la Banque populaire), M.Villa (Directeur de l'usine des bérets), André Bès, Gayraud, Fourcade, Papaïx, etc.

    Gym.jpg

    L'équipe féminine en 1948 avec Annette Eychenne

    Parmi les anciens gymnastes, on pourra citer les noms suivants : Marcel Roques, Louis Moutounet, Jean Taillefer, Pierre Cazelles, Léon Authier, Reverdy, etc.

    Gym 3.jpg

    Du côté des moniteurs, il faut retenir le nom de Jean Esparseil (†15 janvier 1994) qui tint cette fonctions dès 1934 aidé dans sa tâche par le regretté Michel Almerge.

    Capture d’écran 2016-11-08 à 10.25.30.png

    Michel Almerge

    (1920-2015) 

    Michel Almerge commença la gymnastique à l'âge de six ans à l'Atacienne. Fils d'une famille de neuf enfants dont le père était entrepreneur, c'est à la mairie qu'il fera toute sa carrière. En 1948, il réussit son examen de moniteur national de gymnastique à Aix-en-Provence. Christian Almerge - ancien professeur au lycée Sabatier - connu comme chanteur du groupe TEST est le neveu de Michel Almerge. 

    Gym 2.jpg

    La Carcassonnaise au Théâtre municipal de Carcassonne

    ___________________________

    © Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2016

  • Pas de carré VIP au Grand prix cycliste de Carcassonne

    Le Grand prix cycliste de Carcassonne est inscrit depuis des décennies dans le calendrier des évènements sportifs amateurs de notre ville. Ici point de Chris Froome et d'équipe Sky sponsorisée à coup de millions d'euros, point de retransmission télévisée, point de carré VIP avec son lot d'élus et de représentants des chambres consulaires. Aucun risque de passer à la télévision à côté de Poulidor, donc les huiles s'en tiennent à l'écart en attendant le prochain Tour de France. Oublierait-on que le cyclisme est un sport populaire dont la pratique amateur constitue à elle seule près de 90% de son activité ? Il est loin le Tour de France où les enfants et leurs parents pouvaient toucher ou parler à leurs champions. Aujourd'hui, les coureurs se confinent dans les autobus ou dans le carré VIP entouré de grillages et seulement accessible au gratin local. C'est là également que se concentrent - comme des guêpes attirées par le miel - nos élus et autres notables de la ville. La communication politique sur le terrain c'est fini, pensent-ils, alors il se prennent en photo dans le carré VIP et la posteront sur leur page Facebook. Pendant ce temps, des centaines d'enfants - qui ne votent pas - accompagnés de leurs parents - qui votent - observent l'attitude de ces privilégiés du moment. Que ressentent-ils lorsqu'ils voient sur la page Facebook de leur élu, la trombine de celui-ci avec Poulidor ou Virenque ? L'élu en question est heureux, il se rapproche du peuple par les réseaux sociaux, mais s'éloigne de lui physiquement et moralement chaque jour. A Carcassonne, il y avait un maire qu'on avait surnommé en patois "Tocas manetas" ; littéralement : "Touche les mains". Le contact - sans Facebook - lui avait fait gagner quatre élections municipales consécutivement. Et lui, au Grand prix cycliste de Carcassonne, il y figurait même avec la casquette de Conseiller général. 

    Stéphane Huc

    (1983-2004)

    Capture d’écran 2016-09-07 à 09.29.41.png

    Il avait vingt ans et la passion du cyclisme chevillée au corps... Il est mort avec elle lors d'un entraînement sur la route de Verzeille en 2004 écrasé par un bus qui passait par-là.

    Huc 3.jpg

    En hommage à Stéphane, le Grand prix de Carcassonne porte désormais son nom. Dimanche dernier, pour la 13e année, de jeunes coureurs amateurs ont participé à cette course de 93 km à travers la ville. L'ASC cycliste avec Hubert Beaubois en cheville ouvrière bénévole n'a pas ménagé sa peine.

    Huc 5.jpg

    Les coureurs passent devant St-Jean de Brucafel avant d'arriver à Grazailles

    Capture d’écran 2016-09-07 à 09.44.25.png

    Florian Esquer a reçu des mains de Paul Escourrou - adjoint au maire chargé des sports - la coupe du vainqueur. C'était bien le seul représentant de la classe politique locale - tous partis confondus -, aux dires des témoins. 

    _________________________

    © Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2016

    Lien permanent Catégories : Sport
  • Les dieux de l'ASC XIII en chocolat

    La chocolaterie Cantaloup-Catala implantée dans les P-O, sort au début des années 1950 une collection de petites cartes que l'on trouve dans ses tablettes. Au pays du rugby et surtout du jeu à treize, les joueurs de ce sport sont les vedettes de cette collection. Ainsi, les enfants auront la possibilité de rassembler l'ensemble de l'équipe de l'AS Carcassonne XIII. Aussi curieux que cela puisse paraître aujourd'hui, Pipette (Puig-Aubert) est à cette époque un Dieu vivant. Les stades de rugby à XIII sont noirs de spectateurs et l'équipe de Carcassonne est la championne invincible.

    596708822.jpg

    Cette chocolaterie existe aujourd'hui sous la marque Cémoi à Perpignan

    Capture d’écran 2016-04-10 à 11.18.24.png

    Robert Puig-Aubert dit Pipette

    (1925-1994)

    Capture d’écran 2016-04-10 à 11.19.15.png

    Edouard Ponsinet dit "Ponpon"

    (1923-2006)

    Capture d’écran 2016-04-10 à 11.19.58.png

    Louis Mazon

    __________________________

    © Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2016

    Lien permanent Catégories : Sport