Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Bâtiments publics - Page 4

  • Les œuvres d'art et les artistes du lycée Paul Sabatier enfin révélés !

    La semaine dernière nous avons essayé de recenser les œuvres d'art réalisées lors de la construction du lycée Paul Sabatier. Malgré nos efforts, notre article s'est révélé incomplet et même parfois inexact. Grâce à des documents qui nous sont parvenus, conservés au Archives Nationales, nous sommes en mesure de vous présenter la liste complète des sculptures exécutées dans le cadre du 1% artistique en 1960.

    2226973119.png

    © Association Dourgne Patrimoine

    Camille Montagné

    Il aurait été bien dommage de laisser le nom de Camille Montagné dans les oubliettes de l’histoire de cet établissement, car cet homme fut l’un des plus illustres architectes de sa génération. Né à Dourgne dans le Tarn le 29 janvier 1907, Camille Montagné entra à l’Ecole des Beaux-arts de Toulouse à 17 ans, puis à celle de Paris deux ans plus tard. Diplômé de la prestigieuse école en 1932, il obtint la même année le Grand Prix de Rome. Architecte des bâtiments civils et des Palais nationaux entre 1938 et 1943, Camille Montagné réalisa ensuite plusieurs lycées dans le Sud-Ouest en sa qualité d’architecte en chef coordonnateur du plan d’équipement scolaire.On lui doit également les deux barres d’immeubles de l’avenue Daumesnil dans le XIIe arrondissement de Paris.

    3971219852.png

    157 avenue Daumesnil, Paris (XIIe)

    A Carcassonne, il se voit confier la construction du nouveau lycée Paul Sabatier dans le quartier de la Pierre blanche à partir de 1958 pour 1400 élèves et 500 pensionnaires. C’est là sans doute sa dernière œuvre puisqu’il s’éteint le 3 octobre 1961 à Paris et est inhumé dans la cimetière de Dourgne. Les autres bâtiments qui complèteront l’équipement du lycée seront l’œuvre du Carcassonnais Henri Castella. Les travaux du gymnase débuteront le 1er mars 1966 pour un coût total de 682378, 98 francs. Trois ans plus tard, le lycée Paul Sabatier deviendra mixte.

    La loi sur le 1% artistique initiée par le sculpteur audois René Iché après la guerre, fit obligation au maître d’ouvrage de consacrer 1% du budget pour la création d’œuvres d’art. En 1957, une commission choisit les artistes et les œuvres décoratives à réaliser au lycée Sabatier. 

    Marcel Homs (1910-1995), né à Céret dans les Pyrénées-Orientales. Second Grand Prix de Rome en 1939. Il sculpte une ronde bosse en pierre ; figure couchée représentant l'Aude. Montant : 14 000 francs. Il a sculpté également La baigneuse se coiffant, conservée à Cagnes-sur-mer.

    3959024704.jpg

    Elle devra se trouver à l'entrée du lycée.

    Jean Augé (1924-2002), élève de l'école des Beaux-arts de Genève et Premier prix de sculpture en 1953. Deux bas-reliefs en ciment portant les allégories sur l'origine de Carcassonne : Trencavel et Dame Carcas

    2167312750.png

    Raymond-Roger de Trencavel

    3634993229.png

    Dame Carcas

    Pierre Sicre Saint-Paul, surnommé le Claudel des laves, Pierre Saint-Paul (1926-2008) était un peintre, céramiste et créateur de tapisserie proche du mouvement surréaliste. Pur produit de l'école de San Vicens près de Perpignan, il possédait un atelier à Canet plage. En 1960, il rencontra Salvador Dali en 1960 juste au moment où il réalisa un panneau de carreaux de céramique émaillée pour le lycée Paul Sabatier : Les évènements interplanétaires. Montant 5000 francs. (Source : Philippe Henrion)

    Cette œuvre qui se trouvait sur le mur du réfectoire a été détruite en 2006 lors de la restructuration de l'établissement par le Conseil régional Languedoc-Roussillon. Au lycée de Perpignan où Pierre Saint-Paul avait également exécuté le même style de panneau, on ouvrit des portes dans l'œuvre. En 2015, le biographe de l'artiste vint au secours de la destruction totale.

    2291269196.png

    Ce qu'il restait de l'œuvre de Pierre Saint-Paul à Perpignan. Grâce à l'intervention de son biographe, elle ne fut pas détruire mais camouflée derrière un mur de brique...

    Albert Féraud (1921-2008), Grand Prix de Rome en 1951. L'artiste est élu à l'Académie des Beaux-arts en 1989. Féraud réalisa huit thermes en briques sculptées, allégories des origines de l'Occitanie des Grecs aux Maures. Montant : 21 180 francs. Ces bas-reliefs figuraient dans l'Internat.

    1186672089.png

    Par délibération du Conseil municipal en date du 30 avril 1960, la ville de Carcassonne s'engagea à participer financièrement à l'acquisition de ces œuvres pour le lycée. Il était également prévu deux bas-reliefs, allégories des fables de La Fontaine, par Madame Gisclard-Cau. Le projet fut abandonné.

    Nous sommes en droit d'espérer que la direction du lycée Paul Sabatier non seulement veillera désormais sur ces œuvres, mais pourra déposer un cartel afin d'expliquer aux élèves ce qu'elles représentent et qui en sont les auteurs. Le professeur Art plastique pourrait fort bien s'en charger.

    Sources

    Archives Nationales

    Merci à Monsieur Philippe Henrion, biographe de Pierre Sicre Saint-Paul, pour son indispensable et précieuse collaboration.

    _________________________________

    © Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2021

  • Les œuvres d'art du lycée Paul Sabatier sont-elles menacées de disparition ?

    Il est assez compliqué de trouver des renseignements sur les œuvres d’art réalisées lors de la construction du lycée Paul Sabatier dans le cadre du 1% artistique. Ce sujet nous tenait particulièrement à cœur, mais il fallut s’employer afin de retrouver la trace des artistes ayant participé à ce projet. A commencer par l’architecte qui en dessina les plans à partir de 1958…

    Capture d’écran 2021-02-23 à 10.27.46.png

    © Association Dourgne Patrimoine

    Camille Montagné

    Il aurait été bien dommage de laisser le nom de Camille Montagné dans les oubliettes de l’histoire de cet établissement, car cet homme fut l’un des plus illustres architectes de sa génération. Né à Dourgne dans le Tarn le 29 janvier 1907, Camille Montagné entra à l’Ecole des Beaux-arts de Toulouse à 17 ans, puis à celle de Paris deux ans plus tard. Diplômé de la prestigieuse école en 1932, il obtint la même année le Grand Prix de Rome. Architecte des bâtiments civils et des Palais nationaux entre 1938 et 1943, Camille Montagné réalisa ensuite plusieurs lycées dans le Sud-Ouest en sa qualité d’architecte en chef coordonnateur du plan d’équipement scolaire.On lui doit également les deux barres d’immeubles de l’avenue Daumesnil dans le XIIe arrondissement de Paris.

    Capture d’écran 2021-02-23 à 11.48.53.png

    157 avenue Daumesnil, Paris (XIIe)

    A Carcassonne, il se voit confier la construction du nouveau lycée Paul Sabatier dans le quartier de la Pierre blanche à partir de 1958 pour 1400 élèves et 500 pensionnaires. C’est là sans doute sa dernière œuvre puisqu’il s’éteint le 3 octobre 1961 à Paris et est inhumé dans la cimetière de Dourgne. Les autres bâtiments qui complèteront l’équipement du lycée seront l’œuvre du Carcassonnais Henri Castella. Les travaux du gymnase débuteront le 1er mars 1966 pour un coût total de 682378, 98 francs. Trois ans plus tard, le lycée Paul Sabatier deviendra mixte.

    La loi sur le 1% artistique initiée par le sculpteur audois René Iché après la guerre, fit obligation au maître d’ouvrage de consacrer 1% du budget pour la création d’œuvres d’art. Là encore, il ne fut pas aisé de retrouver les artistes, d’autant plus que certaines réalisations ont été détruites au cours de nouveaux aménagements. Ceci sans aucune autre forme de procès, par ignorance et sans bien sûr consulter les artistes. Doit-on trouver cela normal au sein de l’Éducation nationale ? Un professeur de dessin à la retraite m'a avoué que lorsqu'il est arrivé il y a 30 ans, le proviseur ne savait même pas qui était Paul Sabatier.

    Jean Augé

    Capture d’écran 2021-02-23 à 11.19.54.png

    La Cité et Dame Carcas par Jean Augé

    Capture d’écran 2021-02-23 à 11.22.55.png

    Statue.jpg

    Statue de femme dans une position lassive

    Inconnu

    Capture d’écran 2021-02-23 à 11.31.19.png

    Pierre Saint-Paul

    Surnommé le Claudel des laves, Pierre Saint-Paul (1926-2008) était un peintre, céramiste et créateur de tapisserie proche du mouvement surréaliste. Pur produit de l'école de San Vicens près de Perpignan, il possédait un atelier à Canet plage. En 1960, il rencontra Salvador Dali en 1960 juste au moment où il réalisa un panneau de carreaux de céramique émaillée pour le lycée Paul Sabatier. Cette œuvre qui se trouvait sur le mur du réfectoire a été détruite en 2006 lors de la restructuration de l'établissement par le Conseil régional Languedoc-Roussillon. Au lycée de Perpignan où Pierre Saint-Paul avait également exécuté le même style de panneau, on ouvrit des portes dans l'œuvre. En 2015, le biographe de l'artiste vint au secours de la destruction totale.

    Capture d’écran 2021-02-19 à 13.20.45.png

    © L'indépendant

    Dans d'autres lycées comme celui de Nérac (Lot-et-Garonne), on a su conservé l'ouvre de Pierre Saint-Paul.

    Capture d’écran 2021-02-23 à 10.04.27.png

    Triste époque que la nôtre d'un point de vue culturel. Tout ce qu'André Malraux avait mis en place dans les années 1960 : Centres culturels, Conservatoires, Orchestres nationaux, œuvres artistiques dans les lycées... Tout cela est progressivement mais sûrement détruit ou remis en cause. 

    ____________________________________

    © Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2021

  • De l'Asile des Petites sœurs des pauvres à la Roseraie, avenue du général Leclerc

    À l’origine de la Congrégation des Petites Sœurs des Pauvres, la bienheureuse Sainte-Marie de la Croix alias Jeanne Jugan (1792-1879) qui dès 1839 à Saint-Servan (Bretagne) apporte secours et assistance aux personnes âgées dans le besoin. Le remarquable dévouement de la religieuse à sa tâche donne l’envie à d’autres de la rejoindre. Dix ans plus tard, le nom de Petites sœurs des pauvres finit par être adopté par la congrégation, reconnue comme telle par le pape Pie IX le 9 juillet 1954. Tout serait allé pour le mieux, s’il n’y avait eu l’abbé Le Pailleur et son orgueil pour démettre Jeanne de ses fonctions de mère supérieure et placer à sa place, Marie Jamet. Pendant plusieurs décennies, ce curé déforma la vérité sur l’histoire de la fondation de cette congrégation en prétendant que Jeanne n’en avait pas été à l’origine. L’usurpateur ne sera destitué par Rome qu’en 1890 et rappelé au Saint-Siège. 

    Capture d’écran 2021-02-06 à 18.56.47.png

    Jeanne Jugan par Nadar

    Les sœurs, aidées financièrement par les frères capucins, s’installent en 1879 dans une petite maison située au pied de la colline de la Gravette et en bordure de la route de Narbonne. L’habitation est enserrée dans un très joli jardin donnant sur un vaste vignoble sur lequel on projète d’établir le futur asile. Les petites sœurs des pauvres au nombre de six hébergent quatre à cinq malheureux vieillards dépourvus de ressources. Le 1er avril 1881, l’évêque du diocèse de Carcassonne nomme l’abbé Pierre Edmond Tiquet (1839-1904) comme aumônier de l’asile. Après son décès, il sera successivement remplacé par l’abbé Chrestia et l’abbé Brunet à partir de 1906.

    Capture d’écran 2021-02-06 à 18.21.23.png

    Les petites sœurs des pauvres de Carcassonne

    Le 21 novembre 1883, Mgr Felix-Arsène Billard pose la première pierre et procède à la bénédiction du futur asile des Petites sœurs des pauvres, le long de la route de Narbonne. Les plans sont dressés par Charles-Emile Saulnier, architecte diocésain. Dès lors, la réputation et la popularité des sœurs ne cessent de croître parmi la population. En pleine tourmente anti-cléricale, les républicains tentent de s’organiser pour déprécier l’action sociale de ces religieuses qui servent la soupe à la « classe dirigée ». À l’acte de charité, jugé comme avilissant, la république oppose les valeurs de solidarité issues de la Révolution française. Ce n’est donc pas un hasard si, au même moment, le conseil départemental affiche sa satisfaction de voir se réaliser l’asile de Bouttes-Gach grâce aux derniers de la citoyenne Casanove, épouse Marcou.

    Capture d’écran 2021-02-06 à 18.27.16.png

    L'entrée de l'asile avant sa transformation en 1977

    Le bâtiment de l’asile des Petites sœurs des pauvres a la forme d’un U. Les vieillards occupent l’aile droite, les femmes l’aile gauche. Au réfectoire des hommes, une immense salle éclairée de tous côtés par de hautes et larges fenêtres ; au premier étage, de grands dortoirs avec une double rangée de lits. Chaque semaine les Petites sœurs, aidées par les femmes âgées les plus valides, lavent à grande eau le parquet et tous les samedis, la lingère dépose à chaque pensionnaire les effets de rechange .En 1895, l’asile en compte cent-dix dont beaucoup participent aux travaux de jardinage et de raccommodage. De l’infirmerie dans laquelle viennent doucement laisser leur dernier souffle, on accède à la tribune de la chapelle bénie le 19 mars 1891 par Monseigneur l’évêque. 

    Capture d’écran 2021-02-06 à 18.23.02.png

    La Chapelle 

    Les sœurs font vivre leur établissement grâce à la charité des Carcassonnais. Tôt le matin, un attelage archaïque conduit par un vieillard se rend en ville. Il s’arrête à la porte d’un café ou d’un restaurant ; deux religieuses en descendent et l’on voit leurs robes noires et leurs blanches coiffes disparaître à l’intérieur du commerce. Elles ne ressortiront qu’avec des caisses, des paniers ou des bidons ; ils seront acheminés vers l’asile au bénéfice des vieillards.  Les Petites sœurs des pauvres quittèrent Carcassonne en 1973 faute de n’avoir pas pu réaliser les travaux de modernisation nécessaires à l’asile. L’œuvre se poursuivit néanmoins en France et dans le monde.

    La roseraie 2.jpeg

    En début d'année 1977, la municipalité Gayraud décida de transformer l'ancien Asile des Petites soeurs des pauvres, en 53 logements-foyer pour personnes âgées. Le bâtiment fut acquis par le Conseil général de l'Aude puis vendu à la ville pour le franc symbolique pour l’Office H.L.M. Le montage financier s'établit comme suit :

    Caisse des prêts aux organismes HLM : 2.818.00 frs

    E.P.R : subvention de 170.000 frs

    O.R.G.A.N.I.C : 141.000 frs

    B.A.S : 500.000 frs

    H.L.M Aude : autofinancement 150.000 francs

    Ville de Carcassonne : 500.000 francs

    La restructuration des bâtiments et leur transformation avec la fermeture de l’entrée fut confiée à l'architecte Mlle Cailhau. La Roseraie disposait ainsi d'une superfine totale de 2905 m2 dont 1575 étaient réservés aux logements. À l'intérieur, les aménagements collectifs comprennaient une salle à manger de 72 places située dans l'ancienne chapelle, 4 salons, une salle de jeux (46 m2), une cuisine collective (63 m2), une salle polyvalente pour 99 personnes (232 m2) et un jardin de 12 000 m2. 

    Capture d’écran 2021-02-06 à 18.33.52.png

    Ce sont au total 55 logements qui furent construits pour des personnes âgées non dépendantes. Il s'agissait de studios avec cuisine et chambre à l'exception de neuf type F1 et d'un type F2. Chaque pensionnaire bénéficiait d'une buanderie équipée de machines individuelles et d'un service de restauration, qu'il pouvait prendre en salle ou dans son appartement. Les loyers allaient de 480 à 890 francs (allocation logement comprise). Selon le maire, tout a été fait pour que l'on puisse se loger et se nourrir même avec le minimum vieillesse de 916,66 francs. En 2015, il est de 800 euros. Le jour de l'inauguration 60% des  logements avaient déjà été pourvus ; un succès qui ira croissant dans les mois suivants. Au dessus du portail, le dessin en faïence est l'oeuvre du peintre Jean Camberoque (1917-2001).

    La roseraie 3.jpeg

    Au moins de décembre 2010, la Communauté d'Agglomération du Carcassonnais présidée alors par Alain Tarlier, fit l'acquisition des bâtiments de la Roseraie au bailleur social Habitat Audois, représenté par Robert Alric qui avait obtenu les bâtiments pour l'euro symbolique de la ville de Carcassonne. La valeur vénale estimée par France domaine, s'élevait à 2,29 millions d'euros. Le président indiqua son souhait d'y installer les bureaux de l'Agglo ; le déménagement coûterait 8 millions. Finalement après cet achat la Communauté d'Agglomération abandonna son projet. Elle s'installa dans les locaux de l'ancien EDF, au square Gambetta. La Roseraie resta sa propriété mais à l'abandon. Depuis ce temps, l'administration territoriale chercha un nouvel acquéreur pour ce bien ; c’est la société immobilière Nexity emporta la Roseraie pour 1,1 millions d'euros afin d'y réaliser une résidence privée pour séniors. Le projet est en cours…

    https://petitessoeursdespauvres.org

    ____________________________________________

    © Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2021