Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Les œuvres d'art du lycée Paul Sabatier sont-elles menacées de disparition ?

Il est assez compliqué de trouver des renseignements sur les œuvres d’art réalisées lors de la construction du lycée Paul Sabatier dans le cadre du 1% artistique. Ce sujet nous tenait particulièrement à cœur, mais il fallut s’employer afin de retrouver la trace des artistes ayant participé à ce projet. A commencer par l’architecte qui en dessina les plans à partir de 1958…

Capture d’écran 2021-02-23 à 10.27.46.png

© Association Dourgne Patrimoine

Camille Montagné

Il aurait été bien dommage de laisser le nom de Camille Montagné dans les oubliettes de l’histoire de cet établissement, car cet homme fut l’un des plus illustres architectes de sa génération. Né à Dourgne dans le Tarn le 29 janvier 1907, Camille Montagné entra à l’Ecole des Beaux-arts de Toulouse à 17 ans, puis à celle de Paris deux ans plus tard. Diplômé de la prestigieuse école en 1932, il obtint la même année le Grand Prix de Rome. Architecte des bâtiments civils et des Palais nationaux entre 1938 et 1943, Camille Montagné réalisa ensuite plusieurs lycées dans le Sud-Ouest en sa qualité d’architecte en chef coordonnateur du plan d’équipement scolaire.On lui doit également les deux barres d’immeubles de l’avenue Daumesnil dans le XIIe arrondissement de Paris.

Capture d’écran 2021-02-23 à 11.48.53.png

157 avenue Daumesnil, Paris (XIIe)

A Carcassonne, il se voit confier la construction du nouveau lycée Paul Sabatier dans le quartier de la Pierre blanche à partir de 1958 pour 1400 élèves et 500 pensionnaires. C’est là sans doute sa dernière œuvre puisqu’il s’éteint le 3 octobre 1961 à Paris et est inhumé dans la cimetière de Dourgne. Les autres bâtiments qui complèteront l’équipement du lycée seront l’œuvre du Carcassonnais Henri Castella. Les travaux du gymnase débuteront le 1er mars 1966 pour un coût total de 682378, 98 francs. Trois ans plus tard, le lycée Paul Sabatier deviendra mixte.

La loi sur le 1% artistique initiée par le sculpteur audois René Iché après la guerre, fit obligation au maître d’ouvrage de consacrer 1% du budget pour la création d’œuvres d’art. Là encore, il ne fut pas aisé de retrouver les artistes, d’autant plus que certaines réalisations ont été détruites au cours de nouveaux aménagements. Ceci sans aucune autre forme de procès, par ignorance et sans bien sûr consulter les artistes. Doit-on trouver cela normal au sein de l’Éducation nationale ? Un professeur de dessin à la retraite m'a avoué que lorsqu'il est arrivé il y a 30 ans, le proviseur ne savait même pas qui était Paul Sabatier.

Jean Augé

Capture d’écran 2021-02-23 à 11.19.54.png

La Cité et Dame Carcas par Jean Augé

Capture d’écran 2021-02-23 à 11.22.55.png

Statue.jpg

Statue de femme dans une position lassive

Inconnu

Capture d’écran 2021-02-23 à 11.31.19.png

Pierre Saint-Paul

Surnommé le Claudel des laves, Pierre Saint-Paul (1926-2008) était un peintre, céramiste et créateur de tapisserie proche du mouvement surréaliste. Pur produit de l'école de San Vicens près de Perpignan, il possédait un atelier à Canet plage. En 1960, il rencontra Salvador Dali en 1960 juste au moment où il réalisa un panneau de carreaux de céramique émaillée pour le lycée Paul Sabatier. Cette œuvre qui se trouvait sur le mur du réfectoire a été détruite en 2006 lors de la restructuration de l'établissement par le Conseil régional Languedoc-Roussillon. Au lycée de Perpignan où Pierre Saint-Paul avait également exécuté le même style de panneau, on ouvrit des portes dans l'œuvre. En 2015, le biographe de l'artiste vint au secours de la destruction totale.

Capture d’écran 2021-02-19 à 13.20.45.png

© L'indépendant

Dans d'autres lycées comme celui de Nérac (Lot-et-Garonne), on a su conservé l'ouvre de Pierre Saint-Paul.

Capture d’écran 2021-02-23 à 10.04.27.png

Triste époque que la nôtre d'un point de vue culturel. Tout ce qu'André Malraux avait mis en place dans les années 1960 : Centres culturels, Conservatoires, Orchestres nationaux, œuvres artistiques dans les lycées... Tout cela est progressivement mais sûrement détruit ou remis en cause. 

____________________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2021

Commentaires

  • Alors enseignant à Sabatier , nous nous inquiétâmes , avec des collègues d' histoire et géo. de la disparition du monument aux morts des élèves du lycée pour les deux guerres .Nous voulions le faire apposer à l' entrée .Il a été cassé et passé au broyeur. lors des travaux .L' homme dans les fers sur la sculpture est Trencavel , seigneur de Carcassonne assassiné par les Français .C' est l' avant - dernier proviseur qui a sorti P. Sabatier de l' oubli ....JF.Saïsset

  • Un jour, à côté des serres municipales (Chemin de Serres prolongement de l'avenue Charles Lespinasse) abandonné au milieu des herbes folles, j'aperçois la statue de Paul Sabatier ! Elle provenait du Square Gambetta, qui venait d'être embelli (sic) ....
    Que faire ? j'alerte le Journal l'Indépendant : article , photo.
    La statue de Paul Sabatier est sauvée de l'oubli. Elle est trône à l'entrée du Lycée: Paul Sabatier !!!
    Miquelet
    Miquelet

  • Tous les professeurs du Lycée Paul Sabatier devraient se mobiliser pour sauver ces oeuvres,

  • Les premières oeuvres d'art au moment de la construction du Lycée Paul Sabatier étaient
    la statue de la Belle Aude, que vous avez photographiée "statue de femme" ( auteur Jean Augé ?) et une céramique ornant un mur (auteur Camberoque ?). Ces interrogations pourraient être levées par les services de la Ville de Carcassonne, maitre d'oeuvre. Des archives et des factures doivent exister. Des inaugurations doivent avoir eu lieu ; cf journaux. Bon courage ; merci pour vos incessantes recherches.

  • Grâce à des amis de Castelnaudary qui m'ont fait suivre la NewsLetter de Musique et Patrimoine de Carcassonne, je prends connaissance des questions que vous vous posez au sujet des oeuvres d'art du Lycée Paul Sabatier. Je suis la fille aînée du Sculpteur Jean Augé, décédé en 2002, et auteur des deux bas-reliefs De Trencavel et Dame Carcas. Mon père avait réalisé uniquement ces deux oeuvres qui se trouvaient sous le préau à l'entrée du Lycée. Les maquettes en plâtre de ces bas-reliefs sont déposées au Musée des Beaux Arts de Carcassonne. Je reste à votre disposition pour d'éventuels renseignements concernant les oeuvres de mon père dans Carcassonne. Christine Velay-Augé

  • Je pensais que la statue de femme était une œuvre de l'artiste Yvonne Gisclard-Cau que j'ai connu lorsque j'étais enfant, mais cest à vérifier. J'ai juste reconnu son style.

  • décidement , carcassonne n'est pas très accueillante pour nos artistes carcassonnais -- si l'on en faisait le bilan des laissés pour compte ,on pourrait faire un petit musée - heureusement que quelques passionnés par notre histoire locale nous tiennent régulièrement informés de notre passé , ancien et récent - merci à eux

Écrire un commentaire

Optionnel