Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Cinéma - Page 9

  • La folle épopée du cinéma Le Cinoch', rue Charles Lespinasse.

    Trois passionnés du 7e art (Gilbert Ladet, Monique Ladet et Anne-Marie Caraguel), dont deux anciens projectionnistes du Colisée, ont dans l'idée depuis cinq ans de créer un nouveau cinéma dans Carcassonne. En 1983, la ville compte déjà six cinémas pour un total de treize salles obscures : le Boléro, les Capucines, le Chapeau-rouge, le Lido, le Colisée, l'Odéum. Quant au Rex situé dans la rue de la liberté, il vient juste d'être fermé et repris par l'évêché. L'importance de l'offre ne décourage en rien ce trio de cinéphiles puisqu'il constate avec justesse que Carcassonne ne possède pas de salle d'Art et d'essai. Or, c'est précisément ce qu'il avaient dans la tête au départ.

    Scan0032-2.jpg

    Après cinq années de tractations afin de réunir les financements nécessaires à la réalisation de leur projet, ils font l'acquisition de l'ancienne carrosserie Ramos, 15 rue Charles Lespinasse. Grâce à un prêt bancaire et à une subvention de l'agence régionale du développement du cinéma versée à hauteur de 250 000 francs, la S.A.R.L réunit les 100 millions d'anciens francs.

    Scan0001.jpg

    Les travaux débutent le 20 mai 1984 ; deux salles sont construites, l'une de 60 et l'autre de 140 places assises. Une troisième de 300 places est prévue à terme, si l'affaire tourne bien...

    Scan0012-2.jpg

    La salle de 60 places assises

    Ce cinéma prendra le nom de Cinoch' - titre un peu soixante-huitard, parfaitement assumé. L'exigence de rentabilité a dû réfréner un peu les ardeur des fondateurs en matière d'Art et d'essai. Ce cinéma mêlera projections "sérieuses" et projections "divertissantes".

    Scan0009-2.jpg

    Il lui faut réaliser 50.000 entrées annuelles, soit 1000 entrées hebdomadaires pour entrer dans ses frais. Pour cela, la direction proposera quatre films chaque semaine avec trois séances par jour : 14h30, 18h30 et 21h. Des cartes d'abonnement seront proposées à 15 francs (2,50 euros) pour 10 entrées.

    Scan0011-2.jpg

    L'inauguration a lieu le 10 octobre 1984 en présence de R. Chésa (Maire) et de Maurice Martin (Conseiller général)

    Programme de la première semaine

    Local Hero de Billie Forsythe

    Les murs de la pleine lune d'Eric Rohmer

    L'hôtel New Hampshire

    Le professionnel avec JP Belmondo

    Scan0003.jpg

    Gilbert Ladet et Anne-Marie Caraguel

    1099462876.png

    Le Cinoch' déposa le bilan en 1988, après seulement quatre années d'existence. En à peine 30 ans, Carcassonne a perdu le Lido, le Boléro, les Capucines, le Cinoch', l'Odéum, le Chapeau-rouge. Quant au Colisée, il est en état de survie grâce à la passion de quelques-uns. Les cinémas ont subi avec les multiplex, la même loi que les épiceries avec les hypermarchés. 

    Crédit photos

    A-M Caraguel

    ___________________________

    © Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2015

  • Le Ciné-club carcassonnais

    Le Ciné-club carcassonnais est fondé en 1948 par une poignée d'amoureux du 7e art parmi lesquels, l'avocat Clément Cartier. L'esprit qui animait ces passionnés était de projeter des films ignorés, les tendances modernes du cinéma, la revue des classiques de l'écran...

    54656370.jpg

    L'adhésion à l'association en 1963 se faisait par l'achat d'un carte annuelle (27 francs pour 18 séances) dont le coût revenait à 1,50 francs par film, ou semestrielle (20 francs). Il existait également une carte scolaire semestrielle de 9 francs pour l'accès du Ciné-club au jeunes. On pouvait se les procurer dans les librairies Breithaupt, Gally, Lauer ou Rouquette.

    boléro en 1979.jpg

    Le Boléro

    Les séances avaient lieu tous les quinze jours - les vendredis à partir de 21 heures - au cinéma le Boléro sur le boulevard Jean Jaurès. La soirée débutait par la projection d'un court métrage. Puis, une présentation orale précèdait le film principal. À la fin de ce dernier, il y avait une discussion sur l'oeuvre visionnée et dirigée par deux animateurs. Au cours de la séance, point entr'acte ou de films publicitaires.

    Le Ciné-club était affilié à la Fédération française des Ciné-clubs, agréée par le Ministère de la culture.297916916.jpg

    L'ancien Boléro en 2015

    748810308.jpg

    Les programmes sont annoncés dans la presse locale.

    Pour l'année 1963, voici les films du 1er semestre:

    Comme un torrent (Vincente Minelli)

    À travers le monde (Ingmar Bergman)

    Elmer Gantry le charlatan (Richard Brooks)

    El Pisito (Marco Ferreri)

    Le pigeon (Mario Monicelli)

    Le grand couteau (Robert Aldrich)

    ___________________________________

    © Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2015

    Lien permanent Catégories : Cinéma
  • Une "drôle de dame" à Verzeille...

    Au mois d'octobre 1984, la ville de Carcassonne reçoit l'équipe de tournage et les acteurs d'un téléfilm anglais réalisé par Lawrence Gordon Clark pour le compte de Yorkshire Television. Les scènes seront tournées à la Cité et dans un petit village des alentours.. Ce film sera diffusé aux États-Unis le 4 mars 1985 et dans d'autres pays dont l'Espagne, les Pays-bas, la Hongrie, la Roumanie et bien sûr la France.

    Romance on the Orient-Express

    romance.jpg

    Synopsis

    Après un séjour à Venise, Lily Parker, une jolie américaine, récemment promue rédactrice d'un magazine, décide de se rendre à Paris en empruntant le train de luxe : le Venise-Simplon-Orien-Express. Au cours de la première soirée passée à bord, elle rencontre fortuitement Alex Woodward, un jeune aristocrate britannique, avec qui elle a connu une histoire d'amour 10 ans auparavant à l'occasion de vacances en France. Après une courte aventure passionnée, Alex l'a quittée brutalement sans lui donner la moindre explication sur les raisons de sa rupture. À l'occasion de leurs retrouvailles, Alex essaye de se faire pardonner tandis que Lily cherche à connaître les motivations de sa conduite passée. Malgré les années, leur amour ne s'est pas éteint. (Wikipedia)

    Cheryl Ladd

    L'actrice principale de ce téléfilm (Cheryl Ladd) n'est autre que l'une des "Drôles de dames" dans le série du même nom, très connue en France dans les années 80.

    droles-de-dames-serietv-s-3-01-g.jpg

    Les lieux de tournage

    Orient.Express.in.Poland.02.jpg

    L'Orient-Express s'arrêta en gare de... Verzeille. Si, si ! Un petit village sur la ligne Carcassonne- Quillan situé à seulement à une quinzaine de kilomètres de Carcassonne.

    Capture d’écran 2015-09-08 à 09.47.14.png

    On voit clairement le nom de la gare de Verzeille sur cette capture d'écran tirée du téléfilm. Ce qui est amusant c'est d'y voir une actrice acheter un tee-shirt "J'aime la France" sur le quai de la gare de ce village de 400 habitants.

    Verzeille.png

    La gare de Verzeille en 2015

    Capture d’écran 2015-09-08 à 10.02.55.png

    De très beaux plans de la Cité et du Canal du midi mettent en valeur notre patrimoine historique et touristique. Ainsi que la beauté des villages qui sont traversés par les protagonistes de cette romance.

    Vous pouvez visionner ce film en cliquant sur le lien ci-dessous. Verzeille apparaît à 1h07 environ

    watch?v=oRjW_qeTU1g

    _________________________

    © Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2015