Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Cinéma - Page 6

  • Le réalisateur Yves Boisset, Citoyen d'honneur de la ville de Carcassonne.

    Vendredi 2 novembre 1984, le réalisateur Yves Boisset était reçu à l'hôtel de ville de Carcassonne par le maire Raymond Chésa en présence d'élus du Conseil municipal et de membres du Ciné-club Carcassonnais, dont Me Clément Cartier.

    Boisset.jpg

    © Antoine Courrière

    Raymond Chésa remet la médaille de la ville

    Là, sont les paradoxes ou l'ouverture d'esprit de l'ancien maire RPR de Carcassonne... Au mois de septembre 1983, un conseil municipal tourne à l'incident à propos de la Maison des syndicats. Le lendemain, on retrouve R. Chésa aux côtés de Georges Seguy (Sécrétaire général de la CGT) dans une manifestation. Il avait tout simplement fait la différence entre le syndicaliste et l'ancien résistant, déporté à Mauthausen en 1944.

    Le 1er novembre 1984, les drapeaux étaient en berne dans Carcassonne pour manifester la réprobation à l'encontre de Claude Cheysson - Ministre des Affaires étrangères du gouvernement Mauroy. Ce dernier venait de participer à la célébration du 30e anniversaire du soulèvement algérien, après que le gouvernement socialiste a réhabilité les chefs militaires insurgés : Jouhaud, Salan, etc... Le gaulliste Chésa ne pouvait accepter cet affront envers la mémoire du général de Gaulle ; ces putschistes avaient tout bonnement essayé de prendre le pouvoir à Alger. D'ailleurs les généraux félons avaient appelé à voter Mitterrand en 1981. Bizarre que les socialistes aient réhabilité les anciens de l'O.A.S... (Source : Jean Guisnel / Ed. La découverte, 1990). Le lendemain, le maire décernait au plus antimilitariste des réalisateurs, la médaille de la ville de Carcassonne.

    Boisset2.jpg

    Clément Cartier pendant son discours

    C'est au nom du Ciné-Club et de Sylvie Berman, qu'Yves Boisset avait été invité pour les XVIIIe rencontres du cinéma de Toussaint. 

    yves boisset

    Le film le plus antimilitariste de l'histoire du cinéma français

    "Revoir Carcassonne, d'une part. Ensuite le thème de l'adolescence me plaisait beaucoup. Par ailleurs, j'ai beaucoup d'affection pour "Allons z'enfants", celle de mes oeuvres qui avait été programmées. Enfin, ce genre de rencontre est irremplaçable ; c'est la rencontre avec le vrai public, une occasion de sortir du milieu confiné du cinéma, se rendre compte sur place."

    C'est au restaurant "Le Viet-Nam" de la rue de Verdun qu'Yves Boisset ira dîner en compagnie de Raymond Borde (Président de la cinémathèque de Toulouse), Jean-Pierre Piquemal (Président de la Fédération nationale des Ciné-Clubs) et l'équipe du Ciné-club Carcassonnais.

    yves boisset

    Yves Boisset 

    ________________________________

    © Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2016

  • La Cité de Carcassonne dans les "Visiteurs 3. La Révolution"

    Ce n'est plus un secret pour personne que le premier opus des aventures du Comte de Montmirail (Jean Réno) et de Jacquouille la fripouille (Christian Clavier) avait été tourné à la Cité en 1992. "Les visiteurs" réalisés par Jean-Marie Poiré firent un carton au Box-office de l'année 1993. Faute d'entente avec la mairie de l'époque, le second épisode "Les visiteurs 2. Les couloirs du temps" se tourna au château de Beynac en Dordogne avec Muriel Robin dans le rôle de Dame Béatrice, en remplacement de Valérie Lemercier.

    124820.jpg

    Si le tout dernier film "Les visiteurs 3. La Révolution" a été tourné à Namur en Belgique, un plan de trois secondes n'a pas échappé à mon oeil. Hier soir, en visionnant le DVD de cette comédie - disons-le -réchauffée, j'ai aperçu le château comtal de notre Cité médiévale.

    Capture d’écran 2016-11-26 à 09.59.20.png

    © Gaumont

    Il s'agit d'un plan retravaillé en images de synthèse dans lequel les remparts en arrière plan ont disparu. Les cavaliers donnent l'apparence de passer sur le pont de pierre de la barbacane ; en fait, on a filmé leur évolution sur un fond vert et ensuite rajouté en post-production le décor d'arrière plan. L'illusion est ainsi parfaite. Elle évite à la réalisation d'avoir à passer une journée à filmer en décor naturel à Carcassonne.

    _______________________________

    © Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2016

    Lien permanent Catégories : Cinéma
  • Ces stars de la télévision et du cinéma cachées dans la Malepère

    Fuyant la vie trépidante de Paris et celles des plateaux de cinéma, de nombreuses vedettes du petit et du grand écran se sont réfugiées - d'une façon quasi anonyme - dans notre département. La plus célèbre d'entre elles fut sans doute l'acteur Philippe Noiret qui possédait une propriété du côté de Montréal d'Aude. Si l'on vous parle alors de Jacques Gérard Cornu, il est fort probable que ce nom ne résonne pas à votre oreille parmi la longue liste des célébrités. Et pourtant, le réalisateur de "L'homme à femmes" avec Danièle Darrieux et Catherine Deneuve, résida jusqu'à son décès en 2011 dans la commune de Montclar, au domaine de la Soulette.

    Capture d’écran 2016-10-07 à 09.16.41.png

    L'homme à femmes

    (1960)

    Quand Jacques Gérard Cornu (1925-2011) se fixe à Montclar, il a déjà derrière lui l'expérience des plateaux de télévision. Pendant plusieurs années, il fut le réalisateur des célèbres émissions "Cinq colonnes à la une" et "Les dossiers de l'écran" aux côtés d'Armand Jammot et des trois Pierre : Lazareff, Desgraupes et Dumayet. Ce dernier possédait une maison à Arzens dans laquelle il venait se reposer ; le journaliste et producteur de télévision est inhumé à Bages, près de Narbonne.

    Capture d’écran 2016-10-07 à 09.27.29.png

     Jacques Gérard Cornu filmera l'assassinat du président J.F Kennedy et celui de son meurtrier supposé Lee Harvey Oswald. On lui doit de nombreuses interviews de Churchill, Hiro Hito, Charles de Gaulle, etc...  Dans l'Aude, il avait posé ses bagages au domaine de la Soulette entre Arzens et Montclar. Et là, ce fut un défilé d'acteurs de Romy Schneider à Philippe Noiret, de réalisateurs et même d'une princesse... Caroline de Monaco.

    Capture d’écran 2016-10-07 à 09.37.21.png

    Le domaine de la Soulette

    Michel Sawas - la mémoire vivante du journalisme de ce département - a accepté de nous livrer quelques anecdotes concernant Jacques Gérard Cornu, qu'il a bien connu.

    "L'épouse de Jacques Gérard Cornu c'est Michelle Moritz, secrétaire d'Art Média avenue Georges V à Paris. Le frère de Jacques Gérard était Préfet et marié à Monique Durand Roger de Carcassonne. Elle s'est marié ensuite avec Michel Junot (Haut fonctionnaire), le père de Philippe Junot et ex-mari de Caroline de Monaco.
    C'est ainsi que Jacques Gérard Cornu s'est installé dans l'Aude en 1975. Michelle Moritz - son épouse - était l'impressario de Philippe Noiret. Grâce à elle, l'acteur a acquis la propriété de Montréal d'Aude, dans laquelle il a séjourné jusqu'à sa mort. De son côté, Philippe Junot avait une propriété à côté de Jacques Gérard Cornu. Caroline de Monaco a passé des vacances d'été dans la Malepère avec son époux."

    Capture d’écran 2016-10-07 à 09.49.40.png

    Caroline de Monaco et Philippe Junot

    Jacques Gérard Cornu est décédé le 9 avril 2011. Il est inhumé à Montpellier.

    Sources

    Michel Sawas

    JL Dubois-Chabert / La dépêche / 2004

    __________________________

    © Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2016