Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Cinéma - Page 14

  • "Les petits papiers de noël" à Carcassonne en décembre 1979

    arton61504.jpg

    Inventée et produite par Jacques Solness,

    Les petits papiers de noël

    était une émission diffusée à 20 heures sur FR3, entre le 22 décembre 1975 et le 29 décembre 1984. Elle remplaçait Les jeux de 20 heures pendant la période des fêtes de fin d'année, et était présentée par Jean-Pierre Descombes. C'était en quelque sorte l'ancètre du Téléthon. L'équipe sillonnait les routes de France et s'arrêtait dans une ville (12 à 16 par saison) dans lequelle l'émission était enregistrée à midi, puis diffusée le soir à 20 heures. La première année, les vedettes de la chanson parcouraient avec les présentateurs les rues d'une grande ville, afin de récolter des messages de solidarité et de l'aide envers les personnes nécessiteuses.

    Petit-papier-2.jpg

    À partir de l'année suivante, il s'agissait de récolter des promesses de dons pour l'UNICEF. En partenariat avec Europe 1 et le magazine Télé Poche, on pouvait découper le bon et le remettre au moment du passage de l'émission dans sa ville. Les maires des communes participaient activement à l'émission dans une ambiance bon enfant dans le style de Midi première, présentée par Danielle Gilbert.

    favieres.jpg

    Les petits papiers de noël sont à enregistrés à Carcassonne en décembre 1979, sur la place Carnot. Les vedettes autour de Jean-Pierre Descombes sont : Frédéric François, C Jérôme et l'homme-orchestre Rémy Bricka.

    favières 2.jpg

    Le présentateur Maurice Favières et le maire de Carcassonne, Antoine Gayraud.

    favières 3.jpg

    Frédéric François, place Carnot

    Ci-dessous l'émission de Rouen en 1978

    http://www.dailymotion.com/video/x1xavp_les-petits-papiers-de-noel-fr3-1978_fun

    _________________________

    © Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2014

  • Le Ciné-club carcassonnais

    Le Ciné-club carcassonnais est fondé en 1948 par une poignée d'amoureux du 7e art parmi lesquels, l'avocat Clément Cartier. L'esprit qui animait ces passionnés était de projeter des films ignorés, les tendances modernes du cinéma, la revue des classiques de l'écran...

    54656370.jpg

    L'adhésion à l'association en 1963 se fait par l'achat d'un carte annuelle (27 francs pour 18 séances) dont le coût de revient est à 1,50 francs par film, ou semestrielle (20 francs). Il existe également une carte scolaire semestrielle de 9 francs pour l'accès du Ciné-club au jeunes. On peut se les procurer dans les librairies Breithaup, Gally, Lauer ou Rouquette.

    297916916.jpg

    Les séances ont lieu tous les quinze jours, les vendredis à partir de 21 heures, au cinéma le Boléro sur le boulevard Jean Jaurès. La soirée débute par la projection d'un court métrage. Puis, une présentation orale précède le film principal. A la fin de ce dernier, il y a une discussion sur l'oeuvre visionnée et dirigée par deux animateurs. Au cours de la séance, point entr'acte ou de films publicitaires.

    748810308.jpg

    Les programmes sont annoncés dans la presse locale. Pour l'année 1963, voici les films du 1er semestre:

    Comme un torrent (Vincente Minelli)

    A travers le monde (Ingmar Bergman)

    Elmer Gantry le charlatan (Richard Brooks)

    El Pisito (Marco Ferreri)

    Le pigeon (Mario Monicelli)

    Le grand couteau (Robert Aldrich)

    Le Ciné-club était affilié à la Fédération française des Ciné-clubs, agréée par le Ministère de la culture

    ______________________________

    © Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2014

     

    Lien permanent Catégories : Cinéma
  • On a retrouvé le décor du Corniaud dans un restaurant de Carcassonne!

    Voilà un secret jusque-là précieusement gardé par le discret et talentueux restaurateur de l'Auberge des Lices, Jean-Pierre Blasco. Tout le monde sait désormais avec quel goût, le propriétaire des lieux a décoré son établissement qui fait honneur à l'esprit de notre cité médiévale. Mais... Tout le monde ignorait que le sas d'entrée, avait été conçu en réemploi des anciennes portes des cabines téléphoniques de l'Hôtel de la Cité. Rénovées par Babeth Pech, c'est cette dernière qui l'apprit à Jean-Pierre Blasco qui en fit l'acquisition. L'anecdote ne s'arrête cependant pas là, car c'est également dans cette cabine que Louis de Funès (Léopold Saroyan) parle au téléphone avec Bourvil (Maréchal) dans la célèbre scène du film Le Corniaud de G. Oury. Ce succès du Box-office fut tourné en novembre 1964 dans la cité.

    photo.JPG

    Le sas d'entrée de l'Auberge des Lices

    vlcsnap-2013-10-19-08h13m30s210.png

    Louis de Funès sort de la cabine téléphonique dans Le corniaud

    vlcsnap-2013-10-19-08h18m13s91.png

    Bourvil, à l'Hôtel de la Cité: "Allo! Sa sa Saroyan?"

    blasco.jpg

    Merci à Jean-Pierre Blasco de m'avoir révélé son secret...

     

    Auberge des Lices

    3, rue Raymond-Roger Trencavel

    11000 Cité de Carcassonne

    04 68 72 34 07

    _________________________________

    © Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2013