Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • L'inauguration du petit train touristique de la Cité de Carcassonne

    Le Petit train touristique de la Cité de Carcassonne n'aurait peut-être jamais vu le jour sans l'initiative de deux hommes. Le premier c'est Jacques Pueyo - conseiller municipal - qui mit en relation le maire Raymond  Chésa avec Louis-Paul Barbaste. L'aventure commerciale de cet enfant du quartier de la Barbacane commence en 1980 avec la construction chez Bernard Blatter, forgeron à Saissac, du Petit train de Saissac. Homologué par les mines en 1981, il sillonna la Montagne-noire et fit découvrir aux touristes le lac du Lampy et la Prise d'Alzeau, sur le parcours du Canal du midi. M. Barbaste est le précurseur dans l'Aude de ce nouveau mode de transport à vocation touristique.

    INAUGURATION-1-x.png

    L'idée de l'installation de ce petit train dans la Cité médiévale ne fut guère appréciée par les Monuments historiques, contrairement à la municipalité. Cela n'empêcha pas son inauguration le mardi 17 juillet 1984 ; cela fait maintenant 32 ans que cela dure.

    "Notre souci est d'animer, soulignait hier R. Chésa lors du voyage inaugural."

    Avec un micro, M. Barbaste assortit sa visite de commentaires techniques et historiques avec un passage remarqué par les quartiers de la Barbacane (St-Gimer) et de la Trivalle. Le tarif en 1984 était de 15 francs le tour, soit 2 €. Une personne handicapée s'exprimant dans le journal La dépêche qualifia ce train d'utilité publique :

    "Sans ce petit train, jamais je n'aurais vu la Cité si belle... et put faire une visite si complète."

    inauguration-3-x.png

    Aujourd'hui, le Petit train de la Cité propose toujours ses visites commentées à l'extérieur du monument. Bien entendu, la locomotive a changé d'aspect et les remorques ont amélioré leur confort. Il serait vraiment regrettable si un jour, l'Opération Grand Site venait à remettre en cause la présence du Petit train aux abords de la Porte Narbonnaise. Le manège de chevaux de bois, puis les artistes de rue ont été priés de d'aller voir ailleurs. Espérons que le Petit train ne sera pas le suivant sur la liste... Car visiblement, le souci actuel n'est plus d'animer.

    img-petit-train-cite.jpg

    Informations

    http://www.petit-train-cite-carcassonne.com/train/

    Source

    La dépêche du midi / 18 juin 1984

    _________________________________

    © Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2016

  • L'histoire de la ligne aérienne Carcassonne-Paris depuis l'aérodrome de Salvaza

    La ligne aérienne

    entre

    Carcassonne et Paris Orly

    a été ouverte le 28 mai 1970 avec la compagnie Air Inter. Ce furent le début des vols commerciaux de l'aérodrome Salvaza, jusque-là dévolu à l'aviation de plaisance.

    Vol Salvaza.jpg

    La publicité municipale ci-dessus indique que trois vols à destination de la capitale s'opéraient les mardis, mercredis et jeudis à 6H55 en seulement deux heures via Nîmes. Les retours au départ de Paris Orly s'effectuaient les lundis, mercredis et jeudis à 20h05.

    Inter.jpg

    La caravelle Air Inter

    En juin 1971, la ligne ouvre à nouveau avec un passage par Cahors, cinq fois par semaine mais avec seulement 6 clients par vol alors qu’il en aurait fallu 13 pour équilibrer le budget ; une convention est signée en 1972 avec l’armée. De septembre 1975 à juin 1976, 7137 voyageurs font monter la moyenne à 8,4 passagers par vol, avec un an d’arrêt en 1982.

    Carcassonne  Aéroport  Salvaza Laurent et Cédric Voyage  à Paris  Laurent Avril 1979.jpg

    © Christine Ortiz

    Sur le tarmac de Salvaza

    Les vols reprennent pour Paris le 25 mars 1983 via Montpellier mais avec une moyenne de seulement 6 personnes par avion et la Chambre de Commerce, pour recouvrir l’emprunt, doit faire appel à la Mairie et au Conseil Général.

    Pat.jpg

    Le fokker de la compagnie TAT en 1979 à Salvaza

    En mars 1989, on estime qu’avec 30 000 passagers, le déficit serait encore de 2,6 millions de francs...

    Le 14 juillet 1991, la ligne redémarre avec en un an, à peine 11 780 voyageurs, la moitié de ce qu’il faudrait, chiffre atteint en 1993 et 1994.

    Air_Liberte_A300B4-622R.jpg
    Après un arrêt de 3 ans, Air Liberté assure la reprise le 12 juin 1997 en reprenant la liaison avec Paris (21 307 passagers transportés). Les difficultés de la compagnie et sa fusion avec AOM enterrent la ligne définitivement vers Paris, le 10 juin 2001.

    lors-du-vol-inaugural-entre-carcassonne-et-paris-beauvais_380946_516x343.jpg

    © Claude Boyer / L'Indépendant

    Le 12 décembre 2012 inaugure la ligne Carcassonne - Paris Beauvais. Jugée pas assez rentable par Ryanair, les vols en direction de la capitale sont à nouveau interrompus deux après. Aujourd'hui, l'aéroport Sud de France - Pays Cathare est orphelin d'une connexion aérienne avec Paris.

    Sources 

    Alfred Raucoule / L'aéroport de Salvaza / Tome 5

    La dépêche 

    L'indépendant

    ________________________________

    © Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2016

  • Les statues de la vierge cachées ou disparues de la Bastide Saint-Louis

    La vierge du Saint-Suaire

    Capture d’écran 2016-09-27 à 09.47.36.png

    A l'angle de la rue Pinel et de la rue de Verdun se trouve une élégante niche. Au XIVe siècle, il y avait à cet endroit l'oratoire du Saint-Suaire et la statue qui l'ornait était appelée "La vierge du Saint-Suaire". Cela n'a rien d'étonnant puisque les R.P Augustins conservaient dans leur couvent, un suaire sensé avoir enveloppé le corps du Christ. Ce drap attirait une foule de pèlerins à Carcassonne et Louis XIV en personne visita le couvent des Augustins à cet effet. Le suaire a été conservé ; il se trouve dans le trésor de la cathédrale Saint-Michel. Vous ne le verrez jamais, car le curé desservant le garde pour lui. S'il avait un tant soit peu le sens du commerce, ce suaire pourrait à lui seul faire des miracles. Comme par exemple, recueillir des fonds pour la restauration de l'église des Carmes. On vénère bien le suaire de Turin ; celui de Carcassonne n'a rien à lui envier.

    Revenons à cette statue, car elle a une histoire... En 1568, pendant la première période des luttes entre catholiques et huguenots, elle fut un jour trouvée de bon matin dans le ruisseau. Elle était mutilée et souillée de boue. Les catholiques crièrent à la profanation, et traitèrent les huguenots d'iconoclastes. Ils prirent les armes et les attaquèrent, non seulement dans les rues mais aussi dans leurs demeures. Il y eut des morts et des blessés. A la suite de ce pugilat, on organisa une grande procession en expiation de la profanation qu'on reprochait aux disciples de Calvin. Elle se termina par la pose d'une nouvelle statue dans la niche. Qu'est-elle devenue ? Mystère...

    La statue de la Merci

    Capture d’écran 2016-09-27 à 09.52.20.png

    Au n° 22 du boulevard de Varsovie, cette maison est appelée communément "Maison de la vierge". Elle marque l'emplacement du couvent des pères de la Merci. Ces religieux recueillaient les aumônes pour délivrer les catholiques esclaves des Barbaresques.

    Notre-Dame du Sauveur

    Capture d’écran 2016-09-27 à 10.27.55.png

    A l'angle de la rue de Verdun et de la rue Chartrand, on distingue une magnifique statue en marbre blanc. Le sculpteur serait Barata fils, à qui l'on doit la fontaine de Neptune de la place Carnot. Monsieur H. Bourbon était propriétaire de cette maison ; il acheta cet oeuvre d'art et la fit placer à cette niche qui abritait autrefois la statue votive de Notre-Dame du Sauveur. Celle-ci avait été placée à cet endroit dans un oratoire, afin de matérialiser l'emplacement de l'ancienne église du N-D du Sauveur qui fut supprimée lors de la construction de l'Officialité au XIVe siècle. Le magasin - aujourd'hui, la Ferme - s'est très longtemps appelé "A la vierge". Les vieux Carcassonnais le nomment encore ainsi.

    Notre-Dame de Lourdes 

    Capture d’écran 2016-09-27 à 10.35.44.png

    A l'angle de la rue du 4 septembre et Jules Sauzède, dans le quartier dit "de l'artichaut" on distingue une statue dédiée à Notre-Dame de Lourdes. Ce lieu de dévotion était régulièrement fleuri, ce qui bien sûr n'est plus le cas. En dessous, se trouvait la fontaine de l'artichaut.

    Sainte-Eulalie

    Capture d’écran 2016-09-27 à 10.40.42.png

    Au Moyen-âge, la commanderie de Saint-Eulalie occupait ce terrain. La vierge que l'on aperçoit dans une alcôve de la façade de Monoprix se trouvait à l'angle de cette rue, dans un bâtiment aujourd'hui détruit. L'immeuble actuel date de la fin du XIXe siècle ; c'était le Bazar Combéléran. La statue a été sauvée et ainsi déplacée.

    Notre-Dame de Pitié

    Capture d’écran 2016-09-27 à 10.50.34.png

    Provenant de l'église de Peyriac-Minervois, la statue de Notre-Dame de Pitié fut vendue par un antiquaire à Mme Delteil - épouse du Dr fondateur de la clinique. Cette vierge ornait le jardin de l'établissement - aujourd'hui, maison de retraite Montmorency. On la plaça à l'intérieur du bâtiment pour la protéger. 

    vierges

    © M-C Ferriol

    D'après M-C Ferriol - Conservatrice des objets d'art sacré - cette statue se trouve dans l'église Saint-Vincent. Madame Delteil en avait fait don à l'abbé Jean Cazaux.

    Source

    Le culte de Notre-Dame à Carcassonne / Louis Cros / 1978

    Cette brochure dactylographiée de 30 pages et jamais éditée, a été sauvée par mes soins de la décharge publique. Louis Cros fait partie de ses passionnés Carcassonnais, auxquels on n'accorde aujourd'hui aucune reconnaissance. Pourtant, leurs travaux auront fait considérablement avancer la connaissance du patrimoine de notre ville. Nous ne sommes tous que les dépositaires d'un héritage...

    _____________________________

    © Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2016