Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Actualités - Page 3

  • Mon livre sur Baudrigue est désormais arrivé sur le bureau de l'Élysée

    Dans l'espoir de faire connaître en haut lieu ce qui s'est passé le 19 août 1944 dans le parc du château de Baudrigue près de Roullens, j'avais envoyé mon livre au Palais de l'Élysée.  Ce matin, j'ai reçu dans ma boite à lettres ce bristol signé de la main du Président de la République. 

    _____________________________

    © Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2023

  • Informations sur le patrimoine de la ville

    Le Christ du hameau de Villalbe a retrouvé sa place sur La Croix de mission érigée en 1876. On se souvient qu'il avait été vandalisé dans la nuit du 1er mai dernier. Il n'en restait plus que des morceaux au pied du socle. Après plusieurs mois de restauration chez "La forge Del Castillo" à Carcassonne, il orne à nouveau l'entrée de Villalbe. Une petite cérémonie — malheureusement sans la bénédiction d'un prêtre — a eu lieu en présence des élus de la commune et de quelques habitants.

    Bastion.JPG

    L'ancien Bastion Montmorency est gagné par l'érosion de ses pierres. On vient de la draper d'une bâche de protection afin que maraîchers et passants puissent déambuler sans crainte. Espérons que cela ne soit pas du provisoire qui dure et qu'une solution de restauration pérenne sauvera ce vestige du XVIe siècle. Il appartient au groupe Korian qui administre la maison de retraite Montmorency.

    Capture d’écran 2023-11-27 à 09.36.05.png

    La ville de Carcassonne avait confié la restauration de l'aqueduc qui longe la route de Limoux à l'Amicale laïque. Le chantier est à présent terminé pout la plus grande joie de Jacques Blanco, l'érudit spécialiste de l'histoire des conduites d'eau de la ville.

    ________________________________________

    © Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2023

  • Suzanne Sarroca : Une grande dame de l'opéra s'est éteinte

    Le 15 septembre dernier, Suzanne Sarraoca nous quittait. Discrètement, cette immense artiste Carcassonnaise qui avait connu les plus grandes et belles scènes lyriques du monde se retirait après un dernier salut. Il n'y eut cette fois pas de rappel du public. C'est chez elle à Carcassonne qu'elle choisit de vivre les derniers instants de sa vie, au milieu des pensionnaires de la maison de retraite des Berges du Canal. Là-bas, elle se plaisait à conter ses souvenirs du temps où elle était Floria Tosca, Carmen, Octavian, Aida... Seulement à qui la sollicitait pour cela, car Suzanne n'exposait jamais sa vie professionnelle. Elle voulait demeurer simple, abordable et finalement une vieille dame comme les autres. C'est d'ailleurs ce qui fut sa ligne de conduite durant toute sa vie. Elle, la fille de l'épicière de la Trivalle, partie de rien et propulsée si haut par l'enchantement d'une voix stellaire.

    Suzanne 1.jpg

    Née le 21 avril 1927 à Carcassonne, 32 rue de la Gaffe, Suzanne passe sa jeunesse dans le quartier populaire de la Trivalle, au pied de la Cité médiévale. Elle est la fille de Paul (1901-1977) cheminot de son état, et de Françoise (Paquita) Turet (1905-1995), épicière et couturière. Ses grands-parents, originaire d'Espagne, ont émigré à Carcassonne à la fin du XIXe siècle. Le caractère de Suzanne s'affirme par le mélange du sang Aragonais de son père et Catalan de sa mère.

    Suzanne 3.jpg

    La petite Suzanne fréquente l'École communale de la Cité, puis le lycée des jeunes filles. En 1942, elle décroche dans l'établissement avec quelques camarades, le portrait du maréchal Pétain. Ceci lui vaut d'être blâmée par la directrice qui convoque ses parents. A la Libération, on retrouve Suzanne juchée sur une table du café "Chez Félix", place Carnot, entrain de chanter la Marseillaise. Le film "La Malibran" de Sacha Guitry lui donne envie de chanter. Sa voix est remarquée par l'un de ses professeurs qui lui conseille de s'inscrire au conservatoire de musique de Toulouse. En 1946, c'est chose faite. Encouragée par sa mère, elle entre dans la classe de chant de Claude Jean et de solfège de Guy Lhomme, à Toulouse.

    Suzanne 4.jpg

    Suzanne Sarroca dans Carmen, photographiée par Paul Laprune à Carcassonne

    Dans la ville rose, la jeune Carcassonnaise fait ses gammes et rencontre son futur époux : Louis Nègre.  Fils de mineur, ce coiffeur remarqué pour sa voix entre au conservatoire de Toulouse en 1920, puis à celui de Paris en 1926. Un premier prix lui ouvre les portes du Palais Garnier et de l'Opéra Comique. Il y joue les grands rôles du répertoire avant que la maladie ne le fixe en tant que professeur au conservatoire de Toulouse de 1937 à 1953. 

    Suzanne 5.jpg

    Premier rôle d'importance : Charlotte dans Werther de Jules Massenet. A Carcassonne, puis au Théâtre du Capitole de Toulouse en 1949. Suzanne n'a alors que 22 ans. Son ascension comme mezzo-soprano est fulgurante ; les engagements s'enchaînent. Mademoiselle Sarroca du Capitole de Toulouse, comme on disait à l'époque, fait merveille dans Carmen à Avignon, Bruxelles.

    Suzanne 6.jpg

    Les lauriers de la critique

    Hérodiade de Massenet, au Théatre du Capitole

    "Nous croyons qu'il faut particulièrement insister sur les très belle interprétation de Madame Suzanne Sarroca. Cette artiste a heureusement le physique du rôle et présente son personnage avec beaucoup de vérité, unissant justement cette sensualité à ce mysticisme que Massenet a remarquablement exaltés. Elle chante surtout magnifiquement. La voix est pleine, large, rigoureuse et riche de timbre et de couleur. Elle s'épanouit admirablement dans l'aigu. La diction est toujours impeccable et le style musical épique nous a paru parfaitement au point. C'est une grande artiste."

    La damnation de Faust, 19 décembre 1957

    "Madame Sarroca dont la grâce et le charme ne cèdent en rien à une voix magnifique fut une sculpturale Marguerite. Elle détaille avec un art infini sa chanson gothique et sa romance d'amour "L'ardente flamme" fut une merveille de sonorité."

    Le chevalier à la rose de R. Strauss. Paris, 1957

    "Sarroca est dans le rôle d'Octavian d'une élégance surprenante. Sa féminité voilée dans les rôles de grand éclat, a pu dans cette comédie musicale transparaître et s'affirmer par un charme qui a ravi même la créatrice. En plus d'une belle cantatrice, c'est une jolie femme aux traits purs, comme un antique avec un corps de Diane qui semble dans Le chevalier s'évader de l'embarquement pour Cythère. Elle a conquis un Paris difficile et l'éloge unanime de la critique est le plus bel hommage qu'une artiste peut recevoir."

    Suzanne 7.jpg

    Avec Régine Crespin, dans Le Chevalier à la rose.

    En janvier 1958, la critique écrit : Maria Callas n'est plus seule. Alors que Suzanne Sarraoca assiste dans le public à une représentation d'Aïda de Guiseppe Verdi, la titulaire du rôle s'évanouit à la fin du 1er acte. Une danseuse remarque la présence de la cantatrice Carcassonnaise dans la salle. On l'habille, on la maquille en vitesse. Voilà notre artiste sur scène pour assurer la fin du spectacle. Plus tard, elle reprendra le rôle d'Aïda aux côtés de Jose Lucionni au Palais Garnier devant Soraya, l'Impératrice d'Iran. Elle remplacera même Renata Tébaldi dans ce rôle.

    Suzanne 8.jpg

    Suzanne Sarroca dans le rôle d'Aïda

    Son interprétation emblématique reste celle de Floria Tosca dans l'opéra de Puccini. La première fois, ce fut à l'Opéra comique en octobre 1952 avec Libero de Luca dans le rôle de Cavadarossi, dirigé par Albert Wolff.

    Suzanne 9.jpg

    "Suzanne Sarroca a présenté une Floria Tosca réellement superbe. Sa voix étendue exceptionnelle et d'un mental solide est rare. Elle la conduit avec une science consommée, réalisant même au dernier acte des demi-teintes exquises. Le récit de la prière et le grand duo avec Scarpia furent des leçons d'art lyrique au sens le plus complet".

    (Théâtre de la Monnaie de Bruxelles). 

    Tosca (Version française) avec Suzanne Sarroca et Guy Chauvet 

    Suzanne 10.jpg

    Les amours de sa vie... Louis Négre et ses deux neveux, Jean et Paul Héritier. C'était pendant les représentations de Faust (Charles Gounod) au Théâtre municipal de Carcassonne le 1er mai 1962. Ce jour-là un grand malheur la frappa. Au cours du troisième acte, au moment où Suzanne Sarroca (Marguerite) chantait "Anges purs, anges radieux", son mari qui avait été pris d'un malaise dans la journée, succombait à une embolie pulmonaire. On la tint à l'écart de la nouvelle jusqu'au moment où dans la voiture, elle effectuait le trajet du retour vers sa maison natale, rue Camille Saint-Saëns. C'est là qu'elle apprit le décès brutal de Louis Nègre à l'âge de 59 ans. Ce grand chanteur et professeur de chant au conservatoire de Toulouse fut inhumé à Carmaux dans le Tarn.

    En 1969, un autre amour entre dans sa vie. Il s'agit de Cécile, sa fille adoptive. Elle est aujourd'hui costumière à l'opéra de Genève en Suisse.

    Suzanne 11.jpg

    Valses de Vienne, Opéra de Marseille (1984)

    Parmi ses collègues de travail : Luciano Pavarotti, Placido Domingo, Rita Gorr, Régine Crespin, Andréa Guiot, Paul Finel, Franco Corelli, Albert Lance, Alain Vanzo, René Bianco, Jose Luccioni, etc. A la Scala de Milan, Suzanne est dirigée par Visconti dans Don Carlos de Verdi. Sans compter, l'ensemble des lieux prestigieux qu'elle a fréquenté : Opéra de Paris, Royal Albert Hall, Opéra de Buenos Aires, Sacala de Milan, Théâtre royal de la Monnaie de Bruxelles, Opéra de Marseille, Théâtre du Capitole de Toulouse, etc

    Capture d’écran 2023-10-31 à 16.00.33.png

    Comment pourrais-je oublier cette dame qui, alors que je n'étais qu'un débutant, accepta de venir chez moi me donner un cours de chant gratuitement. Suzanne Sarroca c'était cela, l'humilité et la simplicité d'une personne qui n'oubliait pas d'où elle venait. Une artiste issue d'une famille étrangère qui chanta la Marseillaise le jour de la libération de la France.

    Capture d’écran 2023-10-31 à 16.05.54.png

    Selon ses dernières volontés, Suzanne Sarroca fut inhumée dans la terre dans la plus grande simplicité. Une cérémonie civile, quelques amis et membres de la famille, un texte émouvant lu par son neveu devant sa dépouille. Elle repose dans le cimetière La conte de Carcassonne. 

    Merci à son neveu, Jean Héritier, pour les photos d'archives.

    ____________________________

    © Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2023