Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Écoles - Page 3

  • Faik Konica (1875-1942), l'ami de Guillaume Apollinaire à Carcassonne

    C'est en effectuant des recherches sur le poète Guillaume Apollinaire, que nous avons découvert que l'un de ses amis européens a séjourné à Carcassonne. Faik Konica, né en 1875 à Konitza en Albanie est l'une des plus grandes figures de la culture de ce pays. En 1890, il n'a que quinze lorsqu'il est envoyé pour étudier en France où il passera sept années. A Dijon, il est diplômé en philologie romane. A Paris, il étudie pendant deux ans le français médiéval, le latin et le grec au Collège de France. C'est aux Etats-Unis dans la célèbre université d'Harvard qu'il achèvera ses études, avant de s'établir à Londres où il fait la connaissance d'Apollinaire en 1902. Au cours de l'été 1926, Ahmet Zogu (futur roi autoproclamé d'Albanie) le nomme comme ambassadeur aux Etats-Unis ; poste qu'il occupera jusqu'à l'invasion italienne de son pays en avril 1939. Faik Konica mourra à Washington le 15 décembre 1942 et sera inhumé au cimetière de Forest Hills à Boston. Ses restes seront transféré à Tirana (Albanie) à la fin de l'ère communiste.

    Faik_Konica.jpg

    Faik Konica

    En 1892, Faik Konica ne pouvant supporter le climat froid de Lisieux s'établit à Carcassonne. Sa Cité médiévale l'attire, tout comme le climat méditerranéen plus adapté à sa constitution fragile. Dans "Amis européens de Guillaume Apollinaire" publié aux presses nouvelles de la Sorbonne (4e colloque / Sep 1988), nous avons une description précise de son passage dans notre ville.

    "En dehors des heures passées à la Bibliothèque municipale, le spectacle des témoins de la civilisation médiévale stimule son ambition de connaître en profondeur le Moyen Age, période de la mémoire de son peuple. Avec ses vingt siècles d'histoire, Carcassonne témoigne de valeurs qu'il peut s'assimiler au plus vite. Au lycée, ce premier de classe admire en particulier son professeur de lettres, dont il saura garder le souvenir. En 1893, il obtient le prix d'honneur de rhétorique et, chaque année, son nom figure au palmarès. Il arrivé même qu'il reçoive des mains du vainqueur du Dahomey, le général Dodds, ancien élève de l'établissement."

    DODDS.jpg

    Le général Dodds

    Faik Konica fait partie de ses brillants élèves qui passèrent par le lycée impérial de Carcassonne, situé dans la Grand rue (rue de Verdun, aujourd'hui). Quant à Guillaume Apollinaire, il se peut fort bien qu'il ait connu Carcassonne à travers les récits de son ami Albanais. A moins qu'il n'y soit passé durant les fêtes de noël en allant rejoindre Madeleine Pagès à Oran ? Publié dans "le guetteur mélancolique", Apollinaire écrivit un poème intitulé "Cité de Carcassonne" en 1915.

    Ville presque morte, ô Cité
    Qui languis au soleil d’été,

    Toi dont le nom putride étonne,
    Tu symbolises la très Bonne,

    La très Douce, sans vanité,
    Qui n’a jamais compris personne,

    La toujours Belle qui se tait,
    L’Adorable que je couronne,

    La toute Ombreuse dolemment
    Comme une ville ombreuse et coite,
    La toute Brune jamais droite,
    Toujours penchée exquisement.

    J’ai vu ses lèvres d’anémone
    Mais point son Cœur, à la très Bonne.
    Je n’ai jamais vu Carcassonne.

    Guillaume-Apollinaire.jpeg

    Guillaume Apollinaire

    (1880-1918)

    ____________________________________

    © Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2017

  • L'histoire de l'école privée d'enseignement catholique Saint-Stanislas

    L'école Saint-Stanislas située dans la rue Aimé Ramond à Carcassonne est fondée en 1813 par l'abbé André Delmas, dans l'ancien couvent des Ursulines construit en 1623.

    delmas.jpg

    André Delmas

    En 1906, l'école est expropriée suite à la loi de séparation de l'église et de l'état, mais la générosité des anciens élèves lui permettra de se réinstaller très vite dans ses locaux. C'est à ce moment-là que l'école prend le nom de Saint-Stanislas. Jusqu'en 1907, les bâtiments sont également occupés par le Petit séminaire diocésain et considérablement agrandis : deux annexes, une propriété acquise, une chapelle construite.

    img236.jpg

    Balcon des classes et chambres des professeurs 

    img234.jpg

    Bulletin scolaire de Jean Metge daté de 1814

    Parmi les disciplines enseignées : La version latine, la version grecque, l'arithmétique, l'algèbre, la géométrie, la physique, la géologie, la botanique, l'histoire écclésiastique, la géographie, la musique, le dessin, la peinture, l'écriture, l'analyse logique, le discours latin, le discours français, l'orthographe, etc.. Dans les notes figurent la conduite, l'application, la tenue des habits.

    img237.jpg

    Frais d'enseignement en 1882

    img238.jpg

    La salle de dessin

    img239.jpg

    Salle d'étude des moyens

    img240.jpg

    Le cabinet de sciences naturelles

    img235.jpg

    Une classe en 1927 avec le G. Mittou, père supérieur 

    En 1956, l'école comptait 400 élèves dont 180 pensionnaires. Collège secondaire, elle prépare au baccalauréat et au BEPC. Les maîtres des grandes classes sont des prêtres. Dans les petites classes, ce sont des laïcs, licenciés ou bacheliers. 

    img233.jpg

    Sœur Mathilde a officié pendant 63 ans à St-Stanislas

    Capture d’écran 2016-12-14 à 12.11.21.png

    En 2008, le regroupement des Lycées St-François et St-Stanislas de Carcassonne a créé une entité : Le lycée polyvalent St-Louis.

    http://lycee-saint-louis-carcassonne.fr

    _______________________________________

    © Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2016

    Lien permanent Catégories : Écoles
  • L'école des femmes Carcassonnaises

    A la fin du XIXe siècle se développe l'enseignement ménager sensé apprendre aux jeunes femmes à bien tenir un foyer. Les cours sont divisés le plus souvent en deux catégories: Les cours de cuisine et les cours de repassage, blanchissage, nettoyage. Les cours de cuisine comprennent l'achat des provisions nécessaires pour le menu du jour, la gestion des dépenses, la préparation des aliments, la mise du couvert, des conseils sur le nettoyage et le ragement de la cuisine. Dans les cours de repassage on apprend l'amidonnage et l'empesage du linge: cols de lingerie, rabats, rideaux, chemisettes. Dans les cours de racommodage, il s'agit de remmaillage et de raccords. Enfin le nettoyage rend invincible contre le cambouis, la peinture, les vernis... En 1910, le ministère de l'instruction publique l'introduit même dans les lycées de fille.

    694689652.jpg

    Les jeunes filles commençaient par obtenir leur Certificat d'études primaires

    2733379499.jpg

    A Carcassonne, l'école de ménagère se trouvait sur l'avenue Bunau Varilla dans un immeuble en face de l'actuelle Caisse d'Epargne et à côté du supermarché ED. La directrice était madame Maurel Marie-Rose accompagné par sa soeur Marguerite qui enseignait.

    2676762139.jpg

    Les jeunes femmes faisaient également (avaient-elles le choix ?) des études pour devenir secrétaire. A Carcassonne, plusieurs écoles privées dispensaient cet enseignement. C'est le cas de madame Gorry, sur le boulevard de Varsovie à côté du café Barthe (Le Makila, aujourd'hui).

    3775852566.jpg

    Il y avait aussi l'école de madame Chatenet dans la rue de la mairie (Rue A. Ramond), à l'angle avec la rue Bringer.

    336082628.jpg

    Les bonnes secrétaires étaient recherchées et rares sont celles qui n'ont pas trouvé d'emploi à cette époque. Il y avait également à Carcassonne, vers les années 1940 et peut-être avant- une école privée dirigée par Mme. MATHIEU, rue de la République, (entre la rue J. Bringer et Clémenceau) qui donnait des cours de sténo - méthode Duployé - et dactylo pour former de futures secrétaires.
    En ce qui concerne la formation des futures ménagères, n'oublions pas, l'école dépendant de l'Education Nationale, installée dés les années 1947/1948 dans le bâtiment municipal - au 76, rue de la Liberté - dirigée, par Mme VAYSSIERE, préparant au CAP.
    Ce qui est devenu actuellement l'annexe du Collège du Bastion.

    ______________________________

    © Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2016

    Lien permanent Catégories : Écoles