Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le 24e régiment d'infanterie coloniale de Carcassonne.

Au sortir de la seconde guerre mondiale (1er mai 1948), le 24e régiment de tirailleurs sénégalais est reconstitué en deux bataillons à Carcassonne, afin de préparer sa participation à la guerre d'Indochine (Tonkin). Le régiment embarque à Marseille le 1er septembre et débarque à Haïphong, pour être ensuite engagé le 30 au Tonkin. Les deux bataillons participent aux opérations de pacification des secteurs de Sontay, Hoa Binh, Haïduong, Hadong et Kie-Nan. En 1951, ils fournissent les garnisons des postes de béton dont le Général de Lattre de Tassigny a ordonné la construction, véritable petite ligne Maginot pour la protection du "Delta utile". Ces taches sans gloire mais nécessaires seront meurtrières, et la compagnie sera citée à l'ordre de l'armée. Les deux bataillons seront dissous en 1954, après l'évacuation du Tonkin avant leur retour en métropole. Le 3e bataillon resté en France constituera lui, le nouveau noyau du 24e régiment d'infanterie coloniale.

3818304518.jpg

La pucelle de la compagnie d'instruction du 24e RIC de Carcassonne. Le régiment fera la campagne d'AFN; le 1er bataillon dans le Constantinois en novembre 1954 et le second en Tunisie. En juin 1955, ils sont regroupés dans la région de Biskra. Le 1er décembre 1958, l'interdit qui frappe le nom "Colonial" fait changer la dénomination du régiment qui devient le 24e régiment d'infanterie de Marine. Il sera dissous à la fin de la guerre d'Algérie, puis reconstitué en 1964 à Perpignan. C'est en 1962 que le 3e RPIMA remplace le 24e RIC à Carcassonne jusqu'à aujourd'hui.

1534069566.JPG

A l'intérieur de ce régiment, il y avait un orchestre militaire constitué d'appelés du contingent. Le chef de musique était le capitaine Camille Marcel Delzenne (1907-1967), qui forma bon nombre de jeunes musiciens carcassonnais.

1712333454.JPG

Il est inhumé au cimetière Saint-Vincent de Carcassonne

___________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2013

Commentaires

  • merci pour cet historique de l'ancêtre du 4e R.I.Ma.
    basé à Fréjus, Perpignan et Rivesaltes (7e Cie)
    dissous à ce jour

  • merci pour cet historique de l'ancêtre du 4e R.I.Ma.
    basé à Fréjus, Perpignan et Rivesaltes (7e Cie)
    dissous à ce jour

  • Le dernier chef de corps du 24 RIC était le Colonel Drogniou qui sera ensuite affecté à Cahors comme Délégué militaire départemental. l'assistante sociale était madame Bonafous une carcassonnaise bien connue qui jouait dans la Passion " aux Capucins " et tenait le rôle de Claudia Procula.

  • Je me souviens étant enfant de courir sur les boulevards pour voir passer les troupes du 24 RIC qui défilaient en descendant les boulevards pour venir s'installer entre la préfecture et le Palais de justice devant l'estrade des autorités pour la remise des décorations, la sonnerie "aux morts" et la prise d'armes. Les soldats avaient des godillots à clous recouverts par des guêtres qui faisaient en marchant sur le bitume un bruit de claquement impressionnant. La musique, en tête que certains appelaient la "nouba" (je ne sais si ce vocable est exact) était précédée d'une mascotte, un bélier de belle taille qui semblait lui aussi marcher au pas. Quand on voit cela à douze ou treize ans on a envie de devenir soldat!

  • Effectivement je me souviens bien du Bélier et du sergent major avec son bâton.

  • Claude, te rappelles-tu des "gniaous gnians", militaires indochinois de la "coloniale", leur surnom venait de leur difficulté à maîtriser notre langue.
    Les enfants plus jeunes que nous à cette époque en avaient peur à cause de leurs dents noires, couleur due à la mastication de feuilles de bétel .

  • Je me souviens vaguement de ce nom, heureusement que tu es là pour rafraîchir ma mémoire. Par contre je me souviens que la première personne d'une autre couleur de peau que la mienne que j'ai vue habitait rue du 24 février et cet homme était toujours à sa fenêtre quand nous sortions vers les toilettes à macau. Il est des souvenirs dont tu te demandes pourquoi ils sont restés.

  • Bonjour,
    Camille Delzenne était le témoin de mariage de mon grand-père Raymond, lui-même soldat au 24ème régiment d'infanterie coloniale.
    Suis preneur de toute information ou document le concernant.
    Cordialement,

  • Bonjour, secrétaire et trésorier d'une asso AFN en Mayenne je recherche pour mon frère ancien du 24 RIC une amicale ou une asso d'ancien du RIC dans l'ouest de la France.
    Notre journal : Mayenne Djebel.
    Amical salut à tous.

Écrire un commentaire

Optionnel