Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Musique

  • Le Réveil Carcassonnais, une batterie-fanfare oubliée

    Attachée à la société de gymnastique « l’Avenir » fondée par Jules Sauzède, une clique de musiciens l’accompagnait dans tous ses déplacements lors des sorties auxquelles elle participait. L’effectif des instrumentistes grossissant au fil des années, la phalange dut envisager de se constituer en association afin de se distinguer de la société à laquelle elle prêtait son concours. Au mois de novembre 1921 naquit ainsi « Le réveil Carcassonnais » ; une batterie-fanfare qui évolua pendant une cinquantaine d’années au sein de l’univers musical de ville. Disposant d’un chef de musique et d’une salle de répétition, cette formation concurrença les diverses sociétés musicales de la ville comme la clique des Sapeurs-pompiers, vouée bientôt à disparaître comme la Société lyrique Saint-Cécile et l’Union orphéonique. Ces anciennes harmonies, à l’affectif si pléthorique à la fin du XIXe siècle, mais dont les chefs se livraient des querelles dont le seul le Carcassonnais en est mesure de comprendre la nature, finirent par s’absorber sous une même bannière : l’Harmonie municipale que nous connaissons encore aujourd’hui. Tant et si bien qu’après la Libération, il ne resta plus que le Réveil Carcassonnais et l’Harmonie dirigés respectivement par MM. Merlane et Mir.

    Réveil.jpg

    Concours de Saint-Girons 1949

    Avant d’en arriver là, le Réveil Carcassonnais s’était organisé à ses débuts de la manière la plus sérieuse autour d’un bureau comprenant MM. Bajouet (Président),  Journet, Jammes et Caujolle. Monsieur Taxi, le directeur de musique, entouré par les chefs de pupitre MM. Paul Gabaldo - mécanicien ajusteur de son état né en 1887 - et Jean Rouzaud disposait alors d’un effectif recruté parmi les nombreux ouvriers de la ville. A cette époque, ces hommes n’hésitaient pas à faire des kilomètres à bicyclette en hiver pour se rendre aux répétitions bi-hebdomadaires à Carcassonne. Il fallait avoir la foi en la musique ! Dans les premiers beaux jours du printemps 1922, le bureau décida d’un concours individuel afin de classer les musiciens selon leur niveau. L’affaire devenait sérieuse car le Réveil Carcassonnais entendait participer aux divers concours de musique ; il lui fallait pour cela s’assurer de la compétence des membres de sa formation et surtout de leur assiduité aux répétitions. Nous en reparlerons plus tard… Après un premier prix d’exécution au concours de Montpellier, le Réveil participa au Grand concours de Paris en 1923. Il revint tout auréolé de gloire, se dota d’une nouvelle présidence en la personne de M. Virabent et installa son siège social au café des Américains. Cet établissement aujourd’hui occupé par une agence immobilière se trouvait sur le boulevard Barbès, près du café Lapasset.

    rouzaud.jpg

    Jean Rouzaud

    On fit bientôt la chasse aux absents des répétitions, considérant avec raison que le manque d’entraînement nuisait à l’équilibre et à la qualité d’exécution des morceaux. Le 21 novembre 1923, la direction décida d’infliger une amende de 10 sous pour défaut d’assiduité à tout cliquard ne pouvant motiver ses absences. Cette mesure dissuasive n’ayant pas produit les effets escomptés, le 9 janvier 1924 le bureau prononce la radiation d’office contre les membres résidants à la campagne qui ne répondraient pas aux convocations des répétitions. Si une telle mesure était appliquée de nos jours, l’orchestre d’harmonie se réduirait en quatuor voire en trio ! Nonobstant, la discipline et l’esprit de camaraderie propulsa le Réveil Carcassonnais vers les sommets des concours nationaux et régionaux. A Toulouse, M. Colomiès, qui devait s’éteindre au début des années 1930, reçut les Palmes musicales. Le Réveil ne cessa alors de ses déplacer loin de ses bases, comme à Saint-Laurent (Haute-Loire) en 1931. Que d’efforts !

    Le 1er mars 1933, le Dr Mourgues succéda à M. Roussel à la présidence, mais pendant quatre années on ne trouva plus trace du Réveil qui, sans doute, entra dans une période d’hibernation que nous ne pouvons expliquer. Le revoilà en 1937 avec M. Vivens aux commandes, sous la bienveillante présidence d’honneur de René Bernat.  Du 6 au 9 mai 1937, le Réveil Carcassonnais se rend en principauté de Monaco avec la Société lyrique Sainte-Cécile. Les deux formations reviendront avec le Premier prix du concours de Monte-Carlo.

    Réveil Carcassonnais.jpg

    Le Réveil Carcassonnais au monument aux morts en présence du Dr Gout, maire de Carcassonne

    Pendant la période de la Sonde guerre mondiale, beaucoup de jeunes musiciens partent d’abord au front avant d’être capturés par les Allemands et envoyés dans des camps jusqu’à la fin du conflit. Ceux qui resteront participeront aux cérémonies de la Légion des Combattants créée par Pétain à partir de 1941. Certains suivront sa politique et d’autres la combattront… A la Libération, le Réveil se reconstitue ; il devient un rouage essentiel des évènements commémoratifs d’un patriotisme retrouvé autour des valeurs de la République. Le 8 avril, il s’affilie à la Fédération musicale du Midi ; le 3 juin, M. Baratciat remplace Paul Gabaldo à la baguette de direction, jusque-là secondé par René Cadrès. Plusieurs présidents se succèdent : MM. Graille (1944), Bergé (1948), Truchet (1951). C’est sous sa férule qu’est nommé le chef Merlane qui permet au Réveil de faire un retour retentissent à Carcassonne en ramenant les lauriers de la gloire du concours des Sables-d’Olonne.

    En 1960, le siège social du Réveil Carcassonnais fut transféré du café des Américains au Café Clamet, sur l’actuelle place Gaston Jourdanne. C’est ici que je perds la trace historique de cette fanfare ; je sollicité donc toutes les bonnes volontés afin que cette mémoire puisse être rafraîchie voire enrichie par nos chers lecteurs. Toute anecdote et tout document sera bienvenu.

    __________________________________

    © Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2020

  • Ce maire de Carcassonne qui fut violoniste dans l'orchestre de Jo Bouillon

    © Chroniques de Carcassonne

    Dans les années 1930, un jeune étudiant en pharmacie à la faculté de Montpellier avait pour habitude avec ses camarades  de passer du temps dans une brasserie de la Place de l'Œuf. On y rencontrait des peintres, des poètes... Ce jour-là, la formation du célèbre Jo Bouillon (1908-1984) passait avec ses 35 musiciens dans la capitale languedocienne, pour une série de galas. Assis à côté du chef d'orchestre, Antoine Gayraud qui deviendra en 1971 le maire de Carcassonne, entra en conversation avec Jo Bouillon. Celui-ci lui fit part de son embêtement car son premier violon venait de le quitter subitement pour effectuer sa période militaire des 28 jours. Gayraud ne se démonta pas et lui glissa : "Je suis violoniste, si vous voulez." Bouillon l'invita à passer une audition au théâtre lendemain, au cours de laquelle Antoine Gayraud fut engagé  le temps que le violoniste attitré ne réintègre la formation. A cette époque, l'orchestre Jo Bouillon se situait comme l'égal de celui-ci de Ray Ventura, quelques temps avant la gloire de Jacques Hélian.

    08b4b6931b84b65f014936f48911fb78.jpg

    © Pinterest

    Jo Bouillon et son épouse, Joséphine Baker

    En 1948, le directeur du théâtre municipal de Carcassonne M. André Valette, reçut l'orchestre de Jo Bouillon. A la fin du concert, Antoine Gayraud se rendit dans la loge du chef au premier étage du théâtre. Accueilli les bras ouverts, notre futur maire se remémora les souvenirs passés. Jo Bouillon lui réserva même une surprise... Celle de l'arrivée de sa femme, la célèbre Joséphine Baker qui passa la porte pour les rejoindre. S'adressant à Antoine Gayraud avec de sa voix des îles, l'ancienne meneuse de revue, lui lança : "Tony, tu n'as pas changé mon petit." La soirée se termina au Grand Hôtel Terminus avec le couple Bouillon et Marcel-Yves Toulzet qui rapporte cette anecdote.

    Capture d’écran 2018-11-03 à 10.24.34.png

    Un disque de Jo Bouillon

    ___________________________________

    © Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2018

  • Ce chanteur qui réhabilita tout le village de Fajac-en-Val dans l'Aude

    Né en 1938 à Puteaux, le neveu du comédien et Sociétaire de la Comédie française Jean Davy est né sous une bonne étoile. A seize ans, il quitte le domicile parental et devient l'administrateur d'un cabaret parisien. Il fait alors la connaissance  de tout ce que la capitale compte d'artistes : Patachou, Edith Piaf, Alex Métayer, Barbara, etc. Le 17 août 1951, il avait déjà assisté au mariage du jazzman Sydney Bechet à Juan-le-Pins, où se trouvait Mistinguet. Plus jeune créateur de chansons de la SACEM, Jean-Pierre Tutin signe dans une maison de disques et passe à la télévision en 1957. Au début des années 60, il pose ses valises à Carcassonne avec son épouse Catherine Claire et ses enfants. Cette dernière chantait dans le groupe "Les trois ménestrels". Ils se produisaient dans les cabarets parisiens: La lapin agile à Montmartre, par exemple. Tutin était accompagné à la clarinette par Alex Métayer, qui deviendra humoriste; mais aussi, par Serge Gainsbourg au piano chez "Milord l'Arsouille", le cabaret de Michelle Arnaud. Catherine Claire vit aujourd'hui à Montlaur... Le couple achète l'ancien café du Midi, situé sur le boulevard Barbès. Transformé en caf'conç, l'établissement prend le nom de "Fiacre" et attire la jeunesse yé-yé. Lors de son passage à Carcassonne, Johnny Hallyday y passera la nuit à boire avec le patron. Nous n'avons pas hélas de photographie de ce lieu qui a été détruit depuis pour un immeuble d'habitation.

    2323609778.jpg

    L'emplacement du Fiacre, à gauche

     Outre les occupations dans son cabaret Carcassonnais, J-P Tutin fonde à cette époque le R.A.C (Racing Athlétic Carcassonnais). Ce club de football est l'ancêtre de l'actuel F.A.C. 

    Tutin.jpg

    J-P Tutin au piano avec Marius Laffargue à la contrebasse, à Carcassonne

    Lorsqu'en 1961 la famille Tutin s'installe à Fajac-en-Val, le village est entièrement ruiné et dépourvu d'habitants. L'homme de spectacle achète d'abord une maison qui flambe en une nuit. Il se remet à l'ouvrage et fait l'acquisition des onze maisons du village qu'il réhabilite les unes après les autres, sauf la mairie et l'école. Il devient le maire de la commune et un instituteur est missionné pour faire l'école à ses enfants. Pendant ces années bohèmes, J-P Tutin reçoit Gaston Bonheur et son fils adoptif, Daniel Riva. Il y vient avec Charles Trenet qui pousse la chansonnette. On y voit le violoniste Casadessus et Henri Gougaud. Deux émissions de télévisions de "l'Invité du dimanche" y seront même tournées. C'est en 1978 que la famille Tutin vendra Fajac-en-Val pour de nouvelles aventures.

    2625115961.jpg

    Fajac-en-Val dans l'Aude

    _________________________________

    © Tous droits réservés/ Musique et patrimoine / 2018