Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Paul Enderlin (1888-1969), un architecte oublié

    Paul, Emile Enderlin est né le 23 août 1888 à Paris (XIVe) au sein d’une famille dans laquelle le père est sculpteur. C’est peut-être pour cela qu’il tente à plusieurs reprises le concours d’entrée à l’Ecole des Beaux-arts avant finalement d’y être admis le 5 janvier 1909. Il fait partie de l’atelier de Gustave Umbdenstock (1866-1940). La Grande guerre, au cours de laquelle il se distingue par sa bravoure, lui vaut plusieurs citations de l’armée mais freine ses études. Ce n’est qu’en novembre 1920 qu’il obtient son diplôme d’architecte. Quatre ans après, il se marie avec Hélène Balanec et le couple s’installe à Carcassonne dans l’ancien cabinet de G. Vidal, 20 rue Antoine Marty.

    20190824_162345.jpg

    L'Odéum dans les années 1930

    Dès lors, Paul Enderlin va s’illustrer par un grand nombre de réalisations dans Carcassonne à l’époque de la municipalité d’Albert Tomey. En 1927, l’architecte dresse les plans de la salle de l’Odéum que beaucoup de Carcassonnais connaissent pour avoir été un cinéma. Pas seulement… Ce bâtiment Art Déco avec ces colonnes très inspirées de la Grèce antique fut utilisé pour diverses manifestations : Galas de boxe (1933), meetings politiques du parti radical (1937), réunions des nationalistes comme Philippe Henriot (1936) et des légionnaires contre le bochévismes (1941), etc. N’oublions surtout pas qu’Odeum signifie en latin, le lieu où l’on chante. Tino Rossi y poussa la chansonnette pendant la Seconde guerre mondiale.

    20190824_172447.jpg

    Programme de 1931

    Il est toutefois exact que ce lieu culturel fut exploité en salle de cinéma par M. Deumié ; on y vit le premier film parlant le 3 septembre 1930 avec Maurice Chevalier grâce au procédé sonore de la Western Electric.

    Elysée.jpg

    L'Elysée à Limoux

    Sur un modèle architectural qui lui ressemble, on citera le cinéma l’Elysée à Limoux dont l’œuvre est aussi de Paul Enderlin en 1929.

    Dans Carcassonne, les bâtiments publics réalisés par Enderlin (Groupe scolaire Jean Jaurès, Collège Varsovie) se succèdent aux édifices privés. Ils sont beaucoup moins connus et Claude Marquié dans sa chronique de La dépêche en 1999, nous en cite quelques uns : Pharmacie Billot à l’angle des rues de Verdun et Jean Bringer, Immeuble Daraud à l’angle des rues Courtejaire et Ramond, etc. Plus loin de chez nous, retenons le monument aux morts d’Orsennes dans l’Indre.

    Capture d’écran 2019-08-24 à 17.24.01.png

    L'immeuble Enderlin, square Gambetta

    La famille Enderlin vivait dans une belle maison au n°5 bis, square Gambetta. Sous l’Occupation, Paul Enderlin aura la mauvaise idée de devenir membre régional de l’Ordre des architectes créé par le gouvernement de Vichy le 31 décembre 1940. Il adhère le 28 mai 1941 et représente le département de l’Aude. A la Libération, il sera relevé de ses fonctions d’architecte municipal et révoqué par le Comité d’Epuration de l’Aude. Cela ne l’empêcha pas de participer dans les années 1960 à la construction de la Cité Saint-Jacques à Carcassonne.

    A n’en pas douter, Paul Enderlin, dont le nom ne dit plus rien à personne, reste un architecte talentueux qui nous a légué un patrimoine Art Déco des plus remarquables. Il est décédé en 1969.

    Sources

    Base de données de l'Institut national d'histoire de l'art

    Archives de la Libération / Fonds Vals

    L'éclair, juillet 1941

    Photo en Une : J-L Bibal / DDM

    ________________________________

    © Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2019

  • Histoire de l'autobus-rail de la ligne Carcassonne-Quillan

    La situation du trafic sur la ligne ferroviaire Carcassonne-Quillan pendant la Seconde guerre mondiale amène l’administration du gouvernement de Vichy à rechercher des solutions pour maintenir le réseau en service. Comment acheminer des voyageurs vers la Haute-Vallée de l’Aude lorsque le carburant réquisitionné par l’armée d’occupation allemande fait défaut ? Le 4 février 1943, une conférence examine la situation et le 24 du même mois, le ministre demande d’exploiter le système Talon par autobus.

    Capture d’écran 2019-08-22 à 15.01.17.png

    Augustin Talon (1881-1972), ingénieur en retraite des Chemins de fer du Midi retiré à Belvianes dans l’Aude, va alors proposer une solution innovante. Il s’agit de mettre un autobus sur les rails depuis Carcassonne jusqu’à Quillan, alimenté en gaz naturel de Saint-Gaudens et en gazogène. Deux jumelages de diplorys soutiennent l’autocar sur les rails et celui-ci tracte une remorque légère Decauville de 15,2 tonnes dans laquelle on peut transporter cent passagers. Dans l’autobus, cinquante y prennent place ce qui fait une capacité totale de cent-cinquante personnes. Elle triple par rapport à une Micheline classique et permet une économie de pneus puisque seules les roues motrices arrière sont en contact avec le rail. Vers 1944-1945, les roues jumelées arrière et du duplorys seront remplacées par des roues automobiles bandagées. Les quatre allers-retours quotidiens permettent une économie de 50% sur le carburant et de 80% sur les pneus.

    Capture d’écran 2019-08-23 à 15.25.01.png

    Compagnie Carcassonnaise de Transports en Commun

    Une démonstration de ce matériel conçu selon les procédés de M. Talon a lieu le lundi 17 mai 1943 en gare de Carcassonne. Ceci en présence des autorités locales nommées par Pétain, à savoir Cazes (ingénieur des Ponts et Chaussées), Albert Tomey (Président du Conseil départemental), Génie (Président de la Chambre de commerce), Palau, Sama et Soula (ingénieurs), Lebrau (Chef de la censure à la préfecture), etc. Elle s’achève par un voyage jusqu’à la gare de Madame à Villalbe, puis il est décidé d’installer la ligne pour une période d’essai de trois mois. Le système va fonctionner ainsi jusqu’en 1946 et permettre une augmentation de la fréquentation de 50% la première année.

    Capture d’écran 2019-08-23 à 15.56.51.png

    Remorque Decauville de 100 places assises

    La SNCF avait mis, sur ordre de Vichy, à disposition les installations à deux sociétés privées (Cars Bourdier et la CCTC) moyennant une redevance. Les chemins des fer s’engageaient à assurer la sécurité et la maintenance des installations ; les sociétés privées à assurer 8 aller-retour par jour sauf le dimanche. A la Libération, changement de musique… Une lettre de Jean Biart de la maire d’Espéraza envoyé au Comité départemental d’épuration le 9 septembre 1944 demande la reprise en main de la ligne par la SNCF :

    « Vous savez en effet que le service-voyageurs Carcassonne-Quillan est assuré depuis plus d’un an par deux concessionnaires qui sont Bourdier et la Société Carcassonnaise de Transports. Ces deux firmes sont entrain d’accumuler certainement des bénéfices scandaleux au détriment de la SNCF puisqu’ils ont réussi - je ne sais par quel tour de force - à obtenir la location du rail, et à l’aise d’un procédé de traction rail-route, ces deux concessionnaires assurent (d’une façon déplorable du reste) le service-voyageurs moyennant le prix de 54 francs, aller-retour par personne. Le car ainsi que la Micheline sont archi-combles à chaque voyage, il n’est donc pas besoin d’être un grand mathématicien pour conclure que les concessionnaires ne perdent pas leur temps. »

    Le 6 août 1945, l’opposition des syndicats et de la Fédération des cheminots à la circulation d’autobus de compagnies privées sur les rails amène le ministre à autoriser la SNCF à résilier les contrats d’exploitation. Les sociétés privées auront jusqu’au 1er février 1946, date à laquelle la SNCF reprendra le monopole sur ses lignes. Elle s’engage à réaliser 6 aller-retour quotidiens par des omnibus. Trois autorails Renault ABJ (série 3300) et trois remorques légères sont prévus à compter du 1er juillet 1946.

    La SNCF reprend ainsi son monopole de service public et assure la liaison ferroviaire Carcassonne-Quillan jusqu’à aujourd’hui. Il y a un an, on parlait d’une transformation en ligne de tram-train qui pourrait être confiée à une société privé via une délégation de service public. En quelque sorte, une privatisation qui ne dit pas son nom comme au bon vieux temps du maréchal…

    Note

    Augustin Talon était né à Marvejols (Lozère) le 21 juin 1881. Ingénieur au Chemin de fer du Midi, il inventa la torpille ferroviaire dans les années 1930 puis se retira à Belvianes pour prendre sa retraite. Il avait épousé à Quillan Elizabeth Salva le 6 juillet 1904, originaire des Pyrénées-Orientales. Il est mort le 27 mai 1972 à l'âge de 91 ans.

    Sources

    Archives historiques de la SNCF

    Historail

    L'éclair, mai 1943

    ________________________________________

    © Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2019

  • La mémoire de Martin Weill réhabilitée 75 ans après le massacre de Baudrigues

    Le 75e anniversaire de la Libération de Carcassonne a pris cette fois une dimension toute particulière. Depuis bien longtemps, on n'avait pas rendu hommage à une victime en présence de sa famille. Ceci explique sans doute l'émoi suscité par cette célébration, non seulement dans la presse mais également auprès d'une assistance plus fournie qu'à l'accoutumée. Le nom de Martin Weill, 15e victime recensée du massacre de Baudrigues, se retrouve désormais sur la stèle des martyrs avec d'autres camarades d'infortune. Ce résistant français, originaire d'Alsace et de confession juive, est Mort pour la France ! Sa vie, il l'a donnée par refus de deux idéologies mortifères, inhumaines et belliqueuses. N'ayons pas peur de les nommer : Nazisme et Fascisme. Examinons notre conscience... Si ces hommes et ces femmes fusillées puis déchiquetées par l'explosion volontaire de dépôts de munitions au domaine de Baudrigues l'ont été, c'est parce qu'ils avaient été arrêtés avec le concours de français. Ces collaborateurs avaient choisi l'idéologie de l'Allemagne hitlérienne par convictions, veulerie, vengeance ou intérêt financier.

    8.jpg

    Peu importe finalement qui se trouve à l'origine de cette démarche de réhabilitation par ses recherches historiques. Ce qui compte c'est le résultat. Démontrer qu'à partir d'archives, on a la faculté d'arriver au réel en retrouvant la famille de celui qui n'était jusque-là qu'un inconnu pour elle. Lui présenter une vieille photographie, un document mentionnant sa religion dont ils ignoraient tout.

    4.jpg

    Discours de M. Larrat, maire de Carcassonne

    Tout ceci n'est que le fruit d'une détermination et d'une passion. C'est un élan désintéressé pour faire revivre la mémoire et servir les idéaux de la République, aujourd'hui galvaudés par des intérêts économiques qui sapent les acquis sociaux nés du Conseil National de la Résistance. C'est convaincre le Souvenir Français et la ville de Carcassonne, sans lesquels cette manifestation n'aurait pu avoir lieu. Remercier Gérard Larrat qui n'a pas hésité à me faire confiance.

    1.jpg

    Avec Jean-Pierre et Pascale Weill

    Se tenir aux côtés de ses petits-enfants, dont l'un est un vétéran parachutiste du 3e RPIMA. Et dire qu'il ignorait que son grand-père avait été exécuté à quelques kilomètres de son casernement.

    3.jpg

    Avoir la reconnaissance d'une famille magnifique venue d'Alsace. Une région qui a tant souffert pendant trois conflits mondiaux (1870,1914,1940) où les gens furent expulsés et même enrôlés de force dans l'armée allemande.

    9.jpg

    © J. Blanco

    Vous pouvez entendre le reportage de France 3 ci-dessous

    https://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/aude/carcassonne/carcassonne-nouveau-martyr-identifie-au-domaine-baudrigues-1711971.html?fbclid=IwAR1IrHmldXx_agEn_qJPnGDig5_gc_2DU2bTZHD5THbPtLAyTCkQaSjaqW8

    6.jpg

    A jamais dans nos cœurs ! 

    D'autres héros attendent d'avoir leur nom sur cette stèle, notre tâche se poursuivra.

    Crédits photos

    Ville de Carcassonne

    Patrice Giroux

    ____________________________________

    © Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2019