Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Hippolyte Champagne (1803-1883), artiste peintre

    Photographie d'un tableau d'Hippolyte Champagne envoyé par un collectionneur

    Hippolyte Champagne naît le 3 frimaire An 12 (25 novembre 1803) à Carcassonne. C'est le fils de l'architecte Jean-François Champagne, auquel nous devons de nombreux bâtiments dans notre ville, et de Marguerite Projet. Nous avons dû partir de zéro afin d'essayer de rédiger une biographie à l'usage des amateurs d'art, car la vie et l'œuvre de cet artiste se sont perdus depuis longtemps. Néanmoins, en farfouillant dans de vieux grimoires, nous avons pu apprendre certaines choses. Hippolyte Champagne fit ses études à l'Ecole Royale de Dessin et des Beaux-arts de Lyon. Il y reçut en 1826 une 1ère mention. Le peintre Philippe-Auguste Jeanron a été de ses professeurs, bien qu'il soit de cinq ans son cadet.

    Capture d’écran 2021-09-20 à 10.58.53.png

    Maison et pavillon de la famille Champagne

    A Carcassonne, il résidait dans la maison familiale située rue St-Michel (actuelle rue Voltaire). Il reste un pavillon construit par son père et donnant sur le boulevard Roumens. Membre de la Société des Arts êet Sciences de Carcassonne, Hippolyte Champagne fit régulièrement don de ses œuvres au Sou des Ecoles laïques. L'un de ses œuvres "Paysage au pastel" figure dans les collections du Musée des Beaux-arts de la ville. Parmi d'autres aquarelles, citons "Vue d'une ferme à la Bastide-Rouairoux", "La pierre Lys", "Le chêne après l'orage", "Le moulin", "Effet du matin","Bords de la rivière de l'Aude". Hippolyte Champagne s'est éteint le 13 septembre 1883 à l'âge de 79 ans, rue Marceau. Sa dépouille se trouve au cimetière Saint-Michel dans le caveau de la famille Champagne.

    Capture d’écran 2021-09-20 à 10.56.31.png

    Caveau de la famille Champagne.

    ____________________________

    © Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2021

  • La compromission d'Albert Tomey et de son Conseil municipal sous Vichy

    Nous avons été bercé jusqu’ici par les légendes qui voulaient sans doute entretenir des versions édulcorées de l’histoire. Des versions qui exonéraient certains bons républicains Carcassonnais de leur compromission avec le pouvoir honni du gouvernement de Vichy. De rares apôtres du radicalisme socialiste, comme le docteur Henri Gout, ont refusé de voter les Pleins pouvoirs à Pétain ; il l’ont chèrement payé de leur personne. D’autres comme le docteur maire de Carcassonne, Albert Tomey, furent bien moins regardant sur les valeurs qu’ils défendaient. C’est sans doute toute la complexité des hommes au même moment de l’histoire. Il n’en demeure pas moins que de vrais résistants de la première heure comme Albert Piccolo, certes communiste, n’ont pas eu les honneurs d’une rue dans Carcassonne. A contrario, Albert Tomey a bénéficié de la mansuétude de Jules Fil dans les années 1967. Vingt-trois ans après, tout le monde avait-il oublié ? Quoi donc ? Qu’Albert Tomey, bien que déchu par Vichy en 1941 de son poste de maire, avait accepté le poste de Président du Conseil départemental, nommé par ce même Vichy. Qu’à ce titre, il avait assisté au théâtre municipal en février 1943 à l’inauguration de la Milice en compagnie de grands collaborateurs du Reich. Les faits l’attestent et nul ne pourrait nous l’opposer. Sommes-nous donc des révisionnistes ? Non, nous ne décrocherons pas la plaque de la rue Tomey, car cet homme fut un grand maire pour sa ville. Nous souhaitons simplement lutter contre les légendes. En voici une autre, pourtant inscrite dans les livres de notre histoire locale. Quand le conseil municipal républicain d’Albert Tomey a été révoqué par Pétain, celui qui l’a remplacé, Jules Jourdanne, a fait changer le nom du boulevard Jean Jaurès par celui de Philippe Pétain, maréchal de France. C’était donc en 1941, n’est-ce pas ? Eh ! Bien, c’est inexact. Le changement de ces noms de rues est intervenu par délibération municipale en date du 10 décembre 1940. Exactement, six mois après l’arrivée de gouvernement de Vichy. Et qui sont les élus à la manœuvre de cette lumineuse idée, parfaitement anti-républicaine ? Le conseil municipal radical-socialiste d’Albert Tomey, toujours en place à cette date. Voici ci-dessous le texte de la délibération adoptée par le Conseil municipal :

    "L’effort vers l’Union qui se manifeste un peu partout dans les diverses catégories sociales, et qu’exigent au surplus les circonstances pathétiques que nous traversons, s’accommode mal des survivances trop publiques des luttes partisanes que nous avons naguère connues et que constituent certaines dénominations attribuées à nos rues et boulevards.

    Il est vrai qu’on ne serait, sans discrimination, condamner toutes les appellations qui, à un titre quelconque, évoquent des luttes politiques, certaines de ces appellations sont trop impuissantes à entretenir le moindre esprit de parti, soit que les querelles auxquelles elles peuvent permettre de faire allusion s’estompent dans le souvenir, soit, surtout, que l’activité partisane de l’homme dont elles tirent leur origine cède le pas, dans la mémoire des populations, à l’activité administrative et aux résultats de l’œuvre sociale accomplie ; encore convient-ils de limiter le bénéfice de ces considérations aux grands hommes ou personnalités dont les attaches locales sont certaines, et qui peuvent être considérés comme des enfants du pays.

    Si donc vous adopter ce point de vue, l’Administration vous propose de pourvoir à une modification dans la dénomination :

    1. Des boulevards Jean Jaurès et Camille Pelletan qui deviendraient l’avenue du Maréchal Pétain, dont le nom s’est à jamais inscrit dans les annales glorieuses de notre histoire et dont plus tard l’admirable dévouement, en des jours de détresse profonde, a justifié, et justifie encore les espoirs de vigoureux redressements qui hantent tous les cours français.
    2. De la rue Francisco Ferrer, qui s’appellerait désormais rue Joseph Poux, en témoignage de gratitude à l’égard de l’historiographe précis et pourtant passionné de notre Cité à laquelle il a consacré des ouvrages auxquels la haute qualité de la forme, leur richesse et solide substance assurent une survivance à jamais profitable à notre centre touristique.
    3. De la rue de l’Orient, qui deviendrait la rue Montesquieu, en hommage à la clairvoyance de cet écrivain et théoricien, auteur des Considérations et de l’Esprit des Lois, où foisonnent les enseignements dont la méditation et la pratique eussent rendu la nation française plus prudente et plus sage, et l’eussent ainsi préservée du désastre que nous connu."

    Le préambule signé par Albert Tomey vaut son pesant de cacahouètes. Nous préférons laisser les lecteurs apprécier ce morceau d’architecture. Jean Jaurès fut un partisan de la paix avec l’Allemagne. Camille Pelletan un défenseur républicain de la laïcité. Francisco Ferrer, un anarchiste catalan, fusillé par les monarchistes espagnols. Quant à la rue de l’Orient, c’est là que se trouvait la loge maçonnique du Grand Orient de France. C'est plus qu'un reniement c'est un faute politique oubliée depuis la Libération.

    _______________________________

    © Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2021

  • L'orchestre "Les lynx", la jeunesse Carcassonnaise des années 60

    Que font les jeunes ? C’est l’un des très nombreuses questions posées par Jacques Olive dans sa chronique « Entre nous… Les jeunes » publiée chaque semaine dans l’Indépendant. « Salut les copains » ! A 17 ans, celui qui allait côtoyer plus tard Johnny Hallyday, Adamo ou encore Claude François, balançait sur le papier journal les échos de cette jeunesse en mal d’activités. Combien de rues de la gare, tous les samedis à mater les demoiselles en jupes courtes et chaussettes blanches ? Un regard, un arrêt, un bécot en cachette des parents sur la piste de bal du Païcherou. Bien cravatés et gominés, nos pères d’aujourd’hui n’avaient pas l’esprit grunge de leurs rejetons. « Retour vers le futur » de Zemmeckis et son bal des sirènes, c’était leur Païcherou du samedi soir. La guitare électrique, inaccessible objet de convoitise d’une époque d’infortune, glissait sous les doigts de jeunes rêveurs. La MJC venait d’ouvrir, face à l’église Saint-Vincent. Lieu d’aventures et de possibles, la jeunesse s’y donnait rendez-vous tous les jeudis ; elle jouait à s’inventer des héros locaux de la musique nouvelle.

    Groupe.jpg

    Grabarsky, Sénégas, Grasa et Bigou

    Les Lynx, espèces en voie d’extinction, naquirent ainsi dans un quartier de la ville, près de la place Paul Valéry. Dans le quartier Pasteur, pour se soigner de l’ennui, deux jeunes copains cherchaient à imiter les sons des Chats sauvages. Encore leur fallait-il l’indispensable instrument. Lorsqu’on n’a pas les moyens de se payer une Fender, que fait-on ? On en fabrique une, tiens pardi ! Passe-moi le contre-plaqué et les barrettes achetées chez Daraud, rue Courtejaire. Le manche, j’en fais mon affaire. « Dans les années 60, on se débrouillait, se souvient Jacques-Henri Bigou. Pas question de solliciter des parents, nous faisions les coups en douce. Notre ampli avait été même fabriqué en démontant les postes radio de la maison. »

    les lynx

    Chez JC Grabarsky avec Jacques Olive, Robert Baby, Jacques-Henri Bigou, JP Samitier

    L’ami Jean-Claude Grabarsky, dont le grenier de la maison servit tant de fois aux tentatives d’harmonisation rythmique, prêtait également son concours aux surprises parties organisées chez lui. Nos deux compères allaient bientôt susciter des vocations auprès des autres copains du quartier. Ignorant comme eux la croche et le demi-soupir, ces musiciens de la feuille s’enhardirent avec l’arrivée de Christian Sénégas, puis de Daniel Grasa, le batteur. Quatre garçons dans le vent, pour lesquels les voisins n’avaient guère de compassion, quand depuis le garage de Bigou, frémissait le son des guitares. Fort heureusement, un autre copain pianiste et camarade de Saint-Stanislas devait apporter un peu de rigueur musicale car lui, lisait la musique. Il s’agit de Pierre Ruffié, le fils du célèbre chercheur Jacques Ruffié. 

    MJC.jpg

    A la M.J.C de Carcassonne

    Dans ce Carcassonne du milieu des années 60, la musique battait son plein. Les nombreuses fêtes de quartier associaient bien souvent les nouvelles formations de gratteurs. A Grazaille pour le feu de la Saint-Jean, sur le boulevard Marcou Teddy Rambaud faisait danser 3000 personnes, au Théâtre des Capucins, à la MJC et bien sûr, au Païcherou. Sans compter les concours de guitare électrique entre les Lynx, Les Tigers et les Stan’s. On n’oubliera pas les Anges, les Tweeters et mêmes les Blood Sucker’s au sein desquels jouait un certain Jean-Michel Signoles, le futur patron de Chipie. Alors certes tous ces groupes n’étaient pas de valeur égale, mais certains de leurs musiciens tenaient la baraque : Guy Mazières, Christian Lalanne, André Bénet, Raymond Capdevilla, Robert Baby et surtout Jean-Lou Peter à la basse. N’avait-il pas accompagné le célèbre Rocky Volcano dans ses tournées ? Il viendra apporter son aide aux Lynx.

    Capture d’écran 2021-09-10 à 19.33.59.png

    Ruffié, Virgil, Grasa, Grabarsky, Bigou, Gaich

    Le premier bal de ces chats sauvages Carcassonnais allait avoir lieu à Cavanac. Comment donc transporter le matériel quand on n’a ni permis de conduire, ni véhicule ? Ce gaillard de Minou Cros nageait déjà en eau vive auprès de la sœur de Bigou ; Il possédait surtout une Ford Taunus et une remorque. Jean-Claude Grabarsky se remémore ce moment : « Lorsque nous sommes arrivés à Cavanac, le Comité des Fêtes dut nous procurer un piano. Nous n’avions pas encore le Farfisa qui nous permettra d’avoir le son des Animals. Je me souviens que Pierre Ruffié était en colère parce que l’instrument était tout désaccordé".

    remorque.jpg

    » Le véritable succès, la renommée n’allait pas tarder pas à venir… « On s’est aperçu que le Païcherou faisait passer des orchestres traditionnels avec du musette. Nous avons proposé à Roger Quintilla, de jouer chez lui notre musique. Pensant sans doute que nous ferions un bide, ils n’a pas souhaité prendre à son compte les entrées, juste le bar. Mal lui en a pris ! Ce soir là toute la jeunesse Carcassonnaise s’est donnée rendez-vous au Païch ; ce fut de la folie. Aussi, le lendemain Quintilla a voulu absolument s’occuper des entrées. Nous venions d’entrer dans la cour des grands, souligne Jean-Claude. »  Ceci fera dire à Roger Quintilla : « Vous détenez le record d’entrée, mieux que Coll ». Voilà une sentence qui, nous le verrons, ne sera pas sans conséquences. 

    Les lynx 2.jpg

    A partir de 1968, le pianiste Pierre Ruffié quittait les Lynx pour entrer à la faculté. Il leur fallait trouver un remplaçant qu’ils allaient débaucher d’un petit groupe, « Les Black Widows », un soir au théâtre municipal. Son nom : Paul Escourrou. Popo, fils d’un entrepreneur en bâtiment de la ville avait appris la musique chez Madame Raynaud-Millet, place Marcou à la Cité. Autre recrutement de luxe, celui du chanteur Virgil qui fera plus tard le bonheur de René Coll. Nous nommerons également Michel Gaich (Basse), Gérard Moulis (Saxo), Maurice Mouisset (Trompette) et son remplaçant Francis Tedesco. A cette époque, le groupe prenait de l’ampleur et s’orientait vers d’autres styles : La soul et le Rythm and blues. A grand frais, un orgue Hammond fut acquis et transporté grâce à un fourgon vendu par Quintilla. Jean-Claude Grabarsky, le grand argentier, signale que les trois-quart des cachets passaient dans l’achat de matériel. Quant à Paul Escourrou, il se souvient qu’il gagnait en quatre week-end, le salaire d’un ouvrier qualifié faisant les 48 heures chez son père. 

    Trèbes.jpg

    L’année suivante, M. Marty venait d’acheter l’ancien cinéma Le Paris. Tous les sièges avaient été enlevés afin d’y organiser un bal, et les Lynx devaient assurer la partie musicale. "Comme des idiots, s’exclame Jean-Claude, nous avions négocié des cachets forfaitaires. Il y a eu tellement de monde que personne ne put danser et l’ensemble de la recette alla à l’organisateur. Ce n’est pas tout… Des jeunes que nous connaissions vinrent nous informer que le bal au Païcherou avec René Coll était quasiment vide."

    Capture d’écran 2021-09-09 à 09.04.14.png

    Le moment le plus attendu c’était les slows. La piste était envahie. Quand le rythme reprenait, elle se vidait aussi sec.

    Le lendemain, nous recevions un appel du boss. René Coll nous proposa de « s’occuper de nous. Le 6 avril 1969, il nous organisa un déplacement à Biarritz avec deux autres groupes N’abonnais, les Diabolic system et les Wood lose. C’est à partir de là que nous sommes allés jouer dans les boites de nuit.  Au dancing de La Franqui et surtout au Ranch de Mirepoix ; les jeunes nous suivaient ! » 

    JL Peters.jpg

    Les lynx avec Jean-Loup Peters au Païchérou

    Au mois de juin, Johnny Hallyday passe dans l’émission de Guy Lux, Le palmarès des chansons. C’est la première fois que l’on entend un titre inconnu qui va faire un tabac : « Que je t’aime ». Jean-Claude Grabarsky saisit alors son magnétophone, écrit la grille de la chanson pour le groupe qui répète le soir même. Le lendemain, au Païcherou, les Carcassonnais seront les premiers à entendre « Que je t’aime » interprété par Virgil. « Ce fut du délire sur la piste, s’exclame Paul Escourrou ».

    René Coll.jpg

    René Coll et les Lynx

    Le 21 juillet 1969, les lynx donnent un concert à Arcambal près de Cahors. Sur une vieille charrette ! « A l’époque nous dormions chez l’habitant, raconte Paul Escourrou. Ces gens n’avaient pas la télévision mais nous ne voulions pas rater le premier pas de l’homme sur la lune. Nous avons donc loué discrètement un hôtel. A trois heures du matin, tout le groupe a pu voir les images en direct de Neil Armstrong sur la lune. Inoubliable ! »

    La casa.jpg

    En revenant de Canet, ce 14 juillet 1969, un véhicule s’arrête à leur portée. L’homme à l’intérieur leur propose de discuter. Il s’agissait de Patty, le patron de La Casa située dans la station des Deux Alpes. L’hiver suivant, les Lynx allèrent jouer dans cette station de ski.

    La Casa 2.jpg

    Il y connurent Michel Gaillard qui les invita ensuite à se produite à Courchevel, au Top Hat Morrisson à Madrid puis l’été d’après à Cannes. Un mois sur la croisette au Play Girl payés 3000 francs chacun.

    les lynx

    Le Play Girl à Cannes en septembre 1970. Louis Forner à l'orgue qui avait remplacé Paul Escourrou. Tedesco à la trompette et Moulis au saxophone.

    « En ce mois de septembre 1970, nous faisions deux sets par jour dans cette discothèque face à celle de Régine, se rappelle J-H Bigou. Un soir, nous vîmes Ringo Star descendre de sa belle rolls-royce. Il entra au Play Girl pendant que Daniel Grasa chantait du Joe Cocker. Il s’avança vers le podium avec son verre en main. Dommage que nous n’ayons pas pu immortaliser cet instant. »

    Top Morrisson.jpg

    Au Top hat Morrisson à Madrid 

    L’aventure des Lynx s’est achevée durant l’année 1970. Virgil avait quitté depuis plusieurs mois le groupe, pour l’orchestre Paul Selmer où il était mieux rémunéré. Il fera la carrière qu’on lui connaît chez René Coll. Chacun partit ensuite de son côté, jusqu’à cette soirée de 2006 à la Fiesta Bodéga de Nobert Serres. Invité pour un anniversaire sans plus de précisions, Paul Escourrou eut la grande surprise de retrouver presque tous ses anciens amis. Et tout se finit bien sûr en chansons.

    Capture d’écran 2021-09-11 à 14.54.14.png

    Un grand merci à Paul Escourrou, JC Grabarsky, J-H Bigou, Daniel Grasa et Jacques Olive pour avoir accepté de me confier leurs souvenirs avec autant de gentillesse

    ____________________________________

    © Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2021