Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

L'église du Sacré-cœur a été construite par le frère de Jorge Semprun

Nous sommes au mois de juin 1944 ; les forces alliées viennent de débarquer en Normandie. Dans la cathédrale Saint-Michel, l’évêque de l’Aude Mgr Pays fait un vœu. Il promet ce 16 juin  devant l’ensemble des fidèles, d’élever une église au Sacré-cœur si jamais Carcassonne venait à échapper aux bombardements. Une fois la guerre terminée, cet engagement sera tenu et confié à l’abbé Belloc au sein d’une commission d’art sacré dans laquelle se trouvait notamment le chanoine Gabriel Sarraute. Carcassonne échappera aux bombardements. 

Le 28 octobre 1948, l’abbé Belloc dévoile les premiers plans de la future église qui devrait être située dans le quartier de la Pierre-Blanche. L’avis du chanoine Sarraute est sans appel : 

Une sorte de hangar pour avion. Chapelle plus qu’église. Quelque chose de subtilement mauvais. Façade et chevet : deux grands murs de pierre nue. Entre les deux, du ciment armé. Prix très bas - trop bas. Ces deux murs sont comme les tartines d’un sandwich ; la garniture ne vaut rien. Ils sont cintrés : ceci est plausible pour la porte, mais insensé pour le chevet : l’autel devrait être contre une sorte de demi-tour. Et pour quoi faire, grand Dieu ? A côté une tour-mat, qui fait très bien sur le plan. Mais où est l’escalier ? Les cloches, comment fera t-on un jour pour les réparer au besoin ? En faisant un échafaudage… Et elles sont placés sous un demi-toit, comme un livre entr’ouvert. Le vent, un beau jour, arracherait le tout.  Le baptistère, prévu à droite de l’entrée, avec des fenêtres cintrées tout à fait différentes des fenêtres de l’église. L’intérieur, nul, avec trois autels. On ne voit pas comment le toit, le plafond s’agenceront.

Gonzalo Semprun

Abbé Paul Belloc

L’abbé Belloc ayant pris note des objections de son collègue, l’informe de son intention de lancer un concours d’architectes. Le sculpteur Iché, malgré sa méconnaissance de l’architecture, veut essayer de faire un projet et même une maquette. Il consentira, dit-il, à réaliser ce travail pour la moitié du prix. Son insistance dérange… L’abbé Belloc se tourne alors vers un ancien séminariste de Montpellier, diplômé d’architecture. Les plans de M. Rodier présentés le 26 décembre 1949 n’arriveront pas à convaincre la Commission d’art sacré, ni M. Bourély. 

On me montre les plans de mon église du Sacré-cœur. je suis profondément déçu… Je fais des remarques. Elle sont toutes acceptées avec une facilité qui fait peur. C’est un projet élastique. L’architecte ne défend aucune de ses positions (cela doit aboutir au rejet de ce plan qui a déplu à tous les membres de la commission d’art sacré et qui a reçu le coup de grâce par une lettre « exemplaire » du P. Régamey. (Chanoine Sarraute)

gonzalo.jpg

Gonzalo Semprun Maura

C’est alors qu’un tout jeune diplômé d’architecture va enfin réussir à convaincre tout le monde. Gonzalo de Semprun n’a que 28 ans lorsque le 14 août 1950, il décroche son premier projet architectural : L’église du Sacré-cœur de Carcassonne. Chez l’abbé Belloc le 11 janvier 1951 en sa présence, les bases du futur édifice catholique de ce nouveau quartier de la ville sont posées. Or, Gonzalo de Semprun (1922-2011) n’est pas n’importe qui… C’est tout simplement le frère de l’écrivain espagnol Jorge Semprun Maura (1923-2011) dont chacun connaît l’histoire.

jorge_semprun.jpg

Jorge Semprun Maura

La première impression n’est pas mauvaise, mais je garde le silence prudent. Je vais le montrer à M. Bourély. Il est favorablement impressionné. Cet homme sait son métier. La façade archi simple, le cube du baptistère, le profil avec les dents des vitraux en soufflets, l’intérieur à la voute simple. Il y a des objections, il y a des remarques à faire, mais ce ne sera pas le rejet pur et simple comme pour le malheureux architecte de Montpellier.

Première pierre.jpg

Le 30 novembre 1952, Mgr Pierre-Marie Puech posa la première pierre de l’église lors d’une bénédiction à laquelle ne put assister son prédécesseur. En effet, Mgr Pays venait de disparaître après une longue maladie. C’est le 9 mai 1954, après neuf ans de gestation, que le Sacré-coeur de Carcassonne est consacré. L’abbé Belloc restera le curé desservant de cette paroisse jusqu’à son décès. Gonzalo de Semprun connu surtout pour ses peintures, se retira vers Nice. Il est inhumé à Saint-Etienne-de-Tinée.

Première pierre 2.jpg

Mgr Puech pose la première pierre

2310989637.jpg

Le Sacré-coeur

Sources

Archives manuscrites du chanoine Sarraute

___________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2020

Commentaires

  • Merci pour cette genèse.
    Mes 20 premières années se sont passées près de cette Église, une tranche de vie.
    J’ai bien connu l’abbé Belloc et ses sœurs que je voyais quotidiennement.
    J’ai toujours entendu dire chez moi que ma sœur a été baptisée le même jour que le baptême de la cloche. Ce devait être fin juin ou début juillet 54, ma soeur étant née le 21 juin, on baptisait assez rapidement après la naissance à cette époque.

  • Merci pour cette rétrospective qui me va droit au cœur car j 'ai fréquenté cette église ne comprenant pas pourquoi elle était si moderne et de quand elle datait. Et j' ai bien connu l 'abbé Belloc. Beau travail et merci de le poursuivre. Daniel Bigou

  • merci pour ces souvenirs; mais le chanoine Belloc n'est malheureusement pas resté au Sacré Coeur jusqu'à la fin de sa vie, au grand regret des paroissiens, mais a été nommé à Saint Nazaire, à la cité pour ses dernières années.

  • j ai bien connu l abbé belloc j ai tout fait a l église du sacré coeur bapteme communion et mariage

  • Encore un récit passionnant de l'histoire de notre ville , merci pour vos recherches toujours très instructives

  • j ai que de bon souvenirs de cette église, Abbé BELLOC .PUIS LE FERRE QUI LA REMPLACÉ QUAND IL A ÉTAIT NOMMÉ A LA CITE..il etait fier de son église;.....
    je fus responsable des scouts,parents conseil.de cette période aux moins deux scouts on prononcé les voeux pour servir DIEU.
    merci Martial pour ce bel article ..

  • J'ai bien connu l'abbé BELLOC, un prêtre un peu austère mais un grand humaniste. Il avait rapporté cette tolérance de ses années de captivité en Allemagne. .Le jeudi après-midi, il organisait des occupations, sous la forme d'un "patronage", pour les enfant du catéchisme. Les enfants des familles non croyantes étaient tout de même acceptés, Je me souviens que mes copains dont les parents étaient au PC, venaient avec plaisir. Avec les copains, nous fréquentions le cinéma du patronage qui se déroulait dans un baraquement derrière l'église. Pour les plus petits, c’était des diapos, pour les plus grands de véritables films. L'entrée coûtait 50cts. Les garçons d'un coté de la salle, les filles de l'autre. A l'entracte, une personne de la paroisse vendait des confiseries, 20cts la chique, 5 cts le carambar..! C'est dans cette salle qui n'avait rien de luxueux avec ses vieux fauteuils, que j'ai vu mes premiers western ainsi que des films dans lesquels jouait un jeune garçon nommé "Josélito" . . A la fin de chaque bobine, la salle s'allumait quelques minutes, le temps que l'opérateur mette en place la nouvelle bobine . Avec les copains nous n'aurions raté ces séances pour rien au monde. .C'est dans cette salle que ma passion pour le cinéma, est née.. ,

  • L’église de mon enfance, mon baptême, ma première communion,celle de ma soeur et aussi des souvenirs plus douloureux com-me les messes d’obsèques de ma grand mère et de mon père, mes cours de catéchisme dans le local attenant.
    L’abbé Belloc me laisse un très bon souvenir d’enfance

  • L’église de mon enfance, mon baptême, ma première communion,celle de ma soeur et aussi des souvenirs plus douloureux com-me les messes d’obsèques de ma grand mère et de mon père, mes cours de catéchisme dans le local attenant.
    L’abbé Belloc me laisse un très bon souvenir d’enfance

  • Légèrement plus tard, n'est-ce pas l'abbé Vacherot, mon professeur au petit séminaire, et professeur aussi à Toulouse, qui y créa l'orgue electronique? Mes souvenirs sont vagues, mais la fierté de la réalisation de cet orgue est toujours aussi vive.

Écrire un commentaire

Optionnel