Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

À l'auberge des "Trois-Couronnés"...

Il vous aura sans doute échappé en regardant cette plaque émaillée, que l'accentuation de la lettre E modifie tout le sens historique de cette rue. Pour tous les Carcassonnais et à fortiori les éditeurs de plans, il s'agit de la rue des trois couronnes. Nous avons ici l'exemple d'une déformation linguistique populaire ayant abouti à la suppression de l'accentuation. Les nouvelles plaques ont finalement adopté cette modification, sans se soucier de l'aspect historique. Pire ! Cette erreur devient aujourd'hui une vérité qu'il convient de battre en brèche. Un peu d'histoire...

trois-couronnés

L'hôtel construit en 1992 dans cette rue

Probablement à l'emplacement actuel de la Brasserie du Dôme se trouvait l'auberge des Trois-Couronnés. Son existence est rapportée en 1593 sur un acte de Maître Grangis (Index du Dr Cayla). Le 21 juin 1601, le sieur Reich "réclame à la ville une indemnité tant pour les arbres qui avaient été pris chez lui, pour les fortifications de la ville, que pour le logement qu'il avait fourni aux pestiférés, à son logis des Trois-Couronnés" (Cartulaire de Mahul / Tome VI). C'est donc cette auberge qui aurait donné le nom à l'artère qui mène au Pont vieux. Qui étaient donc ces Trois Couronnés ?

trois-couronnés

Il s'agit des Rois mages que nous avons retrouvés dans un vieux dictionnaire portant le substantif des "Trois Couronnés". Ceux-là même chargés de présents qui, selon l'Evangile, les ont portés aux pieds de l'enfant Jesus. Dans un poème de Maurice de Guérin (1810-1839), ce doute semble levé :

Qui mena par des plaines

lointaines

Aux pieds du divin enfant

Je vais marchant avec elle

Fidèle

Comme les trois couronnés

Et comme eux je suis en quête,

Poète,

De la crèche où, nouveaux-nés,

L'auberge des Trois-Couronnés faisait bien référence aux Rois mages. La disparition de l'accent transforme un participe passé en nom commun. Voilà donc comment on efface par là même, l'histoire d'un lieu et sa référence chrétienne. Il serait bon qu'à la lumière de cet article, des modifications soient entreprises pour réparer cette erreur.

________________________________

© Tous droits réservés : Musique et patrimoine / 2018

Commentaires

  • moi je restais sur l'idée que la référence était compagnonnique et non pas religieuse... comme par exemple la rue mage qui traversait la ville (aujourd'hui rue de verdun) n'a rien à voir avec les personnages de la mythologie théiste.

  • "Il serait bon qu'à la lumière de cet article, des modifications soient entreprises pour réparer cette erreur" dites vous ; Je crains que ce ne soit le dernier souci de notre actuelle Municipalité...

  • je suis né en 1942 dans la rue des trois couronnés,a la maternité exactement .mais j ai habité le numéro 9 de la rue des trois couronnés 24 ans, mais j ai toujours pensé que c 'était une erreur de fabrication, le manque de curiosité ,et j ai toujours dit rue des trois couronnes.aujourd’hui ,j 'ai l 'explication.mieux vaut tard que jamais ...merci Martial pour tout ce que vous nous apprenez ...

  • Merci Jean Pierre d'avoir eu un doute, mais je préfère la version que j'avais entendu, comme quoi 3 rois (3 couronnes) étaient passés par cette rue. Bon après couronnes ou couronnés, nous ne porterons pas plainte, nous les enfants de cette rue pour nous avoir mentis si longtemps. Ton petit frère.

Écrire un commentaire

Optionnel