Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Ecrivains - Page 2

  • Pierre Andreu (1909-1987), un écrivain atypique

    Pierre Andreu naît à Carcassonne le 12 juillet 1909 dans une famille de la petite bourgeoisie locale. Son grand père Aloys, natif de Civita Vecchia en Italie, était en garnison à Carcassonne comme sergent et avait fait la connaissance de Marie Rancoule, fille d’un serrurier de la ville originaire d’Alzonne. Tout semblait opposer ces deux familles. Si Aloys Andreu, percepteur à Mouthoumet et fermement républicain embrassait le radicalisme en cette fin du XIXe siècle, les Rancoule étaient plutôt militants Royalistes. A l’ombre de l’église Saint-Vincent, ils priaient pour le retour du roi Henri V, comte de Chambord et dernier des Bourbons.

    Si Enric cinc venia deman.                       Si Henri V venait demain.

    A quanta festa. A quanta festa !    Ah ! Quelle fête. Ah ! Quelle fête. 

    Si Enric cinc venia deman.                         Si Henri V venait demain.

    O quanta festa que fariam !          Ah ! Quelle fête que nous ferions !

    Pierre Andreu raconte que dans les années 1880-1890, il était facile de duper au moment des élections les notables réactionnaires : urnes truquées, bulletins de l’adversaire graissés, etc. La municipalité républicaine de Carcassonne avait arrêté toutes les affaires avec le serrurier Rancoule, en raison de ses idées monarchistes. Quant à Aloys, son maigre salaire de fonctionnaire ne faisait pas de lui un nanti, car il dépensait davantage que ce qu’il gagnait. C’est dans ce creuset que naquit en 1878 leur fils Théodore Andreu, le futur père de Pierre. Après des études au lycée de Carcassonne aux côtés de ses camarades de classe, issus de bonnes familles de la ville (Delluc, Salvetat, Peytavy, De Vezian, Estève, Parazols, Combes, Lacombe, Meyran, Lordat, Peyrens, Courtial), Théodore voulut entrer à Polytechnique mais dû se résoudre à faire médecine. Après sa thèse, il s’installe à Carcassonne chez le compositeur de musique Paul Lacombe et épouse en 1908 Rose Hérail, issue d’une famille industrielle mazametaine ruinée. Pierre Andreu sera leur fils unique…

    Pierre Andreu 2.png

    Pierre Andreu dans les années 30

    A l’âge de trois ans, celui qui allait devenir plus tard journaliste, essayiste et biographe quitte Carcassonne avec ses parents et s’installe à Paris (quartier Javel). Durant son adolescence, sa pensée est socialiste ; il s’enthousiasme lorsqu’en 1924 le Cartel des gauches remporte les élections. En classe de seconde, il adhère à la L.A.U.R.S (Ligue d’Action Universitaire Républicaine et Socialiste) présidée par un jeune homme : Pierre Mendès-France. Il arborait fièrement au lycée l’insigne de la ligue, au milieu de ses camarades des Jeunesses patriotes et de ceux de l’Action Française, ancrés à l’extrême-droite. Après un baccalauréat obtenu avec mention et un brillant accessit en histoire à la Sorbonne, Pierre Andreu s’inscrit en droit et en Sciences politiques en 1927. Quelques années pendant lesquelles, il vivote et au gré des rencontres découvre Apollinaire, Jarry, Max Jacob, Mallarmé. Il écrit également son premier livre qui reçoit les encouragements de Grasset, l’éditeur. 

    Jacob,_Max_(1876-1944)_-_1934_-_Foto_Carl_van_Vechten,_Library_of_Congress.jpg

    Max Jacob avant son arrestation par la Gestapo

    A vingt ans, Andreu monte l’escalier de la rue Nollet et frappe à la porte de celui qu’il admire, le poète Max Jacob. C’est le début d’une amitié qui durera jusqu’à la mort du poète, le 5 mars 1944. Il publiera en 1982 un livre sur Jacob en forme de biographie « Vie et mort de Max Jacob ». La pensée politique socialisante de Pierre Andreu s’étiole dans les années 1930 tout en conservant son idéal humaniste, pour aller progressivement vers le camp adversaire. C’est-à-dire ce qu’il qualifiera lui-même de « fasciste » à la fin de la décennie. Il entre au P.P.F (Parti Populaire Français) fondé par Jacques Doriot, un ancien du Parti Communiste Français qui se distinguera sous l’Occupation comme le meilleur allié idéologique des nazis. Pierre Andreu quittera ce parti réactionnaire en 1936, le jugeant pas assez à gauche et beaucoup trop totalitaire. C’est aussi l’époque où il se lie d’amitié avec Pierre Drieu la Rochelle, auquel il consacrera une biographie en 1979. A la fin de la Seconde guerre mondiale, Pierre Andreu entre à l’O.R.T.F et défend l’action culturelle. Entre 1966 et 1970, il sera même directeur de cette antenne à Beyrouth et défendra la cause Palestinienne en se montrant pro-arabe. 

    Capture d’écran 2019-04-02 à 10.44.14.png

    Si Andreu peut être considéré comme très à droite, son amitié pour Jacob et Georges Sorel contrebalance cette caricature des étiquettes. A la fin de sa vie, il se rapprochera d’ailleurs de ses premières amours en soutenant Mitterrand et en se liant avec Jacques Julliard, tout en conservant des relations au sein des militants royalistes. L'ensemble des ses correspondances, écrits et documents sont conservés à l'IMEC (Institut des Mémoires de l'Edition Contemporaine). Pierre Andreu s’est éteint le 25 mars 1987 à Paris (Ve) et est inhumé au cimetière de Grenelle.

    Quelques œuvres

    Histoire des prêtres ouvriers (1960)

    Grandeurs et erreurs des prêtres ouvriers (1955)

    Le rouge et le blanc (1977)

    Georges Sorel

    Vie et mort de Max Jacob (1982)

    Drieu la Rochelle (1979)

    Sources

    Le rouge et le blanc : 1928-1944 / 1977

    I.M.E.C

    Etat-Civil / ADA 11

    ______________________________________

    © Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2019

  • François Fonvieille-Alquier (1915-2003)

    Qui connaît François Fonvieille-Alquier à Carcassonne ? Et pourtant... C'est dans cette ville qu'il naquit le 10 février 1915 et que sa mère Gabrielle, institutrice de son état, résidera jusqu'à la fin de sa vie. Pupille de la Nation, le jeune François ne connut pas son père qui se laissa tuer le 25 août 1914 sur le front en Meurthe-et-Moselle par conviction pacifiste. Il sera adopté par le magistrat Henri Alquier.

    Elève brillant au lycée de Carcassonne, Fonvieille-Alquier obtint son baccalauréat en 1932 avant de poursuivre ses études à la faculté de Montpellier et d'en sortir diplômé de philosophie, psychologie, sociologie... Au sein du campus, il se faire élire comme représentant des étudiants du Comité antifasciste de Montpellier. N'oublions pas qu'à cette époque, la montée des nationalismes se fait ressentir en Espagne, Italie puis en Allemagne. Ce sera le combat de sa vie... En 1938, François Fonvielle-Alquier est nommé comme professeur dans l'Aude, puis à Montluçon (Allier) comme professeur adjoint de philosophie. Ente temps, il s'est marié avec une Carcassonnaise dont il divorcera en 1941. Durant la guerre civile espagnole, il participe aux convois de livraison d'armes pour les Républicains avant d'être envoyé à Limoges pour enseigner. Dans cette ville, ses activités communistes déplaisent au régime de Vichy qui le fait condamner, avant de le révoquer le 29 avril 1941.

    Capture d’écran 2019-04-01 à 08.31.44.png

    © Archives municipales de Limoges

    Sous l'occupation allemande, Fonvieille-Alquier dirige le Front National de Libération (organe communiste de la Résistance) à l'appel du P.C le 15 mai 1941. Il devient ensuite l'un des fidèles bras-droit du colonel Georges Guingouin au sein du maquis du Limousin. Fonvieille est vice-président du Comité Régional de Libération en 1945, puis Premier adjoint au maire de Guingouin au Conseil municipal de Limoges. Il dirige également le journal l'Echo du Centre, journal qui encore aujourd'hui continue à informer les limougeauds. Chroniqueur régional à Libération de 1941 à 1964, il quitte le Parti Communiste suite à l'invasion de la Hongrie par les soviétiques. Profondément humaniste, Fonvieille s'oppose à toute forme de totalitarisme et particulièrement au stalinisme. 

    Capture d’écran 2019-04-01 à 09.14.34.png

    Le livre ci-dessus lui vaut d'être condamné en 1966 pour offense au chef de l'Etat, en l'occurrence le général de Gaulle. Il s'agit d'un pamphlet contre les déviances du Gaullisme.

    "L'après-gaullisme ? Nous y sommes déjà, ou presque. Deux tours, et le système fut ébranlé. Trois petits tours, et puis s'en vont truands, enfants de chœur, combinards et barbouzes... Le gaullisme alimentaire trouvera d'autres râteliers. Tant pis pour les renards, les loups, les crocodiles... Mais pitié pour l'immense troupeau des moutons ! Le gaullisme sentimental se sentira comme orphelin... La France midinette est fragile du cœur et prompte à s'enflammer. Chez nous, les sauveurs se pressent au portillon ; ils offrent, tous les vingt ans, leurs services et un homme à aimer. Il faudra, pour nous guérir de l'infantilisme, une médecine de cheval et une cure d'insolence.  Ici, les coups d'Etat réussissent quand les banquiers font cadrer leurs intérêts avec les passions des grenouilles qui demandent un roi, ou ce qui en tient lieu... Refaire un citoyen exige qu'on torde le cou à l'imbécile qui se cache au tournant de son cœur, prêt à bondir quand passe le képi. Assez de ce respect qui suinte de partout ! Place à l'impertinence ! (François Fonvieille-Alquier)".

    Capture d’écran 2019-04-01 à 09.24.07.png

    Chez Robert Laffont en 1963 : "Ils ont tué Jaurès !" 

    "Ce n'était pas seulement le récit de l'assassinat, mais une réflexion d'ensemble sur le mouvement qui avait conduit à la guerre, frissonnante d'affection pour ses héros et de colère contre la droite nationaliste."

    Capture d’écran 2019-04-01 à 09.29.03.png

    L'un de ses derniers livres, édité en 1985

    François Fonvieille-Alquier est décédé le 14 février 2003 à 88 ans. Il nous paraissait important de faire connaître aux Carcassonnais, la vie et le combat de l'un de leurs concitoyens. Une rue de Limoges porte son nom...

    Sources 

    Amis du Musée de la Résistance de la Haute-Vienne / Bull.61 / 2003

    http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article50614, notice FONVIEILLE-ALQUIER François [FONVIEILLE François, Louis, Bernard, écrit parfois FONTVIELLE dit] par Jacques Girault, version mise en ligne le 10 juin 2009, dernière modification le 30 juin 2013.

    Who's Who

    _________________________________

    © Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2019

  • L'écrivain Nathalie Sarraute avait épousé un Carcassonnais...

    Qui n'a jamais lu "Enfance" ou "Tropismes" de Natacha Tcherniak, plus connue sous le nom de Nathalie Sarraute ? Née en 1900 pendant le règne du tsar Nicolas II dans une famille juive, Natacha émigrera en France avec son père en raison des opinions politiques de celui-ci. Elle sera élevée par sa belle-mère Véra, la seconde femme de son père, et suivra ensuite des cours à la faculté de droit de Paris. C'est là qu'elle fit la connaissance d'un jeune étudiant en 1922. Elle l'épousera trois années plus tard.

    nathalie.jpg

    © Pinterest.com

    Raymond Sarraute est le fils de Joseph Sarraute, né à Carcassonne le 21 mars 1874, avocat athée aux opinions socialistes, ami de Jules Guesde. Sa mère Elisabeth Lourié, décédée prématurément en 1908 avait été amie de Rosa Luxemburg et de Lénine. A cent lieues de son oncle Léon Sarraute (1860-1939), moine capucin connu sous le nom de père Michel-Ange et d'une famille catholique pratiquante. Le chanoine Gabriel Sarraute (1893-1991) qui avait été à Carcassonne le confesseur de Joë Bousquet, avait pour père Albert Sarraute, frère du moine capucin. Il était donc cousin au premier degré avec le mari de l'écrivaine, tout comme les antiquaires de la Cité.

    Sarraute.jpg

    Raymond Sarraute, le mari de Nathalie

    Ceux qui ont connu le chanoine Gabriel Sarraute, ne pourront que confirmer la ressemblance avec son cousin. Dès leur rencontre, Raymond Sarraute incita sa jeune épouse à se mettre à écrire. Lui, poursuivit sa profession d'avocat et devint le secrétaire général du Comité français pour la défense des immigrés.

    Capture d’écran 2017-06-15 à 09.15.06.png

    Le chanoine Gabriel Sarraute

    Lorsqu'en 1939 la Seconde guerre mondiale éclata, les affaires se compliquèrent pour le couple Sarraute.  Nathalie fut radiée du barreau de Paris en raison de ses origines juives. Afin d'éviter le même sort à son époux, fautif pour un catholique de s'être marié avec une israélite, il fut convenu entre eux de divorcer. Le chanoine Gabriel Sarraute serait même intervenu afin de protéger Nathalie, qui sous une fausse identité, passa cette terrible période dans leur maison de Chérence (Val d'Oise), jusqu'au printemps 1944.

    Chérence.jpg

    Cette maison dans laquelle elle écrivit un grand nombre de ses romans, Raymond Sarraute l'avait acheté avec la part de la vente d'un immeuble hérité de sa famille Carcassonnaise.

    "Nathalie appelait son mari "Chien loup", qui la désignait de son côté par "Mon cher petit Fox". Ces surnoms affectueux font référence à une nouvelle de David Garnett, Lady into Fox, publiée en 1922."

    Nathalie et Raymond auront trois enfants : Claude, Anne et Dominique. La première fut longtemps journaliste au Monde et chroniqueuse avec Jacques Martin, puis Laurent Ruquier. C'est la mère de Martin Tzara qui a été rédacteur en chef du service des sports de tf1. 

    Claude-Sarraute-+-Ruquier.png

    © France dimanche

    Claude Sarraute a du sang Carcassonnais dans les veines... Si elle fait partie de l'équipe des Grosses têtes qui fera l'émission depuis la Cité de Carcassonne le 28 juin prochain, elle pourra aller visiter ses cousins à quelques mètres de là, porte d'Aude.

    Sources

    Lettres d'Amérique / N. Sarraute / Gallimard / Mai 2017

    Généanet

    Emission Tv / Antenne 2 / Mai 1976

    _______________________

    © Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2017