Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Qu'a voulu cacher la Résistance de Carcassonne ?

Cela fait plusieurs mois maintenant que je mène un travail d'enquête sur les conditions de dénonciation, d'arrestation et d'exécution de Jean Bringer, chef de la Résistance audoise. Sa veuve a toujours clamé qu'on l'avait vendu pour de l'argent suite à la disparition d'un parachutage d'Alger pour lequel il s'était mis en tête de retrouver les coupables. Après sa disparition Madame Bringer tentera de mener sa propre enquête, jusqu'à ce que M. Pastour, Procureur de la République de Carcassonne, ne lui conseille d'arrêter car selon lui, elle risquait de mettre sa vie en danger : "Vous tombez dans un panier de crabes, lui dit-il".

Que de cadavres retrouvés assassinés dans des conditions suspectes... Et maintenant que de dossiers importants disparus ! Des auditions du procès de René Bach, l'agent de la Gestapo, on a expurgé les dossiers les plus compromettants. Ceux qui sans doute mettaient en cause des responsables de la Résistance Carcassonnaise et du maquis de Villebazy. Qu'importe ! J'ai retrouvé des copies à 500 km de Carcassonne dans un autre service d'archives. Lors du meurtre du capitaine Charpentier dans la clinique Delteil, la sûreté militaire s'est saisie d'enquêter. On lui a fait obstacle, car des hauts responsables locaux parmi lesquels MM. Morguleff, Sablé et Amiel auraient avoué s'être rendus à Montpellier auprès du colonel Leroy. Les dossiers d'enquêtes furent alors brûlés. Ce que ne voulaient pas ces chefs c'est que l'on salisse l'honneur de la Résistance, même si pour cela il fallait faire entrave à la justice et protéger les crapules. Que de contradictions dans les auditions, d'une année à l'autre !

136_Drapeau_de_la_2e_compagnie_du_1er_bataillon_des_FFI_du_Finistère.jpg

Au mois de mai dernier, je fais une demande de dérogation auprès du Ministère de la culture, afin de pouvoir consulter le registre d'écrou de la Maison d'arrêt de Carcassonne entre avril et novembre 1944. Etant indexé et consultable dans la série W (préfecture) des archives de l'Aude, j'espère enfin pouvoir constater les noms et le nombre de prisonniers internés par les Allemands avant la Libération et déterminer ceux qui furent relâchés de ceux qu'on exécuta le 19 août 44 à Baudrigues. On ne peut tout de même pas inscrire ces noms sur la seule foi d'une liste rédigée par le Dr Delteil à sa sortie. D'autant plus qu'il aurait dû logiquement mourir avec Ramond et Bringer...

L'autorisation m'arriva par courrier à la fin du mois d'août. Lundi, je me rends aux archives de l'Aude avec le précieux sésame. On me présente donc le registre d'écrou suivant la côte que j'avais demandée, mentionnant Maison d'arrêt de Carcassonne.
Je l'ouvre... Oh ! surprise et déception, il s'agit de celui de Limoux. Evidement point de résistants, mais que des voleurs de poules.
Je rends compte à l'archiviste de service de cette erreur très inhabituelle pour ne pas dire impossible. L'heure est grave, car je viens de découvrir une énorme lacune. La nouvelle directrice des archives de l'Aude me fait la faveur de descendre me voir. Une personne charmante et dévouée à ma cause, signalons-le. Tout comme d'ailleurs l'ensemble du personnel des archives.
Pourquoi donc a t-on remplacé sous une fausse côte le registre de la Maison d'arrêt de Carcassonne par celui de Limoux ? Bizarre... Les autres registres classés par ordre chronologique dans la série sont bien de Carcassonne, seul celui pour la période Juillet-Août 44 manque.
A t-on interverti les registres ? Non, après vérifications.
Mais où est donc passé ce registre ?
Je me souviens alors avoir lu dans un document d'archive daté de 1945 (il ne se trouve pas à Carcassonne) sur l'enquête de la mort du Capitaine Charpentier, occis dans la clinique Delteil qu'en 1945, ce registre avait disparu. Puis, on l'aurait retrouvé à Montpellier. Puis, il serait revenu à Carcassonne.
Sans être formel, je peux dire qu'il y a des gens dans cette ville qui ont eu intérêt à faire disparaître des documents avec la complicité de l'administration, afin de protéger les intérêts de certains à une époque où cela chauffait pour eux.
Mon enquête se poursuit...

____________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2018

Commentaires

  • Dans le même ordre d'idées, la démolition de la villa de la gestapo est-elle le fruit d'un affairisme immobilier ou un moyen d’effacer toute trace d'un passé peu reluisant.....

  • Martial,
    Bravo pour votre abnégation et votre énergie à nous faire partager vos dossiers sur la région Audoise durant cette période si terrible de notre histoire.
    Cette affaire « Myriel alias Jean Bringer » mérite « vraiment » d’être révélée au grand jour pour l’honneur de cet homme qui a combattu l’idéologie fasciste jusqu’au bout, trahi par les siens, et sans doute par des camarades qui ont prospéré ensuite....
    Ayant moi même mené des investigations sur des dénonciations de maquis de la région, pour les restants et les générations d’après, « savoir » leur permet de faire « enfin » le deuil.
    Vous avez tout mon soutien, et j’ose « espérer » que vos démarches aboutiront sans que l’on vous ferme les portes......

  • très très intéressant - bien sur ,on a caché des preuves pour protéger certaines personnes --il a du s'en passer des choses ignobles durant cette période -- hélas peut-on espérer qu'un jour les hommes fraterniseront ????

  • très très intéressant - bien sur ,on a caché des preuves pour protéger certaines personnes --il a du s'en passer des choses ignobles durant cette période -- hélas peut-on espérer qu'un jour les hommes fraterniseront ????

  • Merci pour vos recherches toujours passionnantes, j'espère que la vérité éclatera
    après 74 années d'interrogation.

  • Un grand merci pour votre persévérance dans vos recherches.
    Si on pouvait connaître la vérité, !!!!
    Bonne continuation et encouragements

  • Passionnant... tous ces dossiers disparus protegent certainement des personnes importantes. Peut être saura-t'on un jour la vérité. Merci pour vos recherches toujours extraordinaires.

Écrire un commentaire

Optionnel