Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La mémoire d'Henri Gout passée sous silence à Carcassonne...

C'est parce qu'aucun responsable politique de l'Aude - à fortiori de gauche - et qu'aucun journal local ne l'a évoqué dans ses colonnes, qu'ici nous vous rendons compte d'une célébration qui est curieusement passée sous silence à Carcassonne. Le 10 juillet dernier, la mémoire du député Henri Gout - futur maire de Carcassonne - a été honorée par le Président de l'Assemblée Nationale à Vichy. Capture d’écran 2019-08-03 à 14.41.02.png

© Droits réservés / Assemblée nationale

Richard Ferrand rendit hommage aux 80 parlementaires réunis en Congrès à l'opéra de Vichy qui, le 1er juillet 1940, refusèrent courageusement de voter les Pleins pouvoirs au maréchal Pétain. Seuls deux parlementaires de l'Aude s'y opposèrent tandis que six s'associèrent à la majorité favorable à la nouvelle constitution : Jean Bousgarbiès, Léon Castel, Jean Guilhem, Jean Mistler, Clément Raynaud, Albert Sarraut. A l'occasion du 79e anniversaire, une plaque a été dévoilée sur la façade de l'opéra de Vichy. Elle porte les noms d'Henri Gout et de Léon Blum (Député de Narbonne).

Capture d’écran 2019-08-03 à 14.48.09.png

Le vote des Pleins pouvoirs dans un contexte particulier lié à l'armistice, sonna la fin de la République et du régime parlementaire. La gouvernance était remise entre les mains d'un seul homme, avec les conséquences que nous connaissons. L'acte des 80 courageux sera ensuite réprimé par le gouvernement de Vichy, à tel point que certains finiront emprisonnés ou déportés.

petain-a-vichy-vote-des-parlementaires-du-10-juillet-1940-a-_4410656.jpg

Le Congrès à Vichy le 1er juillet 1940

A La Libération, alors que les anciens parlementaires ayant voté les Pleins pouvoirs seront rendus inéligibles et frappés d'Indignité nationale, le Dr Henri Gout deviendra maire de Carcassonne.

Capture d’écran 2019-08-03 à 15.32.05.png

Henri Gout

(1876-1953)

_____________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2019

Commentaires

  • Merci à vous Martial, d’avoir restauré ce silence et cet oubli d’un courageux comme peu l’ont pu l’être.

  • Merci de nous faire vivre ces illustres courageux. Je trouve que la ville est vraiment en dessous de tout. A croire qu’elle veut faire table rase de l’histoire. Merci à vous

  • Lors de la cérémonie du 14 juillet à Trausse Minervois hommage officiel lui a été rendu .

  • merci à vous! pour la sauvegarde de la mémoire de notre histoire,le temps n’efface pas tout, heureusement.
    .

  • Un enrichissement permanent sur notre histoire du Sud. On suit toujours. merci

  • Enfin une reconnaissance, il n’est jamais trop tard!!!!
    Merci de mettre en mémoire toutes l’histoire de Carcassonne .

  • merci encore une fois, de nous apprendre des choses que beaucoup doivent ignorer, c'est L'HISTOIRE DU SILENCE………. MERCI A CEUX QUI N'ont pas voulu se taire et courber l'échine, ils nous ont sauvés..;;;;;; j'avais 2 ANS!

  • voilà encore un acte courageux passé sous silence -- c'est ça carcassonne reconnaissante !!
    alors que d'autres villes ont célébré ces valeureux français --- qui sont à l'origine de notre liberté - que penser ??

  • Étant né à la fin de la guerre, je n'ai pas connu cette époque . Le nom de Gout me fait penser à un chirurgien qui m'a sauvé la vie alors que j'avais une dizaine d'années en m'opérant d'une péritonite appendiculaire diagnostiquée par le Dr Georges Bertroux accouru au 13, rue de la Gare avec sa Simca 5 blanche vers 9 h du matin. Henri Gout devait sans doute être son père. Le nom de la clinique vers Grazailles m'échappe. Merci de faire le travail des politiques qui ne vivent que d'entremises pas toujours très claires.

  • Nous avons des élus départementaux, à tous les niveaux de la territorialité, qui sont des ignares quant à l'Histoire de France ! Richard Ferrand, Président de l'Assemblée Nationale, est issu du Parti du Président : mais où étaient donc les trois députés LREM de l'Aude ? Pourquoi ont-ils passé cette commémoration sous silence ? --- ils auraient dû s'en faire l'écho. !
    Idem pour les socialistes et la Droite audoise !
    Soyons reconnaissants à M. Andrieu d'avoir réservé cette chronique à la mémoire du courageux Henri Goût.
    Louise

Écrire un commentaire

Optionnel