Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Lucien Maury (1915-1988), chef du maquis de Picaussel

Lucien, Jean, Alexandre Maury naît à Foix dans l’Ariège le 5 janvier 1915. Appelé sous les drapeaux comme tous les jeunes hommes de sa classe d’âge, il sort avec le grade de sergent en 1936 puis poursuit son instruction à l’Ecole des Officiers de réserve à Hyères. Pendant la campagne de France appelée également « la drôle de guerre », Maury alors chef de section de mitrailleuses au 22e Bataillon de Chausseurs Alpins Maury est fait prisonniers à Vitteaux (Côte d’Or) par les troupes allemandes, le 18 juin 1940. Il s’évade du camp d’Abbeville avant d’être démobilisé le 28 août 1940. Après l’armistice, Lucien Maury prend ses fonctions d’instituteur public le 4 septembre 1940 à Saint-Louis de Parahou dans l’Aude, puis à Puivert. Par l’intermédiaire de Raoul de Volontat, instituteur à Quillan et chef de l’Armée Secrète pour la Haute-Vallée de l’Aude, il se range derrière la lutte contre l’occupant à partir du 1er avril 1943. 

Capture d’écran 2019-05-08 à 14.15.34.png

© La Maitron

Raoul de Volontat

(1911-1944)

Maury organise un service de passage clandestin vers l’Espagne sous le commandement de l’enseigne de vaisseau Le Merlet d’aviateurs de la Royal Air Force, de réfractaires du S.T.O, d’officiers français. Entre le 1er avril 1943 et janvier 1944, il participe à l’opération d’évasion de la prison de Castres d’officiers Belges et Yougoslaves du service de renseignements Belge : capitaine Boulargue dit « Boule » et commandant Doyen. Réception d’un poste radio en liaison avec Alger depuis Puivert. Réception de 30 containers par parachutages et de 4 radios. Le centre d’émission était installé dans une grotte à 1km du hameau de Lescale.

PC du maquis de Picaussel.jpg

© ADA 11

Emplacement du PC du maquis de Picaussel

C’est près de ce petit village au milieu de la forêt de Puivert qu’est créé le maquis de Picaussel, dont Maury devient le chef nommé par Jean Bringer le 6 juin 1944. Picaussel regroupe tous les corps francs du secteur sous la bannière M.U.R, F.F.I, A.S, C.F.L. En sa qualité de chef de maquis, Lucien Maury parvient à repousser l’attaque allemande des 6 et 7 août 1944 ; opération au cours de laquelle le hameau de Lescale est incendié par les Allemands. Les hommes de Picaussel participent également à l’anéantissement d’un convoi ennemi à Puyvalador, à la libération de Quillan et de Carcassonne.

P1130142.JPG

© ADA 11

Lucien Maury et Marius Olive à Puivert en 1944

Les exploits de Lucien Maury en tant que chef de maquis lui vaudront une citation à l’ordre de l’armée, signée par Charles de Gaulle le 1er octobre 1945 :

"Officier de grande valeur. Organisateur de premier ordre. A réussi à créer avec des moyens très limités, le maquis de Picaussel, le plus important de son département. S’est tout particulièrement distingué à la tête de son unité le 6 août 1944 à Picaussel, lors de l’attaque de son camp par des forces ennemies très supérieures en nombre et en armement. A fait preuve de réelles qualités d’audace et d’énergie en réussissant le décrochage de sa troupe sans laisser un seul homme aux mains de l’ennemi."

Si le département de l’Aude fut débarrassé des nazis le 25 août 1944, la résistance n’en avait pas fini avec eux. Elle se mit en quête de les pourchasser jusqu’en Allemagne. Le 15 septembre 1944, Maury prend le commandement du 1er bataillon du 81e Régiment d’Infanterie et avec ses hommes, part de Carcassonne en direction de l’Est de la France. Cet épisode lui vaudra deux nouvelles citations, l’une à l’ordre du régiment (13 février 1945) et l’autre, à l’ordre de la division (14 mai 1945). 

"Stagiaire au 3e bataillon, a fait preuve de réelles qualités de sang-froid, de coup d’œil et de courage personnel au cours de l’engagement du bataillon au nord de Mulhouse les 21,22 et 23 janvier, en particulier le dernier jour où il a rempli dans des conditions difficiles, plusieurs missions de liaisons délicates et périlleuses auprès des compagnies engagées."

 « A fait preuve d’un courage remarquable en assurant plusieurs liaisons importantes sous un tir extrêmement violent au cours des journées des 11 et 12 avril 1945 devant Rastatt. Le 12 avril 1945 au soir, lors de l’attaque de la fabrique, point d’appui important de la défense ennemie, a entraîné par son exemple le premier échelon de l’attaque contribuant ainsi à la reddition de la garnison allemande. »

Lucien Maury passe le commandement le 23 mars 1945 de son bataillon à du Crest de Villeneuve. Il devient lieutenant d’active le 1er juin 1945 et poursuit une carrière dans l’armée. En Indochine, il passera deux ans en captivité. En Algérie, il sera commandant en second du 14e Régiment de Chasseurs Parachutistes.

Capture d’écran 2019-05-08 à 14.22.40.png

Dix ans avant sa mort, Lucien Maury rédige les deux tomes de La résistance audoise. Ce livre qui paraîtra en 1980 mériterait une réédition, tant ses témoignages sont précieux. L’ancien chef du maquis de Picaussel qui s’était marié avec Francine Payès le 26 mars 1942, mourra en 1988 et sera inhumé à Quillan. Sa valeur morale, son courage et son patriotisme devraient être montrés en exemple. Hélas, il nous a été impossible de trouver une quelconque biographie sur internet. Fort heureusement, les archives de la défense de Vincennes ont conservé une riche documentation sur Lucien Maury. Nous y avons puisé l’ensemble des renseignements publié dans cet article.

Chevalier puis Commandeur de la Légion d’honneur

Croix de guerre avec une palme et trois étoiles

Médaille de la Résistance

Silver Star (U.S.A)

Source

Service historique de la défense / Vincennes

_____________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2019

Commentaires

  • Merci Martial pour cet hommage rendu.
    Qu’on n’oublie pas surtout ces heures sombres où des hommes et des femmes se sont battus, que la mémoire et la vigilance servent pour ne pas les revivre.

  • Merci Martial, dans la photo de Puivert, à la fenêtre, il y a madame Maury, très engagée, qui jusque dans les années 2005, militait et participait au concours de la résistance. la sentinelle à la gauche du drapeau est, Justin Navarro

  • bonjour,je suis fils de Lucien MAURY. je ne connaissais pas ce site. Demain ,comme tous les ans, nous faisons la commémoration du MAQUIS DE PICAUSSEL:le 1er dimanche d'août

  • détachement également dont faisaent parti :Roger Courent,Denis Amat,Aimé Garié,Emile Amat, Roger Raunaud,I. Villena,Jean Carbonne, René Galbo,François Ferrier,Laurent Tudo,René Boyer
    Un de mes oncle y était

  • détachement également dont faisaent parti :Roger Courent,Denis Amat,Aimé Garié,Emile Amat, Roger Raunaud,I. Villena,Jean Carbonne, René Galbo,François Ferrier,Laurent Tudo,René Boyer
    Un de mes oncle y était

  • détachement également dont faisaent parti :Roger Courent,Denis Amat,Aimé Garié,Emile Amat, Roger Raunaud,I. Villena,Jean Carbonne, René Galbo,François Ferrier,Laurent Tudo,René Boyer
    Un de mes oncle y était

  • détachement également dont faisaent parti :Roger Courent,Denis Amat,Aimé Garié,Emile Amat, Roger Raunaud,I. Villena,Jean Carbonne, René Galbo,François Ferrier,Laurent Tudo,René Boyer
    Un de mes oncle y était

  • détachement également dont faisaent parti :Roger Courent,Denis Amat,Aimé Garié,Emile Amat, Roger Raunaud,I. Villena,Jean Carbonne, René Galbo,François Ferrier,Laurent Tudo,René Boyer
    Un de mes oncle y était

Écrire un commentaire

Optionnel